Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'Delphe'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Général
    • Règlements & informations importantes
    • Actualités de Désert Noir
    • Actualités du jeu
  • L'Encyclopédie
    • L'Univers
    • Civilisations et société
  • Section roleplay
    • Récits de vie
    • Evénements
    • Territoire de Balenos
    • Territoire de Calpheon
    • Territoire de Kamasylve
    • Territoire de Mediah
    • Territoire de Serendia
    • Territoire de Valencia
    • Territoire de Dreighan
  • Section hors-roleplay
    • Présentations
    • Discussions
    • Guides
    • Questions et boîtes à idées
    • Le coin des artistes
  • Les Archives
    • Archives RP&HRP

Blogs

  • La Rôdeuse Noire - Fanfic Roleplay
  • LyriaBlog
  • Neya Holni
  • L'étourneau - Transport, livraison, écrivain public
  • Chroniques de Givre
  • Souffrances et perditions
  • L'édito de Colbert
  • Mémoires Vivantes
  • Oeil d'ocre
  • blogs_blog_7
  • Iseult Vethian
  • Registre des hautes lignées du Grand Royaume de Calpheon
  • Une ombre sur le monde - RP passés
  • Sorcière Valencienne - Chroniques et mythes.
  • Rêveries, histoires et réflexions.
  • Journal
  • Lliane
  • Errances d'un soldat désabusé
  • Contes et Mystères
  • Vaughan-eries et Caracole
  • Les Plumes d'anges
  • Le Corniaud - Scènes de vie
  • Journal intime de Myaka
  • Une ombre sur le monde - Histoire passée
  • Memorium I
  • Histoire d'un Soir...
  • Chevauchées Fantasques ~ Haine d'une Valencienne.
  • Les rêves du vent d'hier.
  • En quête de l'absolu
  • Rien ne se perd...
  • Contes et légendes d'ici et d'ailleurs. [RP]
  • Odomar
  • Le Mat.
  • Souvenirs d'un mercenaire
  • Mes Divagations
  • Par le pouvoir d'Elion, pour Calpheon, au nom des Van Areis.
  • Une vie, un lieu, une histoire
  • Journal de Mepheryne Malkèbre
  • Etude sur les mystérieuses créatures sauvages venues de l'Est
  • Troupeau de Mihrsahr
  • blogs_blog_53
  • Mémoires d'un Homme
  • à effacer
  • Grimoires de l'Eglise
  • Le Journal de Falka.
  • Journal d'Erland Vargen
  • In nome di Polipo ...
  • Le Journal de Betsy Keldrahir.
  • blogs_blog_74
  • A supprimer.
  • La Danse des Hommes Libres
  • [La Minette Curieuse]
  • Extraits des carnets de Ragasac.
  • Chroniques d'une folie de sang et d'ombres
  • Le salon de Soma.
  • Les Whitmore
  • Banque privée Greywolf
  • Les Fuyu (Fuyunohitobito : Les gens d'hiver)
  • Les Vivaces
  • Précieuse pierre des sables
  • Fhalaine
  • La Route, glorieuses et passables aventures d'un Alvaro.
  • Devoirs et Honneur, Raison et Sentiments, la Voie du Guerrier.
  • Pierre qui roule n'amasse pas Mouss
  • Écume de lune et attrape-rêves
  • [HRP HUMOUR] Galancia
  • Chronique d'une adolescence gachée
  • Un tandem en terre inconnue
  • L'Ombre en Chacun de Nous
  • Tribulations
  • Chroniques désespérées
  • Digressions métaphoriques et autres aléas
  • La Famille d'Arkier Del Penne
  • Le Mal et le Bien se complètent
  • Entre Calme et Chaos
  • Le château sans nom
  • Héritage
  • [Annelsy] L'histoire d'un Lys
  • Journal d'aventure de Bondoulfe de Keplan, Héros choisi d'Elion.
  • Les divagations d'Adelais Dextrad, aussi nommé Althius
  • T'sisra, entre sorcellerie et vagabondage.
  • Le Culte d'Hadum
  • Calyos Calypsoy
  • Barbara & Joanna Maseccini
  • Réflexions et songes d'un fou
  • A SUPPRIMER
  • Carnet de Thykiliarae
  • Les Carnets d'Elena
  • Épitaphe pour un profane.
  • Les Passions Étranglées
  • Itinéraire d'un enfant de putain..
  • Dérives en pleine mer
  • Le Carnet de Meryl Thel'vas.
  • Chroniques Caméléoniennes.
  • Un rhum, deux rhum, trois rhum, ...
  • Le P'tit Chenapaon - Memory moments
  • En proie aux démons
  • Les Lames éclairées par la Lune.
  • A travers ses yeux.
  • Aunrae : " Histoires et Carnets "
  • Carnet d'aventure
  • Le Lapidaire
  • Page blanche
  • In Folio
  • Essai
  • Aquilon et Candidum
  • Magie, Colocation et petites emmerdes..
  • The Heidel Post

Calendriers

  • Calendrier Roleplay

Catégories

  • Les Royaumes
  • L'univers de Black Desert
  • Le Roleplay
  • Trucs et astuces

Catégories

  • Les lieux
    • Capitales, villes et villages
    • Lieux notables
  • Les habitants
    • Classes
    • Personnages importants
    • Peuplades
  • Politique et religion
    • Factions
    • Religions et divinités
  • Divers et vie quotidienne

Catégories

  • Guildes de Calpheon
  • Guildes de Balenos
  • Guildes de Mediah
  • Guildes de Serendia
  • Guildes de Valencia
  • Guildes d'Haso
  • Guildes sans domiciliation
  • Communautés sauf guildes
  • Archives

Catégories

  • Quiz Roleplay
  • Quiz Hors Roleplay

15 résultats trouvés

  1. Portrait commissionné réalisé par Marcela Freire - Nom : De Valombre - Prénom : Diane - Race : Humaine - Date et lieu de naissance : An 260, Province de Calpheon - Constellation : Clé - Religion : Elionisme - Milieu social : Petite nobesse Sa famille fait partie de l'ancienne noblesse d'Epheria, elle s'est notamment illustrée dans la Marine de Trina, au sein de laquelle plusieurs générations d'hommes ont servi. Le plus notable et récent dans les mémoires est son grand père, Ernest de Valombre, qui obtint le prestigieux titre d'Amiral. Si son oncle a suivi les traces de son paternel, le père de Diane, Hector, s'est quant à lui lancé dans le commerce maritime avec un succès variable. Le siège de la compagnie (du nom de "La Rose des Vents", outre la signification maritime du terme, on y trouve également un renvoi vers le blason familial, lequel comporte une rose) se trouve également à Port Epheria. - Profession : Chevalier de Delphe, affectée à une unité polyvalente de cavalerie légère, en attente d'affectation. - Allégeance : Ordre de Delphe, Calpheon - Lieu de résidence (hors périodes de mission): Epheria - Compétences et savoir-faire : Bonne cavalière, elle a été formée aux rudiments du combat monté. Du fait de sa formation militaire, elle possède une solide connaissance des armes à feu et manie le mousquet avec talent, bonne maîtrise du combat à l'épée (sa préférence va à l'espadon) même si sa spécialité demeure le tir. Connaissances de base en secourisme, elle sait prodiguer les premiers soins et stabiliser un blessé. Sa bonne éducation, sa maîtrise des codes sociaux et sa personnalité calme et posée l'ont souvent conduite à endosser un rôle de diplomate lors des missions et parfois même au sein de son unité. D'apparence, Diane est une femme qui paraît avoir entre vingt cinq et trente ans. De petite stature, elle ne doit guère faire plus d'un mètre soixante, elle est toutefois rehaussée de cinq bons centimètres par les talons de ses chaussures, et le chapeau à plumes qu'elle semble particulièrement affectionner peut également lui en conférer quelques uns de plus. En dépit de son petit gabarit, elle n'est toutefois pas dépourvue de courbes féminines, bien au contraire. Sa silhouette galbée, de type "sablier", est bien proportionnée, ni trop fine, ni trop ronde. Ses formes fermes et la musculature subtilement dessinée de ses bras donnent à penser que la jeune femme s'adonne à une activité physique régulière. Son visage aux traits doux et fins est encadré par une chevelure châtain lui arrivant au bas des omoplates, souple et légèrement ondulée, qu'elle laisse tomber sur ses épaules ou relève parfois en une queue de cheval d'où s'échappent deux longues mèches. Sa peau paraît lisse et douce, le grain de celle-ci ainsi que son teint de pêche, laissent deviner qu'elle a grandi dans un milieu privilégié, à l'abri des privations et des affres du climat. On ne pourra toutefois pas manquer la fine cicatrice, relativement récente au vu de sa couleur, qui barre le côté gauche de sa bouche aux lèvres pleines, venant gâter un tableau pourtant prometteur. Son corps est également marqué par d'autres stigmates, ceux-ci sont néanmoins dissimulés sous ses vêtements, tout comme un tatouage que peu ont eu l'occasion de voir. Son minois est éclairé par de grands yeux en amande dont les iris vert pâle sont cerclés et piquetés de brun fauve. Son maquillage est relativement léger, du fard brun pour mettre en valeur la couleur de son regard, du mascara, du khôl, et enfin un rouge à lèvres plus sombre que sa carnation naturelle pour ourler ses lèvres. Sa mise dépend naturellement des circonstances. Compte tenu de ses activités, elle n'a pas toujours le loisir de s'apprêter, bien qu'elle s'efforce de soigner un minimum son apparence. On pourra d'ailleurs noter un port naturellement altier, et une posture noble et droite, probablement renforcée par sa formation militaire. Cette apparente fierté, que l'on pourrait prendre (à tord ou à raison) pour de la condescendance, est tempérée par le regard vif et généralement bienveillant qu'elle pose sur ce qui l'entoure, et par le demi sourire qui se plaît à trôner fréquemment sur ses lèvres. De plus, elle se montre communément aimable et polie lorsque l'on s'adresse à elle. Ses vêtements sont de bonne qualité, souvent ajustés et près du corps pour lui permettre de se mouvoir sans entrave et de chevaucher. Néanmoins, depuis la récente mission de son unité en terres Valenciennes, Diane semble n'être plus que l'ombre d'elle-même. Constamment vêtue de noir, elle porte désormais à son cou une croix d'Elion en or blanc qu'elle ne quitte jamais, et serre de temps à autre au creux de sa main. Bien qu'elle s'efforce de conserver sa posture digne envers et contre tout, nul ne pourra manquer les marques de fatigue et de tristesse sur son visage. Effacé le petit sourire en coin, même sa peau a perdu de son éclat, déshydratée par l'air sec du désert et ternie par le manque de sommeil. Elle affiche dorénavant un masque d'austérité loin de son visage plutôt avenant. (archive Eté 287) - Équipement : Lors de ses activités, elle est vêtue d'une armure de cuir brune, dotée de renforts métalliques par endroits. Ce type d'armure est plus commode et plus discret pour mener à bien le type de missions confiées à son unité. Elle est équipée d'une épée bâtarde, d'une dague, et d'un mousquet très bien entretenu. Elle porte également deux sacoches à sa ceinture dont le contenu varie selon les circonstances.
  2. Onofrio Cortesi [Onofrio Tancredi Cortesi d'Avelino, Capitaine du Premier corps de chevaux-légers de l'Ordre des Saints Chevaliers de Delphe, par le peintre Cosimo Ghiberti] Second fils de Lorenzo Cortesi Date de naissance: 26 Clef 260 Sexe: Mâle Allégeance: Calphéon. Croyance: Elioniste Constellation: la Clef-Le Marteau Héraldique Physique Grand brun aux yeux très sombres à l'air sévère et d'une mauvaise humeur quasi constante aimable et avenant, contrairement à son grand frère. Souriant voir moqueur. Il multiplie les cicatrices et les traces de combats violents. Excellent cavalier son corps a été modelé par les exercices équestres, l'escrimes, la chasse et les innombrables bagarres entres frères. Psychologie Têtu, impulsif, colérique. Aimable, avenant, un brin charmeur. Possessions reconnues Grand amateur de chevaux d'exception il en possède plusieurs: un étalon calphéonien gris, dit "Caravaggio", un étalon calphéonien à la robe blanche,dit "Gentileschi", un bel étalon calpéhonien cremello, dit "Cesare" et un robuste étalon médien palomino tobiano, dit"Donna". Le haras Santa Godiva et son troupeau. Possessions personnelles Armement Occupations - Capitaine des chevaliers de Delphe, ancien soldat de l'Ordre de l'Etoile Blanche. - Capitaine du premier corps de chevau-légers des chevaliers de Delphe. Thèmes
  3. Prologue. La pièce était sombre, emmurée de ses pierres grises et froides, où seul un rayon de soleil osait pénétrer de part une fenêtre hexagonale, pour mieux s'étendre et mourir sur le sol rocailleux. De silence et d'humilité, les prêtres priaient assis sur leurs bancs gris en cette semi pénombre, avant d'entamer les cantiques, comme chaque jour. Quand ce rituel liturgique fut brisé par le vacarme de cet envoyé de la dite Sérénissime. Cet ange dévoyé apportait-il la volonté de quelques puissants de Calpheon? Mais rien ne vint rompre la prière des moines, la seule réponse fut l'intervention de l'abbé qui prit soigneusement le pli avant de renvoyer le messager à ses royaumes. Ainsi comprit-il qu'il n'aurait ainsi nulle réponse. Et même lorsqu'il déclara bien haut et fort le destinataire, nul ne bougea, nul hocha ne serait-ce que la tête, nul ne laissa percevoir une once d’intérêt. Ainsi était la tradition des moines de l’évêché de Saint Benizio, défilé de robe aux tissus élimés bruns, retiré au monde et ses effervescences. Ces robes encapuchonnées racontaient bien d'autres histoires, que celle d'un monde à la perdition. Derrière ses portes noires existait une foi muette, personnelle, et paisible, où les dorures avaient laissé place à l'écriture, où la civilisation n'était plus qu'imposture. Et lorsque les Opus Dei furent exécutés, que les vêpres furent prononcés, les moines retournèrent à leurs occupations plus personnelles et la procession de prêtres repris alors, parmi l'obscurité de quelques cierges chancelants Certains se plongeaient dans la lecture, d'autres dans l'écriture et calligraphie, mais parmi cette foule de moines anonymes, il en était un qui n'avait guère bouger. Maintenant seul face à lui-même, avec pour seuls compagnons que ce muret abîmé dont chaque fissure lui était familière, et ses jours éternels. Il ne pouvait chasser la pensée d'un attrait pour ce message venu du monde, ce monde qui n'était qu'un désordre, aussi tonitruant, que...vivant. Les minutes étaient des heures tandis qu'il attendait la présence de l'abbé et la nuit était bien pleine, la chapelle emplie de candélabres et de feux sombres, lorsque le moine aperçu l'ombre s'élever sur la pierre comme la lune dans la ciel de nuit. -Vous vous êtes donné corps et âme à Elion. C'est ainsi que pour la première fois du jour fut brisé le silence des lieux tandis qu'une main maigrelette lui tendit le message. Une mise en garde sous couvert de quiétude, toujours avec retenue mais qui intrigua le religieux, et entre poussa déjà les portes de son abnégation. Car le dernier contact qu'il eut avec l’extérieur datait déjà de quelques bonnes années, d'un temps lointain fait d'armes et d'aciers, de combats et de bannières, de valeurs et de credo. Aujourd'hui tout cela n'était plus que souvenirs vaporeux, et parfois des rêves, interdits ou quelques cauchemars maudits osaient se rappeler à lui. Il s'efforçait d'oublier, son armure sale et usée, les paradis suivi des enfers, et tous ses vieux démons qui hantaient ses jours, c'était pour cette raison qu'il avait un jour tapé à la porte du monastère avec pour seule mémoire, un sac et quelques effets du passé. Mais oublier n'était pas chose aisée, et même si il avait trouvé la paix, l’âme pouvait elle guérir un jour ? Et alors que les mots défilaient sous son regard éthéré, ces même fantômes se réveillaient qu'avec plus d'ardeur pour hurler et invoquer leurs réminiscences, et fissurer les remparts de sa libation. Sa main ne trembla guère lorsqu'il déposa la lettre sur le bois lézardé, mais son cœur lui vacillait à voix basse. Il tourna la tête vers l'abbé, peut être cherchait-il quelques marques de soutien sur le visage érodé de l'abbé. -Elion est en chacun de nous et parfois nous met à l'épreuve Frère Lorizio. Et ce message en était-il une? Il avisa le papier reposant sur le banc comme la personnification de tout ce qu'il eut quitté. Son visage buriné ne laissa pourtant rien paraître de la cruelle flamme qui brûlait en sa conscience. -Ce n'est rien mon Père, rien du tout, n'ayez crainte. Répondit-il seulement avant de se redresser de sa large carrure. Mais l'abbé, de sa sagesse, n'était pas dupe et sentait bien la terrible mandibule injectée de poison qui s'agrippait au moine. Mais il ne dit rien, et le suivit du regard lorsque celui-ci se retira de la chapelle. Il remarqua néanmoins que le pli avait lui aussi disparu. Dans sa minuscule chambrette, le religieux à genoux, priait à côté du lit, mais ses mains croisées, aux veines turgescentes, trahissaient la tension qui l'animait et l'on pouvait entendre chaque inspiration et expiration tel le souffle d'un taureau. Tout cela faisait partis du passé, cette vie là n'était plus. Ses pensées fusaient avec autant de remords et de regrets, ce qu'il craignait. Et au milieu de ses évocations, il pria qu'avec plus d'ardeur comme si, cette obsécration exorciserait ses démons. Mais aussitôt, ses vieilles pensées telle une marée pleines de souvenirs, d'illusions et de promesses revenaient le tenailler. Furieusement, il se redressa et posa brusquement ses mains sur la petite table d'herborisme qui s'ébranla sous la pression musculeuse de l'ancien chevalier. Peut être que travailler le calmerait. Il s'affaira ainsi en macération, infusion et décoction. En qualité de moine médecin, il avait beaucoup appris, de ses frères et des plantes qui poussaient dans les marais en veillant toutefois à ne jamais franchir la frontière interdite de l'alchimie. Baumes et cataplasmes avaient ainsi remplacé glaive et pavois. Et aujourd'hui les huiles glissaient sur sa bienveillance plutôt que le sang sur sa colère. Œuvrer avait le bénéfice de réclamer sa concentration et les mots implorants disparurent de son esprit et le libérèrent de ce tourment. Lorsqu'il retrouva sérénité et quiétude, il ôta sa robe monastique et la plia soigneusement avant de se débarbouiller sommairement à l'eau fraîche puis il se décida à prendre un peu de repos avant que ne sonnent les matines. Mais la nuit est un domaine où le sommeil se fait putain, et lorsqu'il ferma les yeux, couché dans son modeste lit, elle déchaîna toutes ses pires langueurs. « ...Vous me voyez en cet écrit comme une pénitente... » Il se tourna sur le côté, s'enroulant brusquement dans le drap. Ils étaient si jeunes...Et lui se souvenait de son regard pudique derrière ses livres. « ...Hélas ce temps du bonheur est révolu... » Sa famille s'était retirée depuis le décès d'Athenaïs d'Estre, tant d'années eurent coulées comme un ruisseau vers un infini perdu. Il inspira et expira. Les silhouettes obscures suivaient le caveau, c'était là, le dernier souvenir qu'il avait de sa mère, cette boite noire qui avait dès lors remplacé son visage. Il se redressa subitement le buste en haletant, et laissa son regard divaguer parmi les ténèbres de sa chambrette. L'obscurité et le silence provoquèrent chez l'homme une profonde sensation de vertige et il se laissa retomber lourdement sur le lit. « ...Je ne me reconnais plus, je n'ai plus la force de lutter, s'il vous plaît... » Ces mots résonnaient d'une mélancolie pale, de ses sourires d'antan, des jardins sous le soleil, ces douces chaleurs de printemps, et les premiers frissons. Et le moine en réprima honteusement un, cette pensée le ramena au dégoût qu'il ressentait pour sa propre famille. -Je les hais...Murmura t'il pour se rassurer. Mensonge. « ...Mon frère se trouve atteint d'un mal dont aucun médecin n'a pu le guérir... » Il soupira alors puis se redressa en position assise, scrutant la faible lueur lunaire qui perçait discrètement à travers la meurtrière. Serrant les poings, il chercha de nouveau à chasser ces images de son esprit mais en vain...Elle avait appuyé pile là où il fallait, son sens de la justice, et à travers ce sentiment, son profond attachement pour « sa » République. -Je m'en remettrai à Elion, mais je ne peux pas. Et sur ces derniers mots, il se leva précipitamment, enfila chausses et robe monastique. Il se baissa pour attraper ce même vieux sac qui l'accompagna à son arrivée et le fourra de divers objets et fioles de premières nécessités, et lorsqu'il croisa son reflet sur la surface vitrée d'une fenêtre poussiéreuse, son regard s'éveillait de cette lueur impérieuse et chevaleresque que la vie monastique avait dès lors endormi . Il sorti de la chambre en silence, parcourant les couloirs tel un fantôme, ne souhaitant surtout pas croiser un de ces frères. Il traversa ensuite le cloître d'un pas rapide pour se diriger vers la lourde double porte et empoigna les épaisses poignées de bronze. Mais lorsqu'il tira dessus de toutes ses forces, les portes restèrent closes, fermées. Frère Lorizio laissa échapper un râle agacé. L'Abbé le savait, il s'en était douté. Il est bien malin pour un religieux, pensait-il avant d'aviser les alentours. Il y avait la citerne, si il réussissait à grimper à son sommet, il pourrait se hisser sur la toiture du cloître et franchir le mur qui le retenait à l'intérieur. Là haut, la lueur furtive d'une bougie brûlait derrière une fenêtre, et à travers cette fenêtre, le visage toujours placide de l'abbé. Leurs regards se croisèrent mais l'abbé ne laissa percevoir nulle émotion. Il hésita, mais au delà de ses vœux, et de l'Abbé, c'était une pluie de nouveaux remords qu'il craignait le plus. Et le moine s'élança alors, d'une ultime résolution, et s'accrocha aux charnières de la citerne jusqu'à se hisser en haut. Il chancela, puis tel un funambule avança prudemment avant d'aviser le dernier obstacle qui le séparait de Calpheon, la toiture était à, au moins, deux bons mètres de la citerne et il n'avait guère d'autres choix que de sauter. Il étudia la longueur...avec de l'élan, peut être. Il respira profondément et scruta une dernière fois le vide avant de reculer. Étrangement, il ressentait une excitation qui lui était plus que plaisante, un sentiment familier retrouvé, et il se surprit à sourire... avant de s'élancer. Il appuya sur ses pieds le plus fort possible et se jeta dans le vide...Pour se rattraper du bout des mains à la corniche en pierre. Son cœur lui donna l'impression d'exploser dans sa poitrine. C'était la marque de la peur, ce doux venin que ce monastère avait aussi enterré, et qu'il venait de profaner. Après un court instant à reprendre ses esprits, il se hissa sur la toiture et disparut, bien au delà des murailles du monastère. Quelques instants plus tard, le hennissement d'un cheval fendit le silence absolu des lieux, puis le martèlement hâtif du galop résonna jusqu'à travers les murs ivoires du cloître. L'abbaye Saint Benizio se découpait à travers le vêtement doré de l'aube, et Frère Lorizio était rongé de doute lorsqu'il jeta un dernier regard sur la bâtisse flanquée au bord des montagnes. Elle semblait toujours aussi imperturbable et hors du temps... -Il est trop tard...En route pour Calpheon.
  4. Dans le bureau du Capitaine Wirunberg, au sein des locaux de Delphe : Un air de liberté :
  5. Le Chapitre de Saint Raphaël

    Par la lumière et la grâce de Saint Raphaël et d'Elion, nous avancerons dans les ténèbres et combattrons l’adversité. Présentation Au début de l'an 288, lors du mois du Bouclier, les Saints Chevaliers de Delphes créèrent un nouveau chapitre religieux et militaire, chargé de défendre et de veiller sur l'Église et ses valeurs, au seins de tous les territoires de Calphéon. Cette action répond à la menace grandissante au sein de certains territoires vassaux, comprenant troubles, hérésies, séparatisme et intrusions d'ennemis du culte d'Elion. La stabilité politique et religieuse est précaire, les temps s'obscurcissent. La paix de Dieu est fragile, les croyants et pèlerins ne vivent plus en sécurité dans certaines villes, principalement dans les territoires à l'Est de Calphéon. Ce Chapitre a pour vocation de maintenir l'équilibre et la paix de la foi au sein des territoires vassaux de Calphéon, sous le culte d'Elion. De veiller aux bonnes relations de l'Eglise et de sa cohésion dans toute la république. De protéger les lieux saints et les croyants. De collaborer avec les autorités et les gardes militaires des territoires. Ils veillent aussi à l'application et aux respects des serments de chacun, dans le respect et la sagesse divine. Ils Fournissent un soutien militaire à l'Eglise, en dépêchant combattants et médecins de terrain, là où cela est nécessaire. Ils décidèrent de porter le nom de Saint Raphaël dans leur désignation, car il est l'archange représentant la guérison et la protection. Il soigne les maux de ce monde par sa bonté autant que sa sévérité, les chevaliers de Delphe ayant également une fonction politique en étant au service de l'Etat autant que du culte d'Elion; le chapitre met un point d'honneur sur la diplomatie et le respect entre les peuples. Apaisant les hostilités et rivalités, dénonçant les abus d'autorités de toute part. La commanderie du Chapitre a pris quartier dans un prieuré à l'Ouest de Calphéon, à l'extérieur du mur d'enceinte. Non loin de la Cathédrale. Tenant à la fois lieu de garnison, d'écurie, de forge, cantines, gêoles, casernes et d'hôpital militaire et de petite ferme agricole afin d'être une garnison autonome et subvenir à leurs propres besoins. Ils y traitent les affaires courantes et y supervisent le recrutement et l'entrainement. Le reste du temps les frères et sœurs jurés du chapitre patrouillent les territoires de Calphéon. Ils disposent également d'ouvriers Laïcs pour assurer les besoins et services primaires de la commanderie, mais aussi de moines. Unissant ainsi le labeur, la foi et les soldats de cette garnison, à œuvrer ensemble sous le regard bienveillant d'Elion. "Notre seule mission est une vie bénie par Elion." Les rôles et fonctions du Chapitre de Saint Raphael * Assurer la protection des pèlerins et croyants d'Elion au sein des territoires unifiés par Calphéon. * Traquer toute forme d'hérésie contre l'Eglise et toute forme de rébellion contre Calphéon. * Veiller à la sécurité et aux contrôles des routes et de son trafic. * Enquêter à la demande de l'Eglise au sein des territoires sous la tutelle de l'Eglise. * Recevoir des plaintes pour hérésie, sorcellerie ou possession ou ce qui peut menacer l'Eglise. * Veiller à la stabilité politique et religieuse des territoires vassaux de Calphéon. * Maintenir un lien diplomatique entre l'Eglise et les territoires voisins de Calphéon. * Assurer la protection de Delphe et de Calphéon en cas d'invasions. * Tenir la garnison du chapitre et son hôpital militaire à la périphérie de Calphéon. Hôpital Militaire L'hospice militaire de Saint Raphaël, est un lieu de soin et de repos pour tous ceux affiliés à un ordre militaire, tenu par Christelle Kanagan. Spécialisée dans la médecine générale et dans la chirurgie, elle y soigne notre force militaire et met tout en oeuvre pour remettre d'aplomb ces femmes et ces hommes. L'hospice du Chapitre Saint Raphaël déploie également son aide médicale au travers des territoires vassaux. Son unité de médecins de terrain, est équipé de tout le matériel nécessaire à des interventions d'urgence. Pouvant ainsi, si nécessaire effectuer une opération urgente, dans toute situation de crise l'exigeant. La Commanderie du Chapitre de Saint-Raphaël
  6. Premier corps de chevaux-légers de l'Ordre des Saints Chevaliers de Delphe "Notre seule mission est une vie bénie par Elion." Le premier corps de chevaux-légers forme une compagnie au sein du l'ordre des Saints Chevaliers de Delphe à partir de 286, après la dissolution du chapitre de l'Etoile Blanche et sous l'impulsion du chevalier Onofrio Cortesi devenu lui même capitaine de cette compagnie. C'est une troupe de cavaliers mobile qui peut être déployée rapidement là où l'intégrité de l'église et de Calphéon est en périls, c'est une force capable d'intervenir dans un délai bref et offrir un soutien certain aux troupes de la République qui en aurai besoin. Les chevaux-légers sont plus légèrement équipés et armés que les autres corps de cavalerie. C’est uniquement par cet équipement et cet armement léger que les chevaux-légers se différencient des autres cavaliers, car ils remplissent les mêmes fonctions : éclaireurs, garde de flanc, engagements limités. En plus de la lance que des chevaliers de ce corps maîtrisent, ils sont aussi entraînés, comme la plupart des chevalier de leur ordre, au maniement du mousquet à mèche. Ce corps de cavalier de l'Ordre des Saints Chevaliers de Delphe ne recrutent que d’excellent cavalier, pour l'intégrer il est nécessaire d'avoir fait ses classes parmi les recrues et être un cavalier déjà confirmé. Le premier corps de chevaux-légers: - Veille à la sécurité et aux contrôles des routes et de son trafic. - Reçoive des plaintes pour: sorcellerie ou possession ou ce qui peut menacer l'Eglise. - Enquête à la demande de l'Eglise au sein des territoires sous la tutelle de l'Eglise. - Assure la protection du territoire de la République en cas d'invasions. - Escorte les convois de l'église ou de la République en cas de besoin. Cette troupe entretien de bon rapport et collabore régulièrement avec certains capitaines de l'Ordre de Trina. Hiérarchie: Aux ordres de l'Eglise et de Calphéon, du Grand prêtre Lehard Montenon, de la Haute Prêtresse Leona, du Commandeur Suprême des Chevaliers de Delphe Brego Williar, Le Capitaine,Chevalier Onofrio Tancredi Cortesi d'Avelino, Le second, Chevalier Dioneo "Décurion" Dioné, Le chevalier Corentin "Pardi" Estéban Duval, Le chevalier Durante Alighieri, Le chevalier Alberto "Maximus" Borghese, Le chevalier Magda Lena Fiorenzini, Le chevalier Victoria Del Hiberico, [...] La compagnie étant un corps d'armée réduit elle ne compte qu'une trentaine de cavalier d'élite, pour le moment. Chant: Fier chevalier, l’éclat de ton armure Comme un soleil attire tous les yeux ; Ta loyauté, ton âme toute pure Nous ont conquis, et nous voici joyeux. • Refrain Saint Georges, guide-nous Sur la route claire et belle Saint Georges, guide-nous, Rends-nous fermes et prêts à tout. • Garde à nos yeux le charme d’un sourire Quand nous souffrons au plein de notre effort ; Et dussions-nous souffrir un long martyr, Tiens nos cœurs droits quand faibliront nos corps • Refrain Saint Georges, guide-nous Sur la route claire et belle Saint Georges, guide-nous, Rends-nous fermes et prêts à tout. • Ô grand vainqueur, de ton séjour de gloire Assiste-nous, quand ici nous luttons. Conduis nos pas aux routes de victoire ; Jusqu’à la mort s’il faut, nous te suivrons. • Refrain Saint Georges, guide-nous Sur la route claire et belle Saint Georges, guide-nous, Rends-nous fermes et prêts à tout. • Enseigne-nous la force plus qu’humaine Qui fait passer avant tous les plaisirs Le seul devoir au prix de mille peines ; Donne à nos cœur les plus vaillants désirs. •
  7. Par la lumière et la grâce de Saint Raphaël et d'Elion, nous avancerons dans les ténèbres et combattrons l’adversité. Présentation Au début de l'an 288, lors du mois du Bouclier, les Saints Chevaliers de Delphes créèrent un nouveau chapitre religieux et militaire, chargé de défendre et de veiller sur l'Église et ses valeurs, au seins de tous les territoires de Calphéon. Cette action répond à la menace grandissante au sein de certains territoires vassaux, comprenant troubles, hérésies, séparatisme et intrusions d'ennemis du culte d'Elion. La stabilité politique et religieuse est précaire, les temps s'obscurcissent. La paix de Dieu est fragile, les croyants et pèlerins ne vivent plus en sécurité dans certaines villes, principalement dans les territoires à l'Est de Calphéon. Ce Chapitre a pour vocation de maintenir l'équilibre et la paix de la foi au sein des territoires vassaux de Calphéon, sous le culte d'Elion. De veiller aux bonnes relations de l'Eglise et de sa cohésion dans toute la république. De protéger les lieux saints et les croyants. De collaborer avec les autorités et les gardes militaires des territoires. Ils veillent aussi à l'application et aux respects des serments de chacun, dans le respect et la sagesse divine. Ils Fournissent un soutien militaire à l'Eglise, en dépêchant combattants et médecins de terrain, là où cela est nécessaire. Ils décidèrent de porter le nom de Saint Raphaël dans leur désignation, car il est l'archange représentant la guérison et la protection. Il soigne les maux de ce monde par sa bonté autant que sa sévérité, les chevaliers de Delphe ayant également une fonction politique en étant au service de l'Etat autant que du culte d'Elion; le chapitre met un point d'honneur sur la diplomatie et le respect entre les peuples. Apaisant les hostilités et rivalités, dénonçant les abus d'autorités de toute part. La commanderie du Chapitre a pris quartier à la porte Sud de Calphéon, à l'extérieur du mur d'enceinte. Dans les bâtiments numéro 3 et 4. Tenant à la fois lieu de garnison, d'écurie, de forge et d'hôpital militaire et de petite ferme agricole afin de rester une garnison autonome et subvenir à leurs propres besoins. Ils y traitent les affaires courantes et y supervisent le recrutement et l'entrainement. Le reste du temps les frères et sœurs jurés du chapitre patrouillent les territoires caplhéens. Ils disposent également d'ouvriers Laïcs pour assurer les besoins et services primaires de la commanderie, mais aussi de moines. Unissant ainsi le labeur, la foi et les soldats de cette garnison, à œuvrer ensemble sous le regard bienveillant d'Elion. "Notre seule mission est une vie bénie par Elion." Les rôles et fonctions du Chapitre de Saint Raphael * Assurer la protection des pèlerins et croyants d'Elion au sein des territoires unifiés par Calphéon. * Traquer toute forme d'hérésie contre l'Eglise et toute forme de rébellion contre Calphéon. * Veiller à la sécurité et aux contrôles des routes et de son trafic. * Enquêter à la demande de l'Eglise au sein des territoires sous la tutelle de l'Eglise. * Recevoir des plaintes pour hérésie, sorcellerie ou possession ou ce qui peut menacer l'Eglise. * Veiller à la stabilité politique et religieuse des territoires vassaux de Calphéon. * Maintenir un lien diplomatique entre l'Eglise et les territoires voisins de Calphéon. * Assurer la protection de Delphe et de Calphéon en cas d'invasions. * Tenir la garnison du chapitre et son hôpital militaire à la périphérie de Calphéon. Hôpital Militaire L'hospice militaire de Saint Raphaël, est un lieu de soin et de repos pour tous ceux affiliés à un ordre militaire, tenu par Christelle Kanagan. Spécialisée dans la médecine générale et dans la chirurgie, elle y soigne notre force militaire et met tout en oeuvre pour remettre d'aplomb ces femmes et ces hommes. L'hospice du Chapitre Saint Raphaël déploie également son aide médicale au travers des territoires vassaux. Son unité de médecins de terrain, est équipé de tout le matériel nécessaire à des interventions d'urgence. Pouvant ainsi, si nécessaire effectuer une opération urgente, dans toute situation de crise l'exigeant. La Commanderie de Saint-Raphaël :
  8. Par la lumière et la grâce de Saint Raphaël et d'Elion, nous avancerons dans les ténèbres et combattrons l’adversité. Présentation Au début de l'an 288, lors du mois du Bouclier, les Saints Chevaliers de Delphes créèrent un nouveau chapitre religieux et militaire, chargé de défendre et de veiller sur l'Église et ses valeurs, au seins de tous les territoires de Calphéon. Cette action répond à la menace grandissante au sein de certains territoires vassaux, comprenant troubles, hérésies, séparatisme et intrusions d'ennemis du culte d'Elion. La stabilité politique et religieuse est précaire, les temps s'obscurcissent. La paix de Dieu est fragile, les croyants et pèlerins ne vivent plus en sécurité dans certaines villes, principalement dans les territoires à l'Est de Calphéon. Ce Chapitre a pour vocation de maintenir l'équilibre et la paix de la foi au sein des territoires vassaux de Calphéon, sous le culte d'Elion. De veiller aux bonnes relations de l'Eglise et de sa cohésion dans toute la république. De protéger les lieux saints et les croyants. De collaborer avec les autorités et les gardes militaires des territoires. Ils veillent aussi à l'application et aux respects des serments de chacun, dans le respect et la sagesse divine. Ils Fournissent un soutien militaire à l'Eglise, en dépêchant combattants et médecins de terrain, là où cela est nécessaire. Ils décidèrent de porter le nom de Saint Raphaël dans leur désignation, car il est l'archange représentant la guérison et la protection. Il soigne les maux de ce monde par sa bonté autant que sa sévérité, les chevaliers de Delphe ayant également une fonction politique en étant au service de l'Etat autant que du culte d'Elion; le chapitre met un point d'honneur sur la diplomatie et le respect entre les peuples. Apaisant les hostilités et rivalités, dénonçant les abus d'autorités de toute part. La commanderie du Chapitre a pris quartier à la porte Sud de Calphéon, à l'extérieur du mur d'enceinte. Dans les bâtiments numéro 3 et 4. Tenant à la fois lieu de garnison, d'écurie, de forge et d'hôpital militaire et de petite ferme agricole afin de rester une garnison autonome et subvenir à leurs propres besoins. Ils y traitent les affaires courantes et y supervisent le recrutement et l'entrainement. Le reste du temps les frères et sœurs jurés du chapitre patrouillent les territoires caplhéens. Ils disposent également d'ouvriers Laïcs pour assurer les besoins et services primaires de la commanderie, mais aussi de moines. Unissant ainsi le labeur, la foi et les soldats de cette garnison, à œuvrer ensemble sous le regard bienveillant d'Elion. "Notre seule mission est une vie bénie par Elion." Les rôles et fonctions du Chapitre de Saint Raphael * Assurer la protection des pèlerins et croyants d'Elion au sein des territoires unifiés par Calphéon. * Traquer toute forme d'hérésie contre l'Eglise et toute forme de rébellion contre Calphéon. * Veiller à la sécurité et aux contrôles des routes et de son trafic. * Enquêter à la demande de l'Eglise au sein des territoires sous la tutelle de l'Eglise. * Recevoir des plaintes pour hérésie, sorcellerie ou possession ou ce qui peut menacer l'Eglise. * Veiller à la stabilité politique et religieuse des territoires vassaux de Calphéon. * Maintenir un lien diplomatique entre l'Eglise et les territoires voisins de Calphéon. * Assurer la protection de Delphe et de Calphéon en cas d'invasions. * Tenir la garnison du chapitre et son hôpital militaire à la périphérie de Calphéon. Hôpital Militaire L'hospice militaire de Saint Raphaël, est un lieu de soin et de repos pour tous ceux affiliés à un ordre militaire, tenu par Christelle Kanagan. Spécialisée dans la médecine générale et dans la chirurgie, elle y soigne notre force militaire et met tout en oeuvre pour remettre d'aplomb ces femmes et ces hommes. L'hospice du Chapitre Saint Raphaël déploie également son aide médicale au travers des territoires vassaux. Son unité de médecins de terrain, est équipé de tout le matériel nécessaire à des interventions d'urgence. Pouvant ainsi, si nécessaire effectuer une opération urgente, dans toute situation de crise l'exigeant.
  9. Yssis Di Contareno Nee le 21 du chameau 260 à Calpheon Valkyrie Lieutenant de Delphe Celibataire Regulièrement domiciliée au Chateau de Delphe Yssis est la seconde enfant de la famille Di Contareno. Elle entre à la sainte faculté à huit ans, selon son propre vœux, et en ressort à l'age de dix-huit ans, certifiée Valkyrie, la mieux notée de sa promotion. Sans attendre, elle ira s'engager aupré de Brego Wilar, dans les troupe de Delphe ou elle est rapidement adoubée chevalier. Durant les huit années suivantes, la Valkyrie s'illustre, toujours en première ligne avec les jeunes recrues, qu'elle protège, et considère comme ses enfants. Elle est nommée Lieutenant au terme de six ans de service. Récemment, suite aux pressions exercées par sa famille qui voudrait lui voir quitter l' armée afin peut-être de trouver un époux, la Valkyrie se voit confier des missions plus délicates et diplomatiques, peu ou pas en adéquation avec son caractère discipliné et martial. La Valkyrie les accepte cependant de bonne grâce, y voyant la main d 'Elion, et sa Divine Volonté de l 'éprouvée. Actuellement, on lui aurait confié la charge de surveiller le comportement d'un vieux prêtre longtemps prisonnier des cultistes.
  10. La Valkyrie Lucia Di Castelli a fait valider la prise du commandement, au nom de l'Ordre des Valkyrie, des opération concernant le dossier "Thalmarea Sigilcathrae", suivi d'une part par l'ordre de Delphe et de l'autre par l'ordre de Trina, dans leurs affectations traditionnelles respectives, à la requête et l'acceptation des officiers des deux ordres concernés par l'affaire. Mission: Commandement des actions en opération, supervision et coordination de l'enquête, ainsi que de l'application des peines de justice, tout en veillant à l'accomplissement des prérogative respectives de chacun des deux ordres. Officiers engagés sous le commandement sus-présenté: Capitaine Giovani Di Castelli, chevalier de Trina Capitaine Medran Velthuil, chevalier de Delphe
  11. <de ce bon matin, des affiches ainsi que des colporteurs font courir une importante annonce pour toute personne qui se lance dans les chemins de Calpheon et Serendia>
  12. Messe en l'honneur des Homme de Dieu victimes des hérétiques de la Chèvre Noire le Jeudi 21 du mois de l'Aurige Lieu: Cathédrale de Calpheon Date: Jeudi 21 Juillet, aux alentours de 21h Officie: Prêtre Gwareth Telemnar Type: Messe en mémoire des tués par les hérétiques de la Chèvre Noire Comportera: -Prière d'ouverture, en l'honneur des âmes des morts. -Liturgie de la Parole - Bénédictions et Absolution de péché véniels - Rites de conclusion