Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'Olvia'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Général
    • Règlements & informations importantes
    • Actualités de Désert Noir
    • Actualités du jeu
  • L'Encyclopédie
    • L'Univers
    • Civilisations et société
  • Section roleplay
    • Récits de vie
    • Evénements
    • Territoire de Balenos
    • Territoire de Calpheon
    • Territoire de Kamasylve
    • Territoire de Mediah
    • Territoire de Serendia
    • Territoire de Valencia
    • Territoire de Dreighan
  • Section hors-roleplay
    • Présentations
    • Discussions
    • Guides
    • Questions et boîtes à idées
    • Le coin des artistes
  • Les Archives
    • Archives RP&HRP

Blogs

  • La Rôdeuse Noire - Fanfic Roleplay
  • LyriaBlog
  • Neya Holni
  • L'étourneau - Transport, livraison, écrivain public
  • Chroniques de Givre
  • Souffrances et perditions
  • L'édito de Colbert
  • Mémoires Vivantes
  • Oeil d'ocre
  • blogs_blog_7
  • Iseult Vethian
  • Registre des hautes lignées du Grand Royaume de Calpheon
  • Une ombre sur le monde - RP passés
  • Sorcière Valencienne - Chroniques et mythes.
  • Rêveries, histoires et réflexions.
  • Journal
  • Lliane
  • Errances d'un soldat désabusé
  • Contes et Mystères
  • Vaughan-eries et Caracole
  • Les Plumes d'anges
  • Le Corniaud - Scènes de vie
  • Journal intime de Myaka
  • Une ombre sur le monde - Histoire passée
  • Memorium I
  • Histoire d'un Soir...
  • Chevauchées Fantasques ~ Haine d'une Valencienne.
  • Les rêves du vent d'hier.
  • En quête de l'absolu
  • Rien ne se perd...
  • Contes et légendes d'ici et d'ailleurs. [RP]
  • Odomar
  • Le Mat.
  • Souvenirs d'un mercenaire
  • Mes Divagations
  • Par le pouvoir d'Elion, pour Calpheon, au nom des Van Areis.
  • Une vie, un lieu, une histoire
  • Journal de Mepheryne Malkèbre
  • Etude sur les mystérieuses créatures sauvages venues de l'Est
  • Troupeau de Mihrsahr
  • blogs_blog_53
  • Mémoires d'un Homme
  • à effacer
  • Grimoires de l'Eglise
  • Le Journal de Falka.
  • Journal d'Erland Vargen
  • In nome di Polipo ...
  • Le Journal de Betsy Keldrahir.
  • blogs_blog_74
  • A supprimer.
  • La Danse des Hommes Libres
  • [La Minette Curieuse]
  • Extraits des carnets de Ragasac.
  • Chroniques d'une folie de sang et d'ombres
  • Le salon de Soma.
  • Les Whitmore
  • Banque privée Greywolf
  • Les Fuyu (Fuyunohitobito : Les gens d'hiver)
  • Les Vivaces
  • Précieuse pierre des sables
  • Fhalaine
  • La Route, glorieuses et passables aventures d'un Alvaro.
  • Devoirs et Honneur, Raison et Sentiments, la Voie du Guerrier.
  • Pierre qui roule n'amasse pas Mouss
  • Écume de lune et attrape-rêves
  • [HRP HUMOUR] Galancia
  • Chronique d'une adolescence gachée
  • Un tandem en terre inconnue
  • L'Ombre en Chacun de Nous
  • Tribulations
  • Chroniques désespérées
  • Digressions métaphoriques et autres aléas
  • La Famille d'Arkier Del Penne
  • Le Mal et le Bien se complètent
  • Entre Calme et Chaos
  • Le château sans nom
  • Héritage
  • [Annelsy] L'histoire d'un Lys
  • Journal d'aventure de Bondoulfe de Keplan, Héros choisi d'Elion.
  • Les divagations d'Adelais Dextrad, aussi nommé Althius
  • T'sisra, entre sorcellerie et vagabondage.
  • Le Culte d'Hadum
  • Calyos Calypsoy
  • Barbara & Joanna Maseccini
  • Réflexions et songes d'un fou
  • A SUPPRIMER
  • Carnet de Thykiliarae
  • Les Carnets d'Elena
  • Épitaphe pour un profane.
  • Les Passions Étranglées
  • Itinéraire d'un enfant de putain..
  • Dérives en pleine mer
  • Le Carnet de Meryl Thel'vas.
  • Chroniques Caméléoniennes.
  • Un rhum, deux rhum, trois rhum, ...
  • Le P'tit Chenapaon - Memory moments
  • En proie aux démons
  • Les Lames éclairées par la Lune.
  • A travers ses yeux.
  • Aunrae : " Histoires et Carnets "
  • Carnet d'aventure
  • Le Lapidaire
  • Page blanche
  • In Folio
  • Essai
  • Aquilon et Candidum
  • Magie, Colocation et petites emmerdes..
  • The Heidel Post

Calendriers

  • Calendrier Roleplay

Catégories

  • Les Royaumes
  • L'univers de Black Desert
  • Le Roleplay
  • Trucs et astuces

Catégories

  • Les lieux
    • Capitales, villes et villages
    • Lieux notables
  • Les habitants
    • Classes
    • Personnages importants
    • Peuplades
  • Politique et religion
    • Factions
    • Religions et divinités
  • Divers et vie quotidienne

Catégories

  • Guildes de Calpheon
  • Guildes de Balenos
  • Guildes de Mediah
  • Guildes de Serendia
  • Guildes de Valencia
  • Guildes d'Haso
  • Guildes sans domiciliation
  • Communautés sauf guildes
  • Archives

Catégories

  • Quiz Roleplay
  • Quiz Hors Roleplay

8 résultats trouvés

  1. Notes Acte VI — Leur voler dans les plumes.

    Olvia -> Florin ; Nuit du 24 au 25 Pierre de Sceau Moira et Otto s'étaient déjà installés sur leur chariot de marchandise à la lisière de la petite bourgade de campagne. Nous suivions de loin, Serehne, Rhazar et moi ; Cimbaeth ne nous avait pas encore rejoints. Inquiète ? Pas le moins du monde, cependant il s'avère un très bon élément dont il serait judicieux de ne pas se passer. Du haut de nos destriers respectifs, nous choisissions nos postes. J'ouvrirai la voie, mon compagnon la fermera, tandis que Serehne sera flanquée de côté. Méthodiquement, nous nous mettions en place et je faisais signe à Moira qui tenait les rênes. “ Yah ! ”, et nous voilà sur notre chemin vers Florin, le village d'alchimistes et d'herboristes shais de l'autre côté des reliefs rocheux de l'arête de Karanda. Nous ne sommes qu'en fin d'après-midi, dix-huit heures peut-être, et les falaises de Terrmian reflètent les lueurs crépusculaires d'un astre diurne sur son déclin. Je me laisse moi-même aller à quelque songe lointain, au rythme d'un galop peu soutenu en raison de la cargaison transportée dans mon dos. Les éclats argentés à la surface des eaux d'Olvia me rappelle à mes jeunes années dans la baie d'Ancado, lorsque le Marid attendait son carénage trimestriel pour se refaire une beauté. Mes compagnons de route suivent à bonne allure, le silence rompu par les sabots de nos montures et les craquements grinçants du wagon de bois n'ont pas raison de la quiétude qui s'est installée sur notre route. Un sifflement surgit des branchages d'arbres touffus, à l'orée d'une dense forêt. Nous sommes au Carrefour des routes menant tantôt à Florin tantôt à Epheria qui ne sera que notre prochaine escale. “ OTTO ! ” Moira hurle de terreur, Serehne et Rhazar tirent brusquement la bride de leurs chevaux qui piétinent dans la terre sèche des chemins creusés. Il me faut une seconde pour jeter un regard par dessus mon épaule et saisir l'ampleur du problème : une flèche à l'empennage blanc semblait fichée dans le torse du frère de la convoyeuse. Je m'arrête à mon tour, avec toute la peine qu'un cheval armuré peut me procurer en cet instant, et que j'emmène se placer derrière la cargaison pour le protéger des rafales de projectiles. L'embuscade n'est pas majeure, pas plus de cinq ennemis dissimulés dans les fourrés à première vue, mais le temps presse. Je me poste devant nos compagnons de route, tandis que la trentenaire cherche à arrêter l'hémorragie de son voisin sans ôter la pointe de flèche de sa plaie profonde, n'étant pas en mesure de courir en raison de ma patte folle. Une autre salve, heureusement sans dommages, et une coiffe de plumes blanches dépasse d'un arbuste... Des membres de la tribu des Hiboux Masqués. Une flaque sanguinolente de tripes, de griffes et de duvet écarlate gît sur la route, un cadavre au flanc ouvert repose dans les herbes hautes, et un autre corps au bec brisé se couche lorsque mon amant se dispense d'un coup de genou brutal. Tous reprennent les rênes de leurs palefrois, Moira panique et part au grand galop. L'hémorragie ne cesse pas et son frère, inconscient, est à deux doigts de la mort. Il nous reste plusieurs lieues à parcourir, loin d'être les plus sûres qui plus est. Si bien que nous ne nous arrêtons pas, pas même pour vérifier le chargement du wagon qui brinqueballe dans un tintamarre assourdi par le ramage épais des végétaux alentours. «Si Otto meurt, pas de paiement. » Notre arrivée tonitruante à Florin éveille les shais assoupis et autres curieux qui, en cette heure tardive, profitaient probablement de la fraîcheur nocturne. J'appelle soigneurs, guérisseurs, rebouteux, alchimistes, qui que ce soit à se présenter pour aider Otto traîné par sa sœur et mon compagnon hors du chariot ensanglanté. Une femme vient à notre encontre, basanée, la crinière noire, si j'avais eu un reflet elfique de moi-même en cet instant, ç'aurait été celui-ci ; mais moins mièvre. Partant à toute allure s'en aller déranger le maire de Florin, c'est au bout de quelques minutes interminables qu'un médecin en aube bleu ciel s'amène au pas de course, une épaisse mallette sous le bras. Nous organisons quelques sacs d'herbe et de plantes pour fournir au blessé une couche décente, faute de foin pour l'y allonger. Moira se voit entraînée plus loin par la Ganelle que j'avais déjà rencontrée auparavant, à Heidel... en compagnie de mon très cher Keharqta, me semble-t-il. En cet instant, son nom m'échappe, alors que mes doigts saisissent déjà la pointe de flèche transperçant le dos du blessé. Je procède machinalement à ce que le médecin me demande, à tel point que mes pensées vont et viennent bien trop promptement pour que je puisse me saisir d'une seule d'entre elles. À trois, nous soulevons le corps appesanti d'Otto et le transportons dans l'antre d'une marchande d'armures, une certaine Zelfinith. Et l'y laissons reposer, auprès de sa jeune sœur, le temps d'une nuit. À trois, guidés par un jeune shai, nous pénétrons dans l'enceinte de la seule auberge du village, et c'est une autre membre de leur communauté, plutôt potelée, qui nous accueille à grands renforts de liqueur de plantes. Notre comparse Vedir, Serehne, cède très vite à l'euphorie de l'ivresse, si bien que je me dois de l'accompagner à son lit pour l'y abandonner avec toute la délicatesse dont je puis faire preuve malgré mon équilibre précaire sur cette jambe qui me fait défaut. Et c'est à deux, finalement, que nous irons reposer nos esprits éprouvés pour une nouvelle journée...
  2. Notes Acte V — Du grain à moudre.

    Olvia ; 24 Pierre de Sceau Difficile de surprendre deux Valenciens lorsqu'il s'agit de déserts, mais celui que représentait le petit village d'Olvia en bordure de Balenos était incompréhensible cette heure de la matinée. L'astre solaire brûlait déjà nos épaules depuis l'aube, lorsque nous nous sommes éveillés dans nos tentes de fortune près de cette tour éventrée. Quelques poissons grillés pour contenter nos estomacs, et nous reprenions le chemin déjà entamé la veille, au grand galop. L'heure qui nous séparait encore d'Olvia a su mettre ma consœur elfe en appétit, puisqu'à peine arrivés, son attention se voyait déjà happée par un étal de fruits frais en angle de ruelle. Pourtant il y avait bien davantage à voir sous notre nez... — Ton mari est un fieffé voleur ! Je parie que ton fils est dans le coup, on l'a vu avec Leroy fouiner autour de notre silo ! — Ne t'avise pas de traiter ma famille de voleurs, mégère ! — On sait tous que Gio est si incompétent qu'il ne fait rien pousser de plus sur sa motte de terre que des pissenlits ! — T'as dit quo' lô ? Que sh'ais pas faire mon grain lô ? Craquement osseux. Giclée rubescente. Le pugilat paysan prend sa source au centre d'une réunion olviane de plus d'une cinquantaine d'habitants. La tension est à son comble et les justiciers se ruent dans la cohue pour séparer les deux hommes qui s'étreignent à coups de poings. Sur le sol terreux piétiné par les sandales de cuir des passants grouillants gisent déjà quelques dents arrachées par la force des rossées échangées, lorsque les soldats armurés s'emparent des combattants et les écartent l'un de l'autre. C'est au terme d'invectives fleuries que la foule se disperse et emporte avec elle ses ragots les plus croustillants. Nous autres étions au chevet d'un marchand de fruits pour le dévaliser en pommes, cerises et autres produits de sa récolte, guettant simplement le débarras de cet agglomérat citadin à l'entrée de l'auberge ; vers laquelle nous avons entrepris de nous diriger. À la recherche d'un certain Howel Eldris, l'accueil des aubergistes a été plutôt froid. Et pour cause. Renvoyés auprès du capitaine des Justiciers, nous apprenons que l'homme a perdu la tête, rongé par un mal qu'il ne saurait expliquer. Un mal qui m'était bien trop familier pour passer inaperçu. Sa femme, nous devions interroger sa femme, connaître les circonstances de son changement drastique. Marthalina Eldris n'aura rien su nous apprendre de plus, mais l'offre faite nous promet une récompense en échange d'une longue escorte de son époux au temple médiahn de Kamasylvia. Les événements s'accélèrent et nous sommes toujours en plein cours de la journée... «Vol de récoltes Famille Luvecchio vs. famille ??? - calphéoniens ? Mercenaires en cause, discrédit, pression ? Questionner relations Balenos-Calpheon Sergent convaincu, H.E. corrompu = Escorte à TdK - Mediah contre rémunération veuve (Martha) Convoyage de pierre noire p-e ? » Nous n'avons plus rien à faire ici. Et c'est une escorte en direction de Florin qui nous attend en cette fin d'après-midi.
  3. Identité : Prénom : Yami_Koga Famille : Tamakage Âge : 22 ans Nature : Très discret, mais souriant avec ses amis. Par contre quand il a un contrat pour éliminer une personne, il devient stoïque. Il est rapide, souple malgré sa musculature. Aptitudes : Assassin formé par le Clan Koga aujourd’hui disparu en Haso. Croyance : Inconnu sur votre continent, mais il a bien une divinité qu'il prie souvent. Profession : Assassin uniquement sous contrat. Constellation : Dragon Noir Statut Social : En couple Origine : Haso. Adresse : 9-3 Heidel / 2-3 Velia / 3-5 Valencia Guilde : Brumesonges Surnom : Neko san ou Neko sama (Par sa compagne) --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Son histoire : Je suis né le 5 Dragon Noir 264 dans un petit village perdu dans les montagnes d’Haso. La vie était difficile pour tout le monde, surtout pour mes parents. Je n’ai que de très vagues souvenirs d’eux. Je ne me souviens même plus de leurs prénoms. Mes parents ont signé une promesse de vente au clan Koga-Ryû dès ma naissance. Les Koga-Ryû sont bien connu en Haso comme étant l’un des plus redoutable Clan d’assassins Ninjas et Kunoichis. Ils procédaient comme cela pour recruter, en achetant des enfants en bas âge. Plus ils sont jeunes plus ils sont malléables. Ce fut donc le jour de mon cinquième anniversaire qu’un émissaire du clan Koga-Ryû est venu me chercher, en échange mes parents reçurent un coffre rempli de pièce d’argent. Quand Je suis arrivé dans l’immense domaine des Koga-Ryû, l’on me mit directement au pas, les entraînements étaient difficiles. Je me suis donc retrouvé avec des enfants de mon âge et d’autres plus âgés, ainsi que des adultes. Si l’on n’obéissait pas, on nous battait, ils nous faisaient aussi boire une sorte de liquide étrange, qui outre faisait de nous des personnes sans sentiments, mais aussi qui changeait la couleur de nos yeux en un doré profond. Certains survivaient à cette substance d’autres pas, c’était la loi du plus fort chez les Koga. Ceux qui arrivaient à survivre, gardait cette couleur dorée. Ce fut le cas pour moi. C’est ainsi que l’on sait reconnaitre un Koga parmi d’autres personnes, grâce à la couleur de leurs yeux, c’est d’ailleurs pour cette raison que je porte toujours mon sugegasa (Chapeau chinois) en rue pour ne pas que les gens comprennent ce que je suis réellement et me craigne. C’est donc ainsi que je grandis, dans le sang et les meurtres. L’on confiait des assassinats aux enfants de plus de 10 ans. Parfois ils revenaient parfois ils se faisaient tué. Nous apprenions aussi à bien nous tenir en publique, à lire et à écrire, à nous infiltrer, à nous déguiser, à l’exfiltration, à la dissimulation, à la médecine et aux poisons. Si quelqu’un avait une aventure amoureuse avec un ou une autre Koga, ils se faisaient tout deux immédiatement tué par les Grands Dirigeants de la communauté. J’en ai vu des élèves se faire tuer aussi bien à l’entrainement, que par punition pour avoir désobéit aux Ordres et Lois du Clan. Nous devions être irréprochables. Il n’était pas non plus question de prendre une compagne ou une épouse même à l’extérieur de la communauté. C’est seulement en mission que les Koga avaient droit à quelques gâteries à leur passage dans une ville pour un contrat ou autre, mais cela restait toujours sans lendemain. Des rivalités entre le Clan Iga-Ryû, aussi un clan de Ninjas et Kunoichis, et le Clan Koga-Ryû virent le jour. Les deux Clans s’affrontèrent dans quelques escarmouches au début de ci de là en Haso. Ensuite ils rentrèrent carrément en guerre. Les deux Clans s’affrontèrent tous en envoyant certains sur des contrats d’assassinat. Ce fut mon cas, ainsi que pour d’autres membres Koga ou Iga. Je fus donc épargné, pendant que les deux Clans s’entretuaient. Quand je revins sur le domaine des Koga-Ryû après mon contrat, je vis que tout avait été détruit, incendier, Je vis les cadavres de mes confrère Koga ainsi que des Iga la terre elle-même était imbibée de sang et d’une couleur écarlate. Je mis en terre chaque cadavres, un à un qu’il soit Koga ou Iga. Cela me prit plusieurs jours. Pour moi, les deux Clan aurai du s’allier et ne former d’un seul, il y eu bien trop de morts inutiles, pour une simple affaire de suprématie entre les deux Clans. Peut-être y a-t-il encore des Koga ou des Iga en vie, je n’en sais rien. C’est alors que, ayant l’habitude de recevoir des ordres, je me retrouvai seul, maître de mes propres choix, de mes propres décisions, c’était un sentiment nouveau pour moi. Mais que devais-je faire ? Ou puis-je allez ? Je pris donc la route, cachant la couleur de mes yeux sous un sugegasa pour passer inaperçus. J’acceptai quelques missions et parfois même des contrats, car certains m’avaient reconnu mais ils gardèrent le secret. C’est ainsi que j’arrivai au port de Ratt. J’avais gagné assez d’argent pour me payer la traversée jusqu’à l’île de Lema. De Lema je pris un autre petit bateau qui m’amena non loin de la petite ville paysanne d’Olvia. C’est là qu’une Jeune femme portant aussi un sugegasa m’observa pendant quelques jours. Elle aidait les paysans aux récoltes, s’occupait des chevaux, … Je fis semblant de rien voulant garder mes origines secrètes. C’est au cinquième jour qu’elle finit par m’abordé. Quand elle enleva son sugegasa je fus extrêmement surpris de voir le maquillage traditionnel qu’elle portait, celui du Clan Maeda. C’est alors que moi aussi j’enlevai mon sugegasa et elle comprit immédiatement mes origines. Elle s’appelait Todaiji, C’était une Kunoichi elle faisait partie du Clan Maeda mais elle était rentrée au service de Yamadashi du Clan Tamakage quand elle arriva sur le continent. A ce moment-là son Patron Yama avait disparu, c’était donc elle qui avait pris le renne du pseudo Clan Tamakage attendant son retour. Elle savait que son Patron reviendra et était toujours en vie. Quand cela elle ne le savait pas. Nous fîmes donc connaissance, je lui dis alors que je voulais prendre un nouveau départ sur cette terre nouvelle. C’est alors qu’elle me demanda si je voulais faire partie du pseudo Clan Tamakage qui était plus une sorte de famille avec différentes ethnies. J’acceptai sa proposition et je rentrai au service de la Maison Tamakage. Quelques mois après Yama refit son apparition. C’est ainsi que je rencontrai enfin mon vrais Patron. Nous fîmes connaissance et nous devinrent amis. Aujourd’hui c’est lui qui me confie des missions ou des contrats d’assassinat, généralement de nobles corrompu, esclavagistes, pédophile, ... J’ai déjà croisé d’autres Hasoïtes qui effrayés en voyant la couleur particulière de mes yeux, s’enfuyaient à toutes jambes. Quoi que je fasse, je serai toujours un Ninja Koga et cette réputation me poursuivra certainement jusqu’à la fin de mon existence. Les jours s’écoulèrent, c’est en date du 26 Pierre de Sceau 286 en début d’après-midi, pendant que je mettais de l’ordre dans l’entrepôt, qu’une femme fit son apparition à Olvia. Elle s’approcha de moi me saluant en disant : - Bonjour, je m’appelle Olyanim, c’est Yamadashi qui m’envoie. Portant toujours mon sugegasa, je la regardai de haut en bas, elle était petite, rousse, très jolie, les yeux verts et portait des lunettes rectangulaire. Ensuite je lui répondis : - Je dois tuer qui ?
  4. Identité: Prénom : Yamadashi Famille : Tamakage Âge : 28 29 ans Nature : Bavard, peut être aussi très discret. Aptitudes : Art du Sabre et du Mushidô Croyance : Inconnu sur votre continent, mais il a bien une divinité qu'il prie souvent. Un Juzu est enroulé autour de son poignet droit. Profession : Éleveur de chevaux, vignoble, ébéniste. Il à former des ouvriers et nommé des responsables pour les 3 secteurs. Constellation : Le Chameau Date de naissance : 13 Chameau 259 Statut Social : Célibataire Origine : Haso. Adresse : 6 Grana / 10 Grana / 2-4 Olvia Guilde : SGF (Sans Guilde Fixe) Surnom : Tamon-Ten ou Présentation physique : De petite taille, musclé mais pas trop, il a de longs cheveux noirs attaché en queue de cheval, son visage parait doux, mais ne vous y fiez pas, derrière ce visage d’ange se cache un Sabreur impitoyable. Ce qui fait son succès auprès des femmes se sont ses yeux d’un bleu ciel limpide. C’est aussi pour cette raison que les gens hésitent, est-il vraiment du Royaume d’Haso vu la couleur peu courante de ses yeux ? Il a trois compagnons de voyage qui l’accompagnent partout, un faucon blanc qu’il à baptisé Nara et d'un chien du nom de Seikiyama. Porte désormais une cicatrice sous son œil droit et une autre bien plus grande sur le torse. Histoire de votre personnage: À l'âge adulte, lors de sa cérémonie du Genpuku, il prend le nom de « Kagetora Tamakage » , qu'il changera plus tard en « Yamadashi Tamakage ». Il est réputé être un fidèle (certains disent un avatar) de Bishamonten, Dieu de la Guerre. Ses surnoms les plus célèbres sont le « Dragon d'Haso », « Tamon-Ten » et le moins courtois « Le Sabreur de Virginité ». Troisième fils du guerrier remarquable Kenshin Tamakage, la jeunesse de Yamadashi est assez unique. Son père gagne du renom en tant que seigneur de la guerre au travers de ses victoires militaires sur d'autres Clans du Royaume d'Haso. Cependant, quelques années plus tard, Kenshin se retrouve en désaccord avec les Paysans, et comme le pouvoir politique de la région commence à basculer en faveur du clan rival; en raison principalement de la soudaine montée en puissance des Hongan-ji; la situation de la province se détériore rapidement. Cette déchéance atteint son sommet quelques années après, quand le père de Yamadashi rassemble une armée et marche vers l'ouest, dans un but incertain. Cependant, alors qu'elles arrivent dans la province voisine, ses forces sont soudainement attaquées par Enami Kazuyori, et que Kenshin est lui-même massacré à la bataille, son armée étant forcée de fuir. L'impact sur le clan est immédiat : Harukage, fils ainé de Kenshin, prend immédiatement le contrôle de la province, après une lutte de puissance qui résulte par le meurtre d'un de ses frères, Kageyasu. Yamadashi, qui a alors 7 ans, est écarté du conflit et envoyé dans un monastère où il étudiera jusqu'à 14 ans. Il se voue totalement à Bishimon-Ten qui est son Kami Gardien. À l'âge de quatorze ans, Yamadashi est soudainement contacté par Usami Sadamitsu et quelques autres. Ils pressent le jeune Tamakage d'aller dans sa province natale et contester l'autorité de son frère aîné. Il semble que Harukage n'ait pas démontré qu'il était le dirigeant le plus efficace ou le plus inspirant, et son incapacité à exercer un contrôle sur les puissantes familles des Petits Seigneurs de domaines résulte dans une situation où la province est sur le point de se déchirer. Au début Yamadashi est peu disposé à prendre les armes contre son propre frère, mais finit par être convaincu que c'est nécessaire à la survie de sa province. Dans une série d'attaque menées par Sadamitsu et lui-même, Yamadashi parvient à prendre le contrôle du clan à Harukage. Le destin d'Harukage est incertain, certaines sources affirmant qu'il fut autorisé à vivre mais en exile alors que d'autres disent qu'il fut forcé au suicide. C'est pendant cette période vers l'âge de 18 ans que Yama, gagna le surnom du Sabreur de Virginité, toutes les jeune filles étaient à ses pieds, il ne s'en privait pas, chaque soirs il avait une voir deux filles différentes dans son futon. Les filles savaient que ça serai une histoire sans lendemain, mais elles avaient passés la nuit dans les bras du Seigneur de la province, celui qui à une réputation de Dieu dans se domaine, ça leur suffisaient amplement et cela arrangeait Yama aussi. Bien que sa mainmise sur le Clan Tamakage ne soit à ce moment plus remis en question, la plupart de la province est encore indépendante du contrôle du jeune seigneur. Yamadashi commence immédiatement à cimenter son pouvoir sur la région, mais ces efforts n'en sont encore qu'à leur début quand des soucis bien plus grave apparaissent. Ogasawara Nagatoki et Murakami Yoshikiyo, deux seigneurs des provinces voisines se présentent tous deux devant Yamadashi, demandant son aide pour stopper les avancées du puissant seigneur de guerre Shingen Takeda. À peu près au même moment que Yama devient seigneur de sa province natale, Shingen remporte des victoires importantes dans une des provinces voisines. Les conquêtes du clan Takeda les emmenant dangereusement près des frontières du Clan Tamakage, Yama accepte de partir en guerre. Ce qui s'ensuit est le début d'une rivalité devenue légendaire dans le Royaume d'Haso. Dans le premier conflit qui les oppose, chacun des deux est très précautionneux, ne s'exposant que dans de petites escarmouches indécisives. Au fil des ans, ils s'affronteront cinq fois, bien que seule la quatrième rencontre soit une bataille totale entre les deux. Yamadashi et Shingen s'affrontent dans la plus grande bataille à laquelle ils prennent part. Yama utilise une tactique ingénieuse: une formation spéciale dans laquelle les soldats de la ligne de front échangent leur position avec ceux de derrière au fur et à mesure que ceux de devant sont fatigués ou blessés. Cette méthode se révèle très efficace et il parvient presque à vaincre Shingen. La légende racontant comment Yamadashi galope sur Shingen avec son Sabre, celui-ci se défendant avec son Tessen (éventail de guerre), se déroule pendant cette bataille. Cependant, Yama ne parvient pas à venir à bout de Shingen. Takeda lance une contre-attaque. L'armée Tamakage bat en retraite et beaucoup se noient dans la rivière proche pendant que les autres sont tués par les généraux Takeda. Pendant ce temps, Takeda avait envoyé une partie de son armée dévasté le Clan Tamakage, hommes, femmes, vieillards, enfants, ... furent décimés. Les soldats de Takeda incendièrent les villes et villages. Quand Yama revint de la bataille il vit le désastre et partit en pénitence dans les montagnes ou il rejoignit un monastère. Shingen meurt de maladie quelques années après. A 25 ans, il décida alors de partir, il était seul, il n'avait plus de Clan, plus de province rien, c'était devenu un Rônin Vagabond. Il voulait quitté le Royaume d'Haso pour essayé d'oublier, il voulait disparaître pour un temps. Un jour il reviendra, il essayera de rebâtir sa province natale bien aimée. En attendant un long voyage l'attendait. C'est ainsi qu'a l'âge de 27 ans il entra dans le petit village d'Olvia dans la province de Balenos.
  5. LES PRINTANIÈRES D'OLIVIA 2018 / 287 ÉVÉNEMENT COMMUNAUTAIRE FRANCOPHONE SEMI RP INFORMATIONS Les Dates sont enfin fixées CELA AURA LIEU À OLVIA SUR LE CHANEL BALENOS4 LE 23, 24, 25 MARS Des mises a jours régulières du post sont a prévoir INFORMATIONs LOGISTIQUES Pour des raisons techniques et pratiques, l'ensemble de l'organisation se ferra sur le Discord de la communauté Francophone.A votre arrivée dessus pensez à vous présenter dans #Accueil, et dans #bot_commandes faire ?rp et ?nomdevotreclasse. {REJOINDRE LE DISCORD BLACK DESERT ONLINE FRANCE} Une partie Printanières va être créée pour l'événements avec dessus les animateurs de l'équipe ainsi que Kabz CM FR de KakaoGame. De nombreux lots à gagner comme des commissions, des T-shirts et des Sacs Black Desert Online. L'équipe de Black Desert Online FRANCE.
  6. Black Desert Online FRANCE [WEEK-END] LES PRINTANIERES 2018 / 287

    jusqu’à
    LES PRINTANIÈRES D'OLIVIA 2018 / 287 ÉVÉNEMENT COMMUNAUTAIRE FRANCOPHONE SEMI RP INFORMATIONS Les Dates sont enfin fixées CELA AURA LIEU À OLVIA SUR LE CHANEL BALENOS4 LE 23, 24, 25 MARS Des mises a jours régulières du post sont a prévoir INFORMATIONs LOGISTIQUES Pour des raisons techniques et pratiques, l'ensemble de l'organisation se ferra sur le Discord de la communauté Francophone.A votre arrivée dessus pensez à vous présenter dans #Accueil, et dans #bot_commandes faire ?rp et ?nomdevotreclasse. {REJOINDRE LE DISCORD BLACK DESERT ONLINE FRANCE} Une partie Printanières va être créée pour l'événements avec dessus les animateurs de l'équipe ainsi que Kabz CM FR de KakaoGame. De nombreux lots à gagner comme des commissions, des T-shirts et des Sacs Black Desert Online. L'équipe de Black Desert Online FRANCE.
  7. Identité: Prénom : Matsu_Maeda Famille : Tamakage Âge : 24 ans Nature : Timide, attachée aux Traditions ancestrales de son Clan les Maeda Aptitudes : Art du Sabre et du Najinata Croyance : Inconnu sur votre continent, mais elle a bien une voir des divinités qu'elle prie souvent. Un Juzu est enroulé autour de son poignet droit, comme son frère. Profession : Maehwa Date de naissance : 12 Bouclier 262 Statut Social : Célibataire Origine : Haso Adresse : 2-3 Velia / 6 Grana Guilde : Division Noire Surnom : Fleur de Lotus Présentation physique : De petite taille, svelte, à des yeux bleu ciel très clair, son regard est triste, a de long cheveux noirs qu’elle porte soit en queue de cheval haute, en chignon ou lâché. Comme pour son frère, les gens se demandent si elle est bien d’Haso vus la couleur de ses yeux. Elle porte un petit tatouage sur son omoplate gauche représentant l’emblème du Clan Maeda. Histoire de votre personnage: Matsu est née le 12 Bouclier 262. Son père, Keiji Maeda, était le Daimyô, Le Chef du Clan Maeda, un peuple tranquille, aimant l’art, les jardins, mais aussi de fier Bushi (Guerriers). Les Maeda étaient alliés avec les Tamakage depuis plusieurs siècles. C’est ainsi que Yamadashi et Matsu devinrent en quelque sorte frère et sœur d’arme, Yama allait chez les Maeda et Matsu chez les Tamakage ou le père de Yamadashi, Kenshin, apprit à Matsu l’art du sabre. Ce fut difficile pour Kenshin, car en vérité Matsu était sa fille, la mère de Yama le savait mais n'n parlait jamais, mais elle élevait Matsu comme sa propre fille quand elle était présente chez les Tamakage et Keiji et son épouse traitaient Yama comme leur fils, quand il était chez les Maeda. Pour dire vrais, suite à une bataille, Keiji fut gravement blessé à l’entre jambe, mais il n’avait pas encore eu d’héritier avec son épouse, Il consulta les guérisseurs, les médecins, … Ils ont fait tout leur possibles, ils en conclurent donc que Keiji était stérile, ce qui était une véritable catastrophe pour le Clan Maeda. Keiji, son épouse Tomoe et les Hauts Placés du Clan discutèrent pendant plusieurs jours à huit clos, cherchant une solution aux problèmes d’infertilité du Chef de Clan. Ils durent aussi faire serments de garder le silence quelle que soit la décision. C’est Keiji lui-même qui trouva une solution, il le faisait surtout pour son épouse qui voulait porter un enfant en son sein. Il annonça qu’il demanderai à Kenshin Tamakage de faire un enfant à son épouse. Mayu, l’épouse de Keiji fut quelque peu surprise de la décision de son mari, mais elle accepta, ils n'avaient pas le choix. Keiji envoya donc une missive aux Tamakage convoquant d’urgence Kenshin et son épouse Yatsumi sans autres explications. Kenshin et son épouse arrivèrent quelques jours après réception de la convocation. Ils étaient accompagnés d’un petit garçon de trois ans, Kagetora*. La réunion dura encore plusieurs jours, les deux Chefs de Clans parlementaires, Kenshin était très réticent à cette idée au début, Yatsumi et Mayu discutèrent entre elle s’occupant tour à tour du petit Kagetora. La mère du petit voyait et comprenait la douleur de son amie et alliée. Elle voyait que Mayu avait les larmes aux yeux quand elle prenait Kagetora dans ses bras. Elle finit par accepter par compassion et aussi pour revoir son amie sourire. Les deux Chefs de clans trouvèrent des accords comme le fait que Kagetora et le future bébé de Mayu passeraient du temps chez l’un et l’autre. Ce qui arrangeait Keiji, son futur héritier ou héritière serai formé pas l’un des meilleur Bushi d’Haso, et Kenshin se félicitait de cet accord car Kagetora bénéficierai alors des enseignements de Keiji et Mayu concernant l’art, la calligraphie, la musique, … L’accord fut donc oral. Les gens présent garderaient le silence, ils en firent le serment, si un seul d’entre eux parlaient, … ils seraient voué au suicide rituel. C’est ainsi que Mayu donna neuf mois plus tard une héritière au Clan Maeda. Keiji et son épouse l’appelèrent Matsu. Les deux Clans étaient bien plus proches qu’avant, Matsu et Kagetora grandirent ensemble. Quand Matsu eu 4 ans, elle ne revit plus Kagetora, qui fut envoyé dans un monastère pour l’éloigné des conflits familiale. Une lutte de puissance qui résulta du meurtre d'un de ses frères, Kageyasu part son frère ainé Harukage. Pendant que Kagetora était au monastère ou il continua à être formé à l’art du combat, et devint alors un disciple du Kami du Temple, Matsu continuait quant à elle sa formation à l’art du Sabre par Kenshin. Mais un jour tous s’arrêta lorsque Yatsumi et Kenshin furent assassiné. Matsu rentra donc auprès de ses parents. Quand Kagetora eu 14 ans, il reprit le pouvoir du Clan Tamakage invoquant le Rituel du suicide à son frère ainé pour le meurtre de l’un de ses frères ainsi que du meurtre de ses propre parents. C’est à partir de ce moment-là qu’il se rebaptisa Yamadashi. C’est à partir de là que Matsu a de nouveau côtoyé son frère d’arme. Ils s’entrainaient tous deux, ils ont combattu ensemble jusqu’à ce que le Clan Takeda extermine le clan Tamakage. Par chance, elle apprit que Yama était en vie sur l’autre continent par-delà les mers. Plusieurs années après, ce fut le Clan Maeda qui tomba sous le joug des Takeda. C’est à ce moment-là que, peur d’être violée par les ennemis, Mayu la mère de Matsu, s’ouvrit le ventre disant à cette dernière de fuir, elle avoua à sa fille, avant de rendre son dernier souffle, que Kenshin était son véritable père, Matsu couru fuyant le village en feu esquivant les Takeda, elle vit son père Keiji tombé au combat, les Bushis Maeda tombaient les uns après les autres, elle reconnut aussi d’autres Clans qui s’étaient allier avec les Takeda. Tous des traites se dit-elle. C’est ainsi que Matsu se mit en marche pour le nouveau continent et qu’elle atterrit à Olvia **.
  8. Ponctuel - Ouvert

    BIENVENUE AUX PRINTANIÈRES 286 ÉVÉNEMENT COMMUNAUTAIRE RP/HRP 31 MARS, 1&2 AVRIL 2017 Le Site Bonne visite ! Affiche réalisée par @Araya et dessin de Amandine Fernandes Merci à elles