Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'Noblesse'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Général
    • Règlements & informations importantes
    • Actualités de Désert Noir
    • Actualités du jeu
  • L'Encyclopédie
    • L'Univers
    • Civilisations et société
  • Section roleplay
    • Récits de vie
    • Evénements
    • Territoire de Balenos
    • Territoire de Calpheon
    • Territoire de Kamasylve
    • Territoire de Mediah
    • Territoire de Serendia
    • Territoire de Valencia
    • Territoire de Dreighan
  • Section hors-roleplay
    • Présentations
    • Discussions
    • Guides
    • Questions et boîtes à idées
    • Le coin des artistes
  • Les Archives
    • Archives RP&HRP

Blogs

  • La Rôdeuse Noire - Fanfic Roleplay
  • LyriaBlog
  • Neya Holni
  • L'étourneau - Transport, livraison, écrivain public
  • Chroniques de Givre
  • Souffrances et perditions
  • L'édito de Colbert
  • Mémoires Vivantes
  • Oeil d'ocre
  • blogs_blog_7
  • Iseult Vethian
  • Registre des hautes lignées du Grand Royaume de Calpheon
  • Une ombre sur le monde - RP passés
  • Sorcière Valencienne - Chroniques et mythes.
  • Rêveries, histoires et réflexions.
  • Journal
  • Lliane
  • Errances d'un soldat désabusé
  • Contes et Mystères
  • Vaughan-eries et Caracole
  • Les Plumes d'anges
  • Le Corniaud - Scènes de vie
  • Journal intime de Myaka
  • Une ombre sur le monde - Histoire passée
  • Memorium I
  • Histoire d'un Soir...
  • Chevauchées Fantasques ~ Haine d'une Valencienne.
  • Les rêves du vent d'hier.
  • En quête de l'absolu
  • Rien ne se perd...
  • Contes et légendes d'ici et d'ailleurs. [RP]
  • Odomar
  • Le Mat.
  • Souvenirs d'un mercenaire
  • Mes Divagations
  • Par le pouvoir d'Elion, pour Calpheon, au nom des Van Areis.
  • Une vie, un lieu, une histoire
  • Journal de Mepheryne Malkèbre
  • Etude sur les mystérieuses créatures sauvages venues de l'Est
  • Troupeau de Mihrsahr
  • blogs_blog_53
  • Mémoires d'un Homme
  • à effacer
  • Grimoires de l'Eglise
  • Le Journal de Falka.
  • Journal d'Erland Vargen
  • In nome di Polipo ...
  • Le Journal de Betsy Keldrahir.
  • blogs_blog_74
  • A supprimer.
  • La Danse des Hommes Libres
  • [La Minette Curieuse]
  • Extraits des carnets de Ragasac.
  • Chroniques d'une folie de sang et d'ombres
  • Le salon de Soma.
  • Les Whitmore
  • Banque privée Greywolf
  • Les Fuyu (Fuyunohitobito : Les gens d'hiver)
  • Les Vivaces
  • Précieuse pierre des sables
  • Fhalaine
  • La Route, glorieuses et passables aventures d'un Alvaro.
  • Devoirs et Honneur, Raison et Sentiments, la Voie du Guerrier.
  • Pierre qui roule n'amasse pas Mouss
  • Écume de lune et attrape-rêves
  • [HRP HUMOUR] Galancia
  • Chronique d'une adolescence gachée
  • Un tandem en terre inconnue
  • L'Ombre en Chacun de Nous
  • Tribulations
  • Chroniques désespérées
  • Digressions métaphoriques et autres aléas
  • La Famille d'Arkier Del Penne
  • Le Mal et le Bien se complètent
  • Entre Calme et Chaos
  • Le château sans nom
  • Héritage
  • [Annelsy] L'histoire d'un Lys
  • Journal d'aventure de Bondoulfe de Keplan, Héros choisi d'Elion.
  • Les divagations d'Adelais Dextrad, aussi nommé Althius
  • T'sisra, entre sorcellerie et vagabondage.
  • Le Culte d'Hadum
  • Calyos Calypsoy
  • Barbara & Joanna Maseccini
  • Réflexions et songes d'un fou
  • A SUPPRIMER
  • Carnet de Thykiliarae
  • Les Carnets d'Elena
  • Épitaphe pour un profane.
  • Les Passions Étranglées
  • Itinéraire d'un enfant de putain..
  • Dérives en pleine mer
  • Le Carnet de Meryl Thel'vas.
  • Chroniques Caméléoniennes.
  • Un rhum, deux rhum, trois rhum, ...
  • Le P'tit Chenapaon - Memory moments
  • En proie aux démons
  • Les Lames éclairées par la Lune.
  • A travers ses yeux.
  • Journal Intime d'Elena [RP]
  • Aunrae : " Histoires et Carnets "
  • Carnet d'aventure
  • Le Lapidaire
  • Page blanche
  • In Folio
  • Essai
  • Aquilon et Candidum
  • Magie, Colocation et petites emmerdes..
  • The Heidel Post

Calendriers

  • Calendrier Roleplay

Catégories

  • Les Royaumes
  • L'univers de Black Desert
  • Le Roleplay
  • Trucs et astuces

Catégories

  • Les lieux
    • Capitales, villes et villages
    • Lieux notables
  • Les habitants
    • Classes
    • Personnages importants
    • Peuplades
  • Politique et religion
    • Factions
    • Religions et divinités
  • Divers et vie quotidienne

Catégories

  • Guildes de Calpheon
  • Guildes de Balenos
  • Guildes de Mediah
  • Guildes de Serendia
  • Guildes de Valencia
  • Guildes d'Haso
  • Guildes sans domiciliation
  • Communautés sauf guildes
  • Archives

Catégories

  • Quiz Roleplay
  • Quiz Hors Roleplay

41 résultats trouvés

  1. Portrait commissionné réalisé par Marcela Freire - Nom : De Valombre - Prénom : Diane - Race : Humaine - Date et lieu de naissance : Le 19 du dixième mois de l'an 260, Province de Calpheon - Constellation : Clé - Religion : Elionisme - Milieu social : Petite nobesse Sa famille fait partie de l'ancienne noblesse d'Epheria, elle s'est notamment illustrée dans la Marine de Trina, au sein de laquelle plusieurs générations d'hommes ont servi. Le plus notable et récent dans les mémoires est son grand père, Ernest de Valombre, qui obtint le prestigieux titre d'Amiral. Si son oncle a suivi les traces de son paternel, le père de Diane, Hector, s'est quant à lui lancé dans le commerce maritime avec un succès variable. Le siège de la compagnie (du nom de "La Rose des Vents", outre la signification maritime du terme, on y trouve également un renvoi vers le blason familial, lequel comporte une rose) se trouve également à Port Epheria. - Profession : Chevalier de Delphe, affectée au Premier corps de chevaux-légers - Allégeance : Ordre de Delphe, Calpheon - Lieu de résidence (hors périodes de mission): Epheria - Compétences et savoir-faire : Bonne cavalière, elle a été formée aux rudiments du combat monté. Du fait de sa formation militaire, elle possède une solide connaissance des armes à feu et manie le mousquet avec talent, bonne maîtrise du combat à l'épée (sa préférence va à l'espadon) même si sa spécialité demeure le tir. Connaissances de base en secourisme, elle sait prodiguer les premiers soins et stabiliser un blessé. Sa bonne éducation, sa maîtrise des codes sociaux et sa personnalité calme et posée l'ont souvent conduite à endosser un rôle de diplomate lors des missions et parfois même au sein de son unité. D'apparence, Diane est une femme qui paraît avoir entre vingt cinq et trente ans. De petite stature, elle ne doit guère faire plus d'un mètre soixante, elle est toutefois rehaussée de cinq bons centimètres par les talons de ses chaussures, et le chapeau à plumes qu'elle semble particulièrement affectionner peut également lui en conférer quelques uns de plus. En dépit de son petit gabarit, elle n'est toutefois pas dépourvue de courbes féminines, bien au contraire. Sa silhouette galbée, de type "sablier", est bien proportionnée, ni trop fine, ni trop ronde. Ses formes fermes et la musculature subtilement dessinée de ses bras donnent à penser que la jeune femme s'adonne à une activité physique régulière. Son visage aux traits anguleux et fins est encadré par une chevelure châtain lui arrivant au bas des omoplates, souple et légèrement ondulée, qu'elle laisse tomber sur ses épaules ou relève parfois en une queue de cheval d'où s'échappent deux longues mèches. Sa peau paraît lisse et douce, le grain de celle-ci ainsi que son teint de pêche, laissent deviner qu'elle a grandi dans un milieu privilégié, à l'abri des privations et des affres du climat. On ne pourra toutefois pas manquer la fine cicatrice, relativement récente au vu de sa couleur, qui barre le côté gauche de sa bouche aux lèvres pleines, venant gâter un tableau pourtant prometteur. Son corps est également marqué par d'autres stigmates, ceux-ci sont néanmoins dissimulés sous ses vêtements, tout comme un tatouage que peu ont eu l'occasion de voir. Son minois est éclairé par de grands yeux en amande dont les iris vert pâle sont cerclés et piquetés de brun fauve. Son maquillage est relativement léger, du fard brun pour mettre en valeur la couleur de son regard, du mascara, du khôl, et enfin un rouge à lèvres plus sombre que sa carnation naturelle pour ourler ses lèvres. Sa mise dépend naturellement des circonstances. Compte tenu de ses activités, elle n'a pas toujours le loisir de s'apprêter, bien qu'elle s'efforce de soigner un minimum son apparence. On pourra d'ailleurs noter un port naturellement altier, et une posture noble et droite, probablement renforcée par sa formation militaire. Cette apparente fierté, que l'on pourrait prendre (à tord ou à raison) pour de la condescendance, est tempérée par le regard vif et généralement bienveillant qu'elle pose sur ce qui l'entoure, et par le demi sourire qui se plaît à trôner fréquemment sur ses lèvres. De plus, elle se montre communément aimable et polie lorsque l'on s'adresse à elle. Ses vêtements sont de bonne qualité, souvent ajustés et près du corps pour lui permettre de se mouvoir sans entrave et de chevaucher. - Équipement : Lors de ses activités, elle est vêtue d'une armure de cuir brune, dotée de renforts métalliques par endroits. Ce type d'armure est plus commode et plus discret. Elle est équipée d'une épée bâtarde, d'une dague, et d'un mousquet très bien entretenu. Elle porte également deux sacoches à sa ceinture dont le contenu varie selon les circonstances.
  2. Présentation physique : Dotée d'une vingtaine d'années, Aliënor s'attribue les traits classiques d'une femme occidentale. Elle possède également un physique élancé et fin, voire gracieux, qui trahissent rapidement sa sphère d'appartenance. C'est un peau délicate et légèrement hâlée, qui finissent par montrer que cette demoiselle ne connaît rien du travail laborieux du monde paysan ainsi que les inconfortables conditions qu'ont à subir ceux-ci, loin d'un bon bain parfumé de sels auquel doit être habituée la jeune femme. Sa chevelure blonde soigneusement entretenue est d'une couleur éclatante, permettent d'affirmer son caractère. Tandis que ses yeux bleus clairs vifs adoucissent son visage aux traits affinés. C'est quelques nuances de maquillages qui viennent peaufiner le minois, confirmant alors toute l'élégance et le chic, que doit porter une femme de son rang. C'est à dire : "Noble". Ensuite, Aliënor aime porter des tenues légères, avec du style et surtout confortable. Le bleu et le blanc reviennent très souvent dans son code de couleur vestimentaire. Histoire : D'abord élevée à Calphéon avec son père Guillaume et son grand frère Armaury qu'elle affection beaucoup, l'enfant de cette époque reçue les premières éducations de la noblesse ainsi que l'éthique d'une jeune fille dans la société aux égards de sa classe. Cependant, Aliënor dû abandonner son havre idyllique du jour au lendemain. En effet son paternel cumulant échec après échec dans ses entreprises, finit par s'adonner à la boisson et aux jeux avant de porter un coup décisif à sa famille qui dû vendre bons nombres de leurs terres et mettre en hypothèque leur maison adorée. Un coup du destin voulu qu'une famille commerçante de Balenos assez fortunée, désirait marier leur fille unique à un noble Calphéen afin de conforter leur statut social auprès de leurs confrères bourgeois et assurer ainsi une descendance de lignée distinguée. En contrepartie, Guillaume le père de la famille, recevait en retour une dot importante qui pourrait rembourser une large partie de ses dettes jusqu'alors cumulées. Permettant ainsi à la famille Paelloti de se relever de leur dénuement temporaire. Cependant, par la volonté d'Elion et au grand dam de la famille bourgeoise Balénosienne, aucun héritier ne se manifesta à l'horizon. Leur fille était stérile. A ce malheur se profila un autre, l'âge les rattrapaient et ils savaient que tôt ou tard, Guillaume devrait hériter de leurs possessions. Au final, leur gendre s'était manifesté inefficace comme incompétent, et la somme qu'ils lui avaient donné pour rembourser ses dettes fut déboursée dans d'autres jeux et d'autant plus de boissons. Continuant ainsi à creuser astronomiquement ses redevances. A cette époque, la liaison entre Aliënor et Amaury son grand frère fusionna en un lien puissant, permettant de faire face aux changements d'humeur de leur père, devenu de plus violent contre sa famille. Alors qu'à cet instant-là les parents de sa nouvelle femme décédèrent successivement au cours de la même période. Laissant ainsi leur fille triste de chagrin succomber d'une maladie pourtant bénigne d'apparence, un an plus tard. Par un miraculeux de pouce, alors que tout était voué à l'échec, Guillaume subit un lourd infarctus qui l'handicapa à vie. Désormais inapte, ses enfants devinrent alors les héritiers des propriétés commerciales de leur belle-famille récemment décédée. La chance voulu que tout ne fut pas encore vendu pour subvenir à leur besoin et que cela puisse continuer à les alimenter. Toutefois, la dette restait à éponger et le chiffre indiqué sur les ardoises avait continué à amplifier. La famille Paelloti risquait de s'éteindre à tout instant. Aliënor et Armaury se convint ensemble de renouer les contacts avec les membres de leur famille du même sang, laissés derrière eux à Calphéon. C'est leur oncle qui accepta finalement à les rencontrer et écouter leurs propositions. On ne sait exactement quel accord entre un des piliers de la noblesse Calphéenne et de cette nouvelle engeance dégradante de Balenos fut passé entre eux, mais désormais les Paelloti semble pouvoir respirer encore un peu. Il se murmure que désormais la soeur et son frère doivent faire route à part, chacun devant accomplir leur propre rôle a pour le mieux, afin d'espérer un jour revoir leur maison d'enfance abandonné derrière eux. Identité : Nom : Paelloti. Prénom : Aliënor. Age apparent : Autour des vingt-cinq ans. Ethnie : Humaine. Professions : Représentante légale du commerce Paelloti à Balenos, Négociatrice mercantile des produits appartenant légitimement aux propriétés Paelloti. (D'autres à découvrir) Situation civile : Célibataire. Classe sociale : Noble/Bourgeoise. Résidence : Propriétés Paelloti (Balenos) Signes distinctif : Cheveux blonds clair, yeux bleus vifs, couleurs vestimentaires bleu et blanc. Allégeance : (A découvrir) Aime : Le soleil, la plage, les ballades, les fleurs, la musique, la civilité... N'aime pas : Les malotrus, la saleté, la couleur verte, les mensonges, les petits insectes... Aliënor aujourd'hui : Après la discussion avec son oncle et le départ douloureux de son frère, Aliënor reprend en main son destin toute seule. Bien que la nouvelle aide reçue permette un nouvel élan dans les activités lucratives de la famille Paelloti, ceci ne semble qu'à durée éphémère. Sans perdre un instant, la jeune demoiselle doit désormais faire face au monde afin d'assurer un retour généreux et des alliances sûres qui assureront un retour en règle parmi les aristocrates à Calphéon. Il faut commencer par user des points forts de la famille, et ceux-ci concernent principalement les ressources primaires et de luxes tirées des investissements obtenus par les nouveaux propriétaires Paelloti. De nombreuses personnes pourraient souhaiter en acquérir, et il faut pour cela trouver des partenaires durables mais aussi de confiances. Après tout, l'argent n'est-il pas le nerf de la guerre ? C'est ainsi que débute l'aventure d'Aliënor décidait à se rendre dans chaque ville de l'Occident et plus loin encore si il le faut pour accomplir son dessein. En mars 288.
  3. Elena SNYDER Identité: Nom de Jeune fille: SNYDER Nom d’usage: BELLONE Prénom: Elena Surnom: ( personne ne lui en a donné un ) Sexe: Féminin Âge: 20 ans , née le 26 dragon noir 268 Lieu de naissance: Calphéon Formation / Education: Sainte Faculté ( Retirer par son pere a l'aube de ses 19 ans ) Profession: Aucune Guilde: Aucune Allégeance: Aucune Père: Théodor Snyder Mère: Alexandra Snyder ( DE BELLIS ) Frere: Valerian Snyder Présentation physique: Elena... Elena, comment dire. Cette jeune fille est la candeur ; La timidité ; la Fragilité... incarné. Ce qui pourrai rapidement donner le sentiment qu'elle a besoin de protection. Sa chevelure rousse naturelle et toujours bien coiffée encadre son visage harmonieux mettant en valeurs ses yeux vert, dont l'un est souvent caché par une longue frange. Ces dernier pétillent de malice et de curiosité. Parfois, il arrive qu'ils s'assombrissent, signe d'orage pour celui ou celle qui titillera sa patience. Sa silhouette reste gracile et proportionnée. Ses lèvres dessinent souvent un petit sourire espiègle. Histoire de votre personnage: " AMOURS, GLOIRES ET MENSONGES" "je vie dans un monde de mensonges et de manigances plus glauque les unes que les autres. J'ai été confiée aux bon soin de la faculté dés mon plus jeune age. Ce qui, Elion soit loué, m'a permis de rester préservée de toutes ces machinations. Je déteste le mensonge... Je m'appelle Elena... je suis une fille de noble. Pour une raison que j'ignore, il y a comme un froid. Que dis-je un froid... je crois que le mots n'est, semble-t-il, pas suffisamment fort. Probablement une histoire d'argents... de pouvoirs le tout saupoudré de rancœur et de jalousie. Enfin, je suppose... Avec les autres branches de la famille... Encore que du coté de ma mère, ça va. Non... le problème viens surtout de la famille de la branche a mon père . Et je préfère ne pas connaitre la raison de cette discorde glacial... polaire... Pour planter le décors, je vous conseil de prendre des notes... quoi que... même après en avoir pris, je ne suis toujours pas plus éclairée sur la situation familiale. Ma famille est noble et fortuné. Non pas grâce a leurs privilèges, mais grâce à leurs activités commercial. Clairement pas en tête de liste des grande familles nobles qui dilapident des fortunes pour des fêtes somptueuses et souvent futiles, les Snyder sont toutefois les créanciers de plusieurs d'entre elles. Avancer des fonds pour qu'elles puissent éviter de perdre la face devant les autres est l'une des activités lucratives de mon père... Ce dernier aurait passé un accord avec une famille noble qui prévoit que j'épouse le premier fils de cette dernière une fois sortie de la faculté. Parallèlement, mon frère Valerian, qui devait reprends le flambeau de père a disparu du côté de Heidel. Mon père accuse une famille rival d'être à l'origine de sa disparition. D'autre prétendent que mon frère à refuser d'épouser la fille de la famille a qui je dois être unis. Et que c'est pour cela que que mon mariage n'a pas encore eu lieu. Mais encore une fois, comment savoir si cela à un fond de vérité ou pas du tout... ma famille étant en quelque sorte... des champions toutes catégories du mensonge ; de la désinformation ; de la propagande de déstabilisations... et ses détracteurs ne sont pas en reste non plus. Bref.... il est aisé de comprendre qu'il m'est et sera probablement impossible de démêler le vrai du faux dans ce contexte...Mon père, même si derrière ses airs impassible et froid, bats un cœur affectueux, cache une blessure dont il se garde de me parler. J'ai toujours l'impression que lorsqu'il me regarde quand il pense que je ne le remarque pas, Il me regarde avec fierté et amour. J'ai appris avec le temps, que toutes les vérités ne sont pas forcement bonne a connaitre... Et si mes parents me cachent quelque chose, c'est certainement pour me préserver. Pour me protéger... Parfois, il est mieux de vivre dans un doux mensonge que dans une dure et brutal vérité... J'aime mes parents, ma famille et comme je n'ai pas envie de me fâcher avec mon père. Blesser ma mère... ou faire du tord à la famille en donnant du crédit aux propos et rumeurs. Je me contente d'être la fille qu'ils attendent que je sois. Une jeune fille bien éduqué. Courtoises, sachant se tenir et faire bonne impression... Même si je veux pouvoir épouser celui que j'aurai choisi... mais je crains que pour le bien de la famille... je devrai me plier au choix de mon père... j'espère juste que son choix se portera sur une personne que je pourrai apprendre a aimer avec le temps.... maintenant que je suis sortie de la sainte faculté, je vais avoir un peu plus de liberté quand à mes déplacements et tenter de retrouver la trace de Valerian. Ne serait-ce que pour savoir si il est toujours de ce monde ou si ce n'est plus le cas, permettre à mes parents et surtout mère, de faire un deuil. Pour l'heure, je vais me contenter d’être " Elena Snyder " jeune femme découvrant le monde...
  4. Amalia Viridiana Cortesi d'Avelino Cette jeune femme nommée Amalia Viridiana n'est autre que l'unique sœur de la fratrie Cortesi d'Avelino. Puisant ses origines dans les temps immémoriaux de République et Monarchie, cette calphéonienne est dévouée au célibat et n'aspire pas à trouver le bon époux pour l'heure, ce à quoi ses frères s'accordent. Élioniste de confession, c'est au sortir de la Sainte Faculté que cette Valkyrie de vingt-trois ans songe à intégrer l'Ordre des Chevaliers de Trina. Encore idéaliste, elle apprend studieusement à manipuler les rouages politiques dans lesquels sa famille la plonge malgré elle. Quatrième née, seul un coup du sort pourrait lui ouvrir les voies d'un matriarcat au sein de sa maison, si bien qu'elle n'aspire pas à renverser le pouvoir en place. C'est avec investissement qu'Amalia tâche d'intégrer l'art du commerce et du tissage qui font aussi la fierté et le profit de son nom, lorsqu'il ne s'agit pas d'étudier les finances de la banque Cortesi, prenant part dans cette entreprise en tant qu'agent d'exécution chargé de rappeler leurs débiteurs à l'ordre. Il est impossible de nier son appartenance aux Cortesi lorsque l'on constate qu'elle porte les traits de son aîné le plus vieux. Une chevelure d'un noir de jais, une forte structure osseuse, des iris céladon et une mine austère sont ses principales caractéristiques. Ce à quoi se couplent d'autres spécificités plus féminines et héritées de leur mère : un visage allongé, des lèvres charnues, une stature plutôt fine quoiqu'elle soit travaillée par ses entraînements quotidiens. La jeune sœur n'est pas très pulpeuse, d'une corpulence plutôt sèche et d'une taille plus que raisonnable pour une femme, elle se rehausse souvent d'escarpins. Au quotidien, Amalia revêt le tailleur, souvent blanc ou noir, ne laissant la couleur qu'à ses rares robes ou son armure de Valkyrie. Comme bien de ses consœurs, son allure respire la rigueur, ne se laissant pas aller à des postures suggestives ou relâchées hors de l'enceinte de ses appartements. Après tout, c'est d'un chevalier saint de Dieu dont il s'agit, et sa charge ne s'allège pas même lors de ses sommeils les plus profonds. On connaît peu le caractère de la sœur Cortesi. Fermée, peu expansive dans ses émotions, elle semble hermétique au monde qui l'entoure lorsqu'il ne s'agit pas d'adoucir une parole jugée trop incisive par quelque expression de circonstance. Elle est observatrice, se montre taciturne si l'on ne l'enjoint pas à s'exprimer, studieuse et persévérante, Amalia trouve sa sérénité dans l'étude et la lecture. Éventuellement, la situation dans laquelle elle se découvre la plus vivante est l'affrontement armé, à l'entraînement ou sur le terrain. Dotée d'une morale qu'elle remet parfois en question à mesure d'expériences hors de la Sainte Faculté, elle tâche d'agir avec justesse et droiture afin de rendre à la République et à l'Église l'honneur d'avoir été formée dans l'institut le plus réputé du territoire.
  5. ~ VENASTRA Artemis ~ ~ Age: 21 ans Sexe: Non merci ! J'ai mieux a faire ! Bouge de là ! Origine: Cela est écrit dans les registres de la Sainte Faculté. Mais reste inaccessible au commun des mortels. Toutefois Beaucoup en déduise qu'elle est de Calphéon par le simple fais qu'elle soit Valkyrie. Rang social: Forcement de la noblesse ou en tout cas d'une famille Aisée. Famille: Tombée dans l'oublie. Quelques vielles familles pourrait se souvenir de la "famille Venastra" Mais aux dernière nouvelles, elle ce serait pratiquement éteinte lors de la grande épidémie. Seul quelques membres aurait survécu, mais génération après génération, elle aurait décliné a mesure des décès. Les parents d'Artemis ayant été les dernier représentant de la famille a ce qu'il se dit. Les Parents Auront disparu lors d'un naufrage Six ans après que la petite Artemis fut entrée a la sainte Faculté. N'aime pas : Le chaos. Les hérétiques. La soupe de poisson. La salade ; Surtout de concombre. A la la !! La jeunesse et ses certitudes ! ça se complais dans ses certitudes que le monde réelle se complaira à ébranler ( En gros, il se pourrait que ça chance au fils des RP ^^) Ce qu'elle Aime: La flatterie ? Qu'on lui dise ce qu'elle aime ! Qui n'aime pas cela ? Les crêpes !! C'est bon les crêpes. Bon, pour être concret, difficile de savoir ce qu'elle pourrait aimer, mis a part sa foi aveugle et inconditionnel envers Elion. Pfff c'est Fanatique je vous jure !! ça ne sais pas apprécier les bonne choses et les plaisir de la vie. Première impression: Austère et hautaine sont les deux qualificatif qui viennent a l'esprit quand on la croise pour la première fois. Histoire: Bien qu'une grande partie de son histoire commence en des temps de trouble et se perdent derrière le voile de l'oublie. Artemis a grandit entre les murs de la sainte Faculté. Élève d'apparence studieuse, elle préférait rêver de combats et de champs de batailles que d’écouter les longs et ennuyeux cours d'histoire et géographie. De mathématique, de philosophies. " A quoi ça sert tout ces trucs sur un champ de bataille ?! ". Elle se contentait du minimum syndical pour rester dans le peloton de tête des étudiante les plus douées. Excellentes appréciations sur les aptitudes martiales, mais les notes : " Peut Mieux faire ! " " Artemis est une élève avec des capacités qui ne demanderaient qu'a être exploité, si cette dernière s'en donnait la peine " ou " Pourquoi faire plus puisque le minimum suffit ?! Ce serait dommage de faire un effort ! " Sans pitié pour les filles qui n’étaient là que pour faire les potiches. Elle ne ménageait pas non plus celle qui avaient le malheur d'attirer ses foudres. Les relations social n’étant pas son fort. Sa façon franche et discourtoise de dire les choses la rendant particulièrement antipathique elle n'avait pas d'amies ou en tout cas très peu. Se mettre a dos les autres étudiantes semblait être une marque de fabrique. Froide. Distante. Hautaine. Artemis se contentait de hausser les épaules quand lui demandait comment on pouvait générer autant d’inimitié. La seule qui la supportait ou, tout du moins, ne lui portait pas rigueur de son caractère, était une étudiante d'une promotion précédente qui l'avait prise en sympathie. Le premier contact avait été, comme toujours, compliqué. Mais depuis, Katarina était devenu la seule étudiante pouvant faire un reproche a la jeune femme sans pour autant se faire rabrouer. Katarina était la seule qu'Artemis écoutait. Ou en tout cas, prêtait l'oreille. Mais après tout, comment ne pas être ainsi, quand l'on se sait être la dernière de sa famille ? Quand tout ceux que l'on aimait étaient aujourd'hui réduit en cendre dispersées au quatre vent ou cinq pied sous terre. L'enfant innocente avait construit sa forteresse intérieur et par instinct de survie avait chassé tout sentiment. Brisant toute attache sentimental avec son passé. Et s’évertuant a ne pas en créer d'autres. Tout fini forcement par retourner a Elion et à la terre. Les sentiments sont les graines du chagrin et de la douleur. Artemis aime se plonger dans la méditation qui apporte a la jeune femme, Paix, Harmonie et sérénité. Une méditation dans laquelle elle reste parfois des heures durant. Une fois, lors d'une grande contrariétés dont tout le monde a oublier la source, elle serait resté ainsi durant des jours. Elle sait que quelque part dans une banque, la fortune et l’héritage de sa famille dormait. Attendant que la jeune femme finisse sa formation et puisse faire renaître le nom des Venastra. " Katarina - Toute seule, soit ! mais non pas contre tous ! Comment diable as-tu donc contracté la manie effroyable de te faire toujours, partout, des ennemis ? Artemis - A force de vous voir vous faire des amis, Et rire à ces amis dont vous avez des foules, D'une bouche empruntée au derrière des poules ! J'aime raréfier sur mes pas les saluts, Et m'écrie avec joie :"un ennemi de plus !" Katarina - Quelle aberration ! Artemis - Eh bien ! oui, c'est mon vice. Déplaire est mon plaisir. J'aime qu'on me haïsse. "
  6. Au 1-5 du Quartier Noble de Calpheon, se dresse un nouvel établissement. (Instance Ceresayaria) L'HÔTEL DE LA SAINTE TRINITÉ. Ouvert 7 jours sur 7. De 08h00 à 00h00. Vous êtes accueillis par Alfonso Galbariggi et Cassandra Esperado. Bien lire le règlement de l'Hôtel pour connaître son accessibilité et son fonctionnement. Les locaux sont vastes et accueillent plusieurs pièces alliant élégance et praticité. Lorsque vous franchissez les portes à double battants de l'Hôtel, un comptoir en bois d'érable vous fait face. Le tenancier Alfonso Galbariggi, une homme d'environ quarante ans aux barbu et aux cheveux bruns vous accueille avec le sourire. Sur votre gauche, vous trouverez une armoire solide en bois d'érable accueillant plusieurs casiers fermant à clef. Ceux-ci pourront recevoir vos effets personnels. Veillez-bien à remettre la clef sur la serrure du casier avant de quitter les lieux. L'espace que vous franchirez est appelé "l'Agora", délimité par les tapis rouges au sol, les divans et les rangées de livres et de bibelots authentiques. C'est un lieu de rendez-vous pour les mercantiles et autres visiteurs où ils peuvent faire connaissance, échanger et peut-être même nouer des relations commerciales. Derrière la bibliothèque vous verrez le comptoir commercial "Feuilles de Vigne" qui est une association viticole de plusieurs vignerons des trois régions occidentales. C'est ici également que les Hôtes et Hôtesses se ravitaillent en alcool lorsqu'il vient à manquer. Vous pourrez d'ailleurs goûter certains vins à la demande de Monsieur Henri Vermillon, le responsable du comptoir. A l'étage et sur les trois quarts de sa superficie est établi le Salon de Thé et Café Littéraire "Malices aux Merveilles" dont les hôtesses comme Cassandra Esperado ont la charge de subvenir à vos besoins. Vous pourrez passer commande d'une boisson rafraîchissante ou bien chaude avec un succulent dessert. Les clients tous comme les mercantiles en accord avec l'établissement peuvent utiliser les lieux, répartis en différents boudoirs afin de préserver les discussions dans un environnement intimiste. Tout au bout de l'étage, face au boudoir de la Chasse, pourront trouvés les intéressé(e)s le comptoir commercial de "La Forge de Barral" sous la responsabilité du Seigneur Barral lui-même. Vous trouverez ci-dessous la liste des mercantiles et autres personnalités ayant des accords avec l'Hôtel de la Sainte-Trinité. Quelques enseignes se sont déjà installées sur place ou qui sont en étroite collaboration "Feuilles de Vignes" : Vente de vins et autres alcools dérivés du vin - Référent : Monsieur Henri Vermillon @Faerwen "Malices aux Merveilles" : Salon de Thé - Servi par : Mlle Cassandra Esperado @Ceresayaria "La Forge de Barral" : Services de forge - Référent : Sire Barral @Nazim Al Arshad "La Chouette Impétueuse" : Apothicairerie - Référent : Mlle Aelita "Blue Owl" @Aelita "La Compagnie de Reth" : compagnies de mercenaires - Référent : Mlle Nilin Reth @Naenira L'Artiste musicienne "Dame Caliawen" @Elioza "Le Cabinet Médical" : cabinet médical - Référent : Damoiselle Naenira @Naenira "Maison de Sabran" : comptoir commercial de produits luxueux et raffinés - Référent : Sieur De Sabran. @Hergonn "Les Trinitaires" : milice privée associée à l'Hôtel de la Sainte-Trinité. - Référent : Capitaine De Serres. @LongJimSilver
  7. Famille : D'Armaniak Prénom: Arelate Terriciae Baux-Provenss Surnom: Arla ; Arles Sexe: Femme Âge: 21 Ans Lieu de naissance: Cité de Calpheon Profession: Noble ; Gérante d'un commerce Fermier Allégeance: Calpheon Physique Une silhouette féminine se dessinant sous vos yeux, l'on remarque alors une couleur claire prônant sur le haut de sa tête, des cheveux d'un blond commun, l'âge les ayant fait devenir plus sombres au fil des années. Alors que vous vous rapprochez de cette jeune femme, un visage semble se dessiner, celui-ci au teint pâle, des yeux bleus faisant surface derrière des cils et sourcils au coloris plus foncé. Plus bas, un nez allongé et plutôt droit, gardant son allure féminine et élancée, le tout finissant sur quelque-chose de plus volumineux sur sa fin, des lèvres rosées font alors apparition, celles-ci n'étant pas très larges elles ont quand-même le mérite d'être plutôt fines. Un corps jeune dessine alors l’entièreté de cette silhouette, élancé et d'un taille moyenne, le ventre ne semble pas avoir pris de masse, tout cela reste encore quelque-peu frêle. Ses jambes ne sont pas non-plus énormes, elles sont même plutôt maigres pour une jeune fille de son âge. Caractère De par son histoire, ainsi que ses relations, la jeune femme semble rester enfantine par moments, laissant libre-cours à son imagination et à sa gentillesse, rare sont ceux l'ayant aperçue de mauvaise humeur. Il semblerait qu'Arelate soit quelque-peu naïve, loin de tout bon sens vis-à-vis des inconnus qu'elle va alors rencontrer. Histoire Dans cette bâtisse avoisinant le pont menant au quartier des marchands vit alors depuis quelques-temps une famille de la noblesse de Calpheon, c'est dans ces murs que vivent trois enfants, dont cette jeune fille qui nous intéresse, alors la plus jeune de la portée d'un écart de 10 années avec l'aîné, elle ne connut que peu ceux qui l'avaient précédée, destinée à un avenir de connaissance à travers l'art et les ouvrages de la bibliothèque de Calpheon, Arelate n'avait guère le temps de s'épanouir comme d'autres le faisaient à son âge. C'est à l'aube de ses vingt ans qu'elle décida avec l'accord de ses parents de s'installer non-loin de la maison familiale afin de vaquer à des occupations typiques de la vie d'un Calpheonien, elle emménagea dans une résidence occupée par un subordonné de son père, hélas celui-ci finit sa vie dans la partie inférieure de la bâtisse et la jeune femme hérita ainsi des deux appartements qui constituaient le bâtiment. Afin de rendre service à ses parents, et dans son intérêt, la famille d'Armaniak lui offrit une ferme abandonnée plus au sud de Calpheon, c'est là-bas qu'elle débutera en tant que cheffe de commerce et partira à la recherche de différents ouvriers prêts à travailler pour une misère, elle trouva quelques bonnes poires à payer salement dans le quartier des bas-fonds de la ville, et les exploitera ensuite afin de faire quelques profits. Connaissances : Arelate possède plusieurs connaissances en Arts et en Plantes, ce sont les matières qu'elle a étudiées et qu'elle pourra développer durant une conversation ou un métier.
  8. Ataleo di Foscari "What is bravery, without a dash of recklessness?" •Nom : Foscari •Prénom(s) : Ataleo, Furio •Âge : 28 ans •Origine : Calpheon •Lieu de vie : Demeure familiale •Taille : Un mètre quatre-vingt-dix •Poids : 87kg •Carnation : Claire •Titre : Dirigeant de la maison Foscari •Profession : Maître de siège, Chevalier, membre de la réserve des chevaliers marins de Trina •Thème : Cliquez-ici •Apparence : D'un naturel massif par sa taille, l'homme l'est tout autant en largeur par ses épaules carrés et sa carrure de soldat. Ses cheveux noir de jais ne font que faire ressortir davantage son regard gris acier, propre à sa famille depuis des générations. Ce dernier arbore également une cicatrice sur le nez à l'horizontale, hérité de quelque duel mouvementé durant ses jeunes années. •Caractère : Véritable héritage familial, Ataleo possède un caractère propre à la lignée Foscari depuis de nombreuses générations. Son enfance et son adolescence se sont placé sous le signe de la témérité et de l'imprudence, au grand désarroi de son maître d'armes. Entre blessures et os cassés, ce caractère lui aura également fait récolté plusieurs cicatrices dont celle présente sur son nez jusqu'à ce jour. Désormais dans l'âge adulte, l'homme s'est quasiment transformé, à l'image de ses responsabilités. Devenu le chef de la famille Foscari en succession à sa mère, ce dernier à dû composé avec ces dernières, devenant bien plus posé et imperturbable en publique ou durant des rencontres officielles. Malgré tout, cela n'empêche pas l'homme de se montrer chaleureux et bienveillant. Cependant, une fois en première ligne, le chevalier se montre bien plus impitoyable envers les ennemis de Calpheon ou quiconque ose s'en prendre à sa famille ou ses frères d'armes.
  9. Aeddan Henry de Sabran Information Nom : Sabran Prénom(s) : Aeddan, Henry Date de naissance : 20 Bouclier de l'an258 Origine : Calpheon Âge : 29 Taille : 2m 05 Poid : 96 kg Thème: https://www.youtube.com/watch?v=8ZidetTQjwI Fonction : Dirigeant de la maison de Sabran Lieu de naissance : Calpheon, demeure familial Profession :Dirige la maison Sabran, Chevalier, membre de la réserve des chevaliers de Trina Statut : En couple Devise : "Je vaincs l'adversité par la patience" Père : William, Guillaume de Sabran (décédé) Mére : Alessia, Alina de Sabran née di Valori (Décédée) QUALITÉS Patient Drôle Brave Curieux Altruiste Résilient DÉFAUTS Académique Caustique Arrogant Autoritaire Borné Calculateur APPARENCE La chose qui surprend le plus chez Aeddan, dans un premier temps, c'est sa taille colossale, marque des hommes de la famille Sabran depuis de nombreuses générations. Le chevalier atteint allègrement les deux mètre de haut, il arbore également, une carrure charpentée qui lui donne une allure imposante.Le Calpheonien dispose en outre d'un menton carré, appareillé d'une barbe taillée avec soin et d'une bouche bien dessinée qui vient parfaire ce portrait. Derrière son nez élancé et droit se profile des yeux perçants, vert avec des nuances de gris, surmontés de fin sourcils bien entretenus qui renforcent le regard noble du chevalier. Pour finir son front haut donne sur des cheveux d'un brin profond coiffés avec soin, toujours court pour favoriser le port du casque et du heaume.Tout dans la manière de se tenir d'Aeddan démontre sa parfaite éducation. Son maintien sans le moindre reproche ainsi que sa démarche assurée font que le Calpheonien en impose par sa stature, et il en joue, mais le plus souvent passivement, sans en faire l’étalage. CARACTÈRE Malgré une apparence travaillée, Aeddan intrigue par son calme impérial en toute circonstance. Le chevalier sait masquer ses émotions derrière un sourire affable. A l'écoute, diplomate, et sachant user convenablement de sa parole, le Calpheonien est doté d'une verve aussi tranchante que le fil de son épée. Le Varlet mesure chaque paroles avec sagesse et habilité tant il en connaît l'importance, la lame et l'éloquence faisant partie de son arsenal au sein de la ville sacrée d'Elion.En privé Aeddan conserve une grande attention envers ses proches privilégiant toujours le dialogue aux armes dans un premier temps. Il ne craint pas la colère ni même les joutes verbales. Dans ses mauvais jours, le chevalier pourra même se montrer inflexible et borné, peu nombreux sont ceux à pouvoir prétendre à une tempérance de sa personne. FAMILLE ET POLITIQUE La maison Sabran fais parti des plus anciennes famille noble de Calpheon, depuis toujours les Sabran servent dans l'armé avec une fidélité sans limite, au point de presque disparaitre à plusieurs reprise pendant les nombreuse batailles du royaume. Ses dernières années la très stable maison de Sabran a subit quelques bouleversements, généralement des plus traditionaliste, fervent partisan de la famille royale, cette ligne de conduite c'est vu perturbé lors de l'arriver aux fonctions du derniers seigneur en date, William de Sabran, les prises de position très progressistes de ce dernier ont fragilisé l'assise de la maison dans le quartier noble de la ville la rendant vulnérable, et s'attirant les foudres des partisans de la famille royale. Après plus de 60 ans à la tête de sa maison William de Sabran s'éteint devant la table de sa salle a manger, laissant sa famille fragilisée. Le nouveau chef de famille, son fils, Aeddan de Sabran, va avoir fort à faire pour ne pas voir s’éteindre son illustre famille. SES ARMES Epée : Manadh est une épée bâtarde, forgée en Kamasylvia a la demande de William de Sabran pour son fils, faite de Mythril par les soins des elfes, elle est une arme particulièrement redoutable, son nom signifierait destin dans la langue des esprits Bouclier : Le bouclier rouge d'Aeddan, est un cadeau du chevalier Altero di Valori à son écuyer qui était alors le jeune Aeddan de Sabran, le bouclier est frappé d'une rose noir, symbole de la famille di Valori, Altero était aussi l'oncle d'Aeddan.
  10. Natess Elwenn Sabran Carte d'identité Nom: De Sabran Prénom : Natess Age : 26 ans Sexe : Féminin Statut : Célibataire Lieu de naissance : Calpheon Fonction : Valkyrie/Chevalier Poids : 1m82 Taille :77 kg Theme musical : Cliquez ici Portrait physique La valkyrie, Dame Natess de Sabran, est une beauté que l'on juge naturelle. Elle ne porte aucune réelle fantaisie, elle se contente d'un peu de maquillage et de quoi rougir ses lèvres. C’est une femme de guerre marquée par de nombreuses années au service du Kalis. Preuve de sa dévotion martiale, une petite cicatrice barres ses lèvres en diagonale. Elle en possède une autre un peu plus large au niveau de son ventre. L’un de ses atouts se trouve indéniablement dans sa chevelure noire d'ébène qui contraste avec un regard gris au reflet blanc dont la particularité n’a rien de naturel et tout de magique. Sous ses armures qu'elle porte fièrement, la jeune femme cache un corps au courbe charnue, généreusement féminine. Malgré cela, La Sabran se caractérise comme étant une femme d'action qui s'assume, loin de vouloir concurrencer les élégantes beauté de Calpheon. Portrait psychologique Caractérielle, exigeante, intraitable, froide. Natess est le type de femme constamment poussé par de fortes émotions. Contrainte d’écraser ces envies de liberté, comme on retient un cheval sauvage en captivité. Ses années au sein de la faculté l'ont pourtant rendue plus vigilante et un peu moins impulsive. Cela a eu, également, l’effet bénéfique de lui découvrir un véritable don : celui de la magie curative. Rebelle dans l’âme elle se fait ,avec le temps, beaucoup plus disciplinée et ces nombreux écart de jeunesse lui ont permis, petit à petit, d’avoir accès à un petit bout de sagesse. Aujourd’hui, on la reconnaît comme étant une guérisseuses émérite, la guerrière de Sabran s’applique à contrôler la lueur séculaire avec zèle et férocité. Si bien qu'il ne sera pas rare de la voir plus à l'aise en combat que lors d'un banquet. Pourtant, elle surprend par son habile grâce qui est le fruit d'une longue éducation à la sainte faculté. Natess est une élégante danseuse et son maintient est à la hauteur de son tempérament de feu. Pieuse, elle a développé une vision bien intime de sa propre foi, qu'elle voue évidemment, a Elion. Signe astrologique Description du Signe du marteau : Les Marteaux sont prudent, courageux et loyaux. Ils ont la particularité d'être moins nombreux que les autres signes et donc bien plus rare. Les individus nés sous le signe du marteau font preuve de coopération, d'entraide et dévotion. On peut leur reprocher d'être parfois trop impulsif, cette caractéristique étant l'un de leurs principal défaut. Compensé par un profond sens de la justice, respectant une certaine moral et rigueur qui leur est propre. Leur élément protecteur est le feu. (c) par elfyqchan pour Never-Utopia
  11. ▼ ▲ Nom : Maestriani Prénom : Alfus Sexe : ♂ Âge : 39 ans. ( Née le 16e jour du 4ème mois de l'année 258) Alignement : Neutre bon Constellation : Dragon Noir. Religion : Elion. Orientation : Hétérosexualité. Lieu de Naissance : République de Calphéon. Profession : Ethnographe et homme d'esprit. Travers : Curiosité malsaine, Vaniteux. Habitation : 1-6 Quartier des nobles de Calphéon. Classe sociale : Noblesse pré-républicaine. Signe particulier : Cicatrice sur le front, descendant jusqu'à sa joue gauche. Historique de celui-ci: Dès la proclamation de la fin de la guerre entre Heidel et Calpheon en l'an de grâce 278 du calendrier Elionien. Alfus entreprit de découvrir les terres qui bordaient les horizons, comme pour gager de la dureté des événements récents, il entreprit un voyage vers les terres qui jugeait méconnues : - [An 279 – Berserker à l'Elephant ] Étude de Mediah et ses environs. - [An 280 – Bouclier à Hibou Tréant] Etude du mode de vie de Valencia. - [An 281 – Aurige à Gobelin ] Retour à Valencia. - [An 282 – Berserker à Aurige] Expédition en Balenos. - [An 283 – Chameau à Elephant] Étude à Glish puis Heidel. - [An 284 à 286] Etude documenté sur les Elfes.
  12. HRP : Attention ! Beaucoup de lecture ! Et aucune mise en forme jolie en HTML ! Qu’importe dans quelle ville vous serez, un crieur public, correctement payé, viendra se positionner place du marché, ou à la sortie de l’église, décrier ceci au milieu du fil des actualités. Agitant sa cloche pour attirer un peu plus l’attention qu’en comparaison des faits divers et autres plaintes effectuées à l’orale comme le désir que la carriole de vin placée devant chez « Vito le boucher » est prié de bien vouloir se déplacer avant la saisi de sa cargaison au crépuscule. « Oyez, oyez, damoiselles et damoiseaux, chevaliers et gens en armes ! Pour fester le retour de la belle saison, la famille Alistorio organise le tournoi du Coquelicot ! Ces festivités se tiendront pour la soirée du 24 et 25 chameau de cette nouvelle année ! Chevaliers de tout horizons venez porter vos armes et briller lors des joutes qui s’y dérouleront ! Pour les combattants plus humbles, gens en armes, va nu pieds, routiers, et autres aventuriers, de tout poils et de tout gabarit, une mêlée sera également organisée. De fortes récompenses et de la renommée seront au rendez vous ! Commerçants de tout bord, n’hésitez pas non plus ! Richesses et opportunités se présenteront à vous ! Voyez là une bonne raison de monter à la capitale et rafler de juteux contrats tout en profitant des distractions proposées ! » <----------------------------------------------------> Comme cité plus haut, le tournoi que j’organise en partenariat avec @Ceresayaria s’officialise. Ce dernier se fera le premier weekend-end du printemps soit le samedi 24 Mars et le dimanche 25 mars. Le tournoi se jouera sur trois catégorie : - La noblesse : Par une joute de chevaliers, et de Valkyrie. - Les combattants : une Mêlée générale où chevaliers, Valkyries et va nu pieds iront se mettre joyeusement sur la figure jusqu’à se qu’il n’en reste plus qu’un. - Second soir : Joute le lendemain. En RP/PvP sous la tutelle de ma comparse. La joute sera au dés. Un petit système de jeu sera présenté un peu plus loin afin de vous l’expliquer plus en détail. Il se voudra aussi réaliste et rapide que possible. Avec une résolution d’action en une emote et un jet de dés. Le plus haut sera évidemment le vainqueur. Réaliste dis tu ? Oui, tomber à cheval, rien qu’au pas, ça peut faire de base vachement mal. Alors imaginez harnaché de quarante kilos d’acier, de cuir, et de tissus, à vous prendre dans le manteau d’arme ou l’écu une lance d’un autre énergumène lancé à pleine charge. La chute risque d’être rude et votre personnage risquerait peut être de se casser quelque chose. Le Mj vous informera simplement de la gravité de la blessure (légère, ou grave) et on vous laissera faire votre petit bonhomme de chemin. La Mort Rp, j’en vois déjà tressaillir au fond, est impossible. D’une part car il s’agit là d’un event communautaire, et de l’autre, il s’agit de votre personnage, ce genre de décision ne peut être de mon ressort. Après, si dans votre vous intérieur, vous avez pris tellement cher que vous dites « ouai, nan, c’est bon, il se relèvera pas... » Va bene, c’est votre choix. D’autre part pour plus de réalisme, le système de jeu vous aidera à peaufiner vos émotes et se voudra le plus « à votre hauteur ». Pas mal de facteurs seront pris en compte de votre « niveau d’entraînement », en passant par votre « habitude de manœuvrer votre cheval », jusqu’à la posture employée. Par exemple, Prenons Baudouin le « Sans avoir ». Quatrième garçon, née à la huitième position dans toute sa lignée. Fraîchement fait chevalier, il participe à son premier tournoi. Pour l’occasion il s’est pris un cheval, qu’il n’a encore jamais monté, ou seulement au pas et au trot, donc en soit il n’en a pas encore totalement l’habitude de lui. Lors de la charge il se lancera, dressé sur ses étriers pour charger un ennemi, et ne détournera pas la tête au moment de l’impact, quitte à prendre plus de risque. A cette émote d’exemple Baudouin aura sur son résultat final un : Malus d’inexpérience : fraîchement chevalier. Malus de monture : Tout juste acheté, pas l’habitude du tempérament. Bonus de charge et d’impact : Dressé sur ses étriers, regard fixe à l’impact. Et Important risque de blessure grave en cas de chute : plus de surface à toucher, centre de gravité moins important, risque de blessure à la tête par projection d’écharde dues à l’éclatement des lances d’arçons. En gros le système de jeu. Au bas mot, grand maximum, un face à face se jouera en cinq minutes. - Emote des deux chevaliers, dont je vous inviterai à les préparer à l’avance. Il n’y a pas de coup à parer, de posture à avoir en soit, vous vous élancez, vous chargez, vous descriptionnez joliement sur votre atitude et votre posture et c’est marre. - Lancé de dés. - Désignation du vainqueur et du perdant par émote du finale du MJ. Un rapide Rp, « oh il a chuté, il a mal… merde il est mort » et on passe à la suite o/ <----------------------------------------------------> De l’autre côté, la mêlée sera plus rapide et expéditive. En utilisant joyeusement l’arène de Calphéon, tout les compétiteurs s’y mettent et au « top »… Ce sera la fête du slip jusqu’à se qu’Elion désigne un vainqueur. En bref un chaos sans nom comme se doivent d’être les mêlée de la réalité du monde véritable. <----------------------------------------------------> Nota Bene Quand bien même les inscriptions de la mêlée pourront se faire à la dernière minutes pour les plus retardataire, une deadline d’inscription pour la joute se fera. Vous avez, pour la joute, jusqu’au 1 Mars 23h59 pour vous faire connaître auprès de @Shahrzad ou de @Ceresayaria (les deux c’est mieux) pour inscrire votre compétiteur. Evidemment en précisant dans quelle joute vous allez concourir, la Rp, la PvP, les deux, aucune restriction. Je vous invite également chevalier à vous parer de vos plus belles couleurs et de vous concevoir vos armoiries qu’un héraut d’arme se fera une joie de déclamer en votre honneur lors de votre entrée sur la lice. Les tournois sont des festivités mais se sont avant tout des vitrines pour se faire connaître et surtout reconnaître. Ne tombez pas dans le piège d’être « LE » chevalier noir, car si tout vos copains auront eu la même idée, vous passerez, même vainqueur, tout bonnement inaperçus. Alors n’hésitez pas un seul instant à partir sur des colories aussi folles qu’originales. Et pour le Blason soyez dans le simple en respectant quand même couleurs que l’armure. - Pour plus de Rp, il vous pouvez obtenir les faveurs d’une dame, et que cette dernière vous confie son mouchoir. Vous serez alors son champion et gagnerez par ce fait un bonus au jet non négligeable. (facultatif) -En guise de tutoriel, je ne peux que vous inviter à aller consulter la chaine de "La Prof" sur Youtube, et de dénicher sa vidéo sur la Héraldique.
  13. Raffaelle Di Oscuro Contea (Prononçé Rafaellé) "Alta Alatis Patent." "Le ciel est ouvert à ceux qui ont des ailes." "Le prodige et le monstre ont les mêmes racines." Henri de Montherlant. • Surnom: Il n'y a que la plèbe qui donne des surnoms. • Sexe: Homme. • Âge: 28 ans, dit-il depuis plusieurs années. • Situation: Veuf (Déjà). • Lieu de naissance: Calpheon. • Profession: Noble, recteur de l'Université, et Chasseur de monstre. • Guilde: Aucune actuellement. • Allégeance: La famille Di Oscuro Contea et donc Calpheon. •Caractère: Impossible. -Ce qu'il n'est pas: un Vampire, non, juste non. Présentation : Il n'était qu'une pale apparition sous un rayon de Lune, Pierrot blafard aux longs cheveux d'ébène tel une étoile filante enténébrée. Face à la fenêtre, les astres baignaient son visage aux traits marqués et aigus de quelques lames d'argent. Il avait le nez discret et les yeux en amandes dans un regard sévère, impression pesante accentuée par ses sourcils broussailleux et une barbe quelque-peu indisciplinée mais surtout par cette balafre. Une balafre qui s'étendait le long de son visage tel une entaille pourrie sur un parterre de neige, souvenir des méandres de sa perdition. Ses longs cheveux bruns ondulaient en cascade autour de son cou, et par habitude, il les noua en une queue grossière. Face aux jardins, son cœur s'alanguissait à des rêveries lointaines et secrètes. Des rêves avortés et suppliciés, à l'image de ces fleurs desséchées qui n'attendaient que le vent pour les faucher. Des pas lourds résonnèrent à travers le couloir de pierre, et arrachèrent Rafaele à sa morbide contemplation. Il reconnut le pas assuré si caractéristique qui se répercutait à travers le long corridor froid et sombre. Il baissa la tête et ferma les paupières un instant, quand une main ronde se posa sur son épaule, les doigts gras refermés sur son ossature. Il ouvrit alors les yeux face au jardin mortifère. -Père...Souffla Raffaelfe. -L'hiver approche, et avec lui les ténèbres. La voix caverneuse de son père lui parvint à l'oreille dans un souffle chaud et moite. -Cela fait bien longtemps que les ténèbres se sont abattus sur la demeure de notre famille Père. -Il faut parfois détruire pour mieux rebâtir. Je ferai de ses ruines maudites un trésor de connaissances, un phare au milieu de la fange qu'est ce peuple grouillant. Et vous m'y aiderez. Les doigts épais du paternel creusèrent un peu plus la chair de son épaule, comme une menace. -Bien sur Père. Vous connaissez mon avis sur la question. Mais pensez vous qu'il n'est guère déjà trop tard. -A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire Raffaelle. Ne l'oublie jamais. L'histoire n'est pas figée. Un jour peut-être. Un jour surement. -Oui surement. Vous avez raison, vous avez toujours raison Père. Et la main grasse du patriarche lui tapota le crane dans un geste qui était tout sauf affectueux, de la même manière que l'on tapote la tête d'un chien docile et fidèle, avant de s'éloigner en empruntant l'arcade qui menait à la bibliothèque. Dans un léger hochement de tête, il fit craquer son cou puis son regard quitta l'Eden décomposé. Il s'en retourna alors et d'un pas lent tel un spectre fila à travers l'obscur couloir de pierre noir pour regagner son laboratoire, triste silhouette parmi les ombres des chandelles. Anamnèse: Il était une fois l'histoire d'un fils prodige. L'histoire de Raffaelle est intimement liée à son illustre famille, les Oscuro Contea et surtout à son père Sieur Leonardo Agostino Di Oscuro Contea . Entres Lumière et déchéance, les Oscuro Contea ont basculé d'une gloire ancienne et passée, à une lente déliquescence. Le nouveau régent du Domaine depuis le décès d'Athenais en est pour beaucoup, on le dit despote. Elevé et éduqué loin de Calpheon et dans les terres de la famille, Raffaelle a pour ainsi dire rarement eu de contact avec le monde extérieur. Il a suivis un cursus d'enseignement sévère et a montré très tôt un gout prononcé pour les sciences de plus en plus occultes. Il n'est de secret pour personne au sein de la famille que Rafaelle est hérité du caractère brulant de son Père et de son gout pour les plaisirs immodérés. Passablement misanthrope, voir carrément insociable, il n'a longtemps été qu'une ombre au sein de la famille, une obscure silhouette à travers le domaine qui ne sortait que très peu de ses appartements, si ce n'est pour aller chasser avec son père, une de ses activités préférées quand il n'était guère plongé dans ses études. On le sait savant, chercheur, chasseur et fin épéiste et c'est à peu près tout. Compétences connues: Echelle sur 10. -Chimie, apothicaire 8/10. Des années et des années passées dans son laboratoire. -Escrime 7/10. C'est une bon épéiste. -Sciences occultes, voir sorcellerie 5/10. Un gout immodéré pour tout ce qui est grimoires et poussières. -Chasse (Au tir, à courre, et au filet.) 6/10. Son cousin, si seulement était il encore vivant, pourrait vous dire comme il pratique bien d'autres chasses. -Claveciniste 5/10. Sociopathe, la musique est un langage qu'il manipule avec tellement plus d'aisance. -Cuisine 2/10. Pour lui tout est affaire de mesure, mais le résultat est parfois surprenant. Capacités: Echelle sur 10. Force 5/10. Agilité 7/10. Intelligence 8/10. Volonté 4/10. Sociabilité 1/10. Faits notables et connus: -Il serait arrivé à Calpheon en même temps que son père lors du décès de Dame Athenais Di Oscuro Contea en 276. -La famille Oscuro Contea est connue pour son penchant royaliste fanatique. -Il n'est pas rare de le croiser à la cathédrale de Calpheon où il se rend régulièrement en confession et aux messes. Illustrations:
  14. Circé di Oscuro Contea Née en l'an de grâce 256 à Calpheon . Elle entre dans les ordres à l'age de 16 ans. Nommée mère Abbesse de l'abbaye De Pratovecchio en l'an 285. Allégeance : Les di Oscuro Contea, l'église d'Elion, Calpheon. « C'est la souffrance des ombres qui sont ici, qui peint sur mon visage cette pitié. » Dante Alighieri – La divine Comédie Par le vantail entrouvert de la chapelle se dévoile, agenouillée au premier rang, une silhouette de prieuse iconique.Entre ses doigts à la neigeuse pâleur s'égrainent les perles pourprées d'un chapelet miroitant. Perçant par la rosace dominant la nef, un rayon poudreux de lumière nimbe la forme d'une auréole dorée et colorée. Dans l'obscurité environnante cette clarté la rend presque immatérielle. De la pieuse dame faisant acte de contrition émane une sensation de paix et de quiétude accentuée par son angélique apparence : un visage à l'ovale parfait, un teint d'une blancheur laiteuse dont l'éclat est rehaussé par la touche subtile d'incarnat nuançant ses joues pures, les paupières closes dont les longs cils ombrent délicatement le doux velouté de la peau. De chaque côté de ses tempes satinées, de lourdes tresses solaires s'arrondissent vers le bas ne laissant deviner de l'oreille qu'un lobe d'ivoire rosé. Dans l'harmonie contemplative du lieu sacré le psaume murmuré d'une voix vibrante et mélodieuse s'écoule de ses petites lèvres purpurines, magnifiant l'allégorie séraphique de l'instant. Pourtant dans cette aura de pureté, le trouble jeu des couleurs émanant du vitrail farde de rouge ses mains aériennes donnant l'impression qu'elles sont maculées de sang frais. Comme les grains du chapelet, les souvenirs naissent et disparaissent au gré des paroles liturgiques. Confiteor Deo omnipotenti Tout n'est qu'obscurité et crainte pour l'enfant blottie dans son lit. Le vent féroce hurle telle une meute de loups alors qu'il s'infiltre par les interstices de la grande demeure. La pluie drue grêle contre les volets de la chambre. Par dessus tonne, dominant les éléments, une voix de stentor : dure et claquante. Elle hante la terreur de la fillette rajoutant sa complainte aux ombres dansantes et terribles se dessinant sur les murs. Elle n'ose bouger, elle n'ose pleurer. Ses petites mains potelées étreignent avec force la peluche en forme d'ourson. Puis un nouveau bruit provenant du couloir se rapproche ; chuintement léger et lent. Elle rive ses yeux agrandis d'effroi vers la porte. Elle devine la présence se trouvant derrière, et pour ne point hurler se mord vivement la peau tendre de la main. Doucement le battant s'écarte laissant pénétrer une faible lueur mouvante, et dévoilant une forme sombre à l'entrée de la pièce. Dans un cri d'angoisse la fillette remonte les draps sur son visage et se roule en boule espérant ainsi échapper à un sort qu'elle imagine terrible. Elle a l'impression qu'une éternité s'écoule dans sa panique grandissante avant qu'un timbre aimant ne vienne caresser ses oreilles, et qu'une main apaisante ne se pose sur son front brûlant. Elle ouvre les yeux et reconnaît la tendre et chaleureuse mère auprès de laquelle chaque jour elle puise sa force. Quia peccavi nimis cogitatione verbo et opere Sous ses pas l'herbe gelée craque, le vent frais caresse ses joues et fait voleter quelques mèches capricieuses de sa chevelure tressée. La fatigue accentue sa tristesse et étire sur son visage, aux joues rosies, une moue maussade. Des choses se passent et elle n'en comprend pas entièrement le sens. Elle sait juste que mère est partie et ne reviendra pas. C'est ce que lui a expliqué Raffaelle d'un ton sérieux et compassé il y a quelques jours. Alors pour honorer cette absence, ils se réunissent aujourd'hui avec toute la famille. Elle tourne un regard timide vers l'immense silhouette de son père, craintive face à son visage froid et sévère. Il l'observe sans la voir, perdu dans des pensées qu'elle n'arrive à appréhender. Ce matin, juste avant qu'ils ne rejoignent tous ces autres qu'elle ne connaît pas. Il l'a retenue, s'accroupissant face à elle, de ses mains lui emprisonnant fermement les bras. Elle sent encore la morsure de la poigne sur sa chair. Puis la mise en garde susurrée sèchement à son oreille « Ne me déçois pas. ». Depuis ces mots hantent chacune de ses respirations, chacun de ses mouvements. Elle tressaille, retenant difficilement des larmes amères. Soudain entre ses doigts elle devine ceux de son frère s'y mêlant. D'une légère pression leurs paumes se joignent et elle sourit en le regardant, s'accrochant à lui comme à une bouée. Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa Misereatur nostri omnipotens Deus et dimissis peccatis nostris. La jeune fille reste bien sagement debout les mains dans le dos parmi toutes les autres novices. Par moment, elle lance des regards curieux à ses voisines admirant l'éclat rougeoyant de toutes ces chevelures sous les agréables rayons d'un soleil de début d'automne. Elle s'enorgueillit de sa présence parmi elles, la fierté l'irradie mais elle se garde bien de la dévoiler, et écoute dans un apparent silence révérencieux les dires de la prêtresse. Puis la visite commence, elles la suivent toutes, gentilles brebis derrière leur berger. L'académie se dévoile ; l'immense parvis ou les étudiantes s'entraînent, la majestueuse bibliothèque, les salles de cours, les dortoirs. Tout au long de ce cheminement, elles croisent d'autres apprenties et l'une retient son attention : un visage noble et plein de bonté, une grâce naturelle dans les mouvements, entourée d'un groupe d'autres demoiselles la contemplant comme si elle fut une élue parmi elles. Une pointe d'envie ternie sa joie présente, elle aussi un jour, elle sera le centre de l'intérêt et de l'admiration. Indulgentiam, absolutionem et remissionem tribuat nobis omnipotens misericors Dominus. Amen
  15. Nom: Vena Prénom: Feliciano Surnom: Aucun Sexe: Homme Âge: Né en l’an 263 Lieu de naissance: Capitale de Calpheon Statut: Noblesse d'épée Profession: Aspirant au sein des Chevaliers de Trina Allégeance: Calpheon Histoire du personnage: A découvrir IRP !
  16. Nom: Contini Prénom: Veronah Âge: 19 ans (3ème jour du Dragon Noir (avril)) Statut: Noble Titre: Comtesse de Calise Allégeance: Calphéon Localisation: Calphéon Thème : Histoire : Née dans la grande capitale du royaume, Veronah est issue de la noblesse ancienne qui influe encore au sein du gouvernement et de différents domaines. Son père, Juan Contini, y était réputé et respecté en tant que l'un des plus proches conseillers d'Herman Feresio. Cependant, quelques rumeurs circulaient sur l'avenir très contesté de sa maison. En effet, les plus mauvaises langues s'appliquaient à dire qu'elle était sur le point de s'effondrer, pratiquement ruinée par le faste des banquets et des dépenses laissant un nom prestigieux disparaitre dans l'oubli... Veronah, quant à elle, s'était vue très tôt impliquée dans les responsabilités, mais très vite écartée du domaine politique, son père la jugeant trop impétueuse. Ayant bénéficié d'une riche et pieuse éducation, elle œuvrait pour le compte de sa famille dan s les relations commerciales comme administratives au sein du royaume et de leurs terres. Juan Contini s'éteint au cours du mois de la Pierre de Sceau (note hrp : Août), la laissant seul maître de l'avenir de sa famille. Redorant progressivement le blason familial en investissant dans le commerce de la soie, Veronah œuvre maintenant au sein du Parlement de Kalis, à la suite de son défunt Père. Excellente cavalière et passionnée de chevaux, elle en possèderait un grand nombre, son plus précieux étant Solario, un étalon rapide et puissant portant ses couleurs. De tempérament fier et droit, elle nourrit un profond sens de la justice qui la pousse parfois à un manque de tolérance vis à vis d'autrui. N'étant cependant pas d'un naturel cruel ou belliqueux, elle se garde bien de nuire à quiconque, cherchant, comme tout un chacun, à trouver sa place dans le vaste monde. Sa curiosité et son verbe acéré font d'elle une interlocutrice avisée. Pratiquant la magie noire, elle reste respectée et crainte des serviteurs et alliés de la maison, bien que personne ne l'ai jamais vue l'utiliser contre quelqu'un. Physique : Veronah est une femme de grande taille, aux longues jambes qu'elle ne manque pas de montrer, et au physique bien proportionné. Maquillée sobrement, n'appréciant guère la vulgarité, elle n'use des artifices que pour souligner la finesse de ses traits. Ses grands yeux verts reflètent une intelligence aiguisée, tandis que ses longs cheveux noirs, particulièrement soignés, sont en permanence détachés. Un grain de beauté orne sa joue droite, juste en dessous de l’œil. Son teint pâle témoigne de son manque d'exposition au soleil, ses longues cavalcades se faisant encapuchonnées, pour éviter d'attirer l'attention des bandits qui pourraient se dissimuler au coin des routes. Elle n'est que rarement seule, sa sécurité en dépendant. La jeune noble porte par ailleurs un collier d'argent serti d'un rubis de belle taille, protégé par deux loups finement gravés, armoiries familiales des Continis. Il semblerait qu'elle aie reçu ce sautoir en héritage de sa défunte mère. S'habillant toujours avec élégance, elle sait se tenir et faire honneur à son Nom. Ce que l'on dit d'elle : " On la surnomme "La Donna". Je ne sais pas pourquoi, mais en tout cas ça sonne bien." - Sevrus Kropt "C'est une grande Dame. Elle a la beauté, la grâce et l’élégance que toutes les dames de son milieu devraient avoir. Il émane d'elle une noblesse d'âme qui ne peut que forcer l'admiration. Mais par dessus tout, elle dispose d'une force de caractère qui, j'en suis sure, lui permettra de franchir toutes les épreuves de la vie. Elle a tout mon respect." - Valerya Tocchini Notoriété publique : Il est répandu que la Dona est une femme de lettres et d'art. Passionnée d'écriture, de lecture, fervente admiratrice de musique, de poésie et de peinture, elle dispose de nombreux contacts dans le domaine, et ne manque que rarement un événement ayant un rapport avec ses passe temps. Fille d'une figure politique populaire éteinte depuis quelques mois, elle dispose également de connaissances en matière de droits, et de relations influentes au sein du Parlement. La famille Contini : http://desertnoir.fr/forums/index.php?/topic/1762-calpheon-maison-contini/
  17. Au Lion d'Or

    Au 1-7 (2ème étage) de Calphéon trône un établissement qui respire de luxe et de bon goût. Ce n'est pas une simple taverne, ce n'est pas une auberge non plus, ni un relais : Il s'agit là d'un salon de jeux dans lequel les nobles et bonnes gens peuvent à loisir dépenser leur argent ou simplement venir profiter de l'ambiance autour d'un verre. N'allez pas vous leurrer, le public est bel et bien trié. On y trouve ni louche, ni malotrus et quant aux malpolis ou irrespectueux, si nobles soient ils, ont vite fait de se faire reconduire. On ne transige pas sur la bienséance et Lhyon d'Arakyr, le maître des lieux a cure de se faire bien voir ou apprécier : Seuls lui importent le jeu et le bon esprit. A votre arrivée, la lourde porte sera fermée mais il est connu qu'il faut frapper pour que s'ouvre le judas qui laissera place aux yeux d'Irène ou à l'oeil unique du maître des lieux. Une fois que vous vous serez annoncé, vous entrerez systématiquement si vous êtes nobles, accompagné d'un noble et pas en mauvais termes avec l'établissement. Si vous êtes bourgeois ou roturier, c'est à la tête du client.
  18. Musique du personnage Second thème Nom : D'Arakyr Prénom(s) : Helya Sofia Elissandre Sexe : Féminin Âge : Trente-deux ans Origine : Calphéon Milieu social : Noblesse Qualité(s) : Réfléchie, astucieuse et déterminée Défaut(s) : Adore les jeux d'argent et est avare (pire que Picsou) Membres notoires de la famille : - Gustave D'Arakyr (Père) - Anabella D'Arakyr (Mère) - Lhyon D'Arakyr (Cousin) Description générale : La jeune femme se trouve être désormais tout l'opposé de ce qu'elle était jadis : une enfant ronde aux formes très généreuses, dont le visage rond était entouré de grosses lunettes tout aussi rondes. Malheureuse dans ce corps qui la faisait tant souffrir, c'est au cours de son adolescence qu'elle se décidait à changer drastiquement. L'activité physique, l'alimentation saine et la pratique presque excessive de l'arc et de la chasse ont permis à la jeune demoiselle qu'elle était de pouvoir faire disparaître ses kilos en trop et d'obtenir une silhouette fine et sportive après plusieurs années d'acharnement. Cette nouvelle silhouette permis à la jeune femme de pouvoir reprendre sa revanche sur son passé, n'hésitant pas à se fournir dans les belles étoffes, le beaux bijoux, et les parfums souvent trop chers aux yeux de sa famille. Mais qu'importe, les D'Arakyr aiment le luxe. D'un caractère plutôt réfléchi de manière générale, elle n'en reste pas moins une femme fière et arrogante, au caractère souvent un peu trop prononcé, allant même par moment jusqu'à l'insolence. Ses longues années à passer pour un laideron l'ont profondément marquées, jouant désormais sur ses charmes et ses atouts. Déterminée, elle ne recule souvent devant rien et s'enorgueillit lorsqu'il est question de gagner un Tournois ou de montrer ses compétences d'archère et de chasseuse.
  19. Evénement Mariage Angélique D'Arkier & Mathias Delsor

    jusqu’à
    Mariage d'Angélique-Aïnhoa d'arkier Del Penne & Mathias Ferguson Delsor ÉVÉNEMENT privé sous invitation 28, 29 & 30 AVRIL 2017 Événement avec l'entourage du couple et artisans employés. Enterrement de vie le 28 Avril (Privé). Cérémonie et Vin d'Honneur le 29 Avril. Fête et réception le 30 Avril. Cliquez sur les images pour lecture
  20. Anaryon. ____________________________________________________________________________________________________________ Métier : ex-Chevalier, mercenaire / aventurier. Compétences : Combat : Une lame et bouclier / Épée lourde Magie : Quelques notions dans les ombres. Niveau de corruption actuel : Presque inexistant. Nom : De Montault. Prénom : Anaryon. Caractère : Variable, souvent taciturne. Alignement : Chaotique bon. Naissance : Noblesse de sang & d'épée. Situation financière : Fortuné. Comportement social : Proche du peuple. Type d’éducation reçue : Lettré & Militaire. Croyances : Elion : Respecté et prié. Aal : Respecté. Sylvia : Ignorée. Kzarka : Craint. La Fée des dents : Respectée. Relations extérieures : Il ne possède aucun à priori sur les races ; mais il a une tendance à préférer les Humains de par leur grande diversité, et une certaine méfiance mêlée à de la fascination pour les elfes. ____________________________________________________________________________________________________________ Description : À première vue, l'individu présente tous les traits d'un gentilhomme : une taille des plus honorable ‒ il mesure près de soixante-dix pouces ‒ et une musculature à peine saillante. Pourtant, lorsqu'il s'agit de se mettre en garde, le jeune homme parvient toujours à s'illustrer et il n'est pas rare de le voir remporter quelque tournoi populaire d'escrime. Sa corpulence est l'expression même de sa mesure, ni trop épais ni trop chétif, il est l'équilibre parfait du combattant et du flâneur. Du haut de ses vingt-cinq ans, le garçon semble par ailleurs bien assuré. Lorsqu'il se promène en ville ou à la campagne, son habit se trouve être un superbe vêtement léger aux teintes marines, bordé de cuir et parfait à l'aide d'une cape très sobre. Ce dernier satisfait la plupart des regards, signifiant au passage une qualité certaine. Deux lames se frottent régulièrement aux jambes ou au dos de leur maître. Assez travaillées, elles sauront attirer l'attention de la masse commune. Quant aux gants qui recouvrent sa main, ils empêchent la vue d'une superbe chevalière. Si tant est qu'il vous la dévoile, vous verrez que cette dernière est frappée d'un « M » tenu par un volatile recouvert d'or blanc, au long bec et aux yeux de jade. Il coiffe ses cheveux argentés et lisses vers l'arrière, sans quoi ils lui obstrueraient tout son champ de vision. Son visage ne laisse paraître aucune cicatrice et il présente une expression peu commune : de la douceur mêlée à un regard pour le moins sombre. À l'observer, peu parviennent à trancher. Est-il un rêveur mélancolique ou bien cache-t-il quelque noirceur profonde ? Quoiqu'il en soit, ses traits vous rappelleront toujours ceux d'un autre et la première fois, vous penserez l'avoir déjà vu. ____________________________________________________________________________________________________________
  21. Noblesse Généalogie de la Famille

    Arbre réalisé par Angélique-Aïnhoa d'Arkier Del Penne Ancienne noblesse Calpheonienne, la Famille D'Arkier s'étend sur plus de cinq génération composé principalement de membres ayant servit dans l'Armée. Trois grandes famille compose la génération actuelle: Branche principale de la famille. Famille militaire ayant un passif avec de nombreuses femmes Valkyries. Maria Di Challant devenue épouse de Sire Arturio Della Volpe était une Valkyrie ayant participé à de nombreuses batailles aux cotés de son époux, officier de Trina. Cette famille comme les Wrigt ont été depuis toujours été alliés aux D'Arkier Del Penne où l'on parlerait même d'un Pacte entre elles dont on n'aura jamais connu le contenu et la raison. Jusqu'au jours où Richard d'Arkier épouse Anaïta Della Volpe qui aurait alors officialisé l'alliance entre les deux familles. Elle aura été une Valkyrie au grand cœur et surtout aimée par son époux qui hélas aurait succombé à la maladie quelques années plus tôt. Cependant, une étrange rumeur parlerait que Patxi d'Arkier, frère de Richard serait lui aussi mort pour les même raisons alors qu'il était sur le champs de bataille. Les Della Volpe sont aussi connus pour avoir été de nombreux champions de tournois. La Famille Di Vonti est aussi pour avoir agit dans l'armée. Cependant, les épouses étaient pas des dames d'épée mais plutôt de Science, Magie et d'Arts. Elle est restée une famille assez discrète ou l'on ne sait que peut de choses sur elle.
  22. A la nuit tombée, une imposante voiture, bardée des armoiries de la maison Van Areis et tirée par quatre puissants chevaux a franchi la porte Nord de la cité, escortée par deux hommes d'armes et la Valkyrie Mellisore Van Areis en personne. La voiture a rejoint la demeure familiale dans le quartier noble au pas des chevaux, le cocher semblant prendre soin de sa cargaison ; cargaison difficile à apercevoir car les rideaux de toile cirée étaient hermétiquement clos. Les valets et hommes de garde venus du domaine familial, en allant boire un coup à la taverne, n'auront pas manqué de dire que leur maître, Athor Van Areis, n'en avait plus pour très longtemps, et qu'il avait été expédié sur un lit de couvertures et de coussins tout à fait indécent jusqu'à la capitale, pour y mourir sous les soins de médecins, soi-disant compétents. Le trajet au pas lent des chevaux, sous la surveillance d'une Valkyrie peu amène, du fait de son inquiétude pour son père, aurait laissé un goût amer aux serviteurs de la maison Van Areis, peu accoutumés à sortir du domaine, au nord du Royaume. Et ainsi, la rumeur se répand, expliquant pour ceux qui les auraient noté, les incessants allers-retours de Mellisore entre la capitale et les terres familiales. L'on se questionne sur l'héritier, Marcus Van Areis, qui séjourne rarement à la capitale. Son mariage avec une fille De La Roche serait-il pour bientôt ?
  23. Noblesse Histoires et Légendes

    Résumé rapide, texte en construction : La Famille D'Arkier est reconnue pour ses élevages de faucons et rapaces en tout genre, bien souvent utilisés pour la chasse et la communication. Ils sont assez modestes et très pieux, cherchant la simplicité d'une balade dans les bois ou une partie de chasse. La famille s'était retirée en campagne lorsque Anaïta D'Arkier, l'épouse de Richard D'Arkier décéda de la peste après avoir aidée des pauvres gens contaminées. Baztan Ozan d'Arkier del Penne à ses 10 ans et son Faucon pèlerin (Falco peregrinus) Patxi D'Arkier le petit frère de Richard sera parti à la guerre où il aura perdu la vie durant une bataille, laissant alors sa femme et son fils Baztan qui auront été récupéré par le seigneur de la maison. Richard aura alors élevé Baztan comme son propre fils, lui donnant donc une éducation stricte et martiale afin qu'il suive la ligné de son père pour devenir chevalier et Officier. Angélique-Aïnhoa d'Arkier del Penne à ses 11 ans lors d'une chasse avant qu'elle entre à la Sainte Faculté, tenant un Faucon sacré (Falco cherrug). A la mort de Dame D'Arkier, Angélique-Aïnhoa fût envoyée a la Sainte- Faculté avant d'en sortir à ses 18ans pour d'étranges raisons. Elle serait alors de retour dernièrement. Richard préparerait alors des fiançailles pour sa fille afin d'établir des alliances et ententes avec une autre famille.
  24. Présentation Cette page et ce forum ont été créés suite à la proposition de @Konan nommée Dynamique nobiliaire. Il ne s'agit pas d'une guilde, mais simplement d'une communauté de joueurs, ouverte à tous ceux incarnant un personnage noble. Les objectifs sont simples : Permettre aux joueurs ayant choisi de jouer un personnage issu de la noblesse de s'identifier aisément Faciliter la création d'alliances, d'inimitiés, de jeux entre les différentes maisons Créer une plus grande cohérence et cohésion dans un groupe très restreint Mettre en place des lieux privilégiés pour le rp noble et organiser des évènements réguliers Répandre des rumeurs, parfois scandaleuses, mais d'autres fois insignifiantes, afin d'animer le rp Vie du forum (ou absence de règles) Konan et moi-même ne prétendons absolument pas diriger le rp noble, dicter des lois sur la façon de jouer vos personnages ou incarner des exemples à suivre. Nous sommes simplement administrateurs de ce forum et non de gentils organisateurs ou d'horribles empêcheurs de tourner en rond. La communauté appartient à ses membres qui sont chargés de la faire vivre et vibrer au rythme de rps haletants ! Il nous paraît évident que les règles de savoir-vivre et de respect qui sont celles de Désert Noir s'appliquent également ici. Si vous voulez aller vous rafraîchir la mémoire... Puisque ce forum a pour but avoué de véhiculer des rumeurs - et que chacun sait que les rumeurs, bien que parfois gentillettes, sont souvent d'infâmes choses visqueuses et dégradantes - je me permets de rappeler qu'ici, seuls les personnages sont moqués, critiqués, humiliés plus bas que terre. Aussi, merci de régler vos comptes ailleurs et de conserver à votre esprit, à chaque instant, que vous n'êtes pas votre personnage, mais son habile marionnettiste. Depuis les hautes sphères d'où vous tirez les ficelles, tel un démiurge machiavélique, vous ne sauriez vous laisser atteindre par la bave des crapauds ! Au plaisir de jouer avec vous ! Les invitations sont actuellement en cours de lancement. Si jamais vous avez été malencontreusement oublié, n'hésitez pas à envoyer un message privé à Konan ou à moi-même, ou à poster à la suite ! Merci à tous !