Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'Tarif'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Général
    • Règlements & informations importantes
    • Actualités de Désert Noir
    • Actualités du jeu
  • L'Encyclopédie
    • L'Univers
    • Civilisations et société
  • Section roleplay
    • Récits de vie
    • Evénements
    • Territoire de Balenos
    • Territoire de Calpheon
    • Territoire de Kamasylve
    • Territoire de Mediah
    • Territoire de Serendia
    • Territoire de Valencia
    • Territoire de Dreighan
  • Section hors-roleplay
    • Présentations
    • Discussions
    • Guides
    • Questions et boîtes à idées
    • Le coin des artistes
  • Les Archives
    • Archives RP&HRP

Blogs

  • La Rôdeuse Noire - Fanfic Roleplay
  • LyriaBlog
  • Neya Holni
  • L'étourneau - Transport, livraison, écrivain public
  • Chroniques de Givre
  • Souffrances et perditions
  • L'édito de Colbert
  • Mémoires Vivantes
  • Oeil d'ocre
  • blogs_blog_7
  • Iseult Vethian
  • Registre des hautes lignées du Grand Royaume de Calpheon
  • Une ombre sur le monde - RP passés
  • Sorcière Valencienne - Chroniques et mythes.
  • Rêveries, histoires et réflexions.
  • Journal
  • Lliane
  • Errances d'un soldat désabusé
  • Contes et Mystères
  • Vaughan-eries et Caracole
  • Les Plumes d'anges
  • Le Corniaud - Scènes de vie
  • Journal intime de Myaka
  • Une ombre sur le monde - Histoire passée
  • Memorium I
  • Histoire d'un Soir...
  • Chevauchées Fantasques ~ Haine d'une Valencienne.
  • Les rêves du vent d'hier.
  • En quête de l'absolu
  • Rien ne se perd...
  • Contes et légendes d'ici et d'ailleurs. [RP]
  • Odomar
  • Le Mat.
  • Souvenirs d'un mercenaire
  • Mes Divagations
  • Par le pouvoir d'Elion, pour Calpheon, au nom des Van Areis.
  • Une vie, un lieu, une histoire
  • Journal de Mepheryne Malkèbre
  • Etude sur les mystérieuses créatures sauvages venues de l'Est
  • Troupeau de Mihrsahr
  • blogs_blog_53
  • Mémoires d'un Homme
  • à effacer
  • Grimoires de l'Eglise
  • Le Journal de Falka.
  • Journal d'Erland Vargen
  • In nome di Polipo ...
  • Le Journal de Betsy Keldrahir.
  • blogs_blog_74
  • A supprimer.
  • La Danse des Hommes Libres
  • [La Minette Curieuse]
  • Extraits des carnets de Ragasac.
  • Chroniques d'une folie de sang et d'ombres
  • Le salon de Soma.
  • Les Whitmore
  • Banque privée Greywolf
  • Les Fuyu (Fuyunohitobito : Les gens d'hiver)
  • Les Vivaces
  • Précieuse pierre des sables
  • Fhalaine
  • La Route, glorieuses et passables aventures d'un Alvaro.
  • Devoirs et Honneur, Raison et Sentiments, la Voie du Guerrier.
  • Pierre qui roule n'amasse pas Mouss
  • Écume de lune et attrape-rêves
  • [HRP HUMOUR] Galancia
  • Chronique d'une adolescence gachée
  • Un tandem en terre inconnue
  • L'Ombre en Chacun de Nous
  • Tribulations
  • Chroniques désespérées
  • Digressions métaphoriques et autres aléas
  • La Famille d'Arkier Del Penne
  • Le Mal et le Bien se complètent
  • Entre Calme et Chaos
  • Le château sans nom
  • Héritage
  • [Annelsy] L'histoire d'un Lys
  • Journal d'aventure de Bondoulfe de Keplan, Héros choisi d'Elion.
  • Les divagations d'Adelais Dextrad, aussi nommé Althius
  • T'sisra, entre sorcellerie et vagabondage.
  • Le Culte d'Hadum
  • Calyos Calypsoy
  • Barbara & Joanna Maseccini
  • Réflexions et songes d'un fou
  • A SUPPRIMER
  • Carnet de Thykiliarae
  • Les Carnets d'Elena
  • Épitaphe pour un profane.
  • Les Passions Étranglées
  • Itinéraire d'un enfant de putain..
  • Dérives en pleine mer
  • Le Carnet de Meryl Thel'vas.
  • Chroniques Caméléoniennes.
  • Un rhum, deux rhum, trois rhum, ...
  • Le P'tit Chenapaon - Memory moments
  • En proie aux démons
  • Les Lames éclairées par la Lune.
  • A travers ses yeux.
  • Aunrae : " Histoires et Carnets "
  • Carnet d'aventure
  • Le Lapidaire
  • Page blanche
  • In Folio
  • Essai
  • Aquilon et Candidum
  • Magie, Colocation et petites emmerdes..
  • The Heidel Post

Calendriers

  • Calendrier Roleplay

Catégories

  • Les Royaumes
  • L'univers de Black Desert
  • Le Roleplay
  • Trucs et astuces

Catégories

  • Les lieux
    • Capitales, villes et villages
    • Lieux notables
  • Les habitants
    • Classes
    • Personnages importants
    • Peuplades
  • Politique et religion
    • Factions
    • Religions et divinités
  • Divers et vie quotidienne

Catégories

  • Guildes de Calpheon
  • Guildes de Balenos
  • Guildes de Mediah
  • Guildes de Serendia
  • Guildes de Valencia
  • Guildes d'Haso
  • Guildes sans domiciliation
  • Communautés sauf guildes
  • Archives

Catégories

  • Quiz Roleplay
  • Quiz Hors Roleplay

17 résultats trouvés

  1. L’aube, sa timide lueur printanière commençait à filtrer par les fenêtres de la modique bâtisse. Il n’y avait personne à réveiller, l’occupant étendu dans le canapé qui trônait dans le salon avait mis un terme à sa nuit il y a des heures de ça. Angoisses et inquiétudes l’avaient laissé en paix lorsqu'était venu l’heure du coucher lui permettant de trouver le sommeil assez rapidement, mais s’étaient ensuite bien vite manifestées dans ses rêves, le privant des bras de Morphée pour le laisser yeux grands ouverts au milieu de cette pièce plongée dans une pénombre rassurante. C’est lorsque les premières lumières du jour rendirent ses couleurs au foyer qu’il décida de se hisser hors de son lit de fortune. Il vient rapidement enfiler une grossière chemise avant de prendre la direction de la cuisine pour y faire chauffer un peu d’eau. Ce faisant, il jeta un coup d’oeil vers cette chambre ouverte encore tapie dans l’ombre du fond de la pièce. Marquant une pause pour mieux détailler la silhouette féminine dessinée sous les draps, ponctuée d’une touffe hirsute de cheveux noirs qui dépassait du bout du lit . Il le lui avait laissé hier soir, enfin il essayait de s’en convaincre. A dire vrai, elle s’y était installée sans qu’il n’ait son mot à dire. Notre homme poussa un petit soupir profitant du silence régnant encore dans la pièce, c’était dans cet état qu’Elle lui était le plus agréable : calme et silencieuse. Seul témoin de sa raillerie, ses lèvres s'étiraient en un fin sourire. Une légèreté vite mise à bas par ses propres démons. En l’absence de distraction, il se ressassait sans cesse les mises en garde reçues quelques jours plus tôt à Tarif. “Si ce n’est pas ton esprit qui cède en premier, cette marque que tu portes finira par avoir raison de ton corps, Sergio. … Six semaines, au mieux.” Le corps ou l’esprit, son choix était déjà fait. Il espérait bien ne pas avoir à en arriver là, pour se faire quelques lingots durement gagnés lui avait permis de se procurer quelques jours de plus. Quelqu’un avait retourné le sablier et lui continuait à perdre son temps ici … Dans l’attente, cette impuissance avait de quoi le rendre fou. La berceuse des flammes chauffant l’eau pour le thé apaisait ses pensées et leur permettaient de filer ailleurs durant quelques instants. Empreint à une certaine nostalgie quant à son retour de Tarif, cette ville de sorcières lui avait offert rêves et espoirs fut un temps, y retourner cette fois-ci n’avait pas seulement ressassé de mauvais souvenirs, des instants de joie y résidaient encore. A son passage à la Croisée, sa sorcière des temps de crise lui avait conseillé de se baigner dans la Cascade qui se jetait dans le fleuve un peu plus en amont du village. Ça lui serait sûrement bénéfique pour le soucis qu’il se traînait actuellement, lui avait-elle dit. Malgré son caractère de caillasse, elle avait toute sa confiance par le respect que sa figure lui évoquait. Si bien qu’elle aurait pu lui conseiller de se jeter du haut d’un pont pour régler son affaire, qu’il aurait sans doute aveuglément essayé, encore et encore. Le regard perdu dans le vide au sein de cette pièce, il se revoyait encore à gravir le dénivelé qui séparait le sommet de la chute d’eau du reste de la vallée médhienne. Il était parti un peu avant l’aube, dans l’objectif de profiter d’un peu de solitude pour reposer son corps et son mental le temps de quelques heures avant d’avoir à reprendre sa Route. La montée lui avait semblé plus agréable qu’attendue : ce début de printemps amenait avec lui le chant des oiseaux les plus matinaux. Et dans leur symphonie, s’est perdu l’effort de son ascension. Le soleil de l’Est commençait timidement à chauffer les pierres longeant la rive lorsqu’il avait trouvé un bassin d’eau clair dans lequel il pourrait s’immerger sans risquer d’être emporté par un courant trop virulent -qui l’entraînerait certainement quelques cinquantaines de mètres plus bas contre la roche.- Il s’attendait à ce que l’eau soit gelée lorsqu’il plongea son corps à l’intérieur. A sa surprise, une tranquille tiédeur venait doucement l'accueillir, ses muscles s’y sentirent si bien qu’il en soupira d’aise. Un rien de temps lui fallut pour abaisser sa vigilance et laisser son corps se prélasser, pas longtemps encore pour entrer en résonance avec les lieux. Sans qu’il en ait réellement conscience, le torrent élargissait ses ressentis. Chaleur, fatigue, ou le pouvoir des lieux, ce quelque chose l’entraînait, lui permettant de percevoir avec plus de sensibilité, d’une nouvelle perspective que notre mercenaire ne se soupçonnait pas. Nulle lutte pour aller à l’encontre de ce que lui réservait l’onde paisible, il se laissait faire, réceptif et attentif. L’ordre des choses lui sautait au visage sans qu’il puisse s’y soustraire ou même y présager une suite. Un tohu-bohu intarissable d’informations sensorielles déferlait sur lui, où le manichéen de l’humain n’avait jamais existé. Eléments, Minéraux, Vie et Magie prenaient place et sens dans une notion d’équilibre. Tout allait et se propageait dans une sensation d’osmose bien trop grande pour lui, étouffante pour un seul homme. Malgré sa présence pourtant étrangère et corrompue en ces lieux, le Torrent lui intimait par la force des choses qu’il faisait lui aussi parti du tout, un accord dans cette partition et il se devait de l’accepter. Le soleil était à son zénith lorsque ses pas le ramenèrent dans la vallée. Son esprit fulminait à tout-va, il ne comprenait pas. Il ne comprenait pas ce qui avait bien pu lui arriver. Il ne comprenait pas comment la notion du temps pouvait lui avoir échappé à ce point. Il avait dû passer des heures immergées là-haut.. Drogué ? Impossible. La fatigue ? Peut-être. Rien de son esprit calphéonnien des plus cartésien ne pouvait comprendre ce moment, pourtant l’inconscient lui gueulait sa vérité crue. Il en était sûr désormais, il existait autre chose, un dessin bien plus grand que sa seule vie. Dans cette cuisine, les choses étaient tellement plus simples sans prise de conscience. “Sadie, maudite sorcière, il te fallait toucher à cette condition qu’était la mienne, la simple stature d’un homme des Bas-Fonds qui court la route ne te convenait pas ?” Il lui fallait refouler tout ça pour le moment, l’impératif de sa situation prônait sur tout le reste et son temps continuait à lui échapper ... Le thé était prêt.
  2. La Route du Rhum © ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 1°) Qu'est ce que c'est que ça ? C'est une route commerciale reliée par des entrepôts que nous avons ouverts en RP suite à des missions/investissements/quêtes. Qu'est-ce qu'une route commerciale ? Disons un axe de circulation des biens et des marchandises visant à améliorer/faciliter les échanges & livraisons. Les entrepôts répartis sur la carte ont leur fonctionnement autonome tout en travaillant en coopération. Par exemple si vous commandez à l'entrepôt d'Ephéria des marchandises Valenciennes, ce dernier contactera son copain à Valencia pour se faire livrer dans les meilleurs délais et à bas prix. Malin non? 2°) Elle est bien belle ta carte gros, mais ça signifie quoi ? Qu'on va raquer aux points péages ? Sur d'autres jeux, avec une autre communauté, ça m'aurait bien tenté, ma gueule . Non ça n 'impose strictement rien aux joueurs externes à la guilde, du moins ça ne les pénalise en rien, ni ne change les habitudes. Cela informe les clients et les clients potentiels de l'avancée de notre travail de fond depuis quelques mois et des possibilités RP que nous offrons. Enfin le but "ultilme" de la guilde fait échos à un vieux rêve qui consiste à faire interagir entre eux les pôles RP de la communauté. Nous verrons si le projet marche Au moins aura t-on essayé. 3°) Ouais bon, mais en gros ça sert à quoi ? Eh bien à donner de la profondeur au RP de l'immersion mais aussi des possibilités ouvertes. Nos convois sont joués IG, on est pas discrets donc c'est facile de tanker une date de départ. Si on nous attaque en pvp, on le joue en rp. De ce fait, on a besoin de main d’œuvre, interne ou externe (mercenaires etc) ce qui permet d'ouvrir le jeu. La route a d'autres utilités propre à notre fonctionnement interne et nos RP intra et fait partie d'un projet encore plus vaste (non, c'est pas conquérir le monde). Pour les employés de la DTC les entrepôts servent : De base de repos lors des voyages (ils y trouveront toujours le gîte, le couvert, et du rhum ) De source de boulots (contrats locaux, livraisons etc) De réapprovisionnement via les stocks De maison parfois (eh oui vivre sur les routes des fois on aime bien se poser un peu héhé) Nos clients y trouveront : un espace de négociation (bureaux) un contact local pour finaliser une commande et/ou une livraison un accueil chaleureux et hospitalier leurs marchandises s'ils souhaitent la retirer à l'entrepôt (c'est moins cher) des bonnes affaires selon les arrivages. Les autres joueurs/groupes? Peuvent négocier de faire partie de cette route commerciale (relais chevaux? resto pour les "routards"? :p) Peuvent jouer au brigands de grand chemins S'en foutre royalement Voyager avec les caravanes pour assurer leur sécurité? etc.. Nous contacter ? Discord : https://discord.gg/H9fyWRu Responsable Ephéria : Nennius Delmeth (Delmeth IG) / Aithe Delmeth (Delvhir IG) Responsable Heidel : Narasen (Darkolm IG) Responsable Tarif : Léolinda (Caerllian IG) Responsable Valencia : Guetno (Delmeth IG à pourvoir)
  3. "La Nephyle. " Nom : Homerion Prénom : Edern Sexe : ♀ Âge : 24 ans. ( Née le 3e jour du 9ème mois de l'année 261) Alignement : Loyal Neutre Constellation : Gobelin. Orientation : Hétérosexualité. Lieu de Naissance : Tarif. Profession : Cartomancienne et auteur à ses heures perdues. Travers : Pense à voix haute lorsqu'elle se pense seule. Habitation : Inconnu. Classe sociale : Roture. Objets fétiches : Cartes de Tarot : ( Un ENORME merci à @Menhart Valis pour la grosse retouche ! :D) ( Attention il y a de la nudité partielle !) La jeune Edern est parvenue à se forger une petite réputation dans le quartier marchand, lui donnant quelques clients occasionnels, curieux de connaître le sort qui leurs est réservés. Et pourquoi pas vous ? Son mousquet : Le mousquet et sa pratique est sûrement la meilleure chose que son père pût lui enseigner, lui permettant ainsi de gagner de quoi manger, et accessoirement d'équiper son logement de fortune. Peut être auriez vous vu Edern partir avec les chasseurs du coin ? Historique du personnage : ( Merci à @Caelerys pour son expertise !) Naissance jusqu'à l'An 286 : Edern est issue d'une famille modeste. Sa mère Delyah, une Sorcière du village de Tarif, s'était un jour entichée d'un voyageur Calpheonien. Malgré l'accueil froid que reçu cet homme, elle fût la seule à outrepasser les préjugés et lui offrir aussi bien le gîte et le couvert que son amitié. De fil en aiguille, leur complicité se renforça durablement et le voyageur prit la décision de rester aux côtés de la Sorcière quand leurs sentiments réciproques virent le jour. Les années passèrent tranquillement, et Edern grandit dans une famille unie et aimante. Vint le jour ou une petite expédition dans le désert fût organisée par les responsables du village. Edern, était trop jeune pour connaître la teneur de leurs objectifs, mais ce qu'elle sait et ce dont elle se souvient inévitablement, c'est que sa mère avait été désignée pour en faire partie, et qu'en tant que Sorcière confirmée, cette dernière ne pouvait s'y soustraire. Et elle respecta son serment de Sorcière. Les années passèrent, sans nouvelles de l'expédition et la vie au village, pourtant continuait comme si le grand désert avait dévoré jusqu'aux souvenirs de ces Sorcières, et c'est sans le conseil avisé de sa mère qu'Edern fini par devenir une Sorcière confirmée. Mais sa vie familiale était indubitablement et irrémédiablement transformée. Sans nouvelles de Delyah, son père fini par tomber dans l'alcoolisme le souvenir de sa femme voguant entre la vie et la mort sans pouvoir accomplir un deuil quelconque. L'alcool gueule dévorante de l'incertitude fini par exclure Edern et son père du village. Et c'est vers la grande Calpheon, dans la plus grande culpabilité et le sentiment d'abandon que leurs pas se tournèrent, laissant derrière eux la maison familiale, vide. Dernière étincelle d'un espoir ténu. Incertitude et culpabilité sont deux termes qui ont accompagnés et accompagne encore Edern tout au long de sa jeune vie. C'est au cours du voyage qu'elle prit une décision importante et décisive pour son avenir proche : occulter ses facultés. Elle fît la demande auprès de son père, dans ses moments de sobriété d'apprendre à chasser, un moyen simple et efficace d'apprendre à se servir d'une arme et donc à combattre sans faire appel à sa nature de Sorcière. Car c'est cette dernière qui lui a fait perdre à tout jamais sa mère. Année 286 : Edern s'est enfin désolidarisée de Calphéon, forte de ses idéaux et de ses nouvelles connaissances, elle tente maintenant de trouver un sens à son existence. Maintenant convaincue que la magie apprise à Tarif peut lui être bénéfique, celle-ci prendra pour objectif de retrouver ses compétences délaissées jusqu'à présent. Année 287 : Réputation : Calpheon : Serendia : Balenos : Et vous qu'avez-vous à en dire ?
  4. Identité: Nom: Florintya Prénom: Olyanim Anastasia Surnom: Aikatsuki, lune rouge par son fiancé Yami Sexe: Femme Âge: 24 ans Lieu de naissance: Glish Profession: Gérante du petit bonheur a Velia, enseignante parfois Guilde: Brumesonges Présentation physique: Petite rousse aux yeux vers, toujours des lunettes sur son nez, bien habillée et fine (plus pour très longtemps), elle a la peau claire et un léger maquillage autour des yeux, si elle n'a pas une fleur dans les cheveux, c'est qu'elle a un diadème simple et ravissant de Mediah, la plus part du temps souriante et droite, parfois fatiguée même si elle tache de le cacher, malgré sa petite taille on ne peut pas vraiment la rater Histoire de votre personnage: Tout commença dans la petite ville au milieu des marais répondant au nom de Glish, un village paisible malgré les dangers l’entourant, mais c’est un beau jour, un chaud soir d’été, que tout allait commencer pour elle… Prologue : La tranquillité C’est en début de soirée du 1er pierre de sceau 262 que tout a commencé, qu’une petite tête rousse a vu le jour, du nom de Olyanim Anastasya Florintya, fille d’une boulangère et d’un fermier, pas très riche mais pas à plaindre non plus, un petit rayon de soleil adorable pour cette famille, la bouille ronde et un peu enrobé pour un nouveau-né. Malgré l’inconvénient qu’apporte un enfant, surtout au niveau du travail, le couple était ravi, enfin la famille grandissait. Les premières années de cette rouquine se sont déroulées sans soucis, en même temps, la ville est tranquille et paisible donc pas vraiment d’agitation sauf quelques fois à la taverne avec les clients trop éméchés, la famille vivait sa vie et ils étaient très heureux, malgré le fait qu’on sentait que cette petite rousse allait devenir une vrai chipie agitée et taquine (et d’ailleurs, elle l’est toujours mais chut). Cependant, peu après ses quatre ans arriva une chose…particulière… Effectivement, quelque chose arriva peu après qu’Oly, comme on l’appelle, eut soufflé ses quatre bougies, et cette chose s’appelait…Anne-Gaelle, sa petite sœur chérie. Elle a été le premier coup de foudre de Olyanim, un véritable amour sororale qui a pu être développé peu après la naissance de Anne, elle aimait sa sœur et voulait toujours s’occuper d’elle, en prendre soin, jouer avec, c’est ainsi qu’elles sont devenue très proches plus tard, confidentes, sœurs et amies jusqu’à la fin. Les deux filles ont passé beaucoup de temps ensemble, on ne les voyait jamais séparées et un jour, à l’âge de 6 et 2 ans, elles se sont un peu trop éloignées pour jouer…
  5. Une solitude éternelle

    "Je me sens si seule, mes soeurs." La jeune sorcière se pencha par la fenêtre afin d'observer le port de Tarif, sans pouvoir supprimer les pensées les plus sombres de son esprit. La lune se couchait afin de laisser place au soleil et les premiers volets s'ouvraient déjà. Elle jeta un oeil à l'intérieur de sa chambre afin de constater que la solitude qui la hantait n'était plus qu'un élément du passé. La jeune adolescente qu'elle venait de sauver de ce rituel occulte en valait elle la peine? N'avait-elle pas commis une erreur en interférant dans les plans de sorcières à la santé mentale douteuse? Nystria n'avait jamais été dans une telle position. Elle avait déjà connu de nombreux combats, de nombreux problèmes mais un élément était différent cette fois, elle était seule face à ces ennemies inconnues. "Quoi que je fasse je me heurte toujours à ce même problème..." elle glissa une main le long du corps écailleux de Sen, son cobra. La sorcière n'arrivait pas à se défaire de ce fardeau qu'est la solitude malgré tous les essais du monde. Elle chercha le coche qu'elle avait manqué en se remémorant son passé, comment avait-elle pu se retrouver aussi seule? Malgré tout l'amour qu'elle avait pour ses soeurs, elle n'arrivait pas à trouver sa place. Nystria était toujours très solidaire auprès des autres sorcières, les connaissant ou non d'ailleurs. Quoi qu'il en soit, elle avait dérangé un groupe de sorcières aux sombres intentions ce soir en sauvant la pièce maîtresse de leur rituel et elle savait qu'elles viendraient pour elle. Elle porta son attention sur la jeune sorcière au corps meurtri par les nombreuses violences qui lui avaient été faites et vint s'installer à ses côtés. Une seule question lui vint alors à l'esprit ; devait-elle en parler aux autres sorcières ? Elle déposa Sen dans son terrarium et vint se masser la nuque. Le plus important était de prendre soin de cette enfant, si jeune, novice et traumatisée. Elle s'enfonça dans son fauteuil pour se reposer, elle ne voulait qu'une chose, fermer les yeux un instant, eux qui étaient si lourds. La sorcière se laissait une journée avant de prévenir celles qu'elle jugeait les plus compétentes pour apporter un avis sur cette affaire.
  6. Une affiche présente sur différents panneaux à Tarif depuis une semaine.
  7. Méditation contée de la Pleine lune

    jusqu’à
  8. IDENTITE : Nom : Ferasken Prénom : Eleydor Surnom : [Aucun pour le moment] Sexe : femme Âge : 25 ans… ou 35 ans… ou 45 ? Lieu de naissance : Tarif Profession : Marchande Guilde : Aucune Allégeance : Tarif PSYCHOLOGIE : Caractère : extravagante et réservée en fonction, passionnée, impitoyable ((c) Lucian) Compétence : combat avec l'énergie occulte (puissance brute), marchandage, alchimie Totem : tigre PHYSIQUE : La femme est en premier lieu déroutante. Son âge ne semble pas évident au premier abord. De loin, elle semble jeune, pimpante de vie, et son attitude semble de même. Mais quand elle s’approche, le surplus de maquillage et son tatouage semblent dissimuler de vilaines rides. Ses yeux sont clairement modifiés, les fentes bougeant naturellement à la lumière, comme une pupille normale. Son corps, lui, reste pourtant très beau visuellement, la magie semble en être une explication plausible vu l’aura légère qui sort du tatouage sur tout son bras. La demoiselle est habituellement habillée de manière riche, assez légère, tout en voilure et autours. Mais la femme semble avoir plusieurs tenues en fonction de la situation, et il est plus simple de l’observer en fonction… HISTOIRE : Héritière de la famille de Ferasken, Eleydor a vu le jour trois ans après son frère, Orhan. Les deux sont rapidement inséparables et semblent tout à fait doués pour la magie. Surdoués semble le terme d’ailleurs assez couramment usité pour désigner les deux derniers de la famille. Pourtant, leurs maîtres déplorent la qualité de leur écoute, qui, disons-le, est déplorable dans leur jeunesse… Alors qu’ils avaient l’air bien partis pour occuper une grande place en Tarif… les deux se firent assez vite plus discrets. S’éloignant de tout poste à responsabilité, l’un souhaite devenir marchand et l’autre souhaite voyager à travers le monde et devenir aventurière. Hélas, les seuls voyages qu’aura pu faire Eleydor furent entre Tarif et Altinova. Son désir de découvrir le monde, malgré les catastrophes et le contexte tendu de son histoire, n’a jamais pourtant pris fin. La raison de cette privation trouve certainement source dans son neveu, le demi-elfe Falathaar, dont elle aura dû s’occuper seule. A la disparition de son frère, elle reprend des mains de maîtres son commerce et en retire une grande richesse. A présent, elle voyage simplement entre Altinova et Tarif, restant discrète sur ses capacités magiques, commerçant encore et toujours les produits qu’elle fabrique elle-même, ou déniche de producteurs compétents. FAMILLE : <Ici un arbre généalogique que l'on peut trouver aisément sur les Ferasken. C'est le simplifié, mis à jour régulièrement par Cealia, cheffe de famille. Pourtant, cette version n'a pas changé depuis facilement 7 années maintenant.> NIVEAU DE RELATION : Vous êtes un voyageur : Vous êtes un acheteur d'Altinova régulier Vous êtes un habitant de Tarif Vous êtes un proche de la famille, ou chef de clan d'une autre famille de Tarif
  9. Festivités du Solstice d'Hiver Le village de Tarif s'agite, en cette période de fin d'année. Les visages sont souriants, chacun mettant la main à la pâte pour les préparatifs de festivités. " Çà va nous faire du bien, après tous les derniers événements. " peut-on entendre en parcourant les rues du village. C'est Ahon Kirus qui eut l'initiative d'apporter une touche de bonne humeur à la classique célébration du Solstice d'Hiver, renouveau de la lumière sur les ténèbres, et chute du Roi Squelette. Démonstration de magie, spécialités culinaires, alcools locaux, alchimie, vente de produits locaux, et autres contes narrés. Tout à chacun a approuvé l'idée, et décider de participer. La célébration est ouverte à tout voyageur, dans les règles de bonnes conduites du village. Les ténèbres passent toujours. L'événement se tiendra ce mercredi 21 du bateau, au soir. Lieu : Tarif Heure : 21h00 Type : Fête, multiples petites activités
  10. Solstice d'Hiver

    jusqu’à
    Festivités du Solstice d'Hiver Le village de Tarif s'agite, en cette période de fin d'année. Les visages sont souriants, chacun mettant la main à la pâte pour les préparatifs de festivités. " Çà va nous faire du bien, après tous les derniers événements. " peut-on entendre en parcourant les rues du village. C'est Ahon Kirus qui eut l'initiative d'apporter une touche de bonne humeur à la classique célébration du Solstice d'Hiver, renouveau de la lumière sur les ténèbres, et chute du Roi Squelette. Démonstration de magie, spécialités culinaires, alcools locaux, alchimie, vente de produits locaux, et autres contes narrés. Tout à chacun a approuvé l'idée, et décider de participer. La célébration est ouverte à tout voyageur, dans les règles de bonnes conduites du village. Les ténèbres passent toujours. L'événement se tiendra ce mercredi 21 du bateau, au soir. Lieu : Tarif Heure : 21h00 Type : Fête, multiples petites activités
  11. IDENTITE : Nom : [Inconnu, mais serait un fils de la famille Ferasken, à Tarif, famille moyenne de sorciers. (plus d'info en dessous)] Prénom : Falathaar Surnom : Œil inassumé un temps, souffle de vie maintenant Sexe : homme Âge : 25/26 ans Lieu de naissance : Environ de Tarif Profession : Palefrenier Guilde : Aucune Allégeance : Aucune PSYCHOLOGIE : Caractère : doux, réservé, simple Compétence : combat à l'épée, combat à l'arc, palefrenier (a d'ailleurs un don avec les chevaux)... Totem : cheval PHYSIQUE : Falathaar est très grand, vers les 1m90. De premier abord, on remarque juste ses cheveux mi-long, attachés en queue de cheval avec une mèche cachant une partie de son visage. En regardant un peu mieux, on peut remarquer que son œil droit est toujours caché par un cache-œil sous sa mèche noire qui tombe sur le visage. Une cicatrice, visiblement ancienne et pourtant encore légèrement rouge, zèbre sa joue. Ses oreilles légèrement en pointe trahissent sa nature de demi-elfe. HISTOIRE : L'histoire de Falathaar reste assez énigmatique pour chacun, même les résidents de Tarif depuis longtemps. Parfois, voire souvent, vu aux côté de Muam à l'écurie, le jeune demi-elfe semblait assez peu tourné vers les liens sociaux ces dernières années. Mis à part Muam, le seul véritable lien que l'homme ai eu à Tarif fut sa tante, Eleydor, une excentrique sorcière de la ville. Celle-ci comprenant le besoin d'isolement du demi-elfe, elle ne le force pas à participer aux affaires de la ville. Peut-être un curieux l'aura vu s'entrainer au maniement de l'épée et de l'arc, pendant certaines nuits, de manière silencieuse, mais difficile de dire si c'était bien lui ou pas. Pourtant, depuis peu, le jeune homme semble reprendre une certaine forme de vie sociale. Est-ce la venue de cette rouquine bien connue de Tarif chez lui ? Est-ce les récents évènements ? Difficile de le savoir, mais Falathaar a entreprit un voyage et semble à présent plus tourné vers l'extérieur...
  12. Altinova Tarif Ranch de Queue-de-Pierre --------------------------------------------------------- Voici les premières cartes des villes de Tarif et Altinova. Merci à Olympe pour m'avoir laissé reprendre son code présentation et merci aux personnes qui ont rapidement répondu à mes messages privés. Si vous souhaitez figurer sur une des cartes, n'hésitez pas à m'en envoyer aussi avec localisation, nom et petit description rapide. Idem en cas de modification pour X raisons !
  13. Informations générales Prénom: Raihana Surnoms: Hana Âge: 25 ans Sexe: Femme Race: Humaine Concept: Sorcière tatouée, froide, fière, précise, sans états-d'âme. Alignement: Egoïsme (Neutre Mauvais) Mentalité Hana est uen femme froide, ne souriant presque jamais. Ou alors, si elle sourit, elle se contente de plisser les yeux et d'étirer ses commissures de quelques millimètres, autrement dit, ça ne se voit pas. Elle a confiance en elle, mais en personne d'autre (à part son ami). Autrement dit, il est assez difficile de l'approcher, surtout qu'elle ne se rend pas compte de lorsqu'elle met les gens mal à l'aise, en les fixant droit dans les yeux, en les dévisageant, ou en remarquant leurs petites disparités physiques. Néanmoins, quand elle comprend qu'elle doit faire des efforts de socialisation, elle réussit à prendre sur elle et à se montrer sympathique. Mais son visage, s'il daigne s'ouvrir un minimum, peut se refermer d'un coup sec dans sa froideur habituelle, comme une pierre. Aura Hana est une sorcière qualifiée, ayant passé son enfance à subir l'entraînement intensif des sorcières. Elle est donc capable de contrôler son aura. Bien sûr, un être non-sensible à la Magie ne discernera rien de spécial, mais voici ce que les autres peuvent sentir. Si vous n'êtes pas très doué: Si vous avez reçu un entraînement ou que vous êtes naturellement doué: Si vous êtes une sorcière douée: Physique Hana est une femme longue et fine, assez sèche et musclée. Elle a autant de poitrine qu'une enfant de 14 ans. Son corps est marqué par des tatouages, ou des traces de scarifications selon les points de vue, qui peuvent rendre son corps encore moins désirable. Si vous avez l'honneur le malheur de voir sa poitrine dénudée, vous verrez des cicatrices entre ses seins et remontant sur son torse typique d'auto-mutilation. Sa peau est pâle, et ses cheveux aussi noirs que le charbon. Si vous plissez les yeux, vous remarquerez que la naissance de ses racines est blonde. Ce serait-elle teint les cheveux comme beaucoup de femmes le font? Si vous touchez ses cheveux, vous pourriez croire, qu'ils sont brûlé, tellement ils sont secs. Elle taille ses sourcils en pointe, ce qui fait ressortir son côté froid et méprisant. Son visage est fin, ovale et mince. Elle maquille fortement ses yeux, mettant ainsi en valeur des iris violets. Cette couleur non plus n'a pas l'air bien naturelle, ceux qui en connaissent l'explication ne sont certainement pas des inconnus. Son nez est court et ses lèvres généralement gercées. A part ses yeux, elle ne prend pas beaucoup soin d'elle. Par volonté ou par manque de connaissance en la matière, qui sait. Ce qu'on dit d'elle: Ce que dit le Caporal Enris: "La recrue Hana ? Une femme avec un jolie minois , certes .. mais froide comme la glace. Sérieuse et discipliné. Ces trois caractéristiques fait d'elle, une bonne recrue pour l'Ordre. Et je suis fier de l'avoir dans nos rangs." Ce que Theodric dit à son sujet: "Elle est semblable à une Rose noire. Mystérieuse, enivrante mais pleine d'épines sur lesquelles vous allez vous empaler. Prenez garde." Dernières nouvelles Elle aurait déménagé de Heidel pour aller vers l'Est avec son époux.
  14. Un nouveau coup de pelle entamait la butte. Alessio grogna sous l'effort, alors qu'il soulevait l'outil pour déplacer le sable brun, rougeâtre, commun aux terres mediahnes. Il était là depuis une bonne vingtaine de minutes, sous le chaleur écrasante, les pieds dans la poussière. Il se redressa en se massant les côtes encore douloureuses des derniers événements, d'autant plus que les mouvements actuels, bien que simples, ne faisaient qu'accentuer la douleur. Et ça, c'était sans compter le soleil qui semblait avoir décidé d'être le plus vif possible au moment précis ou il avait décidé de sortir pour s'occuper du sable. Mais, en dépit de tout ça, il avait l'impression d'avoir besoin de le faire. Pour lui, mais surtout pour elle. Enfin... Encore faut t-il qu'elle soit capable de le comprendre. Après le coup de la lampe, il était sûr de rien. Dans toute la liste des choses qu'il pensait devoir faire, beaucoup de choses tournaient autour de Sadie, en ce moment. Probablement un peu trop au goût de ses proches amis, comme pouvait le sous-entendre la lettre de Valerya, bien incisive, bien que le ton était un peu haut, elle était pas loin de la vérité. Elle était jamais très loin de la vérité, de toute façon. Enfin, il serait jamais assez bête pour lui dire. Il esquissa un bref sourire, à l'idée du retour prochain. Mais pour l'instant, il était à Tarif, dans un milieu relativement inhospitalier pour le ronchon Calphéonien qu'il est. Les pieds dans le sable. Sable qu'il déteste, qu'il plus est. Qu'est-ce qu'il lui avait pris d'avoir cette idée... Encore une connerie qu'il était prêt à faire pour elle. Après avoir redressé la pelle, il dévia le regard vers la ville, floutée par les ondulations de chaleur. Il distinguait difficilement la maison de Siari, d'où il était. Il leva une main, écarta la sueur qui s'accumulait sur son front d'un revers du poignet. Après un bref soupir. Il s'éventa brièvement et se décida à reprendre son travail, aussi rébarbatif soit t-il, adéquat pour laisser libre court à ses pensées. Entre deux grognements poussifs, à cause de la douleur. ~~ Ils étaient arrivés il y a une bonne semaine, un peu plus. Après deux jours de trajet. Au départ, l'idée de base, c'était d'amener Llianne jusqu'à Tarif afin qu'elle soit prise en charge. Il tenait absolument à ce qu'elle ne sombre plus dans la démence qui s'était abattue sur elle depuis quelques temps et d'après le contrat, les Kelevra semblaient être la solution. Il ne s'étonna, à ce moment, qu'à peine de tous ces événements communs qui se précipitaient dans le même sens, dont le sens lui échappait encore. A lui, comme à d'autres. Mais à cet instant, seule Sadie semblait être capable d'apaiser les mots de la jeune elfe. Il avait d'ailleurs remarqué un changement dans l'attitude de la sorcière, au rythme où elle approchait de Tarif. Plus rayonnante, plus enjouée. Et pour autant, s'il avait été ravi de l'effet le désert sur sa façon d'être, il redoutait l'effet que pourra avoir le retour aux pierres froides de Calphéon. Un peu après leur arrivée, c'était la cohue. Du monde était là pour les accueillir. Deux Kelevra, des sorcières du clan Brujo et Falkynn aussi, la voisine de Sadie. Il l'avait déjà rencontré à Keplan, lorsqu'il avait accompagné Sadie pour aller chercher Galathea. Et cela, c'était sans compter les esprits noirs qui se baladaient ci-et-là, dont la présence lui glaçait littéralement le sang. Peu habitué à la magie, d'autant plus habitué à la combattre, arme au poing. Il savait comment gérer les choses lorsqu'il avait affaire à un mage en colère ou à une sorcière occulte, peu les choses où il y avait été confronté. Par contre, il n'avait aucune idée de la façon dont il pouvait gérer une interaction pacifique. Du monde, mais pas Eleazar qui devait vraisemblablement être déjà présent mais qui n'est jamais arrivé. Et c'est en recevant un petit colis, dans lequel deux doigts du mage avait été gentiment disposés à l'intention de Sadie, qu'ils purent déduire ou il était. Le Monastère d'Elric. Un haut-lieu de rassemblement de cultistes, des plus tarés, qui plus est, ceux qui n'hésitent pas à fourvoyer leurs âmes pour un peu de magie, quitte à en devenir chèvre. S'il était encore possible que le grand gaillard n'ait pas encore pris conscience de toute la dangerosité de leur entreprise, c'était chose faite. Alessio allait enfin pouvoir mettre son armure, pour un vrai combat, un vrai combat depuis longtemps. Il n'était pas vraiment question de chasser un petit bandit, de péter les genoux d'une mauvais payeur ou de sécuriser le trajet d'une caravane marchande. Non, ce genre de boulot, il l'a toujours pris avec dérision. Parce que c'était toujours à des lieux de l'enfer qu'il avait pu vivre auparavant, en période de guerre. Et là, il allait y retourner, pour casser du cultiste par paquet de douze mais probablement pour risquer sa vie. Gratuitement. Ce dernier point était important. Ils avaient été rejoint par deux Valkyries. L'amie d'enfance de Sadie, Mellisore, ainsi qu'Elendryn, qui jusqu'à présent n'avait été que l'employeuse de sa voisine de palier. Elles aussi étaient prêts à risquer leurs vies pour Eleazar, pour le bien-être de Sadie et des Kelevra en général. Il n'en avait pas parlé, un peu avant l'attaque, mais il avait une certaine appréhension à l'idée de combattre avec des personnes qu'il ne connaissait pas. Stratégiquement, il avait joué ça comme étant une erreur. Lui, il n'avait jamais combattu avec des Valkyries. Il ignorait tout de leurs méthodes de combat. Et s'il avait déjà combattu et même affronté des sorcières, il n'avait encore là qu'une vague idée de comment s'y prendre avec elles. Du coup, c'est avec une heureuse surprise qu'il avait vu débarquer le rouge chatoyant du manteau de Bélier, toujours l'air véloce et tonitruant, suivi de près par Sergio et son air un peu niais. Puis, la jeune Sawyier. Une partie des larrons de foire qui lui servait d'amis, passés à Tarif à l'occasion d'un contrat. Il ne tarda pas à les embrigader. Il savait combattre avec eux, tout ses doutes, ses appréhensions, s'envolèrent. Néanmoins... tout ne s'était pas passé comme prévu ~~ Vingt nouvelles minutes. Le soleil avait décidément choisi ce jour pour s'abattre cruellement sur lui. Il se redressa dans un long grognement. Il s'effondra un peu mollement sur la butte. Il avait chaud. Et surtout, il avait soif. Il avait oublié de prendre une gourde, loin de s'attendre à une telle aridité. Mais il était hors de question de tout mettre en plat pour revenir au petit village de sorcières. En plus de ça, ses côtes commençaient lourdement à le faire souffrir, il sentait que ses poumons avaient du mal à suivre, à cause de l'effort, de la chaleur. Enfin, c'était peut-être également à cause du choc qu'il avait subi, frôlant la mort de quelques millimètres. Il secoua doucement la tête, attrapa à nouveau la pelle pour s'y remettre. ~~ La bataille avait été féroce. Falkynn avait mené l'assaut à la perfection, une qualité qu'il ne lui aurait pas soupçonné. Il n'avait pas bien suivi ce qu'elle avait fait, mais elle s'était assurée à ce que la citadelle soit vidée de ses occupants, au moment où l'attaque allait avoir lieu pour récupérer Eleazar. Une aubaine, vu le petit groupe déglingué qu'ils étaient. Et c'était bel et bien le cas de le dire. Des valkyries, des sorcières et des voyous reconvertis combattant côte à côte, chacun pour des raisons qui lui étaient propres, mais agissant de concert. Cette petite assemblée improbable aurait pu être aisément prendre place dans de grandes fables, si tant qu'un barde soit là pour conter leurs aventures. Par contre, Alessio était incapable de se souvenir de la fin. Il savait qu'ils avaient récupérés le mage et un chevalier, mais ce qu'il avait de plus précis, c'était l'impression d'être traîner derrière son cheval et le bruit grinçant du métal sur les cailloux de la route. On lui a dit qu'il avait failli y passer, que son armure avait été enfoncée et qu'il avait failli y passer, étouffé dans ce qui était sensé le maintenir en vue. Enfin, d'une certaine perspective, cela l'avait bel et bien maintenu en vie, des coups, des agressions des cultistes encore présents dans la citadelle, mais jusqu'à un certain point. Sadie avait dû exploser ce qui retenait son armure afin de l'éjecter et qu'il puisse respirer. Il était en vie, mais avec une armure en morceau et un certain Valencien qui allait probablement lui défoncer la tête en revenant, en l'apprenant. Il s'est passé un long moment, après la bataille. Toute la petite compagnie est revenue, en vie, mais fatigués et blessés pour la grande majorité. Les jours se sont écoulés lentement, alors que tout le monde se rétablissait. Les sorcières eurent leurs discussions à propos de la magie, à propos des cultistes, des choses auxquels le guerrier n’entravait rien pour une majeure partie du temps. Ils avaient trouvés une façon de préserver Llianne, après un temps. Un espèce de collier qu'elle devait porter, au même titre que Galathea et Sadie. Il espérait seulement que ça suffise. Et il profitait de chaque moment qu'il pouvait avoir seul avec Sadie, que ce soit durant les matinées moites, aux accents tendres et affectueux, qu'aux journées près des alambics, à théoriser sur les problèmes qu'ils avaient rencontrés, alors qu'il s'improvisait en apprenti érudit pour qu'elle lui explique des théories sur la magie, mais plus que tout, il gravait chacun de ses sourires, qui se faisaient bien trop rares à Calphéon. Il la voyait, réjouie dans son laboratoire, et s'il était content pour elle... Cette perspective l'effrayait. Il l'était parce qu'il se rendait compte qu'elle avait une place ici, loin de lui, qu'elle pouvait aspirer à une vie heureuse parmi les siens, alors que lui, tout ce qu'il pouvait bien être était à Calphéon. Et c'était sans compter l'intervention d'Eleazar qui, en l'espace d'une discussion, bien qu'anodine, lui rappela encore une fois quelle était sa place dans le monde et celle de Sadie. Bien qu'il eu l'air d'approuver la relation qu'ils entretenaient, Alessio n'en restait pas moins perplexe et circonspect du double sens des paroles du vieux mage. Pas loin de se persuader qu'il acceptait seulement l'idée que Sadie ai un tas de muscles près d'elle en cas de problèmes, en lieu et place d'un amant sincère. C'est là qu'il a eu l'idée. Ce qui l'a amené ici, à crever de chaud, courbaturé et assoiffé. ~~ Il renversa une dernière fois le sable de la pelle, souffla longuement, longuement... et se pencha pour récupérer la caisse pleine de sable rougeâtre, pour la cacher immédiatement dans le chariot. Il avait besoin d'une bonne bière, si ce n'est douze.
  15. Il referma doucement la porte de chez elle. Elle ne lui avait même pas adressé un regard, lorsqu'il est parti. Il s'arrêta, après quelques pas, pour s'appuyer contre la porte de son propre appartement à quelques mètres de là. Il attarda son regard sur le loquet à moitié broyé, à moitié réparé, de sa porte. Il n'avait jamais été doué en mécanique de toute façon et là, ça ressemblait surtout à un bout de métal branlant qui en retenait un autre en étau. Un peu comme son esprit, ces derniers temps. Une expérience enrichissante que celle d'avoir l'impression de vivre une constance gueule de bois durant toute la journée sans avoir bu une seule goutte d'alcool. Une expérience qu'il ajoutera à la longue liste des raisons de ne pas aimer la magie. Et c'est basique, qu'elle disait. Une poignée de cheveux, des bricoles et d'autres conneries, et nous voilà parti pour vivre une véritable charge de chevaux, droit dans la tête. Encore que... le pire, c'était les cauchemars. Des ombres, des rappels silencieux, des choses qu'il aurait voulu ne jamais revoir faire surface. Par contre, contrairement aux cauchemars, qui se sont arrêtés... Les problèmes qu'ils ont révélés étaient bien présents, omniprésents, autour de lui. Et il était effrayé. Effrayé par le souvenir, parce qu'il avait fait et ce qu'il ignorait encore devoir faire. Et là, appuyé contre sa porte, le regard divaguant sur le sol, il s'est subitement senti très seul et fatigué. Jusqu'à ce qu'il soit capable de reprendre constance, après quelques longues secondes. Il avait plus urgent, plus pressant, plus immédiat. Il fallait se réveiller et ne plus y penser. Pour l'instant, tout du moins, sinon, il était promis au chaos et à la chute. L'Elfe était pris dans un tourment catatonique dont il avait peut-être le remède, et Elle pouvait peut-être lui permettre de lui administrer. Il n'en savait rien, à vrai dire. D'un côté, il avait dû batailler auprès de son amie d'enfance pour lui faire comprendre qu'il ne pouvait pas, non, qu'il ne pouvait pas compter sur eux, cette fois. Et il en souffrait, de ne pas pouvoir leur parler, de leur expliquer toute l'étendue du problème qui La concerne et auquel il s'est mêlé, à eux, qui l'ont toujours accompagnés et qui iraient jusqu'à échanger leur place devant Elion, s'il leur demandait. Aussi, parce qu'il s'agissait de l'Elfe, que tous sans exception, veulent voir dans la meilleure des conditions. Mais Elle avait déjà été suffisamment déçue, tant par l'un ou par l'autre, qu'il souhaitait tout sauf enfoncer le clou encore plus profondément dans ses appréhension, et ainsi compromettre ses meilleurs chances pour l'Elfe. De l'autre côté, il avait dû la convaincre, Elle, d'accepter son fardeau. Celui qu'Elle n'a jamais voulu, celui qu'on lui a imposé, son héritage sinistre et répugnant. Encore qu'il n'était pas bien sûr qu'Elle ait accepté quoique ce soit, plutôt de l'avis qu'Elle avait surtout envie d'arrêter de l'entendre palabrer et se répandre en justifications. Il était certain qu'Elle avait pleine conscience de toute l'ampleur de la situation, qu'Elle parvenait à saisir toute la dimension des enjeux qui étaient disposés en face d'Elle, et pour autant, alors qu'il était capable d'en comprendre qu'un tiers. Et encore. Mais. Il ne pouvait pas rester là, immobile, alors que l'Elfe sombrait un peu plus dans l'obscurité à chaque heure passée.