Ceresayaria

[Rumeurs] Ville de Calphéon

299 messages dans ce sujet

Les grandes maisons nobles semblent s'animer. Une rumeur de mariage circule aux quartiers.

Ne sachant pas réellement où donner de la tête, les familles intéressées rédigent leurs plus beaux contrats, font sortir leurs héritiers afin de démarcher les potentielles alliances.

C'est ainsi que l'on pourra voir quelques patriarches dispenser des légères claques derrière les oreilles des aînés qui se voient louper leurs tentatives, et d'autres nobles plus sérieux, se résigner à démarcher sous le dépit de trouver une épouse à hauteur de leurs attentes.

Une bien triste manœuvre lorsque la majorité cherche à faire planer une once de magie avec leurs rêves de mariages par sentiments.

Ainsi, ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'argent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On raconte que depuis quelques temps, le bâtiment 1-3 du quartier des nobles, inoccupé, intéresse fortement un groupe d'étrangers et que des pourparlers sont en cours en vue de l'achat de ce bâtiment. Un futur commerce dans ce quartier noble ? Voilà qui est plutôt étonnant mais les sommes engagées auraient fait changer d'avis les anciens propriétaires, croulant sous les dettes selon certaines sources, et les responsables du secteur. Ou peut-être s'agit-il d'une future ambassade ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Selon les rumeurs et notamment les voisins du 1-3, ils sembleraient plus que étonnant de voir des étrangers s'installer non loin de la cathédrale et encore plus qu'il s'agit d'un quartier où seuls vivent  les nobles.

Il se dirait même dans les commérage de la rue, que cela indignerait les propriétaires nobles du quartier....

Calpheon change, des Serendiens qui s'installent dans la capitale et maintenant des étrangers, qui débarquent avec leur pot de vin, dans le quartier noble,mais ou va notre belle capitale? Se demanderont certains citoyens!

Modifié par Atsan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La rumeur prétend que les Volderone-Strausi Di Castelli, éminemment connus pour haïr depuis longtemps les nationalistes qu'ils soient de Serendia ou de Calphéon, cracheraient en pleine rue au visage des citoyens faisant trop ouvertement part de leurs velléités envers les étrangers, ce qui somme toute semble pour le moins singulier quand on connait la courtoisie et la retenue des Di Castelli. D'autres rumeurs iraient jusqu'à prétendre que les Volderones, dans leur rêve d'impérialisme universel, propre aux idées progressistes de la République, financeraient eux même l'arrivée de vagues d'immigration à destination de la Cité pour servir le rêve d'une Calphéon rayonnante sur le monde par la multiplicité de ses talents et de ses peuples divers, tous attelés à la seule tâche de servir la République.

Bien sûr, les plus avisés considèreront comme farfelu d'imaginer les Volderones-Strausi, dépenser de l'or pour des sujets aussi triviaux mais peut être, après tout, que ces rumeurs ne vivent que pour faire exister une autre façon de voir le monde et l'économie, qui ne soit pas uniquement basée sur l'opposition du "nous contre les étrangers", opposition absurde qui fut si banale à Heidel même, que sa simple idée réduirait la puissance de la République à une bête copie d'un bourg serendien miné par ses défaites.

Quoi qu'il en soit, nul n'ignore que les mouvements progressistes voient d'un bon œil l'acquisition de talents, même étrangers, nécessaire à la grandeur d'une civilisation.

Modifié par Dulcia

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'autres rumeurs prétendent que du côté des quartiers populaires, les plus militants, revendiquant la liberté de vivre où on le souhaite et plus d'égalité notamment lors des manifestations, n'ont pas manqué de sauter sur l'occasion pour relancer parmi leurs pairs la fièvre de la révolte face à ces autorisations distribuées au tout venant - encore plus étranger -. Quand la politique du Parlement impose un cloisonnement des populations selon leur caste, il parait difficile de rester muet devant ce qu'on qualifie de nouvelle injustice et de loi malléable selon la taille de la bourse. L'on s'interroge sur la véracité de ces rumeurs et sur l'avenir d'une décision parlementaire qui ne semble ni suivit, ni respectée. Pour autant, aucun acte réel de revendication ne semble avoir agité la ville, reléguant la possibilité d'une manifestation plus véhémente que d'ordinaire au simple racontar. A défaut de  sources, l'histoire anime au moins les conversations.

Modifié par Valerya Tocchini

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

476px-Portrait_of_Dona_Isabel_de_Requese

 

Dulcia Volderone-Strausi Da Monti, la plus charmante "putain de la République", protectrice des Arts et des lettres, serait de retour à Calphéon. Irrévérencieuse, provocante, impétueuse et narcissique, la rue est partagée par le retour de cette adolescente ayant pour habitude d'enflammer la morale patriarcale, entre ceux qui honnissent la courtisane pour ses mœurs et ses prises de positions libérales et ceux qui saluent ses positions progressistes et sa capacité à alimenter le débat d'une nouvelle ère. Comble de la provocation, montrant que la jeune fille n'aurait rien perdu de son caractère sulfureux, elle aurait fait son entrée dans les rues de Calphéon à dos de dromadaire. Si certain n'auront vu là qu'une simple occasion de voir pour la première fois ces étranges chevaux de l'Est, d'autres, parmi les plus conservateurs, n'auront pas manqué de souligner qu'une jeune femme chevauchant une bosse immense en pleine rue est un message on ne peut plus clair, envoyée par la courtisane à ses détracteurs.

Il se murmure également que la jeune fille de dix sept ans -- certains lui en donnent seize, d'autres dix huit, une part de flou étant maintenu quant à ses origines -- serait revenue avec les manuscrits de deux livres écrits de sa plume. Ces manuscrits seraient déjà entre les mains de la maison Di Castelli et en cour d'impression selon les rumeurs et certains membres de l'église semblent être sur les nerfs, personne ne sachant encore si ces prochains ouvrages vont ou non attaquer de front, une fois de plus, les piliers de l'Elionisme.

L'adolescente, n'aurait pas perdu de temps et sélectionnerait déjà ses futurs protecteurs parmi la listes des hommes les plus puissants et des plus fins esprits de Calphéon, seuls capables de s'offrir le luxe d'entretenir une courtisane, symbole de pouvoir et de fortune à travers les âges, quoi que d'aucun spéculent déjà que les hommes susceptibles d'un tel pouvoir et d'assez de richesse et d'esprit pour posséder un tel bien intellectuel, se fassent désormais rares. Après tout, les courtisanes, comme toutes œuvres d'Art, sont dépendantes de la puissance financière et du raffinement d'une société dont elles ne sont que l'un des reflets.

Modifié par Dulcia

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Deux marchands discute tranquillement a la taverne de Calpheon.



«  - Mais je te dis que j’en ai vu. Je ne suis pas encore assez bourré pour avoir des hallucinations.



- T’es p’tete pas bourré mais t’es vieux. Je suis certain que tu dis ça pour attirer l’attention des autres.



- Je te dis ça c’est pour toi. Mais ceux qui m’ont livré mes marchandises me l’ont dit. Les chiens sombre commence a encerclé la cité. Et j’ai voulu vérifier. J’ai vu deux yeux rouges me fixer a la sortie est.



- Et tu les as vus il y a combien de jours?



- Pas plus tard que la nuit dernière. Et ça grognait fortement. Je suis vite retourné en ville. Je ne voulais pas me faire bouffer.



- Mais bien sûr. Tu sais très bien que la garde aurai déjà attrapés cette bête. Et en pleine nuit ça aurai pu être une bestiole normale. Un pauvre chien ou même un renard en pleine nuit.



- Ne me croit pas si tu veux. Mais il est hors de question que je mette un pied dehors pour ma part.  »



Après cela, les deux hommes se seront mis à discuter d’achat et de vente de marchandise.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

[Ville de Calpheon][Quartier de la Chapelle][Troubles de voisinage]

C'est par une nuit d'hiver glaciale, et d'une heure très tardive qu'un groupe de personnes se serait introduit dans le quartier de la Chapelle avant de se diriger vers une adresse. La main portée sur le carillon de la porte, c'est de façon énergique qu'il aurait été secoué. Si vivement malmené dans l'urgence que le battant relié à une chaînette se serait détaché, causant l'arrachement de la cloche de sa patère avant de chuter sur le sol dans un tintamarre métallique pouvant provoquer des troubles de voisinages.

Les quelques voisins au sommeil léger se seront levés en sursaut afin de bondir à la fenêtre en chemise de nuit. Qui peut bien créer un tel raffut dans un quartier d'ordinaire si paisible ? Vilains garnements...

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'après certains récits des habitués du marché, on raconte qu'un géant aurait semé la zizanie dans le quartier noble. L'individu aurait d'abord tout simplement ignoré le contrôle d'identité, puis s'en serait violemment pris aux autorités avant de tenter de leur échapper. On dit même qu'il aurait cassé la fenêtre de l'une des nombreuses résidences luxueuses. La garde aurait finalement réussi à le neutraliser.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

                                                                       

“Luxure est cause de génération.”

Leonard de Vinci

 

La jeune Dulcia Da Monti semble de moins en moins à l'aise dans ces robes qui ont fait de l'arrogance de ses courbes, l'une des façades ostentatoires du faste de cette « putain impérieuse » qu'est la République Calphéenne. La faute à ces repas pompeux de l'aristocratie, que la jeune fille engloutit tandis que d'autres meurent de faim, comme elle engloutit, d'ailleurs par dizaine, les princes qui y sont conviés, aux dires de beaucoup. Nenni ! Répondent les autres à l’œil plus avisé. Car il semble certain désormais que l'adolescente à la liberté farouche et à la rhétorique acérée, ait de plus en plus de mal à cacher sa grossesse qui couve depuis plusieurs mois.

Une courtisane enceinte ? Trahison !

– La belle affaire ! Les bras des courtisanes sont pareils aux linceuls des Princes dans lesquels ils se terrent d'un dernier repos et lequel de ces puissants, n'a point engendré d'enfant à l'une de ces filles libérales ou été engendré par elle ? Rien d'autre ici que l'ordre naturel des choses.

Mais voilà que point une autre rumeur. La jeune fille serait mariée et cela en secret depuis plusieurs mois. Ultime coup de poignard dans le dos de quelques amants joués ! La jeune fille, qui a refusé neuf demandes en mariage, que l'on à enlevé à sept reprises pour la soumettre sans succès à l'autorité masculine, cède tout de sa liberté flamboyante pour un anneau d'or. La voilà bien la folie tempétueuse de la jeunesse qui frappe d'une main la morale pour la caresser de l'autre. Et comme disait un poète : « Ce que l'on veut d'elle, elle s'y refuse et ce que l'on ne veut point, elle le fait. »

D'un autre côté, mariée à dix huit ans et enceinte de son époux, c'est plus que ce à quoi nous sommes habitués. Celle qui aura fait s'ébranler – sans jeux de mots, mes amis – deux ans de suite l'inquisition et les milieux les plus conservateurs et que d'aucuns montraient du doigt comme la faillite de la pensée libérale, la décadence la plus absolue de l'idée féminine, semble être en vérité la représentante la plus morale des valeurs élionistes. Et c'est peut être là toute la duplicité de cette jeune fille. Engendrée des cendres misérables de la guerre, et aujourd'hui dînant à la table des Princes, qui n'en vient pas à se demander si ce bout de femme n'a pas orchestré jusqu'à sa propre insurrection contre la morale pour arracher à la vie le droit à un destin avantageux ? Et certain humanistes de rappeler pour conclusion à toute cette affaire, le sens étymologique du mot  Prostitutio : « Se montrer, se mettre en avant, exister au regard des autres. »

La rumeur prétend désormais que la jeune femme ne serait plus courtisane, mais qu'elle aurait déjà commencé à travailler pour le Parlement, avec qui elle avait déjà contact de par sa vie – Puisque l'on sait que Princes et Putains, constituent au fond le même socle de l’État – et qu'elle se donnerait pour ambition de devenir ministre d'ici une dizaine d'année… au fond, ultime pied de nez à ses détracteurs, celle qui fut décriée comme une chose hors des codes sociétaux, semble avoir le parcourt le plus normal d'une jeune patricienne de son temps.

 

 

 

 

 

Modifié par Dulcia

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans les endroits les plus mal fréquentés, les coupe-gorges et les QG malfamés, se faufile de bouche-à-oreille le bruit qu'une petite fortune serait offertE à celui qui sans état d'âme ni état de conscience exercerait ses compétences au profit d'un groupe anonyme, pour un voyage à durée indéterminée. 
Il s'agirait de trouver une personne dénommée "Constance". 

Révélation

 

Bonjour à tous, 

Cette rumeur invite les intéressés à se présenter pour un "entretien de recrutement" IRP si l'envie est présente de participer à un événement (voir une petite campagne qui se déroulera sur plusieurs soir -pas d'affilés-) probablement et terriblement hors-lore. Il n'y aura pas que du hors-lore, si ça peut vous rassurer. Mais l'accent n'est pas mit sur ce point, ni sur l'histoire du jeu. Découvrir vos perso' et partager en s'amusant est le plus important. :)

Ne vous engagez que si :
- Vous êtes certains de pouvoir participer jusqu'au bout (il y a des exceptions évidemment, ça tient du bon sens.)
- Vous n'avez peur ni de la mort ni de la torture (j'exagère pour vous préparer au pire :P.)
- Votre seuil de tolérance pour le DarkorLeSombre est élevé.
- Vous avez conscience que vous allez devoir supporter que votre personnage traverse des périodes plus ou moins longues mais éprouvantes (pas uniquement, bien entendu, mais c'est très important de ne pas prendre ce point à la légère si vous avez peur du changement pour votre perso adoré.)
- Vous avez conscience que vous vous embarquez dans un event crée par mes soins, c'est un risque à prendre. Je suis novice as fuck. 

Dis comme ça, ça donne plutôt l'impression que vous allez voir votre personnage mourir dans d'atroces souffrances. Ce n'est pas le cas, aucun PJ ne mourra dans cet event -à moins de l'exprimer explicitement, ce sera votre choix.
Aussi, l'on peut ranger cet event dans la catégorie "Trame personnelle de mon personnage", et pourtant il ne tournera pas autour de mon perso'. Vous êtes les acteurs principaux. 
Enfin, sachez que n'importe qui est potentiellement un compagnon de route. Que vous soyez débutant en RP, vétéran - que vous jouiez un perso tout doux mielleux, tout vilain darkor - et/ou qu'il ait 10 piges comme 60 balais, ça n'a pas d'importance, tous ce jouera à l'entretien en somme. La variété et différence de nos perso' créera de très chouettes situations, je n'en doute pas. Mais gardez en tête que la rumeur court dans des endroits louches, elle n'est pas à la porté de tous et ne s'adresse pas à des enfants de cœur. Voilà !

Me MP pour plus d'info', et pour ce RP entretien. :) Au plaisir !

 

 

Modifié par Kamikaz

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voyageant provisoirement de villes en villes, une femme désormais connue sous le nom de Mhaynn est récemment apparue au sein de la cité de Calphéon. Les rumeurs disent qu'elle aurait été aperçu avec quelques personnes fréquentant la ville, avant de se déplacer du côté des commerçants afin de s'entretenir avec eux le temps d'une soirée. Au-delà de ça, les précédentes rumeurs concernant la petite boutique ainsi que de l'éventuel choix de nom, ont été démenti. Aucune de ses informations ne s'avèrent être exactes, puisque la Médienne envisage de disposer ce qu'elle compte vendre sur une carriole embellie, ce qui lui permettrait, d'après les dires, de mettre facilement en valeur ses produits mais également de se déplacer où elle le désire, avec un aspect pratique et accessible à tous. Il est possible d'entendre grâce au bouche à oreille, qu'un soit-disant chariot présentera prochainement diverses choses, comme des plantes médicinales, des fioles aux odeurs parfumées, de l'encens, des bougies, des grigris, des attrape-rêves, des anciens objets et autres accessoires dont la plupart d'entre eux garderaient un certain mystère à découvrir pour les plus curieux. Une sorte de petit "bric-à-bac", qui se déplace fréquemment. Sa position pourra être révélée si l'on se renseigne un tant soit peu.

Modifié par Lune

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après plusieurs mois de confinement, il s'avérerait que la vie ait repris ses droits sur le Domaine Cortesi. Les volets et les fenêtres sont désormais grands ouverts, laissant les rideaux se gonfler au gré du vent tandis que les couvertures pendent aux-dites fenêtres, laissant entrer l'air estival dans cette maison trop longtemps calfeutrées. Les tapis se font battre à l'extérieur, le jardin est remis en état et tout est remis en état à grand renfort d'ordres et de cris de la part des domestiques et des jardiniers du Domaine, heureux de reprendre enfin leurs anciennes habitudes, de voir à nouveau la maison vivre. Pour quelles raisons d'ailleurs ? 

 

En attendant que le Domaine Cortesi reprenne une vie qui avait disparu pendant plusieurs mois, la jeune Dame des lieux que l'on avait plus vu depuis son voyage de noce, foulait les pavés du Parlement du Calphéon, se dirigeant d'un pas lent et plein de grâce jusqu'au jardin attenant, poussant une poussette d'une main d'où s'élevait d'adorables gazouillements provenant de deux voix et tenant de l'autre main, celle plus menue et ô combien plus pâle que la sienne, d'un petit garçon emmitouflé dans une cape comme lors d'un hiver rigoureux et doté d'un chapeau à bord large, le dissimulant à la vu de tous ou le protégeant d'un soleil trop vif. 

Ce serait sur un air entrainant de violon qu'ils auraient tout les quatre passés un doux après-midi au jardin, Devona veillant telle une lionne sur sa progéniture, posant sur eux un regard empli d'une tendresse toute maternelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Depuis quelques jours, il court dans les rues du quartier noble, une nouvelle lubie. Un nouvel amusement qui fait fureur dans les soirées mondaines les plus délurées et douteuse, comme dirait les gens de bonne vertue. Une nouvelle drogue. Ou bien est-ce une ancienne, mais avec un aspect different. Toujours est-il que les principe actif semblent des plus efficace. Il se dit meme que vous pourriez croire que des ailes vous pousses...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Deux femmes au lavoir.

- T'as vu le visage de cette pauvre fille ?! Suis sur que c'est la peste !

- Pourquoi dit-tu cela ?

- Bah, elle avait la moitié du visage avec cette couleur étrange... on aurait dit qu'elle avait un petit coté . . . 

- Moisi ?

- Moue... peut-être pas moisi. mais en tout cas pas frais ! Comme une gangrène... Enfin, me suis pas approché pour voir de plus près.

- En tout cas, tu était assez proche pour le voir a priori...

-  reste que même si l'autre lui a foutue la capuche sur la trogne... ça fait peur. je suis sur qu'elle est contamineuse !

- On dit " Contagieuse " Simone...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un murmure outré, se muant en des rires moqueurs esquissés en sourdine par endroit, parcourt les rues de la ville. Certains auraient eu entre les mains un tract -- encore un! -- railleur, qui passé de main en mains, aurait répandu cette nouvelle saugrenue: Ce qui aurait fait rejeté la loi Cardali, qui fit tant débat les semaines passées au sein du parlement, ce serait la sympathie masquée de Batian envers certains cercles progressistes... Ceux qui ont eu le tract controversé entre les mains racontent en effet qu'on y voyait une scène graveleuse, où le conseiller se faisait "cajoler" par une demoiselle libertine sur fond d'orgie caricaturée et de symboles des familles ayant lutté contre la loi Cardali. Le texte accompagnant l'image dénonçait la dépravation du haut dignitaire de la république -- dépravation qui, on le sait bien, est l’apanage des progressistes --, qui aurait abandonné le soutient des fervents conservateurs ayant œuvré pour la loi au profit des "douceurs du progrès"...

Si une journée durant on pouvait encore trouver facilement ces papiers, dès le soir, il faut être bien renseigné ou avoir la chance d'un ami en ayant habillement caché un pour pouvoir encore les voir. Trina, face à ce manque de respect des institutions et de leur représentant, rechercherait activement les auteurs de ce qu'ils qualifient de "mauvaise blague". Batian quant à lui n'a pas jugé nécessaire de commenter... sans doute ces murmures n'ont-ils pas même atteint un si haut fonctionnaire de l’État. Ou alors, comme certains le diront "qui ne dit mot consent!"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après un voyage à but diplomatique à Grana, Aeddan de Sabran le jeune seigneur de Sabran serait de retour dans la sainte citée d'Elion, il aurait, dit-on, multiplié les rendez-vous avec l'Alliance de Xian, ayant sans doute pour objectif d'y conclure de juteux partenariats commerciaux.

Si quiconque ne peuvent dire ce que le jeune Sire a en tête, il n'en est pas moins certain que son nom revient de plus en plus dans les milieux marchant des hautes sphères de Calpheon. 

Cependant et pour l'instant, personne ne peu encore affirmé dans quel camp porte le cœur du chevalier et de sa maison, traditionaliste ? ou progressiste ?

Modifié par Hergonn

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un murmure commence à se faire entendre, chuchotements de commères, devenant de plus en plus présent, faisant rosir les joues de honte et de gêne comme de douces pucelles. Il se prétend que le roi décédé aurait eu un héritier caché ! Pire, que ce dernier aurait été caché parmi les gens du peuple pour échapper à une menace de poison ! Les dernières discussions vont bon train pour disputer l'âge de "l'élu". Bambin conçu juste avant la mort paternelle, ou batard aux charmants traits, voir même jeune homme portant le vêtement du Tiers état !

On dit d'ailleurs déjà que des vaillants seraient partis sur les traces de l'enfant prodigue...

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ces derniers jours, les entrées du quartier nobles semblent un peu plus étroitement contrôlées. là où les gardes laissent parfois entrer sans poser de question une personne bien habillée et propre sur elle, ils vérifient d'avantage les papiers des personnes qu'ils ne reconnaissent pas du premier coup d’œil, s'attardant plutôt deux fois qu'une sur les sceaux et signatures apposés sur les laisser-passer. 

Certains mettent cela en relation avec un événement survenu dimanche dont les commérages d'aclove et de boudoirs se plaisent parfois à décrire les contours. Autour d'Irildia Montino et Patricia Alonzo, le sujet de discussion est intarissable. De bouche à oreille, on peut entendre qu'elles prétendent avoir été violemment bousculées par un homme, manquant de peu d'être assassinées sur son passage. un manifestant, disent-elles, "déguisé en noble tout ce qu'il y a de plus correct.", sans oublier d'évoquer avec quelle étrangeté certains, dans son sillage, se sont mis à chercher quelque chose sur le sol. D'autres néanmoins parlent d'un noble mis en danger par des progressistes et ayant fui de peu une tentative d'assissinat en allant se mettre à l’abri, à l'évocation de certains détails décrits par les deux femmes. En effet, l'homme semblait traqué par tout un groupe dont faisaient partie certaines figures soupçonnées d'appartenir à ce groupe secret nommé "humanistes"... certains encore évoquent un espion étranger.

Trina bien entendu se refuse à tout commentaire, mais prie les maisons du quartier de faire en sorte d'attester de façon claire, avec signature et sceau, les laisser-passer qu'elles livrent à leurs visiteurs, et si possible de faire connaitre à l'avance aux forces de Trina postées aux portes du quartier l'arrivée de personnes ou livraisons inhabituelles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On murmure dans la ville que des choses étranges continue de se produire. Mais que Delphe prends les dispositions nécessaires. En effet, Certains membres du conseil de Kalis seraient malades. Il se murmure qu'ils auraient contracté le même mal que toutes ces autres personnes. Delphe a perquisitionné tous les entrepôts et fait confisqué tous les stock de tabac Serendien de la même marque que ceux retrouvé chez les différentes victimes.

Mais tout ne reste que rumeur. Certain disent que ce n'est en fait qu'une belle grippe et tout sera bientôt rentré dans l'ordre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
 
 
 
 
Une rumeur étrange
 

Quartier Noble

 

Une rumeur étrange circule, après la mort du dernier dirigeant de la maison Sabran William de Sabran, Une expertise médical du corps aurait été demandée par le nouveau chef de la maisonnée Aeddan de Sabran, cette investigation a été confiée à une femme de confiance de la famille, l'elfe Naenira, cette dernière aurait été vue au quartier noble, certainement pour remettre ses conclusions au chef de famille sans les rendre publique, cette discrétion pousse les observateurs à croire que William de Sabran n'est pas décédé d'une mort naturel mais a défaut de preuve ou de confirmation des concernés, cela reste et restera à l'état de rumeur.

 

CSS par Gaelle
Modifié par Hergonn

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Depuis quelques jours, une rumeur court, comme quoi, un médecin itinérant offrait ses prestations aux plus nécessiteux et ce, sans faire de distinction sur le plan social. Les plus avisés, auront pu reconnaître qu'il s'agit de la même femme, qui aurait effectuée l'autopsie de William de Sabran, dernier dirigeant de la maison Sabran.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant