Yrilda

Y(oung)rilda, bagarres et sourires.

2 messages dans ce sujet


         Yi1.jpg  Yrilda Yi2.jpg              


Nom: Xu
Prénom: Yi-Wen
Surnom: Yrilda
Âge: 24 ans
Lieu de naissance: Royaumes d'Haso
Profession: Voyageuse
Allégeance: Aucune
Constellation: 
Éléphant


Pétillante et énergique, cette hasoïte au métissage léger rayonne par sa bonne humeur et son sourire persistant. Ses deux yeux marrons luisent d'une vivacité d'esprit qui ne semble jamais se lasser de ce qu'elle découvre sur ce nouveau continent qu'elle a décidé de rejoindre.
Infatigable, son tempérament est au diapason de sa santé. Son corps sculpté par la rigueur et l'assiduité ne manque pas de densité, certaines lignes et sillons dessinent avec arrogance les muscles du corps humains faisant de cette jeune femme un cas d'école pour les anatomistes sur certains groupes musculaires.
Habillée dans la tradition de ses origines, il lui arrive parfois de porter une tenue moins exotique pour les continentaux, une touche orientale et à la légèreté qui rappelle Valencia.

Elle se présente comme une aventurière curieuse venue des terres centrales de son continent, elle ne possède pas de richesses matérielles si ce n'est ses vêtements qui s'ils sont véritables, pourraient avoir une petite valeur sur tous les marchés.
Se faisant connaître pour son caractère énergique et sa facilité à sourire et relativiser, elle semble vivre au jour le jour sans grandes inquiétudes.
D'une éducation lointaine, de moeurs différentes, elle tente de s'adapter à ce qu'elle découvre et cherche à se faire une place.

Sa philosophie et son mode de vie semblent reposer sur des enseignements qu'elle essaye d'appliquer avec plus ou moins de succès, long est le chemin de la maîtrise. Elle évoque parfois le mythe créateur des Trois Dragons et semble avoir une affection particulière pour le troisième: Le Dragon Bleu, plus connu sous le nom du Dragon des mers ou encore Banha, pour les initiés. Ainsi la couleur de ses tenues font sens et ses méditations au bord des eaux se retrouvent pertinentes.
Enfant initiée très tôt au travail du Corps et de l'Esprit, elle est une experte en arts martiaux qui tentent de contenir sa grande confiance et son sentiment de toute puissance. Sa volonté et ses engagements sont contrariés par la rudesse d'une vie de jeune femme solitaire sur ce continent tumultueux dont la violence s'exprime par bien des aspects.


Fiche de matuRilda
 

Révélation

Si je me permets de la jouer d'un autre âge, est avant tout parce que les gens avec qui je l'ai joué ne jouent plus véritablement. Tout comme je ne joue plus vraiment de manière assidue. Donc je préfère m'amuser avec une version plus accessible pour du RP sauvage.
Sinon, au pire, elle a commandé une machine à remonter dans le temps à un forgeron d'exception légendaire of the death. ;)

 

Modifié par Yrilda

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Adversité.

Yrildada.jpg


Dans la chaleur animée de la taverne du Muguet d'Heidel, au coeur de ce vivier sérendien où buveurs invétérés, joueurs de fléchettes et couples libertins saphiques très niais se côtoyaient. La jeune artiste martiale perdue au milieu de ces différences conservait son sourire et sa bonne humeur, le verre de vin chaud en main elle se laissa plonger dans ses pensées. Ses souvenirs vifs et récents de ce début de vie au sein de ce continent s'imposaient bien trop souvent quand elle se mettait à rêvasser.

« La traversée du désert fut éprouvante. » C'était ses propres paroles qui résonnèrent en son esprit faisant écho à une discussion récente au coin du comptoir. Obsédée par cet épisode, ce n'était pas la chaleur accablante et la rudesse de l'épreuve que de quitter le Désert Noir qui la hantait. Non. Ce qui marqua profondément la jeune hasoïte était bien plus personnel, sa conscience n'eut pas encore le temps d'imposer les images claires et explicites en son for intérieur qu'elle serra son poing libre avec force.
Debout dans la taverne, au milieu du brouhaha entre échanges mielleux de femelles qui s'apprêtaient à échanger de partenaires sexuelles pour la soirée, d'enfants geignants et d'honnêtes discussions. Yrilda se tenait debout, le regard perdu dans le vague, une main crispée à s'en faire blanchir les jointures. Abandonnant la conversation qu'elle tenait durant un laps de temps très relatif.

Les brumes abstraites de ses souvenirs se levèrent alors, révélant un coin béni par la providence au milieu de l'océan de sable blanc qu'est le désert. Une oasis dont la mémoire semblait négliger les détails verdoyants, dessinant que des formes vagues qui se rapprochèrent de la flore rare qu'elle put admirer. Ce qui était mis en avant dans cette réminiscence photographique, était bien entendu ce que la mystique avait de plus cher à son âme: l'Eau. Une grande surface argentée reflétant les rayons aveuglants de l'impitoyable soleil exprimait par cette vision le caractère sacré de l'élément et son importance à la scène.
Une silhouette féminine à la carrure large trônait au milieu, adoptant une posture cérémonieuse élégante idéalisée par les biais cognitif de la rêveuse. Une femme à la peau d'ébène, habillée d'étoffes légères et élégantes qui virevoltaient avec la grâce de ses mouvements exotiques.

« La mystique des Oasis. » De nouveau, sa propre voix fit écho. S'adressant à elle même dans sa bulle, il était le temps venu le temps des reproches, des interrogations. Le traumatisme s'intensifia.
« Pourquoi l'avoir défié ? » « Orgueilleuse. » « Idiote. » « Impulsive. » « Honte.» « Indigne.»

La personne au centre du flashback gagna en taille, s'imposa sur la scène pour venir dominer le point de vue de l'observatrice, Yrilda qui secoua la tête pour s'extirper de ce tourment. Elle sursauta à peine quand son interlocutrice, une sérendienne des plus douces et aimables, Ashley MacFarlane lui demanda si tout allait bien.
N'ayant pas perdu son sourire, l'hasoïte acquiesça en desserrant le poing. Faisant fit de ces petites secondes d'égarement en portant sa tasse à ses lèvres. Elle reprit alors la conversation au milieu du Muguet activement, un regard distrait sur les autres clientes qui lorgnaient leurs entrejambes et se mordillaient les lippes en hyènes affamées sous le regard innocent d'enfants qui se voulaient mignons.
 

Modifié par Yrilda

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant