Zarsh'

La soirée au coin du relais [Evènement régulier]

40 messages dans ce sujet

Des affiches viennent fleurir sur les panneaux daffichages à Heidel et les fermes alentours

 

soiree contes.png

 

Révélation

Une nouvelle soirée de fables et de récits organisée par Daheron vois le jour ! Rendez-vous le vendredi 10 Mars, à partir de 21h au relais des voyageurs, au 9.4, instance Indyaz. A Bientôt !

 

Modifié par Zarsh'

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Yhavana avançait dans les ruelles animées de la ville, remontant jusqu'à sa Pâtisserie. Un panier bien garni au bras, elle vit cette nouvelle affiche. Curieuse et surprise, elle s'arrêta. Son regard parcourant le papier à peine épinglé, elle s'y reprit à plusieurs fois. Sa main libre se dressa pour frôler cette annonce du bout du doigt. Quelques instants s'écoulèrent avant qu'un sourire triste vint effacer cette curiosité. Quelques courts instants suffirent pour que son attention retourne rapidement à la route pavée. La jeune femme reprit son chemin... mais au lieu de s'arrêter à sa boutique, elle prit la direction des escaliers pour monter à ses appartements. La porte se déverrouilla dans le plus grand silence que pouvait offrir ce moment, et la pâtissière disparut derrière celle-ci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci a tout ceux qui on fait le déplacements , et d'autant plus à ceux qui on eu la gentillesse de partager avec nous une histoire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Des parchemins fleurissent dans Heidel et ses alentours. 

Soirée Contes.jpg

Révélation

Pour les artistes qui souhaitent s'y produire (bardes, danseurs, poètes, conteurs, etc. merci d'envoyer un pm de confirmation pour @daheron ou @Muirguen

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Chanson pour la veillée des contes au Relai des Voyageurs d'Heidel par "La Rose"

(Playlist utube : https://www.youtube.com/watch?v=cSC95AiLlM0)
(Musique d'ambiance Youtube, merci de chercher : Great Masters of the Oud A tribute to Nasser Shamma)

 

Citation

Comme une fable, comme une histoire, comme un conte,
Les pages s'illuminent, tournent, puis la magie s'estompe,
Des enluminures dorées, bleues, rouges, couleurs éclatantes,
Les gravures laissent apparaitre une soirée envoutante.

Ici commence notre histoire, dans les sables des dunes,
Une ville enchanteresse où toutes les disparités ne font qu'une,
Mélange d'art, de marchandises et de musiques diverses,
Il est une cité où le soleil ne laisse que peu de place aux averses.

Loin, perdue au-delà du désert, s'élève cette cité enchanteresse,
Où règne la vie, les chants, le travail, les marchés et la paresse,
Les nuits sont douces sur le sable bleu caressé par la lune,
Les journées sont chaudes sous le vent brulant des dunes.

Comme un rêve, un mythe, une croyance, une légende,
Un artifice de rouge, de bleu, d'or, de bronze et de lavande,
Les marchands vous accostent pour faire voir leur plus belles soies,
Les bijoux, les tapis, les tentures, les épices vous avez le choix.

Exaltations des sens, les mets les plus raffinés pour le palais,
la douceur de la soie pour le toucher, l'odeur des épices pour le nez,
les couleurs vives pour les yeux, les chants pour les oreilles,
Tout se mélange dans des sensations différentes de la veille.

Des hauts dômes dorés des palais, aux arcades ciselées,
Dans ces rues chantantes, les enfants courent et s'égaient,
Ils renversent un étal, rient, puis détalent dans les rues,
Une innocence amusante, plaisante, que l'on ne voit plus.

Je revois ma maison, ma résidence, mon foyer si coloré,
Premier étage, sur la coursive, à la balustrade appuyée,
Je regarde dans la cour intérieure ma mère danser,
Sous les yeux fiévreux de mon père jouant la mélopée.

Née dans l'amour, bercée dans la musique, élevée en chantant,
M'épanouissant dans la danse, et doucement m'élevant,
Une chance infinie de pouvoir partager ces instants de bonheurs,
Ces arts et cette culture, cette cité et cette vie de valeur.

C'était l'histoire d'une femme comme une autre, amoureuse,
Amoureuse de son pays, de sa ville, de sa vie heureuse,
Qui voyage à la recherche d'autres vies, d'autres contrées,
A qui elle espère offrir un peu de bonheur enchanté.

 

Modifié par Uther

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A l'annonce de son nom, Leksa se sera présentée sur la petite estrade, non sans gêne, elle attira l'attention avec une petite introduction avant de se lancer.

 

 

Grand étalon à en devenir
Jeune poulain fougueux
Notre complicité va grandir
Nous vivrons des moments somptueux

Oh mon poulain tu me fais tant rêver
Lorsque tu veux me montrer ta liberté
Ecoutant ton instinct animal pour me dominer
Lorsque je te regarde, je ne peux qu'être charmée

Jouissant de me voir succomber
Tu reprends ta danse sauvage
Puis tour à tour plus raffinée
C'est comme un enivrant voyage

Propulsée aux plus hauts sommets 
Par de prodigieux coups de maître
Je te chevauche usant du fouet
Des mots doux que je te prête 

Je sens mon être s'emballer
Et un désir presque furieux
D'encore et encore te chevaucher
Dans ce galop bien fougueux

J'égare les rennes je perd le nord
Et toute notion de mesure
Voici que bat tempête à bord
Mais toi tu gardes fière allure

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Exemple de celui qui profite de l'expérience des autres.
Un lion, un loup et un renard se lièrent d’amitié, et sortirent pour chasser. Ils prirent un âne sauvage, un lièvre et un cerf.
Le lion s’adressa au loup :
-« Partage entre nous », ordonna-t-il.
Le loup dit : 
-« Le cas me paraît clair : l’âne est à toi, le lièvre est au renard et le cerf est à moi. »
Le lion lui asséna un grand coup qui lui sépara la tête du corps ; puis il s’adressa au renard :
-«Ah ! que ton ami est ignorant dans l’art du partage. Alors, partage entre nous ».
Le renard déclara : 
-« Cela me paraît évident : l’âne est pour le déjeuner de Sa Majesté, le cerf est pour son dîner et le lièvre est le goûter, entre ces deux repas. »
-« Que tu es juste, s’écria le lion ; qui t’a inculqué cette justice ? »
Le renard répondit : 
-« C’est de voir la tête du loup séparée de son corps. »

 

 

On raconte que deux larrons volèrent un âne et l’un d’eux alla le vendre. Il rencontra un homme portant un plateau plein de poissons. L’homme lui demanda : 
-« Vends-tu cet âne ? » 
-« Oui, répondit le larron. » 
-« Tiens ce plateau de poissons, lui dit l’homme, afin que j’enfourche cet âne pour l’essayer. S’il me plaît, je te l’achète à un prix qui te fera plaisir. »
Le larron tint le plateau, l’homme enfourcha l’âne et se mit à le faire courir et à l’essayer par des allées et venues, puis petit à petit, s’éloigna du larron et prit quelque ruelle, puis passa de l’une à l’autre jusqu'à ce qu’il disparût.
Le larron, désemparé, comprit que c’était une ruse pour lui dérober l’âne. Il revint alors avec le plateau de poissons. Son compagnon lui demanda : 
-« Qu’as-tu fait de l’âne ? L’as-tu vendu ? » 
-« Oui, répondit-il. » 
-« A quel prix ? questionna son ami. » 
-« Au prix d’achat, et ce plateau en est le bénéfice. » 
L’autre lui déclara alors : 
-« Que de chasseurs, voulant chasser, se trouvent pris ou reviennent bredouilles. »

Modifié par daheron

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

*Quand Baztan se sera présenté sur l'estrade ou il dira d'une voix clair et grave, en fixant chacune des personnes présente le récit d'une histoire inconnue d'heidel mais marqué pour certains d'Epheria* 

" C'est il y a deux mois et demi de cela ! que dans le grand port commerciale et militaire d'Epheria, que débuta l'histoire, l'histoire d'un danger encore inconnue de beaucoup, ou un jour de grosse brume, certains auraient pue voir les silhouette d'un trois mat. la rumeur se propagea partout dans toute la ville, se qui fit réagir les autorité de Trina sur place, quelques temps plus tard la brume était encore la, alors Trina envoya un navire trouver l'origine de cette brume et peut être d'un navire, qui pourrait être pirate ou fantôme, le mystère reste entier, mais au retour du navire, il se serait dit qu'une voix de femme y réside, au point de calmer les coeurs de toute personne face à la peur, mais également un capitaine qui aurait crue avoir du sang sur lui, et les reste de deux doigts, car l'expédition coûta la vie à deux hommes, par la suite les population était de plus en plus tendue avec les autorité sur place, alors la vérité éclatât, avouant l’existence d'un trois mat ainsi que celle d'une femme qui serait maître de cette brume qui ne veux pas partir, avec cette aveu la peur pris de cour les civils, et ainsi petit à petit les brumes purent gratter un peut plus la cité en englobant bientôt tout les quais, mais dans ses moments sombres un groupe se dressa, de personne de tout bord, mais faisant tous partie d'Epheria, voulant braver la peur ils firent tout pour trouver la faille de cette femme qui s'amuser à semer le chaos à Epheria, et pendant une semaine aucune solution fut trouver et la brume put arriver plus profondément dans les quais attrapant quelques personnes qui ne purent réagir plus tôt, et puis après de long effort le groupe pu enfin réussir à pousser la femme à passer à l'action et c'est la que la bataille d'Epheria débuta, avec l'aide du groupe et de l'armée d'Epheria ils purent vaincre cette menace qu'était cette femme et son armée de créature étrange, démoniaque, c'est après une longue lutte qu'ils purent enfin voir la lumière du soleil levant, malgrés les morts et nombreux blesser Epheria était debout et victorieuse, la moral au final est que nous sommes jamais seul, et que c'est unis que l'on peut tout braver, même l'impossible !"

*Le jeune chevalier s'inclinera avant de reprendre place*

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Par l'Est et au delà des Dunes, un beau matin, un seigneur s'en fut traînailler au marché. Comme moi il aimait se mêler aux gens, écouter leurs doléances, soupeser les fruits mûrs et flairer les bonnes affaires lorsque le chant si particulier d'une rixe attira son regard.

- Lâche ça le pâle ! Hurlait l'un. C'est à moi et je l'ai vu d'abord !
- Non, c'est à moi, hurlait l'autre, chameau, bandit !

Chaque personne sur cette place avait déjà eu connaissance de ces deux agités. Ils ne savaient que se battre le matin, se jalouser le jour et crier la nuit.. ..mais pas de joie.
Une pensée soudaine traversa le seigneur des lieux et il leva alors la main pour tenir ce discours. 

- MESSIEURS ! Laissez moi régler votre problème et vous accorder une faveur. Demandez moi ce que vous voudrez, je vous accorde tout d'avance. Laissez moi cependant préciser que vous aurez trente secondes pour choisir et parler. Le premier recevra alors tout ce qu'il a demandé.. MAIS ..le deuxième aura la même chose en double.

- Deux fois plus que moi !? Se dit le premier. Que le bonheur m'étouffe si je parle d'abord.
- Lui, plus riche que moi? Je me tais ! pensa l'autre.

Deux, sept, quinze, vingt cinq secondes passèrent..
Le regard du plus petit s'éclaira. Il ricana :

- Seigneur, qu'on me crève l’œil droit.

On le fit à l'instant.
Un borgne et un aveugle, au soleil de midi, quittèrent la place ensoleillée. 



 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Par ci et par là, les affiches fleurissent à Heidel et ses alentours. Comme chaque mois, la soirée Contes et Arts est mise en place

Soirée Contes 15_06.jpg

 

Révélation

Pour les artistes/conteurs souhaitant y participer, merci de contacter @daheron ou @Muirguen

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un petit mot aura été glissée sous la porte de chez Muirgen et Daheron.


 

Citation

 

C'est avec plaisir qu'une fois encore je serai présente à la veillée des contes.

Amicalement,

Sylencia.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Outre ses habituelles balades calphéoniennes, le saltimbanque oublié aura eu vent de cet événement. D'ordinaire indifférent à tout ce qui pourrait se passer en dehors de sa ville, le voilà qu'il s’ennuie, bien triste de ne plus pouvoir profiter des chansonnettes décrivant - avec brio - les coutumes de la noblesse de cette cité normalement supérieure. C'est pour cette raison que le fol, dépourvu de tout sourire, se sera tourné vers Serendia et ses fêtes dans l'espoir d'y trouver un peu de réconfort. Peut-être prendra-t-il la peine d'y faire un tour car après tout, le thème est précis, tout bonnement exquis. Une danse, une seconde et pourquoi pas une troisième ? Aaah~ ce qu'elles sont monotones les rues de Calphéon alors que d'antan, ces dernières étaient animées par mille prouesses. En tout cas, l'information ne sera guère tombée dans l'oreille d'un sourd et si il ne participe pas, absolument qu'on l'y verra ... quoi que ?

 

HRP : Je me suis permis un petit passage RP avant de t'envoyer un MP - Je ne sais pas si j'aurais le temps d'écrire quoi que ce soit pour participer alors dans le doute. Si mon pc l'accepte, on m'y verra sûrement. (Dans le cas contraire, je m'excuse de mon intox !)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

(Playlist Utube - Ces choses qui nous opposent... - https://www.youtube.com/watch?v=sCSXSLj0xy0)

 

D’une terre à l’autre les pensées divergentes, s’écartent, se confrontent,
Des points de vue qui s’éloignent et au fond qui se confondent,
Parfois des pensées, un héritage lourd à porter ou est-ce la politique,
Qui nous poussent dans nos idées, nos préjugés, et que notre orgueil pique.

Il est des histoires qui se racontent, d’autres qui se vivent ou se chantent,
Il est des histoires improbables et qui pourtant sont si puissantes,
Parfois obligés de se cacher ou de dissimuler la vérité par peur d’être jugé,
Ou encore contraints de répudier ce qu’ils sont par crainte d’être rejeté.

Les dualités et les rivalités sont légion dans notre monde en construction,
De la politique, des commerces, des armées, de l’armement ou de la religion,
Chacun cherchant sa place, prouvant sa valeur, sa richesse, son orgueil,
Oubliant tout ce temps sa vie, et dans l’anonymat, tombera comme une feuille.

Aïeux et descendants, l’un des liens les plus forts est celui du sang,
Amour et fraternité, le second lien, celui de l’émotion et des sentiments,
Quels que soient les choix des uns et des autres, parfois faire un pas,
Afin de respecter, de vivre sa vie, d’encourager avant de passer à trépas.

En fin de compte, nous rencontrons une personne et non un royaume,
Un sentiment nait entre deux individus, non entre deux dogmes,
Si les choses devaient être plus simples, il n’y aurait qu’une communauté,
Une religion, un idéal, une fierté. Mais hélas les choses sont plus compliquées.

Vivez votre vie, vivez votre liberté, quoi qu'en disent les médisants et les préjugés,
C'est votre vie, votre bonheur, qui sont en jeu, votre avenir et votre prospérité,
Ne pas être celui qu'on veut que vous soyez, mais celui ou celle que l'on veut être,
Il est temps de ne plus faire semblant mais bien de vivre avant de disparaitre.

Modifié par Uther

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors que la Rose chantait,  Shae  se mis à croquer sur son carnet  le visage de la jeune femme .  Croquis qu'elle lui remis à la fin de sa prestation.

LaRose.png

Modifié par Shae

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Leksa, à son annonce, vint se présenter sur scène pour conter son récit...

 

Il était une fois deux êtres qui se rencontraient
Bien qu'ils étaient en couple et heureux
L'un était volage tandis que fidèle l'autre était.
Le libertin ne put s'empêcher de séduire l'amoureux.

L'amoureux fût, en premier temps, troublé :
"Comment ce libertin ose-t-il ainsi m'aborder
Alors que mon partenaire se trouve à mes côtés"
Mais une réponse avec amusement lui fût donné.

Bien qu'à mon partenaire je sois fidèle et comblé
Je suis un être pas si facile à dompter
En amour, je suis heureux et satisfait
Succomber à vos avances serait une défaite.

Ce à quoi le libertin répondit avec le sourire
"Les chagrins sont pour les coeurs fidèles
Pour les inconstants sont tout les plaisirs
Avec moi te pousseront des ailes".

Bien qu'ils avaient des divergences d'opinions
Bien qu'ils ne se détestaient guère
Aucun lien,  ni de désir ni d'amitié à l'horizon
Ils ne s'envoyaient que quelques paroles en l'air.

Mais un jour, un drame les frappa tout deux
L'un subissait un abandon fort douloureux
L'autre perdait son partenaire par la mort
Ils avaient un point commun triste mais fort.

Le libertin vit alors l'amoureux en pleine détresse
Il vint alors à sa rencontre pour le consoler
Il voulait revoir l'amoureux qu'il avait convoîté
Il se surpris alors à faire preuve de grande tendresse.

L'amoureux quant à lui, le voyait différemment
Il se surprit à accepté malgré toute la réticence
Dont il pouvait faire preuve auparavant
Et à se laisser bercer et sentir une délivrance.

Les deux êtres se voyaient sous un jour nouveau
Alors que la mort et l'abandon aurait pu les anéantir
Ces deux personnes ont su ne pas sombrer dans le chaos
En oubliant mutuellement ce qu'ils pouvaient ressentir.

L'amoureux eu alors l'idée de le présenter à ses parents
Un geste touchant qui a su marque le libertin
A tel point qu'il était prêt à faire des changements
Fidèle il voulait devenir, il en était certain.

Le libertin vint alors dire qu'il devenait un amoureux
Et qu'être désormais fidèle était une promesse d'être heureux
Qu'il voulait désormais qu'ils soient fidèles tout les deux
Et se promettre de ne plus vivre de moment si douloureux.

Les deux êtres regagnent alors leur sourire perdu
Ce qu'on ne manqua pas de faire remarqué
Expliquant qu'il serait bien d'y être exposé
A ce bonheur retrouvé qui avait disparu.

Le nouvel amoureux propose alors sans hésitation
Qu'ils emmenagent ensemble et ce pour l'éternité
De se soutenir, de se tourner dans la même direction
Et surtout de ne jamais cesser de s'aimer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'aveugle ... dont Shae ne connaissait pas le nom fut également en verve pour le plus grand plaisir de l'assistance. Il sembla inspirer grandement la jeune femme.

Certes il ne pourrait pas voir le résultat du travail de Shae, mais elle lui remis tout de même.

Soma.png

( Son histoire suit le croquis )

Modifié par Shae

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'histoire parle d'un maître du combat à main nue, qui enseignait son art dans une ville de province. Sa réputation était telle dans la région qu'il défiait toute concurrence : les pratiquants boudant tous les autres professeurs.

Un jour, un jeune se disant expert, voulu en finir de ce monopole, ce règne. Il se présenta à l'école, un vieillard lui ouvrit la porte. Sans hésiter le jeune homme annonça son intention. Le vieil homme, visiblement embarrassé, tenta de lui expliquer combien cette idée était suicidaire, étant donné la redoutable efficacité du maître.

Pour impressionner ce vieux radoteur qui semblait douter de sa force, l'expert s'empara d'une planche et, d'un coup de genou, il la cassa en deux. Le vieillard demeura imperturbable. Le visiteur insista à nouveau pour combattre avec le maître, menaçant de tout casser. Le vieux bonhomme le pria alors d'attendre et il disparut. Quand il revint peu après, il tenait à la main un énorme morceau de bambou. Il le tendit au jeune, expliquant  : "Le maître a l'habitude de casser avec un coup de poing des bambous de cette taille. Je ne peux prendre au sérieux votre requête si vous n'êtes pas capable d'en faire autant." 

S'efforçant de faire subir au bambou le même sort que la planche, le jeune présomptueux dut finalement renoncer, épuisé, les membres endoloris. Il déclara qu'aucun homme ne pouvait casser ce bambou à main nue. Le vieillard répliqua que le maître, lui , pouvait. Il conseilla au visiteur d'abandonner son projet tant qu'il ne serait pas capable d'en faire autant. Excédé, l'expert jura de revenir et de réussir l'épreuve.

 

Deux années passèrent pendant lesquelles il s'entraîna intensivement à la casse. Chaque jour il se musclait et durcissait son corps. Ses efforts portèrent leurs fruits car il se présenta à nouveau à la porte de l'école, sûr de lui.

 

Le même petit vieux le reçut. Exigeant qu'on lui apporte l'un des fameux bambous pour le test, le visiteur ne tarda pas à le caler entre deux énormes pierres. Il se concentra quelques secondes, leva la main puis il cassa le bambou en poussant un cri terrible. Un sourire de satisfaction aux lèvres, il se retourna vers le frêle vieillard. Celui-ci fit un peu la moue et déclara : " Décidément, je suis impardonnable, je crois que j'ai oublié de vous préciser un petit détail ! Le maître casse le bambou … sans le toucher."

Le jeune homme, hors de lui, répliqua qu'il ne croyait pas aux exploits de ce maître dont il n'avait même pas pu vérifier la simple existence. Saisissant alors un solide bambou, le vieil homme le suspendit à une ficelle qu'il accrocha au plafond. Après avoir respiré profondément, sans quitter des yeux le bambou, il poussa alors un cri terrifiant qui venait du plus profond de son être, et sa main, tel un sabre, fendit l'air pour s'arrêter à 5 centimètres du bambou … qui éclata.

Subjugué par le choc qu'il venait de recevoir, l'expert resta plusieurs minutes en fixant les restes éparpillés du bambou, sans pouvoir dire mot, pétrifié.

Finalement, il se dit que le jeune, humblement , demanda pardon au vieux maître pour son odieux comportement et le pria de l'accepter comme élèves. Et il se raconte que les cris de son entraînement font encore écho dans les montagnes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La soirée semblait avoir inspiré bon nombre de personnes ! ce fut au tour du Chevalier d'Este  de monter sur la scène.

Baztan.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Shae se sera arrêtée là ... lorsque  l'ours lui avait  copieusement dégueulé dessus lorsqu'elle lui avait tendu son croquis.. Elle n'en avait pas demandé autant !

Modifié par Shae

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant