Ceresayaria

[Rumeurs] Ville de Calphéon

299 messages dans ce sujet

Révélation

Comme le post créé dans la section de Serendia, je lance celui-ci ici pour suivre le mouvement. ^_^ 

Quelque part à l'est de la belle cité de Calpheon, un homme serait rentré dans la ville à cheval, portant le corps d'une femme inconsciente assise devant lui. Seuls ses bras musclés et forts permirent à ce que le corps inerte ne tombe point de la monture. Tout ce que les passants auraient pu entrevoir, c'est qu'il s'agissait d'une femme blonde dans un uniforme rapiécé et dont d'importantes marques ou blessures meurtrissaient le corps de la donzelle. 

L'homme, certainement connu de la garde de Calpheon, le laissèrent passer, le visage tatoué, ferme et grave, il disparut dans les ruelles du marché de la ville.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation

Cibles : @Valderion , Personnages Valkyries, Personnages Pieux, Demi-monde, Noblesse

 

"Ah, oh, est-ce dieu possible, notre beau père Gwareth, un assassin !"

La rumeur défrayait déjà les réunions de femmes autour d'un thé aux pétales de tulipe (la boisson ne laissait pas d'être sans goût mais une personne du monde ne pouvait pas se permettre de passer à côté des modes stupides) et les dames se pâmaient à l'idée de la sauvagerie annoncée du séduisant prêtre-guerrier dont tout le monde s'accordait (non sans s'en pâmer davantage) à considérer qu'il se trouvait plus à l'aise sur un champ de bataille qu'à dire la messe sur des tapis de velours. Toutes y allaient de leur commentaire.

"Son sourire, comme celui d'un fauve..."

"Son regard injecté de sang..."

"Savez-vous qu'il a deux épées ? On prétend que la seconde a été trempée dans du sang de démon."

"Et il est encore vierge, ma chère, un vrai prêtre à l'ancienne, c'est si romanesque !"

"Mais enfin", reprit l'une, "croyez-vous possible que ces accusations atroces pussent être vraies ?"

 

Et toutes de réfléchir à l'image du prêtre, à la fois où il était arrivé, sanglant et l'épée encore dégainée, dire la messe à Heidel sans songer qu'il tenait encore sa lame en main, à ses tenues peu orthodoxes, à sa dureté en confession, ne laissant passer aucun blasphème, aucune faute. Elles soupirèrent à l'unisson avec un petit frisson coupable.

 

Ce soir au cours de la messe célébrée en la chapelle du quartier saint de Calphéon, deux valkyries ont publiquement jeté l’opprobre sur le prêtre Gwareth Telemnar et l'ont sommé de répondre en public à des accusations de meurtre et de violence perpétrés dans l'exercice de ses fonctions. Le public est partagé, tout autant que les valkyries de l'assistance qui n'ont pas toutes vu d'un œil unanimement favorable ce discrédit public jeté sur un prêtre agréé par le clergé. Les noms d'oiseau ont volé et la valkyrie Elendryn et le capitaine Denethar furent finalement sollicités pour aider à trancher l'affaire de manière officielle au cours d'une future enquête. L'affaire reste à suivre. Le beau Gwareth Telemnar sera-t-il séparé de ses group ouailles ? Est-il véritablement parvenu à conserver sa virginité dans ce monde peuplé de femmes magnifiques en tenues légères ? Sa seconde épée est-elle en toc ? Vous le saurez en suivant les prochaines éditions du petit écho des paroissiens.
 

Révélation

Je plaisante, je plaisante, pas taper !

 

Modifié par Olympe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce matin, sur le marché de Calpheon, la rumeur d'une chasse organisée dans l'après midi du 28ème jour de ce mois ci par la Famille d'Arkier occupait les conversations de certains marchands, badauds, ou aventuriers de passage.

Si certains s'enhardissaient déjà de pouvoir y participer, d'autres calmaient rapidement leur enthousiasme. Car le noblesse n'est pas un monde ouvert, et quelques coursiers auraient été vu frappant aux portes des familles nobles de la cité. De toute évidence, la chasse compterait certains privilégiés ou proche de la famille d'Arkier.

On raconte que le patriarche aurait accordé toute sa confiance à son héritière unique, la jeune Angélique-Aïnhoa, et qu'il aurait promis une somme mirobolante au vainqueur de cette chasse. Preuve de son amour envers sa fille, ou véritable épreuve , les vielles dames se posaient encore la question alors que les cloches de l'Eglise annonçaient la prière quotidienne.

Quoiqu'il en soit, les curieux auront surement remarqué que la demeure familiale des d'Arkier était en plein préparatif. La rumeur d'un prix en lingots d'or attirait déjà les chasseurs du royaume.

 

Révélation

[HRP] : pour toute questions concernant cet évènement, veuillez prendre contact en jeu ou par mp avec @Kaewyn La Renarde / Aïnhoa_Arkier)

 

Modifié par Valerya Tocchini

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans le quartier de La Chapelle, de nombreux passants matinaux auront pu remarquer l'arrivée d'un convoi et quelques ouvriers. Ces derniers semblent s'activer à la rénovation d'une ancienne boulangerie. Certains disent même qu'une jolie naine rousse superviserait l'ensemble des travaux. Affaire à suivre ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les Hospices Célestes de Rosépine auraient accueillis une patiente durant deux jours. D'après les on-dit dans la rue des marchés, la patiente n'aurait été que la propriétaire et Valkyrie Cérès accompagnée au début par un homme, lors de sa sortie, elle serait repartie seule...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ces derniers jours, deux étrangers à la cité, un homme en armure (un chevalier ?) et une femme en tenue de voyage, ont été aperçus pénétrant dans la demeure de la noble Dame Arkxane, toujours portée disparue. Ils en sont ressortis quelques heures plus tard sans, semble-t-il, avoir été inquiétés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Malgré la disparition de la jeune et ex-Capitaine Arkxane, le Capitaine actuel, Lorenzo Acciari, de la Brigade du Crépuscule n'entend pas laisser la structure couler, espérant que les deux bonnes âmes qui sont venues quelques jours plus tôt au Q.G., puissent apporter quelques lumières. En bon homme de foi et loyal,  il laisse quelques affichettes visibles sur les murs de la cité, aux lecteurs ou lectrices intéressé(e)s.

petite affiche.png

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

     A la taverne près de la rivière, quartier du marché, à propos du dilemme de la sécurité ...

 

-Ooh... Mais tu as vu ça ? La garnison de la ville est entré dans les bureaux du Trillium et en est ressortit avec des tas de feuilles et document après y passer un bon moment.

-Vraiment ? Par l'amour du ciel. Mais pourquoi donc ?

-Je ne sais pas, mais un Chevalier de Delphe vigilait tout ça depuis un coin, monté sur son palefroi. Ça devait être melé à de la Magie ou a quelque chose d’étrangers si c'est les Chevaliers de Delphe.

-Ah! Pour sûr..! Quel Inquisiteur !

-Oui enfin tu veux des Valenciens qui invoquent des Démons dans nos rues ou quoi ?

-Ah c'est pas faux...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comme à leur habitude, quelques commères des quartiers de noblesse flânaient aux niveaux de la fontaine.Et aujourd'hui, le grand scoop était lié à une étrange affaire au Lion d'Or. 

- Oh Dame Peponni ! Mon mari est rentré bien plus tôt de sa soirée au Lion d'Or. Dame D'Arkier à du subitement interrompre son animation de Bonne aventure. Cette jeune fille de nature si effacée est soudainement devenu un autoritaire après leurs avoir annoncée la clôture pour la soirée.

- Voilà qui est étonnant venant de cette personne, elle se fait généralement oublié quand le patron est présent. Elle n'aurai pas pris la grosse tête ?

- J'en doute car il semblerait que le frère de Sire d'Arakyr est arrivé avec l'enfant que l'on voit souvent, inconsciente et dans ses bras. Mon époux les aura vu partir avec hâte vers une demeure en face de la cathédrale. 

- Pauvre petite ... Mais attendez je pense comprendre a présent. L'Héritière d'Arkier est devenue la marraine de cette enfant si on parle bien de celle qui est pris en charge par le frère d'Arakyr.

- Ceci explique cela. Et bien espérons que c'était vraiment une urgence car mon époux était loin d’être ravis d'écourter sa soirée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 14 heures, Gwareth Telemnar a dit :

     A la taverne près de la rivière, quartier du marché, à propos du dilemme de la sécurité ...

 

-Ooh... Mais tu as vu ça ? La garnison de la ville est entré dans les bureaux du Trillium et en est ressortit avec des tas de feuilles et document après y passer un bon moment.

-Vraiment ? Par l'amour du ciel. Mais pourquoi donc ?

-Je ne sais pas, mais un Chevalier de Delphe vigilait tout ça depuis un coin, monté sur son palefroi. Ça devait être melé à de la Magie ou a quelque chose d’étrangers si c'est les Chevaliers de Delphe.

-Ah! Pour sûr..! Quel Inquisiteur !

-Oui enfin tu veux des Valenciens qui invoquent des Démons dans nos rues ou quoi ?

-Ah c'est pas faux...

 

Les habitués de la rue commerçante auront constaté de toute évidence que la porte du 3-3 RDC de la rue du marché, place forte de la compagnie de mercenaires connu sous l'égide d'un trèfle, a bel et bien été fracassée. Les curieux verront par les fenêtre que l'intérieur a été minutieusement fouillé. Actuellement, la serrure ne tient que par un procédé amateur et artisanal.

Sur la porte, un petit mot indique :

"Avis aux connards de bandits, y'a plus rien à chourer, ne vous fatiguez pas"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On raconte que la demeure de Lhyon d'Arakyr aurait été fouillée illégalement par un prêtre et une Valkyrie et que, suite à cela, le noble serait allé déposer une plainte en Justice pour leur apprendre les bonnes manières.

Il paraîtrait aussi, qu'en apprenant cela, les deux concernés seraient aller menacer le fidèle portier nommé Hector du Sire d'Arakyr et que cela aurait mal tourné. L'homme serait bel et bien mort en tout cas.

D'autres disent plutôt que c'est son Maître qui dans sa colère, aurait abattu son Valet.

En tout cas, une fois n'est pas coutume car quand le chat n'est pas là, les souris dansent.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un spectacle improvisé par deux bardes aurait eu lieu sur le pont de la ville, attirant quelques spectateurs généreux et une foule de curieux. La jeune femme à la guitare accompagnait d'une mélodie enjouée le chant du jeune homme évoquant les chevaliers de Delphe, le preux Velethuil Medran ainsi que le prêtre Telemnaar.

2016-09-04_18225337.JPG

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La rumeur monte au sein de la noblesse conservatrice : Le Lion d'Or offense les sensibilités et pas tout à fait pour les raisons que l'on pourrait croire.

Le symbole du lion est en effet l'emblème de Serendia et l'emploi de son image en plein devant la cathédrale et le siège du Parlement de Calphéon semble un pied de nez tout à fait dans le style des frasques habituelles du sieur Lhyon d'Arakyr à l'égard du clergé et de la patrie. Un cercle restreint de la noblesse commence à tenir réunions et exige auprès du Parlement de Kalis que le Lion cède la place à un Aigle d'Or pour ménager la susceptibilité des vieux combattants qui ont perdu qui un fils, qui un bras dans la dernière guerre contre Serendia. Les versions les moins finaudes de la rumeur supposent qu'un aigle d'or perché sur un lion d'or conviendrait tout aussi bien.

Modifié par Olympe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On l'attendait dans les salons, c'est enfin arrivé.
Le Lemmingouai a enfin terminé de faire copier les trente premières versions manuscrites officielles de son dernier récit d'amour. 
Bien connu pour son mode de vie ascétique, Sarrano Lemmingouai fait régulièrement le délice - souvent secret - des amateurs d'histoires de coeur. Les dames se préparent déjà à (faire) enchérir sur les volumes dans l'espoir de posséder l'un des fameux originaux illustrés par Cosimo Ghiberti : impossible de circonvenir l'auteur pour s'assurer qu'une copie soit mise de côté ou livrée en priorité... et impossible, même, d'obtenir la moindre entrevue.
Ce mystère qui l'entoure ajoute encore au charme de ses belles paroles et de son nom à la sonorité exotique : nombreuses sont celles qui se demandent à quoi peut bien ressembler un homme si sensible et si pénétrant.
Après les histoires de bergères, les récits sybillins mettant en scènes des elfes belles et sauvages et de pauvres jeunes hommes bien bâtis ou les dix nouvelles sur la noble et la semi-bête, on raconte qu'il aurait couché sur le papier un tragique triangle amoureux : une sombre sorcière aimant un beau chevalier alors que celui-ci n'a d'yeux que pour la Valkyrie dévouée corps et âme à Dieu. Nul ne doute qu'il sache éviter de fâcher l'Eglise malgré la présence de ce dernier personnage, mais l'on chuchote qu'il y aurait quelques scènes suffisamment sulfureuses pour faire tomber les demoiselles en pâmoison. On revient régulièrement à la mention de sutures de pectoraux, de toilettes rapides effectuées sur la berge d'une rivière et de poursuites au clair de lune dans des passages très étroits. Ce qui agite le plus d'éventails, toutefois, serait la fameuse scène du bandage de cheville

Le véritable scandale, quand même, c'est que l'un de ces trente livres vaut bien une bonne armure et l'épée qui l'accompagne. Mais ni les armures ni les épées ne sont d'une grande aide face à une épouse mécontente.

Modifié par L'autre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, L'autre a dit :

[...]

Les valkyries sont en émoi et attendent avec impatience que l'une des éditions soit ajoutée à la bibliothèque, au côté de la série de la dame et de la semi-bête. Dans la section des ouvrages sensibles inaccessibles aux petites jeunes.

"It's litterature...smutty...litterature..."

Modifié par Olympe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Il y a 1 heure, L'autre a dit :

On l'attendait dans les salons, c'est enfin arrivé.
Le Lemmingouai a enfin terminé de faire copier les trente premières versions manuscrites officielles de son dernier récit d'amour. 
[...]

Apprenant la nouvelle, la jeune femme aura fait son possible pour se procurer un exemplaire tout en restant discrète sur son achat. Ceux qui auront eu la chance de rentrer chez elle où bien l'avoir connu lors de ses années d'études savent à quel point la Dame de cœur dévore ce genre de roman; surtout ceux qu'elle cache bien secrètement comme des trésors.

" Un Jour, Ezio donnera son nom à une série ... Plus que quelques chapitres à finir ...."

Modifié par Kaewyn La Renarde

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans les rues du marché, une altercation aurait eu lieu entre un groupe constitué d'un noble et de deux jeunes femmes au langage fleuri dont l'une nommée Tocchini, et un duo d'artistes répétant dans leurs locaux. Après quelques échanges aux fenêtres, le groupe serait reparti ensuite sans en venir aux mains.

2016-09-05_16482819.JPG

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cosimo Ghiberti aurait encore frappé.
Aucune demande en duel de mari, de père ou de frère indigné cette fois (il croque trop les femmes) mais une farce faite à un (bientôt ancien) ami. Les premiers exemplaires de Espoir de Lumière écoulés, il a révélé à une petite soirée (bien arrosée) qu'il avait doré à la feuille d'or le petit faucon du héros sur la planche d'illustration numéro quatre (celle où Alvirio s'apprête à charger les trolls pour libérer la sorcière qui, au premier coup d'oeil, est déjà amoureuse de lui.) Seulement cinq exemplaires ont bénéficié de ce traitement particulier et il a affirmé : parole, si ceux qui les ont viennent me voir, je les emmène chez Sarrano !
Cet engagement sur l'honneur a déjà fait grand bruit et les heureux propriétaires du livre peuvent déjà aller examiner les illustrations (même si, avouons-le, c'est sans doute la première chose qu'ils ont fait) à la recherche de ce sésame qui permettrait de satisfaire une curiosité "très saine" et, surtout, de faire la nique à celles qui n'ont pas de petit faucon doré.
A la fin de la nuit, relancé sur le sujet, Cosimo aurait ajouté en grommelant :
« Et qu'on n'essaie pas de me faire accroire que c'est mon ouvrage si on tente de les falsifier, je sais reconnaître mes faucons, quand même ! Et les vrais... »

 

(Vous pouvez m'envoyer un mp pour avoir votre exemplaire.

Et si la sainte faculté obtient un exemplaire avec le sésame...

faudra organiser une sortie scolaire pour les demoiselles.)

Modifié par Néron

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il paraîtrait qu'une noble dame recherche à acquérir quelques lopins de terre aux alentours de Calpheon, cherchant à y installer un haras de chevaux pur-sang, dressés et conditionnés pour une clientèle Noble et militaire.

Dans cette quête de terrains susceptibles d'accueillir des équidés, la rumeur laisse entendre que du personnel est recherché avec une certaine expérience.

Mais malheureusement, personne n'a entendu le nom de cette dame ni l'endroit où la trouver. Pour ceux en quête d'un nouvel emploi, espèreront sans doute voir quelques affichettes en ville dans les prochains jours avec un complément d'informations détaillées.

Modifié par Ceresayaria

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le collège des prêtres réuni pour l'occasion, considérait avec des mines consternées la femme qui se tenait respectueusement agenouillée devant eux. Elle portait une armure flambant neuve dont le polissage réfléchissait la lumière comme un flambeau divin. Ses cheveux noirs nattés à la diable conféraient à son visage un aspect sauvage et terrible de guerrière sortie d'un champ de bataille - et c'était le cas, elle en sortait. Mais à aucun moment elle n'était parvenue à déployer les pouvoirs Divins dont Enslar paraissait naturellement pourvue. En vain, on cherchait ce qui avait poussé Dieu à offrir ce don à une simple mortelle, même pas une prêtresse. On avait essayé les prières, les offrandes, et en une occasion mémorable dont personne ne voulait se souvenir, le sacrifice d'une chèvre mal attachée qui avait encorné son bourreau avant de galoper en chevrotant vers des pâturages moins hostiles. Tout avait été tenté, en vain. Sauf...

« Et si on la teignait en rousse, Comme Enslar ? Peut-être qu'Elion est myope, le paradis c'est vach'ment haut. Il y verra que du feu. Haha, du feu, lumière vous comprenez ? Erm. »

 

*

« T'en racontes de ces bêtises.

- Juré, pourquoi elles seraient rousses, sinon ? T'en a vu beaucoup des soleils rouges, toi ? C'est pour que Dieu les confonde avec Enslar et leur envoie ses rayons divins pour qu'elles se battent avec, c't'évident.

- Tu crois qu'elles se teignent aussi les poils ?

- 'videmment, tiens, les valkyries, toutes des chaudasses.»

Modifié par Olympe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Se refusant d'entrer dans sa demeure au numéro 1-6 du Quartier Noble ou du moins ne souhaitant pas y demeurer plus d'une heure depuis qu'elle était rentrée à Calpheon, c'est dans la matinée qu'Arialyss Arkxane a empaqueté toutes ses affaires, ses meubles et a prit le large, s'installant aux abords de la cité, à la ferme Gabino. Pendant plusieurs heures, la jeune noble obstruait la rue montante à la petite place, un véhicule hippomobile tiré par quatre chevaux massif et dont plusieurs ouvriers payés, entassaient le riche mobilier et les malles dans la carriole.

Sur la porte du 1-6 du Quartier Noble est affiché un écriteau. "A vendre, contactez Dame Arialyss Arkxane, Ferme Gabino au numéro 7."

A elle les grands espaces verts et l'air frais de la campagne, rien de tel pour souffler lorsqu'on se sent prise dans un étau d'une ancienne demeure qui vous inspire de bons comme de mauvais souvenirs....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Calphéon se vide. Ou alors les gens deviennent juste fous. Ou il fait trop chaud. Ou certains ont des choses à se reprocher. Après les départs de tout le monde pour Valencia, c'est au tour d'Epheria d'être visitée.
Dans la nuit, une voiture portant les couleurs de la famille Elithiel a traversé la ville à vive allure pour prendre la route menant à Epheria. Interrogés par certains curieux sur le motif de ce départ, les serviteurs ont répondu que le jeune maître était parti avec son épouse et leur fille nouvellement née. Les mauvaises langues sont apaisées, ce n'est donc pas la jeune mariée qui s'est enfuie avec son enfant pour retrouver son père. La ravissante ex-valkyrie ne fuit pas, apparemment, son époux cacochyme. 
Globalement, la population leur donne une note de quatre : l'intention est bonne, c'est toujours bien de montrer les petits enfants aux parents, mais la note est largement baissée par le manque de décorum. Pour une fille de sang noble née d'une valkyrie, tout de même on peut faire l'effort de prendre un bel attelage, de passer dans les rues et de distribuer du pain et de remplir les verres qui devront être levés à sa santé. Entre les nobles qui ne nobilisent plus et la disparition des principaux acteurs des rues de la ville, et la chaleur écrasante, on manque cruellement de divertissement. Heureusement qu'il reste le bal du Lion d'or, mais bon sang ! Quand on fait un bal pour la noblesse, on ne l'ouvre pas aux roturiers : cela ôte toute raison de protester, et ce qu'il y a de mieux avec les bals, c'est de se plaindre qu'on ne peut pas y aller.
Une seconde voiture est elle partie peu après le passage de la première dans les rues de la ville, emportant à l'abri de ses rideaux un parfait anonyme à fond de train sur les traces de la première. La maison ainsi désertée reste aussi muette qu'elle l'était du temps de son occupation, ses rideaux tirés et sans serviteurs capable d'informer le bon curieux.
En tous cas, les deux sont effectivement arrivées à Epheria : et de la même façon qu'on pourra déplorer le manque de classe du départ à Calphéon, l'arrivée dans le feutré prendra les habitants de court dans le si joli port de la sainte nation. La ville étant un peu moins grande, cependant, et le retour d'Iseult avec un enfant étant plutôt une réussite, les deux concernés verront leurs oreilles siffler plus agréablement. 
Et le lendemain, tout le monde sera passé à autre chose.

... D'ailleurs, saviez-vous qu'on vend des jeunes filles contre leur gré en Sérendia ? Ils sont fous, là-bas, ma bonne dame. Moi qui croyais que ça n'arrivait que dans les cités barbares comme cette Altifavella ou je-ne-sais-quoi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après des mois sans donner signe de vie, une jeune chienne des bas-fonds repointe le bout de son nez dans les quartiers marchands. Pour sûr... beaucoup l'auraient préférée morte !

Son lourd fessier écrasant le contenu d'un cageot de tomates, un lourd marchand au teint aussi rougeaud que ses légumes vocifèrait à n'en plus finir contre une brune balafrée qui l'aurait molestée alors qu'il cherchait à récupérer ce qu'elle venait de lui voler. Il était dans son bon droit, lui, lorsqu'il avait levé la main sur cette caigne, et était loin de se douter que ce coup porté lui reviendrait six fois avant que la chapardeuse ne décampe comme un lièvre.

A l'incrédulité générale avaient suivi quelques éclats de rire moqueurs. On pouvait néanmoins compter quatre braves gaillards partis courser la voleuse de fruit. Nul doute qu'il en fallait au moins quatre pour arrêter un tel adversaire... s'il n'avait pas disparu quelques rues plus loin.

"Qu'Elion châtie cette pouilleuse !" hurlait le cramoisi vendeur de fruit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il se dit que le jeune homme, heureux gagnant du premier lot au jeu organisé au cours du bal des anges, aurait fait don des meubles de salon pour l'orphelinat situé dans le quartier de la Chapelle, offrant ainsi un espace de détente pour les jeunes orphelins. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 11/09/2016 à 01:50, L'autre a dit :

 Heureusement qu'il reste le bal du Lion d'or, mais bon sang ! Quand on fait un bal pour la noblesse, on ne l'ouvre pas aux roturiers : cela ôte toute raison de protester, et ce qu'il y a de mieux avec les bals, c'est de se plaindre qu'on ne peut pas y aller.
 

Les yeux de miel de la jeune Dame Greywolf se posèrent un instant sur la cancannière de la rue du marché, avec une moue des plus amusées. Glissant son bras sous celui de son amie Cyscilia Dramont, elle vînt lui susurrer à l'oreille:

"Je vous l'avez bien dit, ma douce. Ce grand diable noir si effrayant et son amie borgne avaient l'air louche. Le Sire d'Arakyr m'assure qu'il est chevalier de Delphe, mais j'ai hâte de voir la Dame Orsini pour la questionner à son sujet. Des gueux parmi nous!"

Les deux jeunes filles reprirent leur chemin en riant, devisant avec légèreté, comme à leur habitude. Aprés tout, les rumeurs ne vivent que des crédules qui les écoutent?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant