Kaewyn La Renarde

[Faits en vrac] Ville de Calphéon

141 messages dans ce sujet

Alors que la misère grouille sous les ponts, surtout dans la cité célèbre pour son clivage social particulièrement encré, certaines causes semblent sortir du lot.

Et c'est tout particulièrement le cas ces derniers jours où, dans les quartiers nobles, quelques jeunes pages soigneusement vêtus et coiffés, semblent s'adonner à une récolte de fond. En échange de quelque don, ils offriront volontiers chants de Noël, et bons voeux de fin d'année. Les jeunes gens, affublés d'épais manteaux et de petits paniers d'osier, rappelleront ainsi dans les hautes sphères de la ville, qu'un geste bienveillant est aussi un pas de plus vers Elion Notre Père.

Et pour preuve, le vent glacial de l'hiver tout proche qui leur gerce les lèvres et leur piquotte les oreilles, n'ébranle pas leur conviction, et, d'une porte à l'autre, ils quêtent la bonté des nobles gens de Calphéon.

Mais en quel nom ? Et pour quelle cause ?

Si l'âme vous dit d'ouvrir la porte à ce duo de demi-portions au nez et aux pommettes rondes et rougies qui vient secouer son osier sur votre palier, vous apprendrez sans mal que la quête a été organisée par la tristement célèbre Maison di Oscuro Contea, dont le nom fait parler ardemment au cœur du Parlement de Kalis et des casernes de Trina de la Cité. En effet, suite aux tragiques évènements survenus à l'Université, la nuit du 11 au 12 Marteau - Et ils ne manqueront pas de vous offrir un exemplaire de l'Echo de Calphéon concerné ( voir ici ) -  et dans le souhait sincère d'offrir quelque réconfort à la pauvre veuve du soldat de Trina en faction ce soir-là, des dons sont rassemblés pour offrir à Madame Veuve de son mari, fidèle enfant de la République, une retraite paisible et heureuse, et un avenir confortable à ses enfants désormais privés de leur père.

Par ailleurs, en guise d'exemple, ils ne manqueront pas de vous faire savoir que Messire Raffaelle di Oscuro Contea lui-même, aurait offert à la pauvre femme les bons soins médicaux de son employé le Docteur Wander Gotha pour une durée indéfinie, ainsi qu'une somme raisonnable en prévision de l'hiver annoncé rugueux, et déjà tout proche. 

La quête sera tenue également lors de la messe dominicale à l’Église Principale de Calphéon où, en plus des gestes pécuniaires, il sera également possible d'offrir à la veuve et ses enfants, quelques pensées et prières bienveillantes.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
*Entre Calphéon et Heidel on rapporte des chansons et chansonnettes d'un nouveau genre. Certain s'amuse même à les réécrire, en ajoutant des dessins de plus ou moins bonnes qualités, pour les clouer aux portes, les distribuer aux soldats, ou même les revendre dans les tavernes. Les soudards de tout poils on une nouvelle comptine à leur répertoire.*
1511892144-1511719362-blason.png
 " Oyez ! Oyez ! Le complainte de Gueule dents d'fer !
.
Il était brave, il était fier,
Il avait  des dents de fer !
Il était compagnon d'un chevalier,
Garde à vous s'il venait vous mâcher !
.
C'est un jour, claquant des dents,
Sur le bras d'un puant manant,
Que d'un coup d'épée maligne,
On lui trancha l'échine !
 
Un manant gris, un triste sire,
Qui court partout les ruelles pour médire,
Fit gicler, sur les pavés, le sang du brave !
Ça lui valut un surnom si misérable qu'il en bave !
.
Le tueur de chien, le canicide,
Ne vaut pas mieux qu'un fratricide !
Il trancha le gorge d'un brave chien, 
L'assassin qui courait la gueuse comme un lapin !
.
Ho Canicide ! Ho Canicide !
Que ton âme est putride !
Ho Gueule dents fer ! Gueule dents fer !
De toi le peuple est fier !
.
Il était brave, il était fier
Il avait des dents de fer !
C'était le compagnon d'un chevalier,
Garde à vous s'il venait vous mâcher ! "
.
Modifié par Néron

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A peine un mois après les dernières affaires ayant mis le mot démon dans la bouche des badauds de Calpheon, une nouvelle affaire serait-elle en train de naître?

En effet, plusieurs gardes ont vu leurs rondes être modifiées pour se tourner vers la rive nord du fleuve Demi. La surveillance d'une demoiselle présumée liée à des entités démoniaques ne vit dans la soirée qu'une réponse rapide et certainement peu en adéquation avec d'éventuels pouvoirs ravageurs. demoiselle Tissebrume attirera sans doute d'avantage les regards du clergé et des valkyries locales dans les heures et les jours à venir.

Les gardes auront pu noter qu'autour de la petite personne venue de Balenos, les gens semblent entrer rapidement en conflit. Un homme solidement bâti a également été "par hasard" poussé d'un des ponts de la ville par un cheval tout à fait docile. Possession démoniaque des animaux? Aura néfaste entourant demoiselle Tissebrume? Rien n'est encore certain à ce stade !

Modifié par Azilielle

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Des notes de harpe se seraient élevées depuis les fenêtres et les portes grandes ouvertes du 2-4, rue du marché, à l'aube où la rosée caresse les audacieux. Une douzaine d'hommes auraient enchaîné de nombreux allers-retours d'un convoi de meubles arrêté aux portes du quartier populaire dans une valse semblable à la veille. Une voix aurait entonné une Ode au renouveau, dans un établissement qui fera d'ores et déjà parlé les badauds et matamores aux titres douteux, sa propriétaire étant vraisemblablement connue d'après d'édifiantes et rocambolesques rumeurs comme une pratiquante de rituels démoniaques et prostituée de renom. Force est de constater qu'à l'arrivée d'une hasoite et d'un basané dans ce petit quartier, les mauvaises blagues racistes commencent à siffler.

 

Entendez ! Cela vaudra bien un éclat de rires ou deux.

« C'est l'histoire d'un basané, d'une hasoite et d'une prostituée dans une taverne de quartier... »

 

 

Attendez. Était-ce bien une prostituée... ?

 

 

shoAPH1.png

 

 

Le chant, quant à lui, sera le suivant :

« Bénie Calpheon, honnie Calpheon. Ô notre amour, que n'es-tu pas pour les uns, que n'es-tu pas pour les autres ? En ton sein rayonnent les espoirs de la République et des tribuns. En ton sein tempêtent les déboires et marmottent des patenôtres. Au cœur de tes fiers remparts, les tumultes naissent et fanent. L'on aime, l'on maudit. L'on dédaigne et l'on rit. Tu es un peu ainsi, ô notre amour, vêtue de toutes les robes dont l'on t'affuble, toi qui ne demandes rien. Ils viennent et te parent d'une chasuble, invoquant l'équilibre manichéen. Contrainte par les corrompus au tribart, de leurs bassesses tu ahanes.

 

Bénie Calpheon, honnie Calpheon. Ô notre amour, que ne ferions-nous pas pour la République ? Qu'on l'abhorre, qu'on la voue aux gémonies ou qu'on l'adore et t'en fasse son égérie, la République brillera ; ou, avec toi, sombrera. Des artistes aux malandrins, qu'ils soient fils de tout ou de rien, tous ont leurs cartes à jouer en ton sein. D'aucuns iront jeter l'opprobre sur les autres, prônant l'infâme hérésie. Que feront les vertueux pour, ô notre amour éternel, faire front contre la vilenie ?

 

 

Ô combien nous aspirons à te modeler,

 

ô combien nos égos tendront à t'étouffer,

nous ne serons,

finalement,

Bénie Calpheon, honnie Calpheon,

 

que des notes sur ta partition sans fin. »

Modifié par Aliaënor

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De nouvelles affiches de recherches fleurissent les murs de Calpheon, dans l'après-midi. Celles-ci seront également visibles dans les provinces proches de la ville.

Avis de recherche Lyzeane.pngAvis de recherche Kastelblant.png

Avis de recherche Andrew Sanders.png

Modifié par Ceresayaria

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le 11 Bateau 286, dans le quartier des marchands.

Au moulin du quartier, le meunier est très mécontent. On l'entend râler depuis la passerelle en bois adjacente au moulin, beugler à tue-tête tandis que son apprenti tente de réparer la roue qui est une fois encore bloquée.

"Vindious ! Ca commence à bien faire les conneries de jeter des détritus dans ce foutu fleuve ! J'fais comment pour travailler moi ? V'la deux fois que c'est bloqué en deux semaines...j'vais jamais réussir à atteindre les quota du mois et le prospecteur va encore me taper sur les doigts... JULES ! Qu'est-ce que tu fous ! Débloque-moi cette p'tain de roue !"

- "Maître... j'peux pas, ça coince..."

- "Bien sûr qu'ça coince ! Mon moulin marche plus ! T'vas plonger dans l'eau et enlever cette merdasse !"

- "Plonger ? Mais...l'eau est glacée !"

- "Ren'a'fout' ! T'préféres avoir les pieds gelés ou d'être renvoyé ?"

- "Si j'meurs d'une pneumonie...c'ma femme qui va être contente...", ronchonnait-il, dans sa barbe alors qu'il descendait dans le chenal, nageant vers la roue afin de repêcher certainement les vêtements qui s'étaient emmêlés dans les pales de la roue. Que nennie... l'apprenti ne trouva point de vêtements empêtrés mais une sorte de tronc. Il du revenir à la surface pour avertir son patron.

- "Maître... ce sont pas des vêtements.. j'crois que c'est un arbre."

- "Foutre-ciel....un arbre, manquait plus qu'ça.... Replonge-voir si tu peux pas le tirer..."

- "Mais Maître, si c'est un gros tronc d'arbre, c'pas avec la force de mes bras que je v'ais le tirer ?!"

- "Tais-toi et plonge...."

Après une seconde plongée, il s'avérait que l'objet à l'apparence d'un tronc procura quelques frayeurs à Jules. Celui-ci ressortit de l'eau comme si le diable en personne le poursuivit sous le regard incrédule de son maître. Et voilà que l'apprenti détala... et disparût dans le moulin, transit de froid.

- " C'pas un tronc d'arbre ! C'est un MORT !!!!"

La garde en faction sur le pont entendit le remue-ménage en amont du fleuve, alertée également par les badauds qui assistèrent à la scène du meunier et de son apprenti. Après plusieurs minutes où la garde dut écarter les curieux, on extirpa avec difficulté des aubes et ce malheureusement en abîmant davantage le malheureux noyé et broyé. Le cadavre de l'homme fut emmené dans une cellule de la Caserne de Trina en attendant qu'on puisse connaître son identité afin de le déclarer mort auprès de ses proches et lui donner une sépulture adaptée.

Le meunier put reprendre ses activités et le moulin était à nouveau fonctionnel.

Modifié par Ceresayaria

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans le quartier noble de Calpheon, cela fait maintenant plusieurs jours qu'un corbeau sort et entre par la même fenêtre du premier étage de la demeure Cambiaso.

Il semblerait que ce freux ait pris l'habitude d'y aller et venir librement et de faire un tour dans le quartier, ou peut être plus loin, pour ceux qui auront suivi ses curieux déplacements.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une nouvelle affiche s'ajoute aux murs de Calpheon et ses alentours dans la soirée, posée par une Valkyrie et secondée d'une autre.

Appel à témoin.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Certains affichages ont été mis à jour à Calpheon durant la nuit. L'affiche du Capitaine Andrew Sanders n'a pas été rafraîchi, laissant présupposer que l'identité du cadavre retrouvé cette semaine confirmerait les rumeurs, puisque l'appel à témoin a été retiré.

- L'Hérétique Lyzeane et  le Chevalier Horegorne Kaheron Kastelblant restent activement recherchés. -

Cependant, une autre affiche voit le jour à toutes les rues notables de la cité.

Avis de recherche Israh-Ismah.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

 

Giovanni Di Castelli aura émis et signé, à la demande de certains citoyens de la République, la levée des restrictions de circulation concernant Adaiya Greywolf, faisant savoir qu'elle ne représentait plus aucun danger selon Trina. Sa détention n'est donc plus de mise nonobstant toute interdiction qui ait pu être émise contre elle, concernant la juridiction de Calphéon. Elle peut donc quitter et entrer librement dans le territoire (ce qui ne la dispense pas des documents légaux nécessaires pour circuler entre Calphéon et Serendia) et ses droits sont ceux d'une citoyenne ordinaire de la République, ne pouvant nullement être tenue pour responsable d'une quelconque collusion avec les faits déjà établis dans l'affaire Valken.

 

 

 

 

Modifié par Dulcia

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La devanture d'une enseigne de Velia se retrouve à Calpheon aux côtés d'une nouvelle enseigne. Toutes deux portent le blason du Domaine Mirabela, le vignoble et haras souhaitent visiblement ouvrir une annexe de leurs commerces sur Calpheon, espérant ainsi faire grossir leurs recettes. Bien que les nouveaux locaux acquis portent déjà leurs enseignes, celles-ci ne s'ouvriront que dans une dizaine de jours, si tout se passe bien durant l'acheminant des meubles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bloggif_5a3b1614c70fb.jpeg

coi8LQJ.png

Dans la nuit du 20 du Bateau au 21, les quartiers nobles pouvaient assister à l'attente de l'ethnologue Alfus Demort et de ses comparses Aurius d'Asmodan et Erianna Velconte. Partageant des anecdotes de familles de hautes castes et de contrées lointaines dans l'attente d'un véhicule. Cet appareil, arrivant vraisemblablement en retard à en croire les commentaires de ces gens, acheminait une jeune femme du nom d'Ethel. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Durant la nuit du 20 au 21ème jour du mois de bateau, une petite ruelle des bas Fonds s'est agitée, non pas à cause d'une bagarre, ou d'une manifestation, comme il arrive que ce soit le cas.

Non.

Un corps aurait été tiré de l'une des maisons délabrées du quartier.

Le corps d'un homme, approchant la quarantaine, affublé d'un cache œil et d'une tenue plutôt chic, comparé aux badauds qui s'attroupaient, curieux, devant la porte.

Nul blessure ou effusion de sang à l'intérieur de la demeure, encore moins sur le corps.

La seule réponse que les voyeurs auront pu obtenir des proches du défunt fut : "Barrez vous, c'est pas vos affaires".

Une loutre, entre autre, aurait presque faillit faire une autre victime, en chassant les curieux qui approchaient trop près.

L'attroupement n'aura pas duré longtemps : un mort de plus dans ce quartier. Et pourtant, celui ci semblait particulier. Pour autant,  il n'a pas été évoqué de prévenir les autorités. Par manque d'espoir qu'une enquête soit menée, ou tout simplement parce qu'il n'y a rien qui en vaille la peine.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'importants travaux ont lieu dans la rue du marché et plus précisément sur les quais au 1-8. Plusieurs ouvriers firent des voyages incessants entre les entrepôts des quais jusqu'au rez-de-chaussée et premier étage du bâtiment afin d'y placer les meubles sous la responsabilité d'un contremaître. Les travaux des lieux et aménagements durèrent trois jours.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bas Fonds de Calpheon.

 

Depuis environ une petite semaine, dans les alentours de la maison délabrée d'où un corps a été sortit quelques temps auparavant, durant la nuit du 20 au 21ème jour du mois de bateau, de nouveaux occupants inconnus jusque là ont semble-t-il prit possession des lieux.

Les tuniques rouges qu'ils arborent, et les chapeaux à plume de même couleur, donnant un sentiment d'uniformité à cette nouvelle troupe, passent difficilement inaperçus. D'autant plus que certains semblent armés. Pour autant, ils ne montrent aucune agressivité avec les locaux. On leur attribue cependant une guérilla récente avec un groupe de bandits.

Navigator_concept_art.jpgfae9b26d8dbf952a00f53507accefb2f.jpg9e7be2e8e1393131ee42baca5270de9f.png

Ces hommes, pour ceux qui les croiserait, surveillent la rue proche de la maisonnette, depuis le sol, ou les toits, montant une forme de garde dont il est à l'heure actuelle difficile de déterminer l'objectif.

Nul ne semble en mesure de dire qui ils sont, d'où ils viennent, ce qu'ils cherchent, ni s'ils vont rester longtemps. N'attirant pas l'attention de manière défavorable, certains expliquent le manque de réaction de la garde par le fait qu'on ne trouve rien à leur reprocher. Où que le quartier continue de souffrir d'une forme de non droit imputable, selon des rumeurs qui ne sont plus toutes jeunes, à une volonté des classes dirigeantes de traiter le mal par le mal.

 

(CF : Trame du Zénith Rouge)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au beau milieu de la nuit, sur la place de la Fontaine. Tiré par deux chevaux sombres, un fiacre d'hiver fermé fera chanter les pavés sous l'impulsion de son cocher au visage ombragé d'une capuche. Les suspensions visiblement prévues pour la route seront silencieuses, seuls les chevaux se feront entendre.

Du véhicule hippomobile, un géant brun à l'air patibulaire sortira en faisant grincer une armure lourde ornée des armoiries de la maison Kelvera. Après quelques minutes, la silhouette de la grande blonde sortira de l'une des dernières maisons éclairées, avec un paquet de tissu aux bras gigotants. Le petit paquet sera déposé dans les mains du géant portées en berceau, jointes et pouvant largement accueillir l'échange. A contre jour de l'éclairage émanant de la porte ouverte, la grande blonde observera le géant rentrer dans le fiacre avec une minutie que l'on ne lui aurait sans doutes jamais attribuée de par son physique. Lorsque la porte du fiacre sera rabattue, celui-ci repartira sans plus attendre. Certains disent même, avoir entendu des pleurs de bambin accompagner les sabots lancés sur les pavés.

Quoiqu'il en soit, la matriarche de la maison semblait rester figée sur le perron suivant le fiacre du regard, alors qu'une silhouette la rejoindra en posant sa main sur son épaule. Une fois la place calme, les deux silhouettes s'en retourneront dans la maison éclairée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 *Une nouvelle chansonnette est apparue en ce début d'année, surement le résultat d'une nouvelle nuit de beuverie. On retrouve les mêmes dessins de plus ou moins bonnes qualités, cette fois ce sont plusieurs feuillets griffonnés à la main, qu'on a retrouvé cloué sur les portes d'auberge et de taverne. Les ivrognes ont un répertoire de plus en plus fournis, l'année s’annonce bien !*

Par Cimon, un soir de beuverie.

1515502369-pouetpouet2.png

 

Ha ! qu'il était un vilain cyclope

qui souvent courait la galante,

mais il n'était qu'un misanthrope

qui pensait parler de façon savante.

.

L'lion ne fait rien que nourrir ma chanson

boute, boute, boute, boute compagnon

Vide lui donc ton verre et nous te racont'rons.

 

Qui veut qui médire du borgne,

n'a qu'à chanter cette rengaine,

et toujours le mettre en rogne,

en radotant sur sa bedaine.

.

L'lion ne fait rien que pourrir du trognon

boute, boute, boute, boute compagnon

Vide lui les tripes et nous le chasserons.

.

La belle touchée par ce pervers,

c'est révélé être un garçon,

il alla tater de se pauvre hère

et se rendit compte de l'imperfection.

.

L'lion ne fait rien que palper du tendron

boute, boute, boute, boute compagnon

Vide lui les bourses et nous le chasserons.

.

Ecoutons donc tous ses malheurs,

avec les dames et les dindons

dans un soupir de bonheur,

il se vautrera dans son salon.

.

L'lion ne fait rien que pourrir du rognon

boute, boute, boute, boute compagnon

Coupe lui la pine et nous le chasserons.

.

Il nous abreuve de ses fadaises

et toujours s'en rengorge de mal façon

dans les coussins, les soupirs d'aise,

des hypocrites et des avortons.

.

L'lion ne fait rien que pourrir du rognon

boute, boute, boute, boute compagnon

Perce lui la panse et nous le chasserons.

.

Dans son boudoir, il n'aimait rien

qu'à médire de ses compères

et en gâchant trop de bon vin,

à caqueter comme une commère.

.

L'lion ne fait rien que pourrir du trognon

boute, boute, boute, boute compagnon

Vide est notre verre et nous nous en allons !

.

1515502369-pouetpouet2.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans la taverne d'en face, les rires fusaient plus fort encore quand le Barde Rouge, redresseur de tort fit démonstration de ses talents en innovant cette nouvelle chanson qui ne manquera pas de plaire aux Soldats attablés. Le travail se trouva lui aussi placardé sur la porte afin que les clients ne soient pas tentés d'aller voir le voisin en s'imaginant qu'il n'y a que là qu'on rit.

 

 

Capitaine Roquet Plajya !

 

C’était un tout beau garçonnet,

Qu’avait du lait au coin du nez.

C’était un tout mignon benêt,

Qui savait pas t’nir une épée !

 

Flegmatique et nonchalant,

Authentique, inintéressant !

Pour non voyant, il est croyant,

Dans sa cervelle c’est le néant !

 

C’était un tout beau garçonnet,

La courtisane il talonnait.

C’était un tout mignon benêt,

Dont elle savait pas s’dépétrer !

 

Brave et loyal, on avait pitié,

Car allez savoir, comment il fait !

Trois mois écuyer, puis catapulté,

Capitaine ? Qui a-t-il léché !

 

C’était un tout beau garçonnet,

Un peu mou et mal éduqué !

C’était un tout mignon benêt,

Pti bourgeois mais noble ‘y s’prenait !

 

Dans les rues, c’est un vrai campeur,

Gare à l’abus oui ça fait peur !

A l’affût, en posture d’rongeur,

Malotru, c’est l’pire des voyeurs,

 

C’était un tout beau garçonnet,

Qui jappait toujours et rageait.

C’était un tout mignon benêt,

Qui savait jamais quand la fermer !

 

 

Modifié par Lhyon d'Arakyr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un événement exceptionnel vient de se passer aux alentours de Calpheon. Au nord de la cité et de la plantation de blé non loin de la ferme Bernianto. Des voyageurs se baladant sur la route se seront fait attaqué par une créature ressemblant à un chien. La créature était presque squelettique et avais des yeux d'un rouge flamboyant. Ses dents étaient longue et une de la bave sombre et malodorante s’échappait de sa gueule. La bête est rester quelques secondes à observer les voyageurs avant de se lancer à l'attaque en voyant les personnes commencer à s'enfuir. Aucune victime n'est à déplorer car cette animal c'est juste contenter de sauter sur les voyageurs en ouvrant en grand sa gueule. en hurlant d'un cri venu des ténèbres. Avant de toucher les voyageur, la créature a disparu en laissant derrière elle un crane de chien. Après cela, ils auront expliquer qu'une voix d'outre tombe serait parvenu à leurs oreilles. Cette voix aura dit cette simple phrase :

 

« JE SUIS LA, CALPHEON »

 

La rumeur de l'attaque ainsi que la description de l'animal se repend rapidement à la plantation nord et à Calpheon tandis que certain incidents sont à déplorer dans la grande cité. Plusieurs agressions ont eu lieu dans les bas fond ainsi que dans le quartier du marché. Une fois les personnes arrêtées, celles-ci expliqueront qu'il ne se souviennent de rien en se demandant se qu'ils font avec les gardes

 

 chien-enfer.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un attroupement étrange sera vu au quartier marchand. Une dizaine de personnes âgées claudiquant sur leurs cannes, se seraient adonnés à une course.

Une course sous le regard des résidents du quartier, amusés par le spectacle qui iront même jusqu'à parier sur leurs favoris.

Course déloyale qui se sera terminée par une bagarre à coups de cannes vite stoppée par la garde.

Néanmoins, l'on se demande encore qui à proposé cette idée au point de rassembler ce petit monde... et qui a récupéré l'argent. Quoiqu'il en soit, c'était un beau spectacle ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De nouvelles personne ont pu remarquer la présence de chien sombre au yeux rouge non loin de la plantation de blé nord. Cette fois-ci c’est une meute de cinq chiens qui fut aperçu. Les animaux ont été aperçus à l'ouest de la plantation de blé nord non loin de la route principale qui mène à la capitale. Les voyageurs auront alerté la garde de leur présence en expliquant que les passants sur la route commencent à craindre pour leur vie. Afin de pouvoir confirmer les dire de ces gens, un patrouille de la garde se sera mise à inspecter la zone.

Les membres de Trina auront pu faire une macabre découverte. Un homme fut découvert à quelques mètres de la route principale. Le cadavre était caché derrière des arbustes et son corps était complètement déchiqueté. Au vu des vêtements de cet personne, les premiers résultats de l'enquête indiqueront que c’est une femme qui travaillait dans la plantation.

Dans un même temps, dans les rues de la cité, le nombre d’agressions ne ferait qu’augmenter. Toutes les personnes qui sont arrêtées suite à ces agressions expliqueront ne se souvenir de rien au point d’inquiéter certain membre du temple et de la garde. Ses personnes disent-elles vrai ou bien cherchent-elles à échapper à la justice ? En plus de cela, des affiches seront poster un peu partout dans les bas fond ainsi que dans le quartier du marché. Elles représentent un pentacle avec un serpent enrouler autour de lui. La garde aura pu récupérer un bon nombre de ses parchemins sur les personnes responsables des agressions.

 

pentacle10.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans les milieux les plus politiques de Calpheon, se répand la nouvelle d'une soudaine disparition, celle du Sieur Fallagie, diplomate au service la famille Erne depuis quelques années. L'illustre famille Erne ne communiquera rien de la nouvelle, se refusant à tout commentaire, mais au vue de l'agitation qui eut troublé leurs activités ces derniers temps, la disparition ne parait que très peu les inquiéter. 

Monsieur de Fressignol proche des milieux conservateurs déclarera en quelques propos: "Je suis fort aise de savoir que l'illustre descendance des Batian n'a guère à souffrir des précédentes accusations qui lui ont été porté en faux, aujourd'hui nous avons toutes les preuves nécessaire au bon déroulement de la justice afin qu'éclate la verité. Je sais que les Erne ont tout autant souffert que les Batian dans cette sombre histoire, de ce qui ressemble à une obscure machination afin de porter le chaos au sein du Parlement. Fallagie...Disparu? Vraiment, le pensez vous? Ne serait-ce guère plutôt là la fuite d'un pleutre?"

Ainsi la justice semble être sur le point de se saisir d'une affaire qui auront tôt fait de nourrir les vautours, mais difficile d'affirmer si celle-ci sera si publiquement étalé...La noblesse ayant le don de voiler ce qui puis les ennuyer par quelques pressions.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une affiche officielle de Delphe apparait de nouveau en ville mais cette fois sous l'étendard du Chapitre Saint-Raphaël. Un affichage répété au sein de la cité de Calpheon et ses proches villages.

Avis de recherche.jpg

(Cliquez sur l'image si les caractères vous paraissent trop petits à lire.)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans la matinée, une jeune Valkyrie portant l'armure des chevaliers de Delphe aura ete vu, posant pied a terre a l'entrée sud de la ville. En effet, Revenant des environs du Sanctuaire d'Hexe, elle aurait discuté avec un sergent qui lui aura demandé des explications sur les raisons de  l'etat de son armure et des blessures qu'elle portait. Elle aura pris soin de confier sa monture au palfrenier en repondant aqu'elleu sergent qu'elle avait du faire face a une creature corrompu par la sombre magie des lieux

Modifié par Aunrae

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Depuis le début de la semaine, jours et nuits, les Valkyries et Chevaliers de Delphe surveillent sans relâche la capitale de Calphéon et sa région. Il semble que les récents événements et attaques de ce mois sur les routes sont pris très aux sérieux. Les entrées et sorties de la ville sont vérifiées, les routes sont surveillées, principalement aux abords de la cité et de la plantation de blé Nord, non loin de la ferme Bernianto. Là où d'autres Chevaliers enquêtent sur l'origine des attaques de ces créatures, ressemblants à des chiens sombres au yeux rouge.

D'autres unités du Chapitre de Saint Raphaël patrouillent activement les rues de la capitale, ils tentent de répondre directement à ces agressions afin d'y mettre un terme. Ils s'assurent aussi que d'autres affiches, représentant un pentacle avec un serpent enroulé autour de lui, n'apparaissent plus dans le quartier du marché. Ils interrogent certains habitants et certains marchands du quartier afin de connaitre l'origine de ces affiches et savoir si quelqu'un aurait aperçu des individus les afficher. Ils recueillent ainsi certains témoignages parmi les bons citoyens de ce quartier. Les représentants du culte et de l'autorité d'Elion étant mal vu dans les bas-fonds, les officiers de Delphe vont demander à Trina de mener la même surveillance et enquête dans ce quartier. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant