Valim Daash

[Rumeurs] Ville de Valencia

40 messages dans ce sujet

Dans l'éternelle citée de Valencia, la maison aux Oiseaux de la famille Daash sera sujette à des activités pour les mois à venir. Rénovation, réparation, tout y passera. Le carrelage, les fontaines, le vernis du bois, les dorures des coupoles. Le retour du maître de maison après 25 ans d'absence obligeant. Serviteurs, fidèles, amis, tous se préparent au retour du seigneur du désert et de ses enfants. 2016-07-01_343923978.JPG2016-07-01_343990448.JPG

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

4-Homme-En-Armour-Arabe-Edwin-Lord-Weeks.jpg

 

<Le superbe noble valencien observait les hommes de sa milice privée s'entraîner comme ils le faisaient depuis des années, à l'intérieur de l'ancienne carrière de sable du haras Zyr Hal Djinn. Il sourit en coin, ses cheveux d'un noir corbeau, courts, ourlés de nombreux bijoux anciens. Ses soldats, une dizaine au total, s'entraînaient vaillamment, durement, tandis que Nohmar se pencha pour poser ses mains sur les épaules d'un homme d'âge mûr, entre la cinquantaine et la soixantaine, richement vêtu. D'une voix de serpent, avide de perfidies et de transmettre la douleur et le chagrin, il parla à l'oreille du vieil homme.>

"Mon cher beau-papa.... Les rumeurs disent que votre fille adorée est sur le point de revenir au bercail... N'est-ce pas magnifique?... Nous allons enfin pouvoir honorer notre mariage, elle qui est autrefois allée jusqu'en Calpheon pour devenir la guerrière que vous souhaitiez qu'elle soit. Enfin, je vais revoir sa longue chevelure verte, et je vais pouvoir faire d'elle ma femme..."

<Le vieil homme, assis dans un siège en bois muni de petites roues de métal et de bois, sculptées de tête de chevaux, lança un regard acéré, bleu comme l'océan en pleine tempête, à Nohmar. Affaibli, malade, il ne répondit pas. Il ne daigna pas répondre à cet homme qui le tenait enfermé au sein même de sa maison depuis dix ans. Nohmar, lui, intercepta ce regard avec un sourire mauvais, et se redressa.>

"Ne vous en faites guère, j'ai soigneusement préparé la plus belle des cages dorées pour votre précieuse amazone depuis toutes ces années... Elle réintégrera la noblesse valencienne et je ferai preuve de magnanimité en acceptant de toujours l'épouser.... Nos pairs me verront comme son sauveur..... Votre sauveur. Grâce à moi vous aurez un héritier, montrez vous-en heureux, sire Zyr Hal Djinn....."

<Le soir même, parmi les cercles les plus restreints de la noblesse valencienne, il se murmurait que l'héritière Zyr Hal Djinn préparait son retour. Partie comme une traîtresse grâce aux mensonges et aux complots de son fiancé Nohmar, c'est ainsi également qu'elle sera certainement accueillie. Les nobles de la capitale de l'état oriental susurraient entre eux, bientôt, au fil des jours, tous savaient que l'Améthyste reviendrait sous peu. Et tous se préparaient à la recevoir, de la plus mauvaise des façons, ou bien de la plus merveilleuse. Certains soutenaient la valkyrie valencienne, car ils avaient depuis ces dix années, compris le complot de Nohmar. D'autres en revanche, fervents défenseurs de celui-ci, attendaient Nashuuhra de pied ferme, prêts à faire surgir de l'ombre de nouvelles manigance. Car après tout même en Valencia, les jeux de cours et les jeux de nobles étaient légion, et ni les dunes de sable, ni le climat au changement drastique, n'y changeaient quoi que ce soit.>

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Plusieurs voyageurs et marchands rapportent que le Zaeim Mustapha Arzhul a été victime d'un accident mortelle de chasse aux Lions.

Tout le clan est en deuil et s'apprête à accueillir le fils aîné de la famille, Ismet, à la tête du clan.

De nombreux messagers de clans et de familles valenciennes ont été vu dans le bivouac avec de nombreux présent et message de condoléance.

Seul le clan Nenitef ont été vu à la cérémonie, Satys et Saimen, fille et neveu du Zaeim Semerket Nenitef.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

*Vous passez une arche dans une région Valencienne, des voix résonne depuis la taverne qui faisait l'angle*  Les tachetées ont encore fait un excellent travail messieurs ! Gahaz et sa bande n'ont qu'a bien se tenir ! En pleine nuit, des petits groupes de cavalier se sont introduits et nous ont débarrassé de quatre officiers de chez eux ! On dit même qu'une unité s'en serait farcie deux à elle seule ! TRINQUONS ! Pour VALENCIA !

— Sergent Aziz Almadia

 

• Pour les plus tribuns d'entres vous, cette rumeur s'avère être incomplète, des opérations ont bien été mené contre les bandits de Gahaz mais l'armée Valencienne n'a jamais revendiquer cet état de fait, ce qui n’empêche pourtant pas les soldats Katan de crier "Victoire". Des festivités peut-être un peu ambiguë mais tout aussi dangereuses, il va sans dire que les bandits et Gahaz se vengeront en se faisant plus agressif dans la zone qu'ils contrôlent déjà.

Modifié par Spirito

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les tambours avaient commencés à se faire entendre au crépuscule, alors que l'astre de feu s'effaçait dans les falaises du port d'Ancado. Qui pouvait se payer l'arrogance de faire entendre son arrivée... ? Une troupe de bandit, ils étaient de ceux de Gahaz, évidemment. Ils ont chargé le port alors que les gens venaient de terminer leurs journées. Nos soldats ont fait un travail extraordinaire, un seul civil à été tué, le vieux Brenlaib qui cultivait sur les hauteurs. Mais ce qui m'inquiète, c'est qu'ils ont osés venir jusqu'ici... nous avons perdu seize bon soldat... et on dit que les Léopards ont attaqués il y a quelques jours... les tachetés peinent à être discret où est-ce les nouvelles qui vont trop vite ? Il y a également des étrangers qui sont passé il y a deux jours... je ne crois pas aux coïncidence.

— Sergent Iben Aliab, chargé de garnison à Ancado

 

• Pour les plus curieux d'entre vous, des affrontements ont eu lieu au Nord d'Ancado, malgré les falaises et là où poussent les premières maisons, le dernier étage de ce qui pourrait être la taverne à pris quelques coups d'acier et les corps des deux camps commencent à être inhumé ou laissé au gré des rapaces selon la loyauté de qui voudrait se présenter à Aal.

Modifié par Spirito

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

[...] la dernière en date ? Je suis pas sûr que vous la voulez... ce n'est pas le genre qu'on est censé raconter. Vous l'aurez cherché, il se murmure que quelques voyageurs n'avaient pas payer la somme dû pour passer sur les territoires de Gahaz, un de leurs officiers... celui qui a un nom qui fait penser à un éléphant, je ne l'ai plus en tête... Potan le... le Hiérophante ! Le Hiérophante, c'était ça. Et bien lui, les a gardé en otage, après avoir fait piétiner la moitié des gens du convoi par un pachyderme... la moitié masculine, vous vous en doutez... ils ont gardé l'autre moitié pour, soit disant, que le gang traverse les âges. Les Léopards sont venus, mais apparemment pas avec l'objectif que l'on pourrait penser, ils n'avaient pas entendu parler de cette caravane, ils étaient venus tester un nouveaux jouet, calqué sur les canons de l'Ouest et... bon sang... vu le bruit que ça a fait... je pense qu'il y a du avoir un sacré paquet d'oreille qui à sauté, au sens propre comme au sens figuré... quoi qu'il en soit, on a pas eu de nouvelles des civils et la tête du Hiérophante à été présenté au Roi il y a trois jours... alors si vous passez par là... essayez de vous renseigner ? J'espère que nos gars on pas commis l'irréparable...

— Tenancier Gass Elchib, brève de comptoir.

 

• Pas plus de détails.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Révélation

Le clan a pu voir passer non loin de leur campement du Bazard du Grain de Sable une drôle de caravane provenant de l'ouest. Il se dit qu'Ismet connait bien certains de ces voyageurs. Ils auront bien sûr accueilli ses personnes avec l'hospitalité des nomades avant leur grande traversée du Désert. 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quel que soit le continent, la civilisation ou le peuple, le marché des antiquaires, qu'il soit légal ou non, s'est toujours vu flanquer d'un compagnon inséparable : le faussaire. L'abondance des trouvailles dans les régions désertiques de Valencia alimentait depuis toujours un marché officiel aux dividendes d'autant plus juteux que la prise de risques était grande. Trouver la perle rare en vagabondant dans les souk était affaire de pure chance et bien des trésors arrachés à l'étreinte embrasée du grand Erg côtoyaient les contrefaçons, bonnes ou mauvaises, vendues de la même manière et au même prix par des marchands peu scrupuleux ou peu instruits.

Ces scarabées-là n'étaient pas de bonnes contrefaçons. Elles en étaient d'excellentes.

Les petites carapaces d'un bleu translucide avaient été gravées de textes sacrés via des techniques anciennes avant d'être soigneusement vieillies par un procédé d'érosion novateur. L'or employé pour joindre les ailes entre elles et figurer un œil d'Aal au milieu de la tête était de la qualité la plus pure et la facture point trop délicate des pattes imitait à merveille les ravages du temps subis par un objet de qualité laissé longtemps à l'abandon entre sable et pierre. Ce fut donc un véritable scandale au sein des collectionneurs privés qui avaient fait l'acquisition de ces délicieuses petites œuvres, les tenant pour des parures des princes fondateurs du royaume de Valencia quand on réalisa au bout de trois semaines que l'or s'était transformé en plomb et que les petites carapaces de lapis présentaient des fêlures qui ne s'y trouvaient pas au moment de l'achat. Trois semaines, c'était tout juste le temps qui avait été nécessaire pour les écouler à des prix variant entre un et trois millions dans autant de comptoirs qu'il avait existé de copies. On en avait recensé quatorze, toutes identiques.

L'affaire remontait à cinq ans déjà mais le coup était beau et avait marqué dans les marchés de Valencia l'émergence d'un type nouveau d'arnaque à l'antiquité. Il existait dans les coups suivants une patte reconnaissable, un esprit à l’œuvre et l'on comprit que le vieil Ahmed Ben Ziyi, autrefois maître incontesté du domaine des faussaires, avait passé, ou été forcé de céder la main à un successeur inconnu.

 

Aides de jeu :

Révélation

Attitude de la  population PNJ  : Plutôt indifférente. Il y a peu de chances d'apprendre ceci auprès d'un citoyen lambda.

Attitude des  marchands PNJ  : "Vous devez faire erreur mon ami, ceci n'est jamais arrivé."

Attitude des  autorités PNJ  : Grassement arrosés. Ils évitent soigneusement de s'en mêler.

Attitude des  collectionneurs PNJ  : Profil bas. La plupart ont chez eux des antiquités de contrebande sur lesquels ils préfèrent éviter d'amener l'attention des autorités.

 

Modifié par Olympe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Révélation

 

Il y a beaucoup d'agitation dans le camps à l'aube de ce dix-septième jour. Une caravane se prépare, le Zaeim en est à sa tête mais l'heure n'est pas aux réjouissance mais aux questions.

Tous s'affaire sans poser de question, et les vielles femmes prient Aal pour accompagner ses voyageur.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Révélation

Autant suivre le mouvement...ici aussi !

 

Depuis que le Sieur Daash est revenu au pays avec ses filles après une traversée longue et périlleuse à travers le désert Valencien, celui-ci a réinvesti sa demeure familiale, quittée depuis plus de vingt ans.

Une silhouette vêtue d'une armure de la tête aux pieds ne montrant ni qu'une s'agisse d'une femme ou d'un homme, visage dissimulé derrière un casque, rôde sans chercher à s'en dissimuler autour de la Maison aux Oiseaux depuis plusieurs jours. Elle guette un signe de vie et lorsqu'on peut la voir tout près du bâtiment, elle ne part pas, restant immobile telle une statue, comme si elle attendait quelque chose...

 

Révélation

Type de vêtements portés dissimulant son genre. Amira.png

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

*Quelque part dans le grand Est, dans une cité protégée par le désert noir, voilà quatre mois...*

accompli.jpg

"J’accomplirai mon devoir..."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Porté par le vent, posé à l’arrière des caravanes marchandes, accroché aux selles des dromadaires et virevoltant dans les panaches des chevaux lancés au grand galop, le bruit avait couru, volé, gonflé jusqu’à venir se déposer çà et là, en rumeurs, puis demi-vérité et enfin faits avérés.

Filant de Grain-de-Sable jusqu’à Valencia, remontant jusqu’à Ancado pour voguer jusqu’à Shakatu, la nouvelle n’avait atteint que les oreilles des plus attentifs et des plus concernés. En ces terres brûlées et violentes peu d’âmes pouvaient être intéressées par ce qui se passait en Mediah, dans ce petit village proche de la frontière Serendienne. Tariff. Ce fief des sorcières.

Les plus instruits savaient bien ce qui se tramait là-bas. Astrologues, scientifiques, alchimistes, prêtres et pèlerins. Le nom des Kelevra ne s’était pas perdu dans le sable des dunes pour ces gens-là et si certains s’en réjouissaient, d’autres frémissaient devant l’essor nouveau de ces anciens dépositaires car vingt années de silence ne pouvaient effacer les on-dits et les maximes de la tête des plus anciens.

Certains viendraient, d’autres non et Aal seul serait juge de leur déchéance ou de leur ascension. A la prochaine nouvelle lune disait-on, le sort en serait jeté et l’Histoire se verrait marquée d’un nouveau chaînon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Un instant Nyhl."

La lourde voix du Roi de Valencia vient de résonner. La jeune fille se tourne lentement vers lui.

"Je n'ai pas terminé. "

Elle est épuisée par près de six mois de recherches, et elle n'a pu atteindre que la moitié des objectifs fixés.

backvalencia.jpg

"Mon Roi ?" Elle répond de sa voix grave et rauque. Le puissant souverain reprend.

"Je sais que vous êtes déçue. Mais déjà nos informateurs passent plus facilement chez l'ennemi par le port d'Epheria. C'est un remarquable travail. Ne vous en faites pas pour Darshane, la princesse Akman. Son heure viendra. Tout comme celle de tous les siens. Reposez-vous un peu. Je vous promets que nous allons tout faire pour trouver l'origine du maléfice qui vous étreint. Ne vous éloignez pas trop. J'ai de nouveaux projets pour vous. D'autres de nos limiers agissent en ce moment en Serendia et Calpheon..."

Modifié par Darshane

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Deux siècles... Beaucoup croient sans doute que le temps est le berceau des légendes. Ainsi naissent les contes et les tourments. Il devient difficile de démêler le vrai du faux...

giphy.gif

On parle de mages blancs, de proies suppliantes, de Venerys... de ses innombrables bâtards dont près de 200 ont été tués dans le feu et le sang. On parle de son incroyable  puissance dans le désert brûlant... Que sait-on exactement de sa descendance ?

giphy.gif

Il se dit qu'une nuit... tout a basculé. Ange de la mort ou mort de l'ange qu'en est-il vraiment. Mille impacts ont caressé le désert noir, le flattant de douces ondes pénétrantes. Etait-il possible que germe alors de la lumière d'Aal des pousses de vertu dans ce cimetière des espérances ?

giphy.gif

Possible...

 

Voilà dix années...

Amira, discrète comme à son habitude, chemine sur la route sinueuse menant à Valencia par le sud. Son esprit est tourmenté depuis la nuit par des flashs, images torturées de tous les enfants sacrifiés de Venerys. Une lumière persistante illumine ses rêves, ou cauchemars, comme si une annonciation d'Aal devait abreuver son avenir d'une source obscure. C'est alors qu'un peu plus loin, dans sa douce balade, elle est aveuglée. Voilant ses yeux, faisant le point, une étrange apparition se révèle à elle...

La petite fille est menue, quoique potelée. Sa peau est brune. Elle est posée nue sur un rocher en bordure du désert. Nul doute que la mort par déshydratation la guette... Des serpents semblent veiller sur son coma profond... A l'approche d'Amira elle ouvre ses yeux d'Or.

"Mère ?..." demande alors la gamine, totalement perdue...

Une douce enfant venait de trouver refuge...

Révélation

angeldust.thumb.jpg.1f106947c2913646656fb189cd3db5e3.jpg

Une... douce enfant ?...

giphy.gif

 

Modifié par Darshane

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a dix ans...

 

Quoi de plus naturel que de prendre sous son aile une enfant esseulée...de plus dans le désert noir. Amira n'hésita pas l'ombre d'une seconde. Elle élevait déjà alors un fils qui avait dix années, elle pourrait en élever une autre, lui donnant tout le confort d'une vie et la santé qu'un enfant puisse obtenir pour s'épanouir.

Elle retira le voile qui cachait alors ses lèvres et ses narines, la protégeant ainsi du sable puis descendit de son dromadaire. D'une démarche sereine, lente, un sourire bienveillant vers l'enfant, elle la saisit dans ses bras, l'extirpant de ce nid de crotales. Revenant auprès de son camelidae, elle prit une étole dont elle recouvra l'enfant avant que le soleil ne dévore plus longtemps sa peau, lui remettant son outre d'eau entre les mains après l'avoir assise devant elle, elle remit son quadrupède en marche vers Ancado.

Était-ce là la providence ? Son esprit perturbé par les souvenirs antérieurs de Venerys l'avait-il conduit vers cet enfant ? Le mystère demeurait entier. Amira n'était pas superstitieuse mais elle ne croyait pas aux coïncidences.

L'enfant ne manqua alors de rien, choyée, élevée tout comme Safir, à même égalité. Elle n'en préféra aucun, les aimant tous les deux à leur juste valeur. Safir accueillit sa nouvelle sœur à bras ouverts, la protégeant tel un grand frère et plus ils grandissaient, plus Safir s'imposait, étant le seul homme de cette petite famille, il veillait sur sa sœur ainsi que sur sa mère.

Modifié par Ceresayaria

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Peut-être que les serpents avaient terminé leur œuvre de protection. Ils partirent sans résistance, laissant l'enfant entre les mains d'Amira. La petite semblait prostrée, comme sous le choc de quelques évènements récents, ou passés, comment savoir ? L'étole de soie fraîche l'enveloppant, la petite Nyhl se laissa bercer au gré des vents, à dos de dromadaire dans les bras de sa mère. Oui, c'était sa mère, elle le savait. Comment ? Mystère. Elle la contemplait. Elle trouvait son visage si harmonieux. Son sourire si doux. Oui, doux, tout comme la mélopée rassurante du sable noir. Ce sable magique qui protégeait la cité de lumière depuis l'éternité. Mais bien vite, la douleur se mit à serrer le ventre de la gamine. Comme si son âme se mettait à geler. Aussi, alors que la maison approchait, elle fixa Amira et lui dit...

nyhlyoung.jpg

"Mère... il me faut une âme... "

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Amira posa son regard bleuté des mers sur la petite fille, attendrie mais également troublée. Son regard doré était à la fois envoûtant et perturbant, un voile mystérieux enveloppait l'enfant du désert. La faim s'était emparée de l'enfant, la route jusqu'au port d'Ancado allait durer encore quelques heures.. Tandis qu'elle laissa le dromadaire filer sa route comme un grand, habitué, elle se tourna vers une des sacoches harnachées sur la selle et en sortit deux petits sac de jute, les donnant à la fillette. L'un  contenait plusieurs fruits secs : dates et pommes séchées, amandes et biscuits de sésames tandis que l'autre était rempli de gourmandises carrées nappés de sucre, ils ressemblaient à des joyaux de sucre aux couleurs chatoyantes, un parfum exquis s'en dégageait. Un apport riche bien qu'il ne suffise pas à rassasier la fille du désert mais sans doute l'aiderait-il à tenir avant de retrouver la demeure familiale.

R800-IMG_6394.jpgnoix-fruits-secs.jpgdromadaire.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Elle murmurait à peine... Envoutante derrière ses yeux d'or.

"Jestem głodny inaczej ukochana mama..."

La petite, reconnaissante, engloutit bien des sucreries avant l'arrivée dans la somptueuse demeure. Elle était déjà choyée comme une petite princesse par la douce Amira aux yeux salins.

Pourtant, les jours qui suivirent, elle ne pouvait se débarrasser d'une lancinante affliction. Son souffle se perdait, l'éveillant en sursaut toutes les nuits. Des images de serpents revenaient sans cesse lui apportant tourments et souffrances.

Douce, calme, et étonnamment intelligente pour son jeune age, son comportement se mit à changer peu à peu sous le joug de ces douleurs, qui laissaient sans réponse les meilleurs médecins de Valencia.

C'est le jour de ses douze ans qu'elle saigna par deux fois. La première à l'aube quand se levant, des sillons noirs se glissèrent entre ses cuisses la faisant devenir femme. Puis vint le zénith. Une jeune sauvageonne errait toute proche de la petite maison familiale d'Ancado. Comme souvent elle se moquait de Nyhl, la jugeant trop maigre, trop "bizarre".  Alors tout bascula.

Des cris, vifs puis étouffés. Une scène des plus tragiques attendait Amira, qui sans doute alertée, courait déjà vers cette agitation...

 

 

Révélation

C'est pas humain tes illustrations à chaque fois man' ! Neeeed ! :P *rire*

Modifié par Darshane

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Oh toi... au-dessus des Dieux... Oh toi... que je vénère et servirai au-delà des temps... aide mon frère des vents à trouver son âme en Calpheon...

J'ai suivi ta demande... je suis rentrée pour te prier... Oh oui, toi... protège tes enfants... "

landscape.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

route.jpg

La caravane s'étire, puis finalement il ne reste qu'Astra et moi. Nous devons rejoindre le corps expéditionnaire. C'est une découverte que j'attends depuis une décennie... le temple d'Hadum... enfoui dans les sables magiques de Valencia.

 

darshane.jpg

Depuis hier, la force de mon esprit bourreau est tombée. Aamon a libéré un peu mon âme. Après Amduscias, son autre frère Pazuzu s'en est allé. Un vent de trouble a soufflé sur la trinité du mal. Je dois en profiter. Alors nous arrivons, de nuit. Astra pense que je peux me libérer définitivement, retrouver mon âme pure, celle que j'étais avant d'être possédée, celle que je suis vraiment.

 

temple.jpg

Les soldats nous précèdent. Nous descendons prudemment dans les arcanes du temple de ce Dieu maléfique oublié. Celui que les trois esprits ont vénéré, adoré, en échange de quelques bribes d'éternité, et de nos âmes... L'air est brûlant, la poussière lourde, la magie noire partout. La puissance du lieu est à l'image du Dieu qui l'a dirigée, écrasante. Bientôt nous arrivons devant l'autel.

 

kills.jpg

Soudain, la lumière obscure s'élève, nous n'avons pas le temps de lancer les incantations, ni-même de réagir, de nous défendre. Les soldats sont transpercés de sillons obscurs, Astra tombe à son tour, je hurle "Nooooooooooooooon !!!" et m'effondre aussi...

Bientôt mes yeux s'ouvrent à nouveau. Il est en moi, je suis à lui, totalement. Il me parle... Je lui supplie de me pardonner, je n'en puis plus de souffrir. Aamon est impitoyable. Il me veut. Il veut que je prenne l'âme de la dernière princesse Akman... J'ignore pourquoi... Je n'ai pas le choix. Je dois retrouver Darshane, puisse-t-elle venir à moi, d'elle-même... me tuer, me libérer, ou bien m'offrir son âme. Qui sait ? Peut-être alors je serai libre ? Mais mon bourreau me fait endurer la souffrance de mille aiguilles plantées dans mon cœur. Il me donne aussi la force du serpentis.

 

nopossible.jpg
J'ai échoué... Je suis à lui, encore...

Modifié par Darshane

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

[...] depuis trois semaines, c'est la bande à Calfin, celui qu'on appelle le "Clepto", qui traquait la bande à Gerald, il parait que ses connards avait mis la main sur les deux sœurs de la famille Alantado et qu'ils s'étaient permis de les violer avant que la caution soit payé... ces mecs sont tarés, ils s'imaginaient s'en sortir ? Enfin... *Il tapotte le comptoir avec ses doigts.* Accrochez-vous... parce que quand ils sont arrivés à la planque de Gerald, y'sont r'trouvés face aux Léopards... ! T'y crois ? Les noirauds sont venus jusqu'ici... ! Et l'Clepto, tu le connais, il voulait négocier, il s'en battait les couilles lui des Valenciens, il voulait faire son travail et son honneur... *Des rires se font entendre et le tavernier fait une moue.* ... bande de con.

Son honneur l'obligeait à les tuer lui même. Mais moi j'ai tout vu ! P'tain ! Tout ! Même pas que l'Clepto à dégainer, tu m'étonnes, il a pas fait le fier face à l'armée... non, les noirauds ils ont amenés les types, attachés et ils les ont égorgés la devant lui ! Il avait du sang plein les bottes... et puis quand je dis égorgé... t'aurais vu la taille des entailles qui ont fait ! Putain quand tu coupes une baguette tu va pas si loin... y'avait des organes je savais même qu'ils étaient là ! Et ils s'en sont retournés à leurs fouilles... ! La bande à Calfin elle a juste pris les corps et les a rammené en ville pour toucher la récompense. C'tun escroc !

*Un homme fronce les sourcils et demande.* Bah, t'continues pas ? *Le tavernier répond* Bah, c'est finit là ! *Et l'autre hausse le ton.* Et les Valenciens, qu'est-ce qui foutait là ? Ils cherchaient bien un truc ? *Ce à quoi un autre lui rétorque, juste avant que le tavernier lui réponde qu'il n'en sait rien.* On s'en branle, l'important c'est de savoir que Calfin est un escroc !

— Alban Izzioditaure, Comptoir Calphéonien.

 

• Des Léopards Noirs auraient été vu non-loin de Calphéon dans ce qui ressemblait à une opération militaire, quelques rapports le mentionne mais pas de notification d'intervention.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le clergé et les deux armées de Calphéon, quant à eux, auront pris la rumeur très au sérieux. La première parce qu'on a parlé de "fouilles", une activité normalement réservée à l'église et à ses employés dans des ruines généralement fermées au public ne disposant pas d'un passe, les secondes parce que la présence d'une armée Valencienne sur les terres de Calphéon s'appelle basiquement "une invasion" et qu'il n'est qu'une manière de réagir à la présence de ces diables d'étrangers.

Du reste, la question se passerait aussi rapidement si l'armée mentionnée n'était finalement pas si grande qu'annoncée. Les soldats avaient grand besoin d'exercice, dans l'attente toujours déçue d'un retour en guerre de Serendia et d'un assaut contre la frontière Est. Taper du moricaud c'était toujours ça de pris. D'ailleurs, les pendards s'étaient-ils seulement arrêtés à Delphe pour faire signer des permis de séjour, hein ?

Modifié par Olympe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

T'occupes... on prend pas toujours les bons champignons pour les soupes du soir, je suis sûr que les trucs que t'as cru voir hier n'était que des trucs que t'as cru voir hier. Il suffit que l'cuistot se soit chié dans sa recette là et puis... ça y est, tout le monde voit des Valenciens partout.

*Le collègue du garde semble protester en silence, sourcils froncés, joues gonflées, mais pas la volonté de lui rentrer dedans. Le garde tente tout de même de caller quelques mots pendant le discours de son supérieur, mais en vain.*

Mais... Epheria... ! Lé... espions ! Nuit... ! ROoo ! 

*Le supérieur dé-bouchonne sa flasque et avant sa première rasade, enverra un bon "TA GUEULE" à la barbe du grouillot.*

Rompez soldats et que je vous entendent pas fantasmer encore une fois sur les danseuses à la peau brunes que vous ne verrez jamais.

— Aldarien Malavista, Caporal à Epheria.

 

• Un groupe de quatre Valencien à été aperçu à Ephéria, traînant autour d'une certaine maison, tard dans la nuit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

[...] Céleste, c'est comme ça qu'ils l'ont appelés. La petite avait faim et ses parents ont eu moins de chance qu'elle. Personne ne sait trop comment ils l'ont récupérée, mais l'important c'est qu'elle soit là. Deux femmes en armure me l'ont laissé hier soir, devant la taverne, avec pour charge de lui trouver un foyer et une famille... je vais pas allez contre leurs volontés, j'ai envie de garder mes deux jambes... m'enfin, est-ce que je suis le plus capable à ce genre de tâche ? Franchement... je sais pas ? Et puis hors de question que je la laisse partir avec vous... mais si vous croiser un marchand imputé de sa fille pour quelques raisons que ce soit... bah je dis pas non à une rencontre...

— Habitant Lambda, Marché de Valencia.

 

• Les soldats semblent avoir confié à un homme la charge de chercher une famille pour une ancienne captive, une jeune Valencienne.

Modifié par Spirito

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Des rumeurs se propagent actuellement dans la ville de Valencia, des noms circulent dans différents milieux...  ainsi on entend parler d'une prêtresse d'Aal très puissante du nom de Jebna, nom souvent prononcé avec un grand respect pour ceux qui savent de qui il s'agit, elle serait sollicitée par "le chevalier ayant lutté à ses côtés contre la Dévoreuse" , dans d'autres milieux c'est le nom d'un certain Abu Imad qui revient, mandé par "son frère au regard clair" , enfin , dans les endroits autorisés, on trouve placardé sur des parchemins de messages énigmatique "FFF pour SSS" , du code sans nul doute, quant à savoir ce qu'il veut dire...

Un point commun réunit néanmoins ces trois messages : ils se terminent tous par la même adresse donnée à Valencia.

Les plus curieux qui s'intéressaient à l'endroit en question pourront découvrir que
 

Révélation

 

-cette demeure appartient au zaeim Saimen du clan Nenitef

-elle a été mise à disposition d'un groupe d'étrangers venus de l'est : 3 femmes et 2 hommes

 

 

Modifié par LongJimSilver

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant