Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement   

  1. Dernière heure
  2. Bienvenue à toi ! Je te souhaite une belle experience dans le coin.
  3. Aujourd’hui
  4. Bienvenue ! Au plaisirs de se rencontré IG ! et + mille à ta phrase : " les propos des personnages ne sont pas ceux des joueurs derrière l'écran"
  5. Hier
  6. Merci à tous pour vos aimables messages de bienvenue ! Mention particulière à @Néron qui m'a très amicalement contacté sur Discord pour me donner des conseils et m'aiguiller. Au plaisir prochain de RP avec vous tous !
  7. Détails concernant l'entrepôt de Barri : L'entrepôt se trouve dans le quartier de la rue des marchands, près de l'entrée de la ville. Constitué d'un bâtiment principal et longé sur deux cotés par un jardin privatif, il est coincé entre deux murailles de défenses de la ville. On lui connait quatre entrées et il est séparé entre l'entrepôt de stockage et une boutique dans laquelle les clients viennent traiter avec Barri ou directement acheter quelques produits présentés. Régi selon les règles de commerce de la compagnie commerciale de Xian, il obéit au dictat de la ligue marchande en reversant une partie de ses bénéfices en échange de sa protection et de l'ouverture de ses marchés. L'entrepôt Barri entasse en effet en son sein des produits fabriqués dans Calphéon et ses alentours avant de les redistribuer pour en inonder le continent et plus particulièrement certains marchés de Serendia et de Balenos, voire de Mediah à de plus rares occasions.
  8. Ô du sang neuf ! Ô joie !
  9. Hello, bienvenue à toi en espérant que tu te plairas sur le jeu et avec ses rôlistes. Calphéon n'est pas grandement peuplé en rôlistes/guildes mais nous sommes en effet quelques joueurs à jouer dans une petite unité de chevaliers de Delphe, celle linké ci-dessus, et sinon il y a Dulcia et les protagonistes de ses trames courtisanes que tu auras peut-être l'occasion de croiser dans la cité. D'ici là au plaisir de te rencontrer un jour en jeu en RP et bonne aventure à toi...
  10. Bienvenue à toi, Asclepion, une présentation de bonne augure ! Je ne sais pas si il y a encore beaucoup de guildes à proprement parler - actives - à Calphéon en ce moment. La communauté RP a tendance à se concentrer tantôt d'un côté, tantôt de l'autre, et se trouve pour l'instant plus généralement à Heidel. Je t'invite cependant à jeter un œil à la présentation du Saint Ordre des Chevaliers de Delphe - Chevau-légers ici - https://desertnoir.fr/forums/index.php?/topic/4976-ordre-de-delphe-premier-corps-de-chevaux-légers/#comment-38719, dirigée par le Capitaine Cortesi, qui doit sans doute toujours avoir besoin de recrues, ou à faire connaissance avec mon voisin du dessus (Dulcia), qui est également un fervent partisan des intérêts de la République ( et surtout de ses manigances. ) et qui propose régulièrement des trâmes autour de cette thématique sinueuse. ( Cf : https://desertnoir.fr/forums/index.php?/topic/2507-les-trames-courtisanes/&page=4#comment-42309 ) Au plaisir de te croiser en jeu, Wander.
  11. "Notre constitution politique n'a rien à envier aux lois qui régissent nos voisins. Loin d'imiter les autres, nous donnons l'exemple à suivre. Du fait que l'État, chez nous, est administré dans l'intérêt de la masse et non d'une minorité, notre régime a pris le nom de démocratie. En ce qui concerne les différends particuliers, l'égalité est assurée à tous par les lois ; mais en ce qui concerne la participation à la vie publique, chacun obtient la considération en raison de son mérite, et la classe à laquelle il appartient importe moins que sa valeur personnelle ; enfin nul n'est gêné par la pauvreté et par l'obscurité de sa condition sociale, s'il peut rendre des services à la cité. La liberté est notre règle dans le gouvernement de la république et dans nos relations quotidiennes la suspicion n'a aucune place ; nous ne nous irritons pas contre le voisin, s'il agit à sa tête ; enfin nous n'usons pas de ces humiliations qui, pour n'entraîner aucune perte matérielle, n'en sont pas moins douloureuses par le spectacle qu'elles donnent. La contrainte n'intervient pas dans nos relations particulières ; une crainte salutaire nous retient de transgresser les lois de la république ; nous obéissons toujours aux magistrats et aux lois et, parmi celles-ci, surtout à celles qui assurent la défense des opprimés et qui, tout en n'étant pas codifiées, impriment à celui qui les viole un mépris universel" Périclès Sur ces mots... bienvenue !
  12. Bienvenue à toi !
  13. Bonjour, bonsoir à tous. Mon pseudo, tout comme celui de mon personnage principal, est Asclepion. Je suis un nouveau joueur de BDO et un fervent rôliste généraliste (D&D, Masterisation, Sombre, WoW ... ). Passionné de musique, d'histoire, de droit et de politique, je pratique également la reconstitution historique scandinave avec pour spécialité la runologie linguistique. Normand pure souche de 20 ans, je suis tout à fait ouvert à la conversation et au partage de connaissances Je suis un néophyte complet concernant le lore de BDO mais je m'efforce de l’appréhender le plus rapidement possible. J'ai longuement parcouru le forum et les diverses fiches RP proposées. Comme le titre de ma présentation laisse à penser, je suis tombé sous le charme de la noble République de Calpheon. J'envisage de rejoindre à terme une guilde RP liée à cette nation orientée RP militaire. Si un recruteur tombe sur ce message, je l'invite bien cordialement à me contacter sur le forum ou par Discord (Docibilis#2697). Pointilleux mais sans prise de tête, j'ai appris à être ouvert au niveau RP et linguistique de tout un chacun. J'ai tendance à donner une réelle profondeur psychologique à mes avatars, ce qui peut en dérouter certains. On ne le dira jamais assez : les propos des personnages ne sont pas ceux des joueurs derrière l'écran j'observe scrupuleusement cette maxime. Pour l'heure, le Background d'Asclepion Farangar est en cours d'élaboration. Il s'agira de ce que j'appelle un "personnage-école". Il me servira à comprendre le fonctionnement de la communauté tout en ayant un RP simpliste et complet. J'espère vous rencontrer rapidement en jeu, Asclepion
  14. Déjà disponible sur PC et Xbox One, Black Desert Online est officiellement lancé aujourd'hui sur PlayStation 4 – avec le bref concours de Megan Fox. Le MMO d'action y bénéficiera des mêmes mises à jour régulières que sur les autres plateformes. Afficher l’article complet
  15. Black Desert has released on PlayStation 4 and the team at Pearl Abyss is celebrating the only way they know how - with a trailer featuring actress Megan Fox. Afficher l’article complet
  16. La dernière semaine
  17. In a post on the Black Desert Online community forums, Community Manager Yukimura announced the rollout of the Life Skill Mastery system. Afficher l’article complet
  18. PC players of Pearl Abyss' Black Desert Online will notice some changes thanks to a patch released this week. Via a post on their official site, PA have detailed patch notes for the PC version of the popular MMO, specifically massive changes to the city of Velia. Afficher l’article complet
  19. Extrait d'un probable document fourni par Dulcia Da Monti et les services de la République aux mercenaires engagés dans l'affaire de l'entrepôt de Barri. Calphéon, IIIeme siècle
  20. Black Desert Online will have a free play weekend for anyone with an Xbox Live Gold account. Afficher l’article complet
  21. Avant
  22. Calphéon, 7 Pierre de Sceau 288 Adressé: au commandeur suprême de l'ordre des Chevaliers de Delphe et l'ensemble du haut commandement. Expéditeur: Onofrio Cortesi capitaine du premier corps de chevaux-légers de l'Ordre des Saints Chevaliers de Delphe. Sujet: demande de transfert Commandant par cette présente lettre je vous adresse la demande suivante: la réaffectation du chevalier Diane de Valombre à mon unité de cavalerie légère. Voilà plusieurs semaines que dame de Valombre collabore avec mon unité de cavalerie, ayant plus d'une fois constaté sa grande maîtrise des armes et sa fidélité à notre pays et notre ordre je ne peux laisser un chevalier de cette qualité sans escadron ni mission. Nous avons bon espoir de voir le chevalier de Valombre s'intégrer promptement au premier corps de cavalerie de l'ordre des Saints chevalier de Delphe. C'est en connaissance de cause que je demande à ce que le chevalier Diane de Valombre soit transféré sous mon commandement au sein du premier corps de chevaux légers. Capitaine O.Cortesi Forteresse des Saints chevalier de Delphe, 14 Pierre de Sceau 288 Après l'étude du dossier du chevalier Diane de Valombre et suite à la demande du capitaine du premier corps de chevaux léger, le chevalier Onofrio Cortesi, Le chevalier Diane De Valombre, né à Calphéon en l'an 260, résident sur les territoires de la République, est transféré dans l'unité de cavalerie légère sous le commandement du chevalier Onofrio Cortesi. Le choix de son rang au sein de la compagnie reviendra au capitaine de cette même compagnie. La nouvelle affectation du chevalier Diane de Valombre est effective à partir du quinzième jour jour du mois de la pierre de sceau de l'an deux cent quatre vingt huit du calendrier d'Elion. Décision prise par l'ensemble au haut commandement des Saints chevaliers de Delphe @Velyane
  23. A major new update for Black Desert on Xbox One brings with it a new character class and region, available for free. Afficher l’article complet
  24. Chapitre 1 - L'ENTREPOT DE BARRI Je continue ici les lignes qui tentent de retracer aussi fidèlement que possible la guerre ouverte entre Vorang et Calphéon, afin de rendre compte,le plus objectivement possible, des événements qui conduisirent à la grande bataille que je vais vous conter. Au début du mois de Sceau, je fut a nouveau impliqué dans une discussion entre partisans de l'hégémonie Républicaine, lors d'un dîner chez le seigneur Cavalieri. Quel ne fut pas ma surprise d'entendre, entre deux plats, parler du pirate pour qui le destin, quelques temps plus tôt, m'avait emmener à assister aux premiers affrontements de ma vie. Et quel ne fut pas mon bouleversement d'entendre que l'homme, malgré son revers subit contre les forces Cortesi et la perte de son navire, continuait à agir dans la région. Innocemment, je demandai comment un tel homme parvenait à poursuivre ses activités sans en être saisi et l'on me certifia sans détour, qu'il le pouvait grâce à la complicité de quelques marchands de par le monde. Comme on me donnait le nom de trois d'entre eux, parmi les plus connus, je compris avec effroi que l'un cité, un riche propriétaire calphéen, mort peu de temps avant, dans l'incendie de sa demeure, n'avait pas été victime d'un accident. En toute honnêteté, je dois reconnaître que les circonstances tragiques de sa disparition et l'absence d'enquête à l'époque, avait éveillé quelques soupçons mais je m'étais bien gardé d'en faire part, prenant cela pour, au pire, un règlement de compte entre riches, tout au mieux un désintérêt de la République. Mais devant le sourire de mon voisin de table, je compris enfin que dans l'ombre des salons feutrés de la République, la guerre se poursuivait inlassablement contre les ennemis de Calphéon. Humaniste que j'étais, je pensais encore naïvement à l'époque que l'établissement d'une économie au-delà des frontières, les promesses d'un monde ouvert, l'émergence d'une pensée libérale et rationnelle, préfigurait une ère de paix et d'abondance, sans me rendre compte que l'ancien monde s'effondrait en vérité dans une guerre aux racines profondes. Là, sous la surface idéalisée de cette République qui promettait à tous l'espoir d'un monde libre s'entrechoquaient les piliers de la violence, des complots et de la vengeance. Intellectuels, poètes, philosophes, gens de sciences, courtisanes au cœur rieur et heureux, tous ceux que je voyais comme les héritiers sages d'une nouvelle ère, jusqu'à moi même, étions en vérité l'armée d'un monde en marche qui avait pour ambition d'éradiquer les derniers enfants de l'obscurantisme. Et c'est ainsi, par une curiosité naïve, que je fus plongé au coeur de la réalité pour laquelle j'avais été préparé sans le savoir, afin de devenir le témoin de l'émergence de ce monde nouveau, de ses défaites et de ses conquêtes… de devenir moi même, un agent de la République. Le poète et chroniqueur, Matuso Draggi lors de son séjour parmi les courtisanes de Calphéon La compagnie commerciale de Xian en est persuadée. Des marchandises suspectées provenir des pillages de Vorang sont en transit par des entrepôts de la capitale, rattachés à la ligue. De là, elles sont ensuite rachetés permettant de les faire pénétrer dans le circuit légal du marché. Vicento Lastricato, pense que certaines d'entre elles pourraient se trouver stockées dans les caisses d'un entrepôt de sa connaissance. Si les agents de la République parvenaient à les identifier, ils pourraient les tracer pour savoir vers quel dépôt elles se dirigent une fois sorties de Calphéon. De là, il serait ensuite possible d'envoyer rapidement une escouade détruire l'un des points de réception de ce commerce afin d'amenuiser les apports financiers de Vorang. Mais un autre sujet inquiète Lastricato. Selon lui, l'entrée de ces marchandises au sein de la ligue de Xian n'a pu se faire qu'avec la complicité d'un des employés de la compagnie commerciale. Probablement lié à l'entrepôt qui abrite pour l'instant les marchandises, il pense que les agents devraient localiser cet individu afin de remonter à d'éventuels commanditaires de son entreprise et peut être localiser l'un des donneurs d'ordre de Vorang. Afin de ne pas inquiéter la compagnie de Xian, les agents devront se montrer discret dans leur enquête de l'entrepôt afin de ne pas éclabousser la ligue. Le doigté d'agents délicats et aptes a recueillir des informations via enquêtes et contacts est privilégié par Lastricato avant toute intervention militaire. Vicente aura également fait comprendre que, si d'aventure, l'employé incriminé pouvait disparaître sans laisser de traces, cela arrangerait bien tout le monde. PNJ : Armand Barri : Le gérant de l'entrepôt. C'est lui qui est responsable des entrées et sortie des marchandises et qui tire bénéfice de leur revente pour le compte de la compagnie commerciale de Xian, à laquelle il est rattaché. Celle-ci, il y a deux ans, ne lui a pas vraiment laissé le choix, le contraignant à intégrer ses rangs afin de ponctionner une part de ses bénéfices pour lui éviter d'être mis en faillite par le rachat forcé de ses biens. Armand depuis joue le jeu de la compagnie, les lourdes redevance qu'il paye étant néanmoins largement compensées par l'ouverture de nouveau marchés, notamment celui tout nouveau de Heidel, où l'homme écoule une partie de ses marchandises avec le soutient de la ligue. Nora Grivoisi : Cette femme de 33 ans, plutôt réservée, est la gérante des entrées et sorties de convois. C'est elle qui à la charge de préparer les chariots et les équipages en charge de l'acheminement des marchandises. Mère de trois enfants, Nora rentre relativement tôt de l'entrepôt pour rejoindre sa famille dans le quartier des ateliers, son époux travaillant dans les forges de la ville. Niccolio : Cet homme, ouvrier au sein de l'entrepôt, s'occupe du rangement des caisses et de leur stockage avant qu'elle ne soit vendues. Considéré comme très amical et moins idiot que la plupart des gens, il n'hésite pas a faire quelques blagues (quoi que trop souvent graveleuses) pour faire rire les autres employé, ce qui lui vaut d'être très apprécié par ses compagnons de travail, à l'exception de Nora, moins encline a supporter les histoires concupiscentes des femmes de Calphéon. Romano : Cet homme, ouvrier au sein de l'entrepôt, s'occupe du rangement des caisses et de leur stockage avant qu'elle ne soit vendues. Taciturne, et peu bavard, sa discrétion serait une façon de cacher sa faible éducation, ne sachant pas même lire ou écrire. Il se contente de faire son travail correctement quoi qu'il puisse lui arriver de sourire aux pitreries de Niccolio. Le soir, on le retrouve souvent dans les tavernes qui bordent les quais de la rue du Marché, a dépenser son salaire dans du mauvais alcool ou à la perdre dans quelques jeux de dés.. La Désirey : La Désirey est une courtisane que les joueurs peuvent utiliser une fois durant la partie, soit pour détourner l'attention d'un homme pendant une durée indéterminée, soit pour s'inviter dans une demeure afin de leur ouvrir la porte, soit pour leur fournir une fiole de poison dont elle a le secret. On dit qu'elle est si belle qu'elle se trouve capable d'ensorceler ses amants et que ceux ci peuvent expirer et mourir d'amour dans la rue, juste en fredonnant son nom.
  25. Depuis deux jours, ceux qui auraient l'occasion de se rendre à la grande bibliothèque de la Sainte Faculté (et bien évidement toutes les valkyries qui y résident) auront remarqué un grand remue-ménage à l'intérieur de celle-ci. Une enquête de l'inquisition serait en cours, confiée à un maître-inquisiteur, qui aurait interrogé plusieurs personnes y travaillant tandis que ses hommes auront passé un temps certains dans les différents rayonnages.... Les rumeurs vont donc bon train au sein des tignasses rousses, amplifiées encore par la venue hier des saints chevaliers de Delphe à la bibliothèque : vol d'ouvrages ? complots ? trahisons ? coïncidence ou rivalités de services ? Nul doute que ce mystère alimentera bien des discussions...
  26. Comme nombre de ses concurrents, le groupe Pearl Abyss vient de publier les résultats de son deuxième trimestre fiscal (couvrant la période de d’avril à juin dernier), et à l’évidence, le studio sud-coréen poursuit sa croissance. Des résultats en progre... Afficher l’article complet
  27. En plus de Black Desert, des Project K et V, le studio Pearl Abyss travaille actuellement sur un nouveau Project CD. Un RPG online reposant sur une nouvelle licence et surtout sur un nouveau moteur « next gen » cross-plateforme. Afficher l’article complet
  28. Chapitre XXI : "En un regard." Il était rentré les bras chargés de vélins ce soir-là, il n'attendait personne, et bien qu'il eut par la force du temps l'habitude de trouver son local vide lorsqu'il en franchissait le seuil, il ne fut pas réellement surpris, en poussant d'une épaule la lourde porte déverrouillée, d’apercevoir la silhouette de basane se redresser subitement d'un air contrit en cachant maladroitement l'un ou l'autre méfait qu'il avait pu - encore - accomplir en son absence. Adossés l'un face à l'autre dans l'étroit cabinet médical désormais plongé dans une semi-pénombre aux chandelles mouvantes, séparés par une table, ils avaient rompu le silence quiet des lieux pour entamer malgré eux une valse bien dangereuse. "Oh, il vous le dira s'il ne veut pas vous rencontrer, en effet." acquiesça le médecin, d'un air austère. "Sont-ce là les seuls projets dont vous souhaitiez me parler, Keharqta ?" il avait abandonné les archives rapportées en vrac sur la table d'auscultation et considérait son colocataire d'un œil fade et alangui par une journée de permanence au dispensaire voisin. "Oui." avait répondu la figure halée qui lui faisait face, d'un air ferme et impérieux. "Je suis encore à un tournant de ma vie, et je vais avoir à faire des choix. J'en ai déjà fait certains, la plupart en réalité, mais je vais devoir m'y tenir. Pour cela, vous savoir ... avec - il avait donné à ce mot un ton particulier - moi me rassure, Wander. J'ai besoin de votre aide, et cela se traduit par une écoute." Le médecin l'écoutait d'un air distrait et lointain, cintrant d'une main flegme le rebord lisse de son bureau pour y faire danser le bout de ses doigts opalins en silence. "Une écoute..." ajouta-t-il alors en rendant à l'albâtre un regard équivoque. "Que vous m'accordez bien malgré-vous. Je sais que je suis envahissant." C'était un pléonasme. Wander secoua la tête avec lenteur en laissant échapper un fin filet d'air tiède entre ses lèvres. "Vous l'êtes parce que je le tolère. Si un jour cela devait ne plus être le cas, je vous prie de croire que vous en seriez le premier informé, mon cher." Il haussa brièvement les sourcils pour appuyer le propos, avant d'ajouter, d'un ton nonchalant, érigeant après cette confidence une nouvelle barrière symbolique entre eux-deux. "En outre, j'ai envisagé récemment d'adopter un chien pour avoir de la compagnie. Vous faites finalement très bien l'affaire... à défaut." Le ton avait été copieusement nimbé de cynisme et était sorti de sa bouche comme une lance affûtée et glaciale. Mais cela n'avait fait qu'attiser la bête et il vit son interlocuteur étirer un sourire pernicieux et revanchard avant d'agiter vulgairement le bassin comme un animal. Bien qu'il s'en soit trouvé désabusé, il se contenta de le fixer longuement pour lui infliger le reflet de sa bêtise et la lourdeur de son jugement silencieux. Cela n'avait pas suffit. Le coupant alors dans son élan, Wander ajouta, d'un ton proche du mépris. "Je prend un certain plaisir à vous voir remuer la queue de bonheur lorsque je rentre chez moi." Et bien qu'il eut tenté ce faisant de mettre un frein sévère à l'élan de son congénère en lui assenant le coup de grâce, il avait obtenu en retour une réponse parfaitement inattendue qui manqua de peu de le déstabiliser. Keharqta s'était subitement arrêté, et avait contourné la table pour s'approcher de lui. "Puis-je savoir, Wander, en quoi il vous est si plaisant d'avoir un envahisseur comme moi dans votre logis ? Quand ce n'est pas directement dans votre propre lit..." Il avait mit le doigt sur quelque chose et il le savait. Il était désormais planté droit face à Wander, à quelques centimètres de son visage, et le fixait avec un sérieux inhabituel. Wander laissa peser un silence oppressant. "L'absence de Maitre laisse un vide qu'il n'est pas aisé de combler, ni pour la chimère, ni pour le loup. Et ce, en dépit des occupations éreintantes qui nous accaparent jours et nuits. Une rustine ne sera jamais qu'une rustine, mais vous voir me rappelle à ces choses qui font défaut." Et avant qu'il ait eu le temps de s'en féliciter, Wander avorta toute forme de victoire chez son interlocuteur en ajoutant aussitôt d'un ton impérieux "Ne vous en enorgueillissez pas pour autant." Keharqta avait lentement plissé les yeux, sans doute s'attendait-il au retour de flamme que Wander avait pour habitude de lancer sitôt qu'il évoquait, de près ou de loin, quelque chose d'intime. Il paru suspicieux. "Je ne suis pas sûr de comprendre à quoi vous faites allusion par ces choses. Je pensais, au mieux, être pour vous une distraction. J'étais loin d'imaginer pouvoir combler quoi que ce soit." Qui l'aurait pu ? Qui aurait pu songer pouvoir assouvir, même un peu, l'insatisfaction permanente de la créature, la solitude mordante qui l'habitait, la nostalgie brute qui animait chacun de ses pas ? Personne. Et surtout pas quelqu'un comme Keharqta, et pourtant. Wander se senti obligé à nouveau de modérer ses propos, faisant derechef un pas de côté, symbolique, en rétorquant. "Oh, vous me divertissez, je vous rassure. Mais s'il ne s'agissait que de cela, vous n'auriez aucune chance de finir dans mon lit." Le molosse basané fronçait désormais les sourcils. Il s'était encore approché, et fixait avec intensité le cache-oeil qui ornait le visage funeste du médecin. Le creux léger de sa joue trahissait une forme de nervosité, Wander pouvait la sentir. Il se mordait déjà les lèvres en approchant lentement sa main de l'ornement. Il savait qu'il ne devait pas. Il savait que c'était impertinent et dangereusement létal de contrarier le médecin. Il arborait cette expression interdite de l'enfant qui s'apprête à faire quelque chose qu'il n'est pas supposé faire. "Je vous rassure, dans ce cas ?" avait-il demandé, désormais à quelques centimètres à peine du visage morne et impassible du chirurgien. Il ne pouvait pas s'en empêcher, il était impertinent. "Je vous l'ai dit cent fois, il y a en vous une flamme que je ne peux qu'observer avec envie, depuis les limbes déliquescentes de mon esprit." C'était un aveu, et il ne lui plaisait pas d'avoir à le faire, mais c'était aussi une mise en garde. Persuadé que Keharqta n'irait pas au bout de son idée, il n'avait pas bougé d'un iota, et le regardait avec dureté approcher la main de son visage, encore et encore. "Vous êtes intense, sot, impulsif... - cracha-t-il presque avant de soupirer d'un air atone - Vivant, pour deux." Ne le voyant pas s'arrêter il poursuivit. "Je me repais de vos échecs, de votre sort, je me languis de vos pertes et de vos chutes." et un ton plus bas. "Je me nourris de vos rires excentriques, de vos narquoiseries, de vos impertinences, de votre lumière. Je les effleure un peu à travers vous." "Oui, vous me l'avez dit cent fois, mais je vous le redemande, maintenant que vous avez été libéré. Et puis, j'avoue que j'aime vous l'entendre dire." Keharqta caressait déjà du bout de l'index la surface drue du cuir qui recouvrait l’œil gauche du médecin. "Ainsi, je me sens un peu moins inutile." Il souriait, cet arrogant. L'évocation de cette liberté avait ouvert une porte qu'il sembla impossible de refermer. Wander soupira. "Je ne répond plus d'aucun Maître sinon celui que je désigne, il est vrai. Mais rien d'autre n'a changé. Ni le vide, ni l'obscurité, ni la mort, ni la chaire souillée, ni le sang vicié, ni les tourments, ni la solitude." Il planta son œil terne dans celui de Keharqta, tranchant à nouveau avec austérité. "La seule différence, c'est que si je devais vous tuer aujourd'hui, je le ferais parce que j'en ai envie, et non parce que mon Créateur m'en a susurré l'ordre." Keharqta s'était enfin arrêté de bouger. Wander poursuivit. "La nuance peut sembler anecdotique, mais elle ne l'est pas." Il avait tenté par ces mots, dont il pensait chaque syllabe, de rappeler le basané à sa véritable nature, de couper court à toute idée qu'il aurait pu avoir, d'amputer à la racine toute graine erronée qu'il aurait pu planter par mégarde dans l'esprit de Keharqta. Mais il était déjà trop tard. "Je crois, au contraire, que je connais mieux que personne le vrai sens de cette liberté factice, et vous le savez..." Il dénoua d'un geste le filin de cuir souple qui retenait le cache oeil, murmurant. "Vous, vous êtes, indéniablement, irrévocablement...Complètement paradoxal." Wander avait aussitôt détourné le regard, et fixait désormais avec dureté le sol à ses pieds lorsqu'il répondit. "C'est sensé." Il plissa un instant les paupières avant d'ajouter d'un ton monocorde, songeur. "Je suis l'incarnation même du concept de paradoxe. Une créature à la fois morte et vivante, une machine vierge et apathique, pourtant capable de discerner chez l'autre la moindre émotion. Un monstre traquant ses pairs. Un prédateur mortel, qui œuvre à préserver la vie par la médecine. Un animal sauvage, pourtant domestiqué. Une marionnette occulte, dépourvue de fils." Il ne pouvait pas voir l'expression que Keharqta avait eue à ses propos, car il avait détourné les yeux avec hâte. "J'ai beau le savoir, étrangement, ce n'est pas ce que je vois. Vous êtes une Ombre, Wander. Vous me donnez cette impression que donnent ces choses obscures qui, une fois la nuit tombée, rampent au sol et glissent dans votre nuque. Quand vous pensez être seul, mais que vos instincts vous hurlent le contraire. Vous êtes sombre, et froid comme la Mort, Wander. Et vous me faites peur." Wander avait alors baissé sa garde. Il avait peur. Il ne ferait rien de stupide. Il pouvait être audacieux, mais il ne serait pas inconscient. Il s'était fourvoyé. D'un geste impérieux, Keharqta s'empara soudainement du menton effilé de Wander, et le redressa sèchement vers lui en ajoutant, dans un sourire. "Comme la Mort vous m'effrayez, Wander. Et comme la Mort, vous me rassurez." Et son regard barbeau plongea droit dans celui du médecin... ~
  29. Korean MMO Black Desert is hitting open beta on PS4 today. Afficher l’article complet
  30. Patch notes for Black Desert Online are available, outlining several updates, including a new fishing event. Details inside. Afficher l’article complet
  1. Charger plus d’activité