Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'chevaux'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Général
    • Règlements & informations importantes
    • Actualités de Désert Noir
    • Actualités du jeu
  • L'Encyclopédie
    • L'Univers
    • Civilisations et société
  • Section roleplay
    • Récits de vie
    • Evénements
    • Territoire de Balenos
    • Territoire de Calpheon
    • Territoire de Kamasylve
    • Territoire de Mediah
    • Territoire de Serendia
    • Territoire de Valencia
    • Territoire de Dreighan
  • Section hors-roleplay
    • Présentations
    • Discussions
    • Guides
    • Questions et boîtes à idées
    • Le coin des artistes
  • Les Archives
    • Archives RP&HRP

Blogs

  • La Rôdeuse Noire - Fanfic Roleplay
  • LyriaBlog
  • Neya Holni
  • L'étourneau - Transport, livraison, écrivain public
  • Chroniques de Givre
  • Souffrances et perditions
  • L'édito de Colbert
  • Mémoires Vivantes
  • Oeil d'ocre
  • blogs_blog_7
  • Iseult Vethian
  • Registre des hautes lignées du Grand Royaume de Calpheon
  • Une ombre sur le monde - RP passés
  • Sorcière Valencienne - Chroniques et mythes.
  • Rêveries, histoires et réflexions.
  • Journal
  • Lliane
  • Errances d'un soldat désabusé
  • Contes et Mystères
  • Vaughan-eries et Caracole
  • Les Plumes d'anges
  • Le Corniaud - Scènes de vie
  • Journal intime de Myaka
  • Une ombre sur le monde - Histoire passée
  • Memorium I
  • Histoire d'un Soir...
  • Chevauchées Fantasques ~ Haine d'une Valencienne.
  • Les rêves du vent d'hier.
  • En quête de l'absolu
  • Rien ne se perd...
  • Contes et légendes d'ici et d'ailleurs. [RP]
  • Odomar
  • Le Mat.
  • Souvenirs d'un mercenaire
  • Mes Divagations
  • Par le pouvoir d'Elion, pour Calpheon, au nom des Van Areis.
  • Une vie, un lieu, une histoire
  • Journal de Mepheryne Malkèbre
  • Etude sur les mystérieuses créatures sauvages venues de l'Est
  • Troupeau de Mihrsahr
  • blogs_blog_53
  • Mémoires d'un Homme
  • à effacer
  • Grimoires de l'Eglise
  • Le Journal de Falka.
  • Journal d'Erland Vargen
  • In nome di Polipo ...
  • Le Journal de Betsy Keldrahir.
  • blogs_blog_74
  • A supprimer.
  • La Danse des Hommes Libres
  • [La Minette Curieuse]
  • Extraits des carnets de Ragasac.
  • Chroniques d'une folie de sang et d'ombres
  • Le salon de Soma.
  • Les Whitmore
  • Banque privée Greywolf
  • Les Fuyu (Fuyunohitobito : Les gens d'hiver)
  • Les Vivaces
  • Précieuse pierre des sables
  • Fhalaine
  • La Route, glorieuses et passables aventures d'un Alvaro.
  • Devoirs et Honneur, Raison et Sentiments, la Voie du Guerrier.
  • Pierre qui roule n'amasse pas Mouss
  • Écume de lune et attrape-rêves
  • [HRP HUMOUR] Galancia
  • Chronique d'une adolescence gachée
  • Un tandem en terre inconnue
  • L'Ombre en Chacun de Nous
  • Tribulations
  • Chroniques désespérées
  • Digressions métaphoriques et autres aléas
  • La Famille d'Arkier Del Penne
  • Le Mal et le Bien se complètent
  • Entre Calme et Chaos
  • Le château sans nom
  • Héritage
  • [Annelsy] L'histoire d'un Lys
  • Journal d'aventure de Bondoulfe de Keplan, Héros choisi d'Elion.
  • Les divagations d'Adelais Dextrad, aussi nommé Althius
  • T'sisra, entre sorcellerie et vagabondage.
  • Le Culte d'Hadum
  • Calyos Calypsoy
  • Barbara & Joanna Maseccini
  • Réflexions et songes d'un fou
  • A SUPPRIMER
  • Carnet de Thykiliarae
  • Les Carnets d'Elena
  • Épitaphe pour un profane.
  • Les Passions Étranglées
  • Itinéraire d'un enfant de putain..
  • Dérives en pleine mer
  • Le Carnet de Meryl Thel'vas.
  • Chroniques Caméléoniennes.
  • Un rhum, deux rhum, trois rhum, ...
  • Le P'tit Chenapaon - Memory moments
  • En proie aux démons
  • Les Lames éclairées par la Lune.
  • A travers ses yeux.
  • Aunrae : " Histoires et Carnets "
  • Carnet d'aventure
  • Le Lapidaire
  • Page blanche
  • In Folio
  • Essai
  • Aquilon et Candidum
  • Magie, Colocation et petites emmerdes..
  • The Heidel Post

Calendriers

  • Calendrier Roleplay

Catégories

  • Les Royaumes
  • L'univers de Black Desert
  • Le Roleplay
  • Trucs et astuces

Catégories

  • Les lieux
    • Capitales, villes et villages
    • Lieux notables
  • Les habitants
    • Classes
    • Personnages importants
    • Peuplades
  • Politique et religion
    • Factions
    • Religions et divinités
  • Divers et vie quotidienne

Catégories

  • Guildes de Calpheon
  • Guildes de Balenos
  • Guildes de Mediah
  • Guildes de Serendia
  • Guildes de Valencia
  • Guildes d'Haso
  • Guildes sans domiciliation
  • Communautés sauf guildes
  • Archives

Catégories

  • Quiz Roleplay
  • Quiz Hors Roleplay

6 résultats trouvés

  1. haras Haras Santa Godiva

    es yeux n'ont pas cillé quand la flèche a effleuré sa joue. Ses oreilles ont entendu les grondements du canon, les mots d'amours murmurés. Sa peau moirée a connu la fournaise de l'été, la froidure de l'hiver. Ses sabots ont tracé de nouveaux chemins sur des terres inexplorées. Son cœur a battu plus vite, au rythme des désirs de son maître. D'une infatigable vigueur il n'a reculé devant aucune exigence. Il a partagé les rêves et les espoirs des hommes de fer, tandis qu'à ses pieds glorieux se couchaient les nations conquises. Il vit toujours. Demande et il jettera un sort pour éclairer les ténèbres de ton âme, tissant autour de toi une résille de légers délices. Il sera le compagnon de jeu de tes enfants, enfant lui-même il ne fera pas de mal. Il te pardonnera comme nul autre tes oublis, tes erreurs, ta brusquerie. Son dos, un trône de plume, te portera en douceur au trot et au galop. Il ira là où d'autres n'osent pas aller, il ne faiblira pas là où d'autres s'enfuient terrifiés. Tu découvriras que la pirouette est facile, que le reculé peut durer des siècle, qu'il ne faut pas être grand cavalier pour que s'élèvent des mélodies au-dessus de la terre. Au léger toucher de l'éperon il s'envolera avec le vent et te portera sans danger dans l'air chargé de parfum oubliés. Avec lui la lointaine montagne sera plus proche, plus brillante la clarté des étoiles, plus joyeux le chant du rossignol, plus doux le glouglou des rivières. Et enfin tu comprendras : il fut de tout temps le cheval des rois. Juan Llamas Perdigo Fondé il y a de cela vingt ans, le haras Di Grisone, du nom de son ancien propriétaire l'écuyer Federico Grisone, fut pendant un temps le fleuron de l'élevage des grands palefrois de guerre et de pavane. Au décès de son fondateur l'écurie et nombre de ses juments et étalons furent rachetés par un autre écuyer et grand défenseur de la tradition équestre calphéonienne, le chevalier Onofrio Cortesi. Reprenant le haras et ses chevaux, il fait renommer l'endroit en "haras Santa Godiva" et promet, comme son prédécesseur, la préservation de la plus rustique race de chevaux calphéonienne et de l'art du dressage calphéonien. Situé tout près de la capitale, à l'ombre de sa muraille et de sa cathédrale, le haras trouve une deuxième jeunesse sous l'impulsion du jeune écuyer. Il veille à garder la rusticité de l'élevage de Grisone en laissant le troupeau de ses juments paître en semi liberté dans la montagne nord de Kaia. Chaque cheval se trouve marqué de l'emblème du haras, un c dans un g couronné de la croix d'Elion. Son ambition est de faire prospérer cette race aussi noble que rustique et d'offrir aux connaisseurs des montures d'exception, tant par leurs caractéristiques esthétiques que par l'intelligence de leur dressage. Déterminé à hisser son art au plus haut niveau mais également à ouvrir l'apprentissage à des cavaliers volontaires et rigoureux, il offre parfois des leçons de monte classique aux plus décidés et aux cavaliers les plus expérimentés l'apprentissage des airs issus du dressage martial. e souviens-tu? Ses oreilles dansent dans les chaudes nuits d'août, quand le ciel pleure des étoiles et que ton seul remède contre la solitude est la guitare... Regarde-le. Le printemps a déroulé pour lui un tapis d'herbes et de fleurs sauvages. Il mâche et dans sa bouche bat le pouls du pays. La brise tremble dans sa crinière comme un signe de Dieu. Apaise ton âme dans ses yeux emplis de voyage, ces yeux dont la rétine porte la mémoire de taureaux sauvages, de dos arqués dans les ruades et de la silhouette lointaine de filles aux cheveux noirs roulant doucement des hanches. Émerveille-toi de sa bouche frémissante comme un pétale juste ouvert, comme les lèvres d'une femme juste après son premier baiser, qui éveille à l'aube l'étang de cristal assoupi et exulte le soir dans la lamentation bleue des rivières. Découvre la liberté qui jaillit de ses flancs et vois le miracle, le tourbillon et la quiétude, calme et pourtant tourbillon. Et enfin, quand ton heure viendra, courage : si pénible est le passage, la mort n'est pas vraiment la mort si un homme a son cheval à ses côtés. Juan Llamas Perdigo
  2. ECURIES ARAYA Fières de leurs trente années d'existence dans les régions de Médiah et Calphéon, les écuries Araya mettent à votre disposition tous leurs talents dans le domaine équestre ! Sommaire Présentation des écuries Races élevées et ventes Courses et champions Affichage et rumeurs Présentation des écuries et localisation Niché au cœur du Désert de Queue-de-Pierre à Médiah, le ranch de la Queue-de-Pierre accueille les éleveurs de la région et à présent les écuries Araya. Les écuries Araya ont vu le jour à Altinova il y a une trentaine d'années avant de migrer vers la région de Calphéon afin d'étendre leurs activités. A présent, les écuries Araya sont de retour uniquement au sein de Médiah et ont réorienté leurs activités vers la course hippique. Au numéro 1 du Ranch, situé un peu à l'écart des autres bâtiments, est présente l'habitation personnelle de Jiao Araya comprenant également le bureau d'inscription aux courses hippiques et des paris. Au numéro 2 du Ranch, ont été aménagés des locaux spécifiques à l'Astrolabe. Lieux de repos et de connaissances, seuls les aventuriers de l'Astrolabe y sont autorisés. Il se raconte que l'endroit dispose de protections magiques. Au numéro 3 du ranch, l'atelier des écuries Araya est présent. Une partie de ces locaux est disponible soit au personnel, soit aux voyageurs fatigués et souhaitant un lieu de repos (Zone utilisable en RP même si le personnage n'est pas présent, les PNJ des lieux inviteront les voyageurs à se reposer et les garderont à l’œil également !). Nom de famille pour accéder aux bâtiments : Araya (top 10 des trois bâtiments - 1ère position à la date en novembre 2016)
  3. Course d'orientation au centre Equi Libre

    jusqu’à
    Course d'orientation au centre Equi Libre 21 h : Accueil des participants et spectateurs, vous serez accueilli avec un verre de jus de pomme-cannelle et un roulé de jambon sur du melon. 21h30 : Mise en place du départ de la course selon les retards. 23h30 : Fin de la course pour les plus malchanceux et fin de soirée avec musique calme autour du buffet et des boissons. Il est toutefois possible pour les spectateurs de pouvoir déguster boissons et en-cas pendant la course. Comme certains étaient intéressés, il vous est possible de défier la propriétaire des lieux une fois les festivités terminées, à vous de voir pour les enjeux.
  4. Leksa Bellone Issue de l’union d’Eadwin et Adélaïde Bellone Physique, personnalité et caractéristique Elle est une jeune femme de taille moyenne, bien proportionnée. Son atout charme ? Son sourire, ses jambes et son postérieur forgé grâce à sa passion/métier. Confiante, sûre d’elle, elle n’hésite pas à jouer de ses charmes, de jongler avec les mots pour obtenir ce qu’elle désire. Certains la qualifient de sauvage, tantôt attendrissante, tantôt manipulatrice et pourtant, elle a le cœur sur la main, n’hésitant pas à aider les plus démunis, à aider ses amis et à les protéger. Elle s’amuse et s’évite de tomber amoureuse de peur d’en souffrir. La souffrance, la colère, la haine, ce sont des émotions qu’elle préfère éviter. Cicatrice importante : Epaule gauche brûlée jusqu’à la chair. Caractéristique Force 8 Intelligence 15 Constitution 8 Pouvoir 17 Dextérité 12 Endurance 12 Apparence 16 Charisme 16 Sortir de l’enfer Leksa fût élevée et éduquée par ses parents, bien que tous les deux des guerriers, Adélaïde était plus attirée par la guerre que par sa propre fille, Eadwin dû faire le choix de devoir renoncer parfois à l’appel de la guerre pour être auprès de sa fille. Bien qu’elle n’en prenait pas soin, Leksa était admiratrice de sa mère en raison du fait qu'elle était crainte part bon nombres d’hommes dans le village émerveilla cette petite fille bien qu'elle aimait son père. Malgré les envies de tenir sa fille loin de tout ça, son Eadwin ne pouvait cependant pas s’empêcher de sourire lorsqu’il la voyait manier sa petite épée en bois en imitant son épouse. Mise à part ce petit jeu qu’elle faisait, Leksa était très obéissante envers le paternel, elle l’aimait de tout cœur. Mais alors que sa vie se déroulait sans encombre, vivant avec son père, jouant avec ses amies, travaillant chaque jour qui passait à apprendre les quelques ouvrages que pouvait se permettre ses parents, le petit conte de fée que Leksa vivait prit fin. Pour une raison qu’elle ignore encore, tous les combattants du village, y compris son père, ont dû quitter ce dernier, une mission très importante sans doute. C’est ce jour que le conte de fée se transformait en un véritable cauchemar. La réputation de sa mère n’était plus à faire mais qui dit renommée, dit jalousie, haine, vengeance. Et c’est exactement ce qui menaient ces hommes à attaquer le petit village de Leksa… Alors que certains envahisseurs pénétraient sa maison, l’un d’eux vint près d’elle, elle avait quatorze ans, elle ne faisait pas si jeune mais après tout, un homme en colère voulant mettre à sang tout un village faisait-il encore acte de conscience pour se dire qu’il ne doit pas faire cela à une jeune femme ? Et pourtant… il aurait dû, cela lui aurait certainement sauvé la vie… Alors qu’il arrachait les vêtements de Leksa, une chose horrible se produisit. Etait-elle possédée ? Ou avait-elle simplement, par peur, perdu le contrôle ? D’où lui provenait ce pouvoir ? Qui était-elle ? La seule chose dont se souvenait Leksa était les femmes criant, appelant à l’aide puis le trou noir… A son réveil, ses parents et les autres étaient revenu de leur mission, et elle entendait les villageois parler sur elle… « C’était un monstre » « Ce monstre nous a sauvé ! » « Sorcière » « Aberration » disaient-ils tous en la pointant du doigt. Bien que son père n’y croyait pas du tout, après tout sa fille était un ange à ses yeux, sa mère était perplexe et a voulu en avoir le cœur net, amenant donc sa fille avec elle, prétextant qu’elle voulait l’avoir à ses côtés pour qu’elle apprenne à se battre… pensez-vous, elle ne voulait que s’assurer des dires des villageois. C’est après confirmation lors d’une mission, bien que la mère fût surprise, elle n’en perdait pas son petit sourire en coin et comptait bien profiter de sa fille, de cette chose qui était censée être sa petite fille. Plus cela se produisait et plus Leksa en avait des flash, des petits souvenirs mais voyant sa mère prendre « soin » d’elle désormais, par admiration, par amour, elle acceptait ce sort qui lui était attribué, tuait-elle elle-même ? Ou une chose l’envahissait-elle pour tuer à travers elle ? Était-elle devenue ce monstre que les villageois contaient ? Tant de questions lui traversaient l’esprit jusqu’à la rencontre de ce mage… Il avait su la paralyser et entrer dans son esprit pour essayer de la guider… Pourquoi ne l’avait-il pas tué ? Avait-il des espoirs pour elle malgré les choses horribles qu’elle faisait, avait-il un jour vu une jeune fille proche de lui sombrer dans les ténèbres sans avoir pu la sauver ? Leksa était-elle sa rédemption ? Toutefois… grâce à ce mage, Leksa commençait de plus en plus à se poser les bonnes questions et pris la décision de partir, de sortir de cet enfer qu’était devenu sa vie… Elle avait désormais 15 ans et sa vie passée était une page qu’elle venait de tourner…
  5. Dépendance

    Adresse Epheria : 3-5 RdC (Faline) Le comptoir commercial Le salon d'attente Le bureau privé Le bureau public
  6. [Pour la musique :] L'aube vient d’apparaître, la jeune femme ouvre les yeux et... voilà qu'elle est en retard ! S'étant couchée tard la veille voilà qu'elle doit se presser pour s'habiller tout en jonglant avec son lit à faire et son cheval à seller. Ce n'est qu'en une quinzaine de minutes qu'elle parvient à faire tout ça, sans encombres. Elle sort de chez elle en ne fermant même pas la porte à clé, le coin est tranquille après tout. Sautant sur sa monture et direction le quartier Noble, par le pont sud, qu'elle longera brièvement pour rejoindre la sortie Sud-Ouest... une rapide cavalcade direction le Ranch de la ferme Gabino et la voilà qui s'arrête devant les écuries. Elle retire l'équipement de sa propre monture et la pousse dans un pré. Direction un box pour s'occuper d'une des juments, une pouliche tout juste sortie du débourrage. La jument simplement équipée d'un licol et d'une longe de travail, elle va occuper un rond et commence le travail. La jument libérée de sa longe marche d'abord tranquillement, ses jeunes muscles pas encore travaillés roule à chacun de ses mouvements. Le balancier régularisant ses mouvements d'encolure tout naturellement. Postérieur droit, antérieur droit, postérieur gauche, antérieur gauche... Puis soudain, le jument éclate dans une joie immense, contente de sortir et apparemment bien échauffée la voilà qui s'élance dans un galop effréné, Annelsy éclatant d'un rire joyeux elle encourage la jeune jument à poursuivre dans son élan. Courant tantôt derrière elle, tantôt sautant devant elle pour la faire changer de direction. Postérieur droit, diagonal droit, antérieur gauche, projection, antérieurs, postérieurs, demi tour, diagonal gauche, antérieur droit et saut de mouton. Un rire par ci, un hennissement par là. La jeune femme dresseuse semble travailler avec le sourire. Forçant plusieurs fois la jument à faire demi tour et ainsi travailler ces derniers. Astucieux. Puis elle cesse tous ses encouragement et vient se lover au centre du rond de travail. Debout, immobile et les mains croisés derrière le dos. Bien droit et les épaules redressées comme si qu'elle cherchait à se grandir. Son regard ne quittant pas un point fixe devant elle tandis qu'elle surveille la jument d'un troisième œil attentif au moindre débordement. La jument cessant ses pitreries, ralenti son allure pour finalement approcher de son professeur dans trottinement posé. Il est temps de caresser puis de reprendre les exercices tout en interdisant les débordements certes joyeux mais perturbateurs. Une fois une demi heure passée à marcher, trotter et galoper dans tous les sens et à répondre à des ordres faciles mais primordiaux, la femme félicitera la future monture avec un morceau de sucre, puis la conduira à un anneau d'attache pour lui apprendre à s'y tenir correctement. Un passage élémentaire et bien nécessaire sera fait. Lui apprenant à donner les pieds et les garder en l'air sans perdre patience. Une fois une demi heure de plus à travailler ainsi, elle conduit la jument dans un pré avec d'autres de ses congénères. La matinée se passera ainsi, du travail de poulains et pouliches en restant souple mais ferme. Une main de fer dans un gant de velours. ~ [Ci-joint, quelques figures qu'on retrouve dans le dressage "Haute-école" ou "Dressage de l'Art de la guerre"] Mais ce ne sera pas la matinée la plus impressionnante niveau travail. Une fois la pause déjeuner passée pour chevaux et dresseuse, elle s'attaquera aux plus gros poissons. S'armant d'une badine, une bride et des longues rênes. Sa proie sera un jeune étalon de race Gabino. Mi Calphéonnien, Mi Médien, avec une once de Valencien dans le sang. Un cheval de forte carrure avec l'endurance d'un cheval Médien et le calme d'un Calphéonnien, la vitesse de cette part de sang Valencienne ne jouant que très peu. Une fois le cheval équipé de sa bride et ses longues rênes, elle le conduira dans un carré de dressage. Agitant sa badine pour le faire avancer. Se tenant sur son côté contre l'une de ses fesses elle le fera d'abord avancer aux trois allures, le pas et le trot se feront proche de lui. Pour le galop, elle laissera filer ses lanières de cuir pour le faire tourner autour d'elle. Le travail peut enfin commencer. Du pas Médien (Espagnol), du piaffé, du passage, des déplacements latéraux au pas, au trot, puis dans une allure rassemblée à faible amplitude du galop. Puis ensuite du sérieux. Répétant les mouvements de dressage pour le combat, du plus simple au plus compliqué... C'est alors qu'elle demandera à la monture de se cabrer dans un premier temps, libérée des rênes et sa cavalière placée devant en levant haut et rapidement sa badine vers le ciel. Puis une ruade en se plaçant à côté d'elle tout en chatouillant ses reins de son accessoire. Et elle débutera l'apprentissage de la fameuse cabriole dont elle a le secret et avec laquelle elle a fait fureur lors de la démonstration de dressage aux Ecuries Araya. Les après midi sont ainsi avec trois voire quatre chevaux, quarante cinq minutes de travail chacun, puis un temps de détente avec une petite balade ou un pansage minutieux avec une bonne douche même par temps froid. La cavalière prend un tout grand intérêt à chouchouter ses protégés.