Zarsh'

La soirée au coin du relais [Evènement régulier]

40 messages dans ce sujet

Chanson en l'honneur de Muirgen et Daheron - Aller plus haut.

(Playlist utube : https://www.youtube.com/watch?v=Vo8VrmxuX-g)

 

Peu importe la destination, peu importe la raison,
Vivons l’instant présent, célébrons cette union,
Des hautes cimes des plus hautes montagnes,
Aux immenses étendues où le soleil gagne.

Peu importe où le vent soufflant vous portera,
Tant que vous irez tous les deux jusque là-bas,
Que le temps n’ait aucune prise sur vos sentiments,
Bénis par les dieux, les esprits et les gens bienveillants.

Certaines choses sont liées dès la naissance à jamais,
Sentiment unique qui vous consume comme un feu sacré,
Volez ensemble et que le vent vous porte plus haut,
Vers des souvenirs et des instants toujours plus beaux.

Devant vous s'étend une vie, un avenir, un futur,
Baigné par les sentiments et les émotions purs,
Que de sa grâce, le créateur vous bénisse,
Et que jamais vos sentiments ne se tarissent.

Modifié par Uther

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nouvelle (et derniere chanson) de la soirée :

 

(Playlist utube - Emotions de Valencia : https://www.youtube.com/watch?v=cSC95AiLlM0)

 

Le sable blond et brûlant forme un écrin sur tes vastes murailles,
Le vent chaud agitant les tentures et les soieries dans tes entrailles,
Les commerces et les marchés, grand poumons vibrant de tes artères,
Les habitants, ton coeur, riant et se faufilant entre marchandises et affaires.

Rose du désert, cité des dunes, tu es un voyage à la sérénité de l'âme,
Séduisante, charmeuse, dansante, et brûlante comme toutes tes femmes,
Tu nous enchantes.... Je joue, je vis, je chante, je m'élève, je m'envole,
Tu me fais ressentir ma propre fragilité, ma sensibilité, cette âme que tu voles.

Nous vivons pour un sentiment, un attachement, une personne, un instant,
Nous ressentons ces émotions, à travers toi, intensément ces moments,
Couleurs vives, épices fortes, saveurs épicées ou soie douce et glissante,
De tous ces sens c'est le cinquième que j'invoque, l'ouïe, saisissante,

Des rires d'enfants, des tirades des camelots, les percussions du darbouka,
Les vibrations du oud, le frappé d'un voile d'une danseuse qui tournoie,
Au coin d'une ruelle anodine, la vie semble une suite de fêtes et de joie,
Improvisé, c'est tout un spectacle qui entraîne dix ou vingt villageois.

Valencia est artiste, belle; excentrique, colorée, vivante et chantante,
Rose du désert, belle a en mourrir, mais qui peut être aussi piquante,
Admirez-la, visitez-la, nourrissez-vous de ses splendeurs éternelles,
De votre vie, vous garderez toujours en mémoire cette étrange citadelle.

Modifié par Uther

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les affiches virevoltent dans les rues de Heidel et des fermes avoisinantes, ainsi que sur le panneau d'affichage du relais. 

Soirée Contes 21_09.jpg

 

Révélation

Pour les artistes/conteurs souhaitant y participer, merci de contacter @daheron ou @Muirguen

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce soir, plusieurs assiettes seront dispersées sur le comptoir et les tables à disposition des clients.

 

 

Croissants au fromage et à la coriandre.

maxresdefault.jpg

 

 

Brochettes de viande.

Brochette-teriyaki-de-viande-chevaline-B

 

 

Moelleux à la cerise.

mini-moelleux-a-la-cerise.jpg

 

Beignets au pomme.  

86f27ba431e088a65b7222cd8d82452c--winter

 

 

Les Fameuses Truffes de Daheron.   

truffes-au-chocolat.jpg

 

 

Modifié par Muirguen

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Chanson de la Veillée des Contes du Relais : Le pèlerinage

Réunis, tous les orientaux dans un campement de fortune,
Se préparant mentalement en discutant sous la lune,
Un parcours initiatique, de prêche, ou de rédemption,
C'est ainsi que le groupe s'ébranla vers l'est avec passion.

Dépassant Altinova, puis les terres Sézecs avant le bazar,
Une route nous préparant peu à ce que nous allions voir,
Perchés tout en haut de Grain de Sable, il s'étendait devant,
Beau, vaste, infini, décidant seul de qui il garde et qui il rend.

Le Grand Erg, ses dunes blondes qui changent chaque jour,
Froid et mordant la nuit, le jour le poids de sa chaleur si lourd,
Perdus devant cette immensité d'une beauté inégalée,
Nous restions sans un mot à contempler l'infini, l'éternité.

Il est la vie, il est la mort, il est la source de nos croyances,
Il est Lui, il est un tout, il est celui où les défis se lancent,
A la fois épreuves, parcours, dangers et accomplissement,
C'est à travers les Sept et la volonté, les Astres nous guidant.

Le souffle se fait difficile, l'air si brulant semble se raréfier,
Les jambes si lourdes, avançant sur cette piste ensablée,
La gorge déshydratée semble peu à peu se consumer,
Et pourtant le groupe continue sans faillir son épopée.

Les sanctuaires apparaissent, comme une délivrance,
Repos, Prières, Communions, Connaissances et Confidences,
Un instant de partage avec ses soeurs, ses frères et le désert,
Un moment intense d'unité, de volonté devant nos pairs.

Les sanctuaires se traversent, le groupe continue son avancée,
Les questions trouvent réponses, ou de nouvelles viennent se poser,
Chacun a sa propre raison, son propre chemin à trouver et à arpenter,
Communion et célébration permettent de se rapprocher de cette félicité.

Douleurs, maladies, malaises, peines, tristesses, tant d'émotions subies,
Joie, sérénité, plénitude, rencontres, foi, tant de sensations dans nos vies,
Puis vint l'apothéose, le plus grand moment, la délivrance, l'arrivée,
Enfin je la retrouve toujours si belle, si vibrante, dans son carcan ensablé.

Les dômes dorés brillent toujours comme un phare guide les navires,
L'odeur des marchés, la douceur des soies, les réjouissances des rires,
La musique, les couleurs, les odeurs nous entrainent dans un tourbillon,
Une tornade de plaisir, de beauté, de musique, de chant, et de sensations.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Chanson : Le héros de Képlan (Bondoulfe style)

 

Arpentant les royaumes sur sa monture pourtant singulière,
Il dit avoir reçu la grace de Dieu lors de sa nocturne prière,
Il n'était rien et voila qu'aujourd'hui, il devient le gardien,
D'une mission, de sa ville, de son royaume et des citoyens.

Investis de pouvoirs magiques, détenteur selon lui d'un grand pouvoir,
Il parcourt à dos d'âne les cités et les campagnes en quête de Sa gloire,
Pas de gloire personnelle non, il est au-dessus de cela, celle de Dieu,
Il n'est pas là, pour la prêche, c'est un héros, le sauveur des lieux.

Paré de son grand chapeau de sa bure grise et de ses lunettes,
Toujours à voyager, et même quand il se perd cela devient une quête,
Voyageant il y a peu en Mediah pour aider des gens, il change de chemin
Divine providence il termine aux courses, et conversera jusqu'au petit matin.

C'est l'histoire d'un héros venu d'un village loin au sud nommé Képlan,
Un vieil homme qui reçut un don, et qu'il décida d'offrir et d'ouvrir aux gens,
Un chapeauté qui sauvera le monde, par ses pouvoirs ou ses convictions
Que tous les dieux préservent ce genre d'altruistes en glorieuses missions.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

LE CLOU.

Un marchand avait fait de bonnes affaires à la foire ; il avait vendu toutes ses marchandises, et bien garni son sac de monnaies d’or et d’argent. Il s’était mis en route vers sa demeure où il désirait arriver ce même jour encore avant la tombée de la nuit. Il cheminait donc à cheval, son lourd portemanteau solidement attaché derrière la selle. Vers l’heure du dîner, il fit halte dans une ville, et lorsqu’il voulut se remettre en route, le valet d’écurie, qui lui amena son cheval, lui dit :

— Monsieur ne sait pas sans doute qu’il manque un clou au fer gauche de derrière son cheval.

— Ne t’en inquiète pas, répondit le marchand, le fer n’en tiendra pas moins pendant les six lieues au plus qu’il reste à faire. Je suis pressé.

Vers l’heure du goûter, il s’arrêta de nouveau pour faire donner l’avoine à sa monture. Le garçon d’écurie ne tarda pas à venir le trouver dans l’auberge.

— Monsieur ne sait pas, sans doute, lui dit-il, qu’il manque un fer au pied gauche de derrière de son cheval. Dois-je le conduire chez le maréchal ?

— Ne t’en inquiète pas, répondit le marchand, pour une couple de lieues qu’il me reste à faire, mon cheval se passera bien de ce fer. Je suis pressé.

Il se remit en route. Mais bientôt après le cheval boita ; il n’y avait pas longtemps qu’il boitait, lorsqu’il commença à trébucher ; il eut à peine trébuché deux ou trois fois, qu’il s’abattit et se cassa une jambe. Le marchand fut obligé de laisser là son cheval gisant, de déboucler son portemanteau, de le placer sur son dos et de regagner à pied son logis, où il n’arriva que très-avant dans la nuit.

C’est pourtant ce maudit clou que j’ai négligé de faire remettre, qui a été cause de tout mon malheur, pensait-il en marchant d’un air sombre.

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le soleil était là, mourant dans l'abîme.
L'astre, au fond du brouillard, sans air qui le ranime. 
Au centre palpitait, rampait une flamme.
Montrant encore la faible lueur de son âme.
L'astre était devenu presque noir et cela me rendait las.
Il n'avait plus de voix, plus de souffle, hélas.
Comme si ce géant de vie et de lumière,
Engloutit par la brume où tout s'évanouit,
N'eût pas voulu mourir sans insulter la nuit.
J'ai bien conscience de n'être qu'un être infime à ses côtés. 
J'espère néanmoins avoir la force de le ranimer.
Espérant que, la lumière que j'ai en moi, je puisse lui insuffler.
Afin de pouvoir à nouveau le voir rayonner.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un mot aura été déposé sur la porte du dispensaire de Heidel, ainsi que sur celle du Relais.

Il y restera quelques temps,  tant que la pluie n'aura pas eu raison du vélin manuscrit.

Lettre Don vetements.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ernest montrera l'affiche avec chaque boisson qu'il servira, encourageant les gens à conter et les valenciens à participer en contactant les Delonyr ou en laissant un message au Relais des Voyageurs. Une grande nouvelle cette fois-ci apparemment la Patronne cherche une histoire à partager sur les nuits étoilées du désert.

Soiree_Contes_19_03_2018.jpg

Révélation

Pour conter, n'hésitez pas à contacter @Lisael @daheron ou @Muirguen afin de pouvoir nous organiser! :)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant