Valderion

[Rumeurs] Ville d'Heidel

284 messages dans ce sujet

ça et la , dans les rue d'heidel on peut entendre être chantonnée une ritournelle , enfants , artistes de rues . Il se dit même qu'en furent accroché les mot sur la porte d'une boucherie 

 

Cela donnerais à peut prêt ceci.

 

M’sieur dame , voila ce soir me v’la avec une livraison !

C’est une histoire c’est une chanson, l’histoire du con

Qu’a fait trembler l’tout cal’ponpon.

 

C’est d’un boucher un peu débile, mais qu’a d’la gouaille

Faut l’reconnaitre, son haut fait d’arme, vaincre une putain

Et gueuler plus fort que tous les voisins.

 

Mais voilà, qu’après une histoire de plume et d’dinde

Que l’gros cochon s’voit accusé, d’haute trahison !

On entend dire vive la république ,

Moi j’vois qu’une chose, ils aiment la trique.

 

D’un gros cochon , on fait un martyr voila pourquoi,

M’sieur dame , à cal’ponpon on peut élire les roi des cons !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les rumeurs vont et viennent à Heidel et font mention d'un vol particulier ce matin-là.

En effet, le Renard Aviné qui demeurait clos depuis quelques jours, sous prétexte d'un réaménagement, s'est vu déshabiller de son enseigne durant la nuit du 25 au 26 du mois du Marteau.

Certains parlent d'un acte déloyal favorisant les commerces voisins, d'autres avancent qu'il s'agit là d'une juste punition, car après tout, les propriétaires du Renard n'avaient qu'à mieux choisir leur clientèle.

Ce qui est certain, en revanche, c'est que le voleur court toujours et que les propriétaires n'ont visiblement pas porté plainte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

*A l'office du matin du matin à L'Eglise, certains fidèles habituées et dévôt qui prenaient plaisir depuis quelque jours à croiser ou converser avec la Valkyrie de passage auront remarquer son absence. S'enquerrant de sa santé la pensant peut être souffrante ils se seront vu répondre par les bédots en charge que celle ci avait quitté le presbytère la veille et qu'eux même auraient constater son départ qu'au petit matin*

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tandis que certains s'inquiètent du soudain départ de la Valkyrie du presbytère...

D'autres affirment l'avoir aperçue en compagnie du Lieutenant de Hauterive assister à la prêche du prêtre Giacomo, après un entretien privé avec ce dernier elles se seraient par la suite rendues au domicile de la jeune officière Serendienne. 

Quelques errants nocturnes prétendent même avoir vu la jeune Valkyrie quitter le domicile vêtue d'une chemise de nuit trop grande pour elle et suivie par deux soldats qui assuraient sa protection. La jeune femme seraient revenue quelques minutes plus tard dans sa tenue d'apparat et chargée de ses quelques effets personnels. 

Bien évidemment, quelques esprits raffinés n'ont guère tardé à imaginer quelques scénarios grivois. 

Déjà soupçonnée d'avoir obéit aveuglément à Calpheon dans le cadre de l'affaire Keziah avant d'être ridiculeusement issée au statut d'héroïne pour n'avoir fait que passer les fers à la petite frappe, Camille de Hauterive se lierait d'amitié - ou pire encore - avec cette Valkyrie Calpheonienne. 

Quant à discerner le vrai du faux... Les badauds s'en moquent bien ! En ces temps difficiles toutes railleries sont bonnes à prendre. 

Modifié par Alshindara

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Heidel, une affaire de poux… !


  • -          Le truc que disent les viocs’ ?  Ceux qu’on voit valent en sien ? C’t’encore un prov’… un probèrbe… impubère …

  • -          Ha ! No ! Le convoi avec les noirauds d’Valencia ! Regardez-les, ces pouilleux ! Qu’on dit qu’la faute revient à ces barbares, qu’ça s’lave pas, qu’on dit, là-bas.

  • -          Tu dis ?! Qu’ça m’étonne pas d’un pet, ça, don’ ! Ha ! Z’étaient bien chez eux, l’val … les noirauds, là !

  • -          Pire, ça racont’rait même qu’leurs poux ont la peste … !  Si, si !

  • -          Que tu dis, mémé Greta ! Ça s’rait pas l’racontards du p’être ?

Bref, encore une histoire à s'arracher les cheveux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce matin, on entendit Ernest rire et discuter avec des voyageurs.

 

  • -     Eh oui… la patronne veut absolument voir le dispensaire se remettre sur pieds… Je m’souviens qu’à une époque bah on offrait la boisson pour que les gens y aillent s’faire soigner au lieu de s’vider de s’sang ici… Eh ouais ! N’tre Patronne est généreuse ! Elle offre l’eau elle, la chose la plus basique que personne n’y a pensé ! Bon le thé est optionnel, on ne vit pas d’amour et de thé frais !

 

Partageant sa bonne humeur, notre cher et bon vieil Ernest n’aura pas manqué de s’occuper de ses clients et des bénévoles, partageant une blague ou deux au passage pour les encourager dans leur dur travail.

 

 

Modifié par Muirguen

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Depuis quelques semaines nombre de commerçants d'Heidel se félicitent ou s'étonnent de ne plus voir trainer dans les rues une petite poignée d'adolescents orphelins.

Certains sont soulagés, craignant le vol sur leurs étals de ces jeunes désœuvrés.

D'autres sont inquiets, qu'a t-il donc bien pu leur arriver ? Faut-il s'en faire pour nos enfants aussi ?

 

Le vieux Tibur, lui, raconte avoir vu ce qu'il s'est passé. Et il rajoute à chaque fois quelques détails nouveaux, à mesure qu'on lui remplit sa chope.

 

J'les ais vus. Ouais. Comme j'vous vois, la. J'sortais du Relais après un p'tit apéro et j'les ais vu dans la rue malgré l'brume du matin qu't'y voyais pas à dix mètres. Hein ? Quoi ? Ouais... un apéro l'matin et alors ? C'pour m'donner chaud. T'vu comme on s'pèle dehors ?!

Bon j'raconte ou j'raconte pas ?! Y z'étaient donc la, dans une charrette. Un géant grand comme une montagne avec une tignasse blonde toute ébouriffée su' la tête que t'aurais dit qu'y s'était pris la foudre. Et pi y souriait com' un gars qui s'cogne jamais les arpions dans l'pied d'son lit en s'levant. Et pi une rouquine, qu'elle avait pas une tenue com' nous autres, pas un pli et pas une tâche et pas très discret non-plus, une m'as-tu-vue, quoi. T'vois l'genre ?

La rouquine elle discutait avec Thomas, l'oupiot qui dormait dans la r'mise d'André, la. L'gamin l'avait l'air méfiant pi au bout d'un moment il est allé chercher un sac dans la r'mise pi il est monté dans la charrette. Et pi j'ai vu un aut' gamin dans la charrette. C'ui qui traine d'habitude près d'lauberge au nord. R'marque... André l'est content, ça l'a débarrassé du gamin qui créchait dans sa r'mise.

Et pi y sont partis, en s'enfonçant dans la brume que t'aurait dit un mauvais rêve.

Mais non j'me fout pas d'toi ! R'mets moi la p'tite sœur, tiens, au lieu de t'moquer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A Heidel, au petit matin les ragots allaient bon train.

Une jeune femme atypique, de par ses façons et son allure, se serait arrêté systématiquement devant chaque mendiant ou quémandeur qu’elle croisait. Elle aurait donné une part de ses rations, finissant même par tout donner. Une fois son sac vide, elle aurait vite rebrousser chemin, quittant la ville pour partir à toute allure vers la foret…

Deux gardes « débordés » de travail, abordaient cette rencontre du 3ème  type :

Simon : Mais t’as vu ça ? Elle est trop bonne poire celle-là !

Bertrand : Bah tu m’étonne ! C’est une bridée ! Ils sont pas comme nous t’façon…

Simon : Nan mais payes toi des binocles… une bridée avec des oreilles d’elfe... N'importe quoi...V’la le garde aux aguets… et en plus les bridés sont pas grand c’est connu ! T’as vu la perche que c’est elle ?

Bertrand : *Renifle* T’as picolé ?? T’es sérieux sur les n’oreilles ? *se gratte le cul perplexe*

Simon : Certain ! Demandes à Techton, elle est passé causer avec lui pardi !

*Bertrand file voir Techton pour tailler le bout de gras puis il reprit sa place à coté de Simon*

Bertrand : Ben merde t’avais raison…..On aura tout vu dans cette ville jte jure, une elfe demi- bridé !

Simon : Du coup elle lui voulait quoi à notre forgeron atypique ?

Bertrand : *Il hausse les épaules dans un rire gras* Je sais pas d’où elle sort, mais elle lui demandait « pourquoi des gens  demandent à manger aux passants ? » ! Le Techton s’est pas démonté, il a répondu « ben shé qu’il zont faim ». Elle l’aurait fixé avec un regard perplexe en fronçant les sourcils avant de partir !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'on peut apercevoir que la jeune Valencienne en haillons est de retour. Aidant de nouveau à la soupe populaire locale, ouverte par l'Arche, le temps de l'hiver. Cette dernière n'est d'ailleurs plus seule, suivis d'un géant colossale à la tignasse couleur de paille. Ses deux là font le tour des mendiants, et des miséreux possédant un toit, pour leur distribuer leur morceau de pain et leur écuelle de soupe chaude du midi, et du soir.

L'on raconte également qu'ils prennent le temps de parler avec ses "pouilleux" et ses "feignants". Car bon, faut être une sacré feignasse pour se retrouver à mendier ! Enfin bref, les ragots reprendront l dans les buvettes et les lavoirs.

Entre les
"c'est une chic petite"

et les
"C'est pour que ces pouilleux de Valenciens se fassent bien voir. Dès qu'on lui ouvrira nos portes, tu pourras être sûr que c'est toute sa chienne de famille passera l'encadrement."

et surtout les rares mais présent
 "Elle a donné à manger à ce gobelin. Que c'est coquasse, je lui proposerai bien de nourrir mon vaisselier à l'occasion."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Plusieurs personnes dans la Place principale d'Heidel, raconte qu'une voleuse se balade dans la ville en quête des poches des citoyens, la méfiance commençant a ce ressentir dans les rues. "L'Ombre Bleutée". Voici comment a t'elle été nommée, ce promenant dans les rues et ruelles tel une fumée noire furtive, s'organisant a détroussé quiconque possède de l'argent ou objets de valeurs sur lui...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tard dans la nuit, ou très tôt dans la matinée, à l’heure où les habitants sont habituellement plongés dans un sommeil profond, à l’heure où personne de sobre, à part quelques gardes, n’ose mettre un pied dehors… On vit les lumières s’allumer dans le domicile des roux. Une bougie après l’autre au second étage prit vie. On n’entendit rien… même pas l’aboiement de leurs chiens. 

Ce n’était pas une pleine lune, mais dehors, au loin, on entendit un hurlement apparaître… loin de Heidel, puis dispersé autour, les loups semblaient partager une certaine nouvelle.

C’était inhabituellement calme jusqu’à ce qu’un faible miaulement se fit entendre… ou peut-être est-ce un cri… suivit d’aboiements festifs. 

Le soleil commençait à peine à éclairer les toits enneigés de la cité, lorsqu’on aperçut le Héron sortir sur son balcon, un sourire radieux dessiné sur les lèvres, tenant dans les bras emmitouflé dans des draps épais ce qui n’était que le dernier membre de leur famille… quelques mèches rousses dépassaient… Ils attendaient l’arrivée de la grande sœur rose.

 

ls--JSCh--father-holding-child--80x90cm-

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La rumeur était arrivée aux oreilles du docteur Otsana.
Emue, la litho thérapeute aura fait porter un bouquet de fleurs au domicile des Delonyr pour les féliciter , et ce dans l'attente de leur dire de vive voix.
Un petit mot tout simple accompagnait le bouquet.

Bouquet Mui.png
Toutes mes félicitations.
Maeghane.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On verrait depuis le levé du soleil, la semi elfe, Tarah, courir le long des berges proches de Heidel, récolter des branches de saule, les fagoter pour partir vers l'Est...

Le froid ne semble pas entamer ses allers et retours, ni même le rythme de ses foulées. Certains habitants se demandent même quel diable l'anime, elle ne semble pas vouloir s'arrêter de si tôt!

En voilà une qui semble s'affairer tandis que beaucoup préfèrent rester tranquillement au chaud...

Modifié par Ihria

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il parait que le prix du poisson a baissé ! Une demande anormale de poisson s'est produite, une bonne douzaine de personnes sont allés voir le poissonnier pour lui réclamer son stock, effrayant ! le pauvre poissonnier n'avait plus rien a commercer après cette dure journée ! La plupart prétextait une coutume familiale ... 
Il y a de toutes les couleurs décidément ... Mais quand le stock fut presque écoulé ... Les prix ont en fait augmenté ...
Vrai ou faux, encore une rumeur ? Certains prétendent même avoir vu la queue chez le poissonnier, qui, ce dernier, reste discret sur sa bonne affaire passagère.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans le fabuleux monde de la paysannerie, l'époque est à l'attente. La consommation des réserves de nourriture pendant que la terre est gelée, ou recouverte d'une épaisse couette blanche. C'est autour des feux, face aux cheminées , ou confortablement assis une table d'un bouiboui quelconque que ça cause de choses et d'autres. Les discussions actuelles font état d'une "beste". Une créature massive, qui enlève la marmaille et qui n'a pas peur de s'attaquer aux gardes des potes alentours.

D'autres parlent d'un guerrier tout d'acier vêtu de couleur noir et aux yeux rouges comme le sang qui cherche à répandre le sang et le désespoir. Allant même à fomenter une légende à propos d'un cœur de glace dont seul le souffle d'une vierge pure saurait faire fondre.

Certains iront même jusqu'à accuser les " estraingiers". Disant que ça doit être encore une carabistouille de leur culture barbare et pas très élioniste.

Quoiqu'il en soit, face à cette montée de frousse de la part de la paysannerie, les rumeurs iront rapidement, voir aussi vite que le vent, jusqu'aux faubourgs d'Heidel et de ses environs, continuant ainsi son petit téléphone Valencien.

Les marchands diront que ce sont des bandits de grand chemins, maudits, du fait de leurs yeux rouges et de leur peau d'un noir de charbon. Qui enlèvent les enfants pas sages pour leur couper la langue et le pouce.

Les légendaires lavandières diront pour leur part que c'est juste un chevalier qui est venu répandre la sainte justice, et qu'il s'agit non pas du chevalier dont Heidel à besoin... Mais du chevalier que Heidel mérite.

Le reste de la populace, quant à elle, la moins lettrée tout du moins, accusera sans gêne les étrangers... En même temps, ils ont bien apporté les poux dernièrement.

La noblesse, pour sa part, en a sans doute rien à fiche de ces histoires des champs. Ils s'en amusent, pendant qu'ils songent où ils vont bien pouvoir placer cette fontaine où du vin arrive à jaillir des mamelons d'une jouvencelle en position relativement suggestive.

La garde pour sa part ! Accentue les patrouilles urbaines et campagnardes. A tel point que régulièrement, la nuit, quand la lune et à son zénith, on les entend sonner une cloche et déclarer : "Il est très tard ! Tout va bien !"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Malgré le froid et la neige, l'activité semble battre son plein dans un des fermes du coté  Moretti au voisinage de Heidel.

On y verra une structure en bois, crachant une fumée blanche continue, et rependant un agréable fumet dans les airs.

e8e328c32aeff9197fb3c2babef065e8--homema

 

De plus, en s'approchant un peu, il est possible de voir également de drôles de petites structures en osier  mises debout et empilées sous un préau.

baltic-sea-9000-year-old-fishing-traps-f 

Décidément, il semble que certains ne prennent pas de repos, même pendant cette période de fête.

Modifié par Ihria

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les rumeurs circulent, se forment et se déforment, tous pour dire que la nuit dernière la rue du relais était bien agitée. Les gardes diront une dispute de mégères, mais que ça a été réglée rapidement. 

Les spectateurs de la scène diront qu'il ne faut pas chercher une rousse, surtout si elle est petite de taille, elle risque d'exploser à la figure. Certains plaignent la pauvre pâle, d'autre la petite fraise et d'autres encore la nouvelle employée de la crémière. Personne ne saura dire ce qui a déclenché cette avalanche de claques, de coups, de nez ou joues meurtris. Ils se mettront d'accord qu'il ne vaut mieux pas se frotter aux bonnes femmes de Heidel, elles peuvent être pire que les hommes. 

"Heureusement que le nouveau dispensaire avait réouvert ses portes, le docteur a dû avoir du pain sur la planche." 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On aurait aperçu le jadis flamboyant Capitaine de la Delmeth Transports & Commerces en ville hier, salement amoché ainsi que ses associées. Il en manquerait 2 à l'appel et le commerçant d'ordinaire avenant et prolixe semble plus que maussade et prompt à envoyer chier qui l 'interpelle..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Leksa n'aurait pas été aperçue en ville aujourd'hui, les gens connaissant certaines choses ne se poseraient pas de questions, d'autres se diraient qu'elle n'a plus vraiment le temps de voyager au vu des circonstances et des petits événements auxquels elle est conviée. Les questions trouveront sans doute réponse pour certains promeneurs s'éloignant un peu de la ville, il se pourrait que certains d'entres eux auraient pu voir passer deux chevaux, ces derniers n'ayant pas peur des gens, on comprendra que ceux-ci ne sont pas sauvages, pour les plus proches de Leksa et les plus observateurs, ils pourront même reconnaître Thenor, son fidèle étalon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans la nuit du 04 au 05 du mois du Bouclier, et pour les nuits et jours à venir, les curieux ou plus attentifs pourront entendre un grognement méchant quand ils se poseront un peu trop longtemps devant la porte ou une des fenêtres de la demeure des Delonyr. En regardant par une des fenêtres, la maison semblera calme mais à force de chercher on pourra voir une silhouette de canidé apparaître avec un regard menaçant. La vision n'aura lieu que quelques instants afin de dissuader quelconque inconnu de faire son curieux ou quelconque voleur de s'y introduire. 

 

Révélation

dark-wolf-wallpaper-57700.jpg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'année dernière, les enfants de Heidel s'amusaient à entrée en cachette dans une maison abandonnée, pensant y trouver des trésors  Et à chaque fois, ils ressortaient sans rien prendre, l'air hébétés mais sans aucune blessure. Depuis la rumeur circule que la maison est hanté par le fantôme de son ancienne propriétaire. Pourtant, cette rumeur de comptoir et de rue n'a jamais intéressés une quelconques primes ou la garde de Heidel, si bien qu'elle fut presque oubliée, les gens passant en murmurant ou en crachant devant la demeure par réflexe plus que par croyance. Et c'est ainsi qu'un groupe d'enfant est entrée dans la maison en oubliant cette histoire... et sur les 5 bambins, l'un d'entre eux à... tout simplement disparue d'après les 4 autres. Personne ne sait si ils disent vrais, si ils mentent ni même pourquoi ils sont entrés, mais les parents de l'enfant se plaignent actuellement, pauvres ils ne peuvent promettre une grande récompense à celui ou ceux qui retrouveront l'enfant, mais espère tomber sur une âme charitable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La rumeur court q'un jeune garçon  Hasoite aux oreilles pointues et aux yeux vert cherche à gagné quelques sous en échange de ses services. L'enfant montrerait une grande curiosité qui agacent certains commerçants, mais un apprentissage rapide et un travail de qualité. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Depuis l'aube, après s'être livrée à l'oppressante longue bise hivernale nocturne, l'Heidel glacée et moribonde aura reprit timidement vigueur, laissant peu à peu renaitre les immanquables ragots de comptoirs quotidien.

Toujours est-il que certains témoignages éparses sortent du lot, et se rejoignent au sujet de phénomènes plus ou moins inhabituels s'étant produit en plein milieu de la nuit au sein du Dispensaire principal de la ville.

D'après les dires à la fiabilité toute relative d'un trognard aux relents de vinasse bon marché, un effroyable spectre aux yeux de braises et au sourire avide l'aurait épié à travers les vitres givrées de l'intérieur de la ténébreuse battisse.

Ou encore, selon les propos d'une commerçante insomniaque, les hurlements d'une femme en détresse, éprise d'une souffrance terrible, auraient éclatés à plusieurs reprises depuis le dispensaire. Fait étrange selon elle, puisque vraisemblablement aucune source de lumière ni de signe de vie n'émanait du lieu, à ce même moment.

Et puis, selon le témoignage furtif d'un anonyme de passage, il semblerait que la maison de santé serait devenue cette nuit, le théâtre d'évènements particulièrement tragiques.

 

 

 

 

Modifié par Inconnu émissaire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur la route menant au château de Delphe, non loin de la zone ou les bandits sont présent. Un pauvre marchand fut retrouvé mort avec une lame plantée dans son corps. Sa carriole, recouverte d’un tissus fut retrouvé avec une roue casser. Le pauvre homme n’est pas mort sur le coup et c’est vider de son sang. Autour de ce cadavre, plusieurs morceaux de crânes d’animaux écrasé ont été retrouver. Cet homme, après enquête, étais un homme sans aucune histoire et on se demande qui aurai bien pu commettre un tel acte.

Dans le même temps. Dix chevaliers ainsi qu’un groupe de femme est arrivé au galop rapide sur Heidel avant de se disperser. Deux chevaliers se sont mis à surveiller et à suivre la rousse qui faisait partie du groupe de femme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pensée hrp : Tiens...faisons une rumeur useless histoire d'habiller les conversations de comptoir.

 

Aujourd'hui, ce sera une véritable ruée de mères en colères avec leur marmaille qui est arrivée au Dispensaire. Les bonnes femmes beuglant à qui voudra l'entendre, et en l’occurrence à cette pauvre Gretha, que le gamin de la voisine aura violenté son enfant. En effet, les gamins sont tout égratignés, contusionnés, qui malgré les invectives des parents tenteront juste de dire qu'ils jouaient à la guerre.
Néanmoins, dans l'après midi et les jours à venir ce sera une véritable "guerre des boutons" qui se jouera entre les enfants intra-muros et extra-muros, dont le champs de bataille semble être le bois du Roi derrière l'église. Espérons juste que cette rivalité d'enfant ne va pas se transmettre aux parents et que les adultes ne soient pas animés d'un désir de vengeance les uns envers les autres pour une histoire de maisons dans ou en dehors des murs.

Pour les personnages enfant, des infos en plus :
"Tout ça ! C'est la faute de Timmy ! Il voulait pas que Serendia perde dans la bataille car on était Calphéon...et qu'Calphéon bah c'sont les p'us fort ! Du coup j'ai dis qu'sa mère était une morue à verrue et il a dit toi même ! Et ma mère c'pas une morue à verrue, donc j'lui ai fait la tête au carré !"
Témoignage d'un enfant random, sur le casus belli qui entraîna la guerre des boutons.

Pour les personnages ayant peut être un enfant pnj :
Il reviendra, suivant vos désirs, chaque jours avec des boutons de sa tunique en moins, et un peu amoché. Rien de grave, juste des bagarres d'enfants. Toutefois il semblera animé d'un esprit revanchard et traînera toujours plus avec ses copains pour fomenter la prochaine offensive. Bref punissez donc ce sale petit garnement !
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant