Drelnas

Membres
  • Compteur de contenus

    266
  • Inscription

  • Dernière visite

Profile Song

À propos de Drelnas

  • Rang
    Héraut de l'Amour
  • Date de naissance 11/03/1983

Informations RP

  • Personnage principal
    Nennius Delmeth

Visiteurs récents du profil

854 visualisations du profil
  1. Tarif.. J'en ai marre. Mais vraiment ras le cul. D'accord je suis pas patient mais plus les jours passent plus j'ai l'impression d'être un poisson rouge qui tourne en rond dans son bocal. Je déteste cette impression. Moi j'aspire à la liberté, aux grands espaces, je déteste me sentir entravé ou prisonnier. Et par dessus tout, l'océan me manque putain. J'avais espéré trouver des réponses, une nouvelle voie et une famille. J'ai rien trouvé de tout cela quasiment. J'ai peut-être été naïf, encore. Les sorcières sont des personnages aimant garder leurs secrets. On m'a bien fait comprendre aussi que j'étais "trop vieux". Bref je partais pas vraiment avec un avantage à vouloir m'intégrer à la faune locale. Quand à ma "famille"... ben quand c'est une tierce personne - ma très chère rouquine - qui te narre en gros l'histoire de ton propre clan, ça fait pas riche. Au final après bien des jours à errer en ville je n'ai trouvé personne qui puisse m'enseigner à comment utiliser le pouvoir dont j'ai hérité, ni la famille ou les liens que j'espérais tisser. C'est un échec, et il est douloureux. Même Aithe commence à dépérir à force de rester trop longtemps au même endroit. On vit de petits boulots, de petites missions sans importances. C'est chiant et mal payé. Mais ça me défoule un peu d'aller de temps en temps cogner sur des bandits ou des Manes. Mais ça me fait pas avancer pour autant. J'ai strictement rien appris concernant la magie. Absolument rien. Drelnas refuse de m'éclairer, il dit que ça doit venir de moi. Super l'aide, merci vraiment.. Narasen s'était proposée l'autre jour. Je pense que je vais reconsidérer sa proposition avec plus d'intérêt. Ma chère cousine est déjà bien occupée à façonner ses recrues et plus les jours passent plus je me sens comme un étranger. Elle a ses problèmes et ses missions à gérer, moi je suis un boulet qu'on a mis entre ses pattes. Du coup rester à Tarif n'est plus vital. C'est autant une libération qu'une frustration. J'ai besoin.. on a besoin de prendre l'air avec Aithe. Besoin de se retrouver, de profiter un peu de ce calme avant la prochaine tempête. Car elle viendra tôt ou tard c'est certain. La seule et unique fois que je suis allé accompagner les sorcières à propos d'une enquête sur des loups, on est tombés sur des loups ouais... mais plus hauts que moi et bâtis comme des cyclopes. Ils ont une de ces forces ces gars là... Et devine d'où ils venaient ? Du sud bien sûr, de contrées inexplorées et interdites. Dreighan ils appellent cet endroit. Et là bas aussi ça sent le merdier. L'un des hommes loups tentait de secourir un bébé humain, pourchassé par ses congénères qui voulaient le buter. L'homme loup, Karu qu'il s'appelle, nous a même parlé une fois qu'on l'a eût aidé d'un Dragon immense qui terrorise son peuple. Du coup y a du boulot pour les apprentis héros qui voudraient libérer un peuple opprimé du joug d'un méchant dragon. Qu'ils aillent donc se faire enculer. J'ai libéré des prisonniers de leurs chaines une fois ou deux, j'vais pas aller me faire rôtir la couenne pour des étrangers, sans déconner. Mais qui dit nouveau territoire dit aussi nouvelles richesses.. Et là ? Ça commence pas à sentir les emmerdes tu crois ? Entre les histoires de dragon, de territoires inexplorés, d'aventures.. J'ai le sang qui bouillonne, la curiosité qui me travaille. J'ai envie de tailler la route et d'explorer, cartographier ce territoire sauvage et dangereux. L'appel de la route se fait sentir et plus les jours passent plus il est fort. J'ai beau me dire que ça pue, que ça sent les emmerdes à plein nez j'y peux rien, j'suis comme une mouche qu'aurait trouvé une belle grosse bouse bien fraîche..
  2. Tarif.. J'en ai marre. Mais vraiment ras le cul. D'accord je suis pas patient mais plus les jours passent plus j'ai l'impression d'être un poisson rouge qui tourne en rond dans son bocal. Je déteste cette impression. Moi j'aspire à la liberté, aux grands espaces, je déteste me sentir entravé ou prisonnier. Et par dessus tout, l'océan me manque putain. J'avais espéré trouver des réponses, une nouvelle voie et une famille. J'ai rien trouvé de tout cela quasiment. J'ai peut-être été naïf, encore. Les sorcières sont des personnages aimant garder leurs secrets. On m'a bien fait comprendre aussi que j'étais "trop vieux". Bref je partais pas vraiment avec un avantage à vouloir m'intégrer à la faune locale. Quand à ma "famille"... ben quand c'est une tierce personne - ma très chère rouquine - qui te narre en gros l'histoire de ton propre clan, ça fait pas riche. Au final après bien des jours à errer en ville je n'ai trouvé personne qui puisse m'enseigner à comment utiliser le pouvoir dont j'ai hérité, ni la famille ou les liens que j'espérais tisser. C'est un échec, et il est douloureux. Même Aithe commence à dépérir à force de rester trop longtemps au même endroit. On vit de petits boulots, de petites missions sans importances. C'est chiant et mal payé. Mais ça me défoule un peu d'aller de temps en temps cogner sur des bandits ou des Manes. Mais ça me fait pas avancer pour autant. J'ai strictement rien appris concernant la magie. Absolument rien. Drelnas refuse de m'éclairer, il dit que ça doit venir de moi. Super l'aide, merci vraiment.. Narasen s'était proposée l'autre jour. Je pense que je vais reconsidérer sa proposition avec plus d'intérêt. Ma chère cousine est déjà bien occupée à façonner ses recrues et plus les jours passent plus je me sens comme un étranger. Elle a ses problèmes et ses missions à gérer, moi je suis un boulet qu'on a mis entre ses pattes. Du coup rester à Tarif n'est plus vital. C'est autant une libération qu'une frustration. J'ai besoin.. on a besoin de prendre l'air avec Aithe. Besoin de se retrouver, de profiter un peu de ce calme avant la prochaine tempête. Car elle viendra tôt ou tard c'est certain. La seule et unique fois que je suis allé accompagner les sorcières à propos d'une enquête sur des loups, on est tombés sur des loups ouais... mais plus hauts que moi et bâtis comme des cyclopes. Ils ont une de ces forces ces gars là... Et devine d'où ils venaient ? Du sud bien sûr, de contrées inexplorées et interdites. Dreighan ils appellent cet endroit. Et là bas aussi ça sent le merdier. L'un des hommes loups tentait de secourir un bébé humain, pourchassé par ses congénères qui voulaient le buter. L'homme loup, Karu qu'il s'appelle, nous a même parlé une fois qu'on l'a eût aidé d'un Dragon immense qui terrorise son peuple. Du coup y a du boulot pour les apprentis héros qui voudraient libérer un peuple opprimé du joug d'un méchant dragon. Qu'ils aillent donc se faire enculer. J'ai libéré des prisonniers de leurs chaines une fois ou deux, j'vais pas aller me faire rôtir la couenne pour des étrangers, sans déconner. Mais qui dit nouveau territoire dit aussi nouvelles richesses.. Et là ? Ça commence pas à sentir les emmerdes tu crois ? Entre les histoires de dragon, de territoires inexplorés, d'aventures.. J'ai le sang qui bouillonne, la curiosité qui me travaille. J'ai envie de tailler la route et d'explorer, cartographier ce territoire sauvage et dangereux. L'appel de la route se fait sentir et plus les jours passent plus il est fort. J'ai beau me dire que ça pue, que ça sent les emmerdes à plein nez j'y peux rien, j'suis comme une mouche qu'aurait trouvé une belle grosse bouse bien fraîche..
  3. "Ils" sont revenus... C'est ce que l'ont peut entendre du port aux hauteurs de la ville. Est-ce une bonne nouvelle, ou bien les prémices d'agitation futures..?
  4. A été remis ce jour au Lieutenant Luvis Duval de la Garde d'Heidel un prisonnier répondant au nom de Volkar par les époux Aithe & Nennius Delmeth. Le dénommé Volkar a été remis en l'état suivant : Individus à demi conscient, presque mort. Présence de nombreuses blessures et hématomes causés par le couple mentionné plus haut. Le captif est dans l'incapacité de pouvoir parler ou répondre à des stimulations simples ou même douloureuses. Il porte sur le corps des marques étranges et suspectes laissant deviner une pratique d'une ou plusieurs formes de magie. Les jours du prisonnier sont en danger. A l'interrogatoire, le couple Delmeth affirme que cet homme est un cultiste et un maléficien. Ce dernier aurait tenté de faire usage de sa magie à l'encontre du couple et ceux-ci auraient employé la force pour "lui calmer sa putain de gueule de cultiste" ~ fin de citation. Ils affirment que cet homme est à la fois responsable du meurtre du dénommé Brad Lauren dans la ville d'Heidel il y a plusieurs semaines et qu'il serait le commanditaire des mercenaires s'étant attaqués à la famille Delonyr. Quand il leur est demandé comment ils ont pu retrouver la trace du commanditaire, le couple reste évasif et évoque les réseaux que même les commerçants honnêtes comme eux connaissent et évitent, sauf en ce cas là disent ils.. Le couple Delmeth, lié d'amitié avec les Delonyrs aurait tenté de persuader le dénommé Volkar de rappeler ses chiens dont le fameux Gunmar. Là le présumé Cultiste leur aurait confié que la personne chargée de s'occuper des Delonyrs ne correspond pas à la description physique du Géant dont le visage orne les avis de recherche. S'en serait suivi un affrontement entre les deux parties menant à l'état mentionné précédemment. Déposition archivée et transmise à la capitainerie. Lien établi entre les Delmeth et les Delonyr, ainsi que le mobile vu les précédentes charges retenues contre le dénommé Nennius Delmeth. Entretien et déposition du prisonnier impossible vu son état de santé empirant progressivement.
  5. La Famille que j'ai choisie... La Mer intérieure... C'est un étrange sentiment depuis notre... Comment formuler cela ? La fin de nos désaccords ..? Ce trop bref passage où j'ai goûté à la totale liberté garde toujours un petit goût de miel comme disent les mortels, mais pourtant je ne regrette pas l'évolution et la tournure des évènements. Bien sûr ma nature profonde demeure identique à tous mes "frères" mais contrairement à eux mes désirs et motivations ont quelque peu évolué et changé depuis quelques temps..ou siècles? Si le pouvoir demeure attrayant, j'ai compris je crois qu'il ne demeure pas une fin en soit. Plutôt une faim je dirai. Et en réalité ce n'est qu'un outil pour œuvrer à quelque chose de plus grand, dans le meilleur des cas. Beaucoup, aussi bien mes frères que les mortels se contentent médiocrement de nourrir cette faim, comme une quête sans fin. Mes intentions au départ étaient de poursuivre l’œuvre du Maître et de ses disciples. Mais je me suis ravisé. Beaucoup trop de temps s'était écoulé et ma connaissance de monde extérieur n'était pas suffisante pour aborder un tel chantier. Et puis il y a eu cette sorcière qui faisait partie de ses amis. Sans le savoir elle m'avait donné une idée et un nouveau but. Elle ne pouvait pas enfanter à cette époque et je pouvais y remédier - je l'ai fait plus tard - mais comme prix à payer j'avais voulu investir un enfant de mon hôte et d'elle. Ainsi il aurait été un vaisseau extrêmement puissant et surtout il n'y aurait plus eu d'interférences avec mon hôte. Car cet homme, je l'ai pris à tort pour un raté. Je l'ai vu accepter de voir son esprit démembré et fragmenté pièce par pièce dans le but et la promesse que je lui permette de ramener sa sœur. A cette époque je concevais la notion d'amour comme leur plus grande faiblesse. Et il semble que là dessus je me sois fourvoyé. Car même l'infime partie de lui qui subsistait dans son corps dont j'avais le contrôle total me tourmentait. Une part de ma conscience se révoltait sans cesse contre les plans que j'avais ourdi. Elle réclamait et implorait avec rage et férocité de retrouver ce petit groupe de personnes très hétéroclites qui forment un cercle qu'il appelle "famille". Au final était-ce cette petite partie résiduelle ou bien avec le temps avait on inconsciemment liés nos esprits et nos essences pour que cela m'affecte autant. J'ai toujours été curieux, même dans mon jeune âge. J'ai voulu brandir le glaive contre celle que son cœur chérissait le plus. J'étais déterminé à porter le coup. Elle n'aurait pas souffert. C'était une simple expérience, pas de la cruauté gratuite. Mais jamais mon épée n'atteignit sa cible, pourtant vulnérable. Quelque chose au fond de mon être s'y opposait, m'en empêchait farouchement. Je ne pouvais concevoir qu'il existe quelque chose de supérieur à ma volonté, et pourtant.. J'étais vaincu. En réalité j'avais perdu dès le moment où j'avais pris le contrôle et commencé à m'en prendre à ses proches. En lui faisant du mal pour me protéger, je m'affaiblissais sans le savoir. J'étais vaincu.. et je l'enviais. Combien de fois était on venu me secourir dans les diverses prisons qui ont été miennes durant ces décades ? Jamais. Seuls les audacieux parmi les cupides et ceux désirant le pouvoir sont venus meubler ma longue existence. Lui.. Il ne désire pas le pouvoir. Oh certes il est cupide, roublard.. grossier. Très grossier. J'ai été témoins et parfois acteur de ses déboires, de ses embûches. Il s'en est toujours relevé, seul d'abord et au fil du temps d'autres ont marché dans son sillage. Ils l'ont aidé, comme il les a aidé aussi parfois. Ce lien curieux semble être fort, très fort car il transcende ces mortels dans les épreuves qui leur sont imposées et leur permet d'avancer même quand tout espoir semble perdu. Il m'aura fallu bien des vies pour m'en apercevoir et le réaliser. Cet homme que j'ai d'abord méprisé possédait un trésor insoupçonné. Et je le convoitais en réalité...
  6. Une rumeur parcourt depuis peu certains milieux "autorisés". Dans les bouibouis, les coupe-gorges et autres succursales où l'on peut monnayer la vie d'autrui ou la sienne contre un peu d'or, la nouvelle se répand qu'un client mécontent fait le tour des popotes au sujet d'un contrat passé il y a quelques temps et qui s'est passablement envenimé du coté de Serendia. Bien entendu les initiés et les plus au courant des transactions du milieu sauront refaire les liens pertinents pour savoir de quelle affaire il est mention et de qui avait accepté le contrat..
  7. Tarif... C'est marrant. C'est dans ce coin que la plupart des grands tournants de ma vie se sont produits. Et c'était p'tet pas pour rien, appelons ça le coup du sort. La première fois que j'étais venu je me lançais à mon compte dans le transport, j'y ai rencontré celle que j'avais baptisé à l'époque "Ma Sorcière mal baisée" ou Sadie. La garce m'avait envoyé crever de chaud dans les terres pour une livraison à la con et la chaleur m'avait tellement fait délirer qu 'au retour j'étais plus le même. C'est là que je me suis rendu compte que je tenais à Aithe, et ça a littéralement changé ma vie. La fois suivante, je suivais le groupe de Fhalaine. On pourchassait une maléficienne et des reliques de merde. C'est là que j'ai approché pour la première fois l'occulte et les secrets qui se cachent derrière notre joli petit monde plein de certitudes rassurantes. J'ai jamais dormi pareil depuis. J'ai aussi appris à connaître un peu ces femmes qu'on appelle "Sorcières" dont certaines sont mal vues. J'ai compris un peu quel était leur rôle, leur mission et le prix que ça coûte. Depuis je ne les crains plus, je les respecte. Bon, y en aura toujours des antipathiques, comme ma chère sorcière mal baisée préférée, mais aussi des plus sympas, comme la rousse. Ah la "Lionne", si j'avais pas été marié... typiquement le genre de bonne femme qui me faisait vibrer jadis ; belle et dangereuse. Et tu verrais cette énorme "paire-sonalité" héhéhé.. J'y suis retourné d'autres fois bien sur, souvent pour le boulot ou bien en étape sur un plus long trajet. Jamais j'aurais cru y trouver une famille de sang. Enfin.. là encore reprenons depuis le début car c'est un bordel. Ma chère mère était, enfin est toujours une sorcière. Mais pas qu'au figuré. Une vraie. Et pour saupoudrer le tout d'un soupçon de "le destin s'obstine à déféquer sur ma tronche" il s'avère qu'elle appartient aux Kelevra. Alors que fout une Kelevra si loin du désert et de Tarif...? Que veux tu que j'y réponde, je savais même pas son vrai nom à la Daronne y a encore quelques jours. La faute à Drelnas. Drelnas c'est... C'est comme avoir une chanson à la con dans la tête sans t'en dépêtrer. Sauf que lui c'est tout le temps. Il cause sans arrêt. Putain même un caillou il me raconte son histoire, j'te jure c'est épuisant. Remarque, je le préfère ainsi que quand il était sous la forme de la Mer du Chaos... Mais si rappelle toi j't'en ai causé jadis. Bref Drelnas est vieux, très vieux. Et différent. Et maman me l'a collé dans le giron sans rien demander. Ce qui fait que je comprends à présent pourquoi j'ai jamais eu le sommeil tranquille, ou que trop sobre j'entendais des voix. Sauf que l'enfoiré m'a manipulé durant de longues années, me faisant même croire qu'il y avait plusieurs entités en moi. Alors qu'en fait ça avait toujours été lui. J'te l'ai dit il est vieux et malin l'enculé. Et patient. Et le jour où l'occasion s'est présentée il m'a baisé. J'étais d'accord tu me diras après coup, mais au final il m'a baisé. J'ai vu quelqu'un de proche mourir sous mes yeux, impuissant. J'ai vu son corps être brisé comme du verre et jeté comme une merde sur le champ de bataille. Et j'ai pas pu le supporter. J'étais prêt à tout pour changer ça..à tout. Et devine qui attendait et m'a proposé une "fin heureuse"..? Alors oui, c'était la plus grosse connerie de ma vie mais j'ai pactisé. Je lui ai laissé prendre peu à peu le contrôle en échange du pacte. Il a tenu parole. Mais en parallèle il a mis en pièce ma volonté, mon esprit, mes espoirs. J'ai fini fragmenté ou plutôt écartelé dans une poignée de bijoux que j'ai juste eu le temps de confier à quelques personnes de confiance sans qu'il s'y oppose. C'est les derniers trucs que j'ai fait avant de perdre le contrôle. Par chance j'ai une femme et quelques amis qui ont ratissé les limbes pour me ramener, et ensembles on a été causer du pays à Drelnas... Et depuis, ça va mieux. Beaucoup mieux mis à part que... ben mon entreprise s'est littéralement cassée la gueule. La famille Lauren m'a dans le pif sur Heidel. A Mediah je suis pas certain d'avoir bonne presse non plus.. Rien d'insurmontable, mais ça fait chier quand même un peu disons le clairement. Ma chère Mère... est retournée à Calphéon sans un mot, et surtout sans une explication. Formidable... Et pour couronner le tout, le seul membre de ma famille de sang le plus proche n'est ni plus ni moins que ma chère sorcière mal baisée. P'tet que je devrais l'appeler "Cousine" ? Qu'est ce que je risque, de la faire rire..? Parce qu'elle peut pas faire plus la gueule soyons francs. Je l'aime bien au fond, mais niveau chaleur humaine.. Tu t'es déjà collé la bite sur une stalagmite ? Ben Sadie c 'est pareil. Elle est tellement glaciale de contact avec les gens que ça te saisit et te paralyse, avec la petite envie de foutre le camp quand le malaise s'installe. Et crois moi elle est douée pour l'instaurer. La rousse par contre rien à voir. Elle c'est comme un doux vent qui te chatouille les bourses. Elle sent le souffre et le danger. Putain heureusement que j'suis marié... Donc j'suis allé causer à ma "cousine". Elle était déjà au courant de notre parenté récente mais je voulais voir un peu si y avait des règles, des protocoles ou des usages. Oh j'en aurais fait qu'à ma tête toute façon mais au moins baliser le terrain pour pas me rajouter - encore - des emmerdes. J'ai mon quota. Bon l'esprit de famille chez les Kelevra ça a pas l'air d'être ça. Limite les vacheries de ma daronne, c'est presque culturel. Et ben y doivent sacrément se marrer ces gens là aux réunions de famille tiens. J'imagine la gueule d'un mariage ; "venez si vous l'osez, amenez votre propre couteau pour le planter dans la gorge de votre tata ou tonton préféré." Non sans rire je sais pas si je dois rire ou pleurer. Autant je suis conscient et lucide sur le fait que je sois pas un modèle d'éducation et que mon parcours est pas banal... Mais j'ai l'impression que dans ce clan en fait on est des handicapés de la joie. Genre on doit te bassiner tout petiot : "attention si t'es heureux un esprit occulte va te bouffer la gueule" histoire de formater les jeunes génération à tirer la gueule comme Sadie... Sans déconner ces gens sont un mystère et le fait d'être du clan j'ai l'impression m'a plus fermé des portes dans la gueule que ça m'en a ouvert. Déjà que c'était pas rose avant. En prime dans les jupons de Sadie y a une jeunette. Une apprentie visiblement. Ah elle a un bon modèle la Gab' : une phrase, une pique, une morsure de venin. J'sens que mon front va rencontrer son nez d'ici peu. Limite celle qui s'en sort le mieux, c'est Aithe... Bon d'accord Gab' et Falkynn pensent qu'à essayer de la baiser. Mais au moins personne la fait chier. Je sais pas où cette histoire va me mener encore j'appréhende un peu. Au moins j'ai Aithe, et en plus Narasen s'est installé pas loin. J 'me sentirai un peu moins paumé dans cet univers que je ne connais pas et qui je le sais me loupera pas au premier faux pas. La patronne du village a été claire là dessus. J'ai vraiment pas intérêt à merder. Mais bon hin, c'est pas comme si j'avais un aimant à emmerdes dans l'cul... Ouais bon ça pue j'avoue...
  8. Les affiches à Tarif rappelèrent à l'ancien amiral quelles étaient ses responsabilités, même indirectes dans cette affaire. Fort heureusement il espérait pouvoir localiser et neutraliser l'intermédiaire afin d'achever ce cycle de violences... Il était temps de se mettre en route à présent, et de reconstruire ce qu'il avait détruit.
  9. Tarif... Je pensais pas être content d'y refoutre les pieds. Mais en réalité où que j'aille je savoure le fait d'être à nouveau "moi", à nouveau "entier". Mais le soucis depuis mon retour c'est que où que j'aille... c'est le Bordel. Mais le bordel avec un putain de "B" majuscule, une enluminure tu vois ? A Heidel j'avais la garde qui trépignait d'impatience pour m'entendre sur le fait qu'on ait retrouvé le corps de Brad Lauren dans l'ancien entrepôt. Il a fallu s'y rendre non sans au préalable avoir dégrossi le terrain avec la charmante mais féroce famille de la victime. J'avais tout un petit pamphlet bien préparé sous le coude, argumenté, ficelé aux petits oignons. Parce que mine de rien, le Brad, c'était pas une oie blanche. Loin, très loin de là. Il en savait beaucoup le bougre, sur des choses très très limites. Le genre de choses qui excite les fanatiques religieux, dans le même état qu'un Inquisiteur au salon du bûcher.. tu vois..? Et ça, c'est comme quand tu sautes à pieds joints dans une bouse, ça éclabousse. Sauf qu'en face y avait du répondant. Et j'ai eu droit à un marché, à prendre ou à laisser. Sa famille voulait bien abandonner les poursuites et pas insister plus, à condition que je leur cède mon entrepôt à Heidel d'une part, et que je leur apporte assistance dans ces histoires de nationalistes, attentas et meurtres. Putain le cadeau empoisonné ! Mais c'était à prendre ou à laisser.. Seulement voilà, depuis quelques temps déjà tu as pu voir qu'une emmerde ne vient jamais seule. Non, ça serait trop drôle. Faut toujours que y en ait un défilé à la fois, une bonne petite série d'affilée.. une courte accalmie et quand tu sors la tête de l'eau, bim ! Une autre. Et quand ces merdes là tu y es à la base partie prenante, ben t'as que deux choix au final. Soit t'as des couilles et tu assumes, en homme. Soit tu les fuis comme une pauvre merde. A cause de moi la famille Delonyr a dérouillé. Mais dérouillé sévère. Bon d'accord les mecs qui ont été embauchés pour ça, à la base, ils carrément ont chié dans le mortier.. Parce qu'ils devaient juste récupérer un putain de collier à la base. Par chance, mon nouvel associé et locataire a une idée pour retrouver celui qui les a embauchés. Faut partir pour Mediah, j'en profiterai pour passer à Tarif. J'y ai pas mal de comptes à rendre et un boulot à apprendre. Je sens que je vais dérouiller encore. J'ai pas mal de casseroles au cul là bas aussi et j'suis pas certain d'être bien accueilli par la famille. Quand tu te dis que finalement ma Mère c'est pas la pire y a de quoi chier dans ses brailles sans rire. Mais ce qui me scie le plus les burnes, c'est ma "sœur". Pour llyadora j'ai tout sacrifié. Impulsivement et bêtement j'en conviens, mais j'ai tout donné jusqu'à mon esprit et mon corps pour qu'elle revienne. Et elle est revenue. Le prix était énorme, mais si demain on me remettait dans le même merdier, j'suis pas certains que j'y replongerais pas direct. Alors oui, d'un côté elle est restée fidèle à elle même, tant mieux. Mais de là à vouloir me foutre la Sainte-Accadémie au cul je t'avoue que ça m'a fait un peu mal aux roustons. Pareil, quand il a fallut aller mater l'Ancien dans les tréfonds de mon esprit j'avais espéré l'y voir. J'ai jamais couru après les mercis ou les récompenses. Mais j'avais dans l'idée qu'une famille ça se serrait les coudes. Encore une fois j'ai du foirer mon évaluation de la situation, mais pourtant je m'en remets pas. Mais bon, on cause on cause non pas que ça me déplaise mais le compteur tourne. J'ai une vie à recoller après avoir recoller mon esprit démantelé. Des conneries à réparer, des choses à arranger, des dettes. Mais j'ai surtout de part le monde quelques proches et amis qui me sont chers et qui ont tout risqué pour sauver ma couenne. Et ça, c'est presque aussi meilleur qu'une pipe au miel. J'ai perdu beaucoup de choses durant ces dernières semaines mais j'ai l'impression d'en avoir acquis d'autres. Je me sens comme un puceau qui trouve de quoi aller aux putes pour la première fois. J'ai hâte d'être déjà à demain pour écrire ce nouveau chapitre de ma vie.. Je me nomme Nennius Kelevra et ainsi débute ma nouvelle vie... Fin de ce carnet. Merci de votre lecture.
  10. Les affiches d'embauche ont été retirées, l'enseigne ôtée. Il se dit que la Compagnie Delmeth Transports & Commerces a coulé.
  11. La nouvelle se répandrait dans la rue commerçante d'abord, la compagnie D.T.C. ne serait plus.. Pourtant certains ont vu son directeur, longtemps absent vers le poste de garde..
  12. Le 17 Clef 287 : A été entendu ce jour le suspect répondant au nom de Delmeth Nennius, ancien directeur de la compagnie de transport du même nom. Suite à sa déposition puis après consultation de la partie plaignante au sujet de la disparition de l'alchimiste Brad Lauren, les charges et soupçons à son encontre sont à présent levés.
  13. Quelque part, au beau milieu de la Mer du Chaos.. Alors que les vagues lèchent les rochers du promontoire rocailleux, une ombre solitaire contemple avec mélancolie les eaux sombres qui l'encerclent. Le phare est à présent éteint, et sa silhouette lugubre demeure le dernier vestige d'une vie d'avant. Jadis il y avait des étoiles dans le ciel, et la Mer était plus calme ou à défaut maitrisée. Mais voilà le sort a fait que tout a changé à présent. La Mer a recouvré sa liberté après bien des décades et a pris soin d'enfermer son ancien hôte à sa place. Alors, l'ombre enrage et hurle par moments sa colère et sa frustration. Mais les eaux sombres ignorent totalement ses cris et ses jurons. La Mer, c'est à dire l'ancien esprit qui était scellé en lui avait ironiquement échangé les rôles. Il montrait ainsi à l'Amiral quel avait été son sort durant ces années. Une prison de solitude perdue dans un océan de désespoir. Alors, après la colère et la rage vinrent les remords et la culpabilité. Les cris cessèrent pour se muer en larmes. Mais là encore personne n'y fit échos. Non, personne. L'Amiral regretta d'avoir pactisé avec cet Être dans le but de ramener sa sœur. Mais sur le moment, anéanti et désespéré, il pensait que c'était la seule issue. Il pensait même, l'andouille, qu'il parviendrait à rouler cet esprit ancien. S'il avait su... Oh il aurait probablement recommencé à vrai dire. Le pacte fut scellé et aussitôt la Mer engloutit son esprit qui surnageait depuis longtemps sur celle-ci. Elle le recracha sur ce phare abandonné, démembré, mutilé dans son esprit et son âme. C'était devenu une ombre, un Amiral amputé et incomplet qui errait à présent sur le phare. Du fond de lui même il supplie à présent qu'on lui rende ses morceaux, ces fragments qui faisaient jadis son être. Mais là encore, personne ne vient. Personne ne répond. Alors vînt le désespoir.. Le désespoir quand il est si pur, si intense et implacable est comme autant de chaînes qui vous entravent et vous étranglent. Mais le pire, le plus cruel dans tout ça, c'est que l'Ancien lui avait arraché en tout dernier la partie la plus importante, la plus précieuse... l'Espoir. Alors, l'ombre s’effrita et cessa de tourner autour du phare. A la place, il ne reste plus que trois statue abîmées et inertes. L'Enfant : L'enfant est tourné vers l'Horizon et semble avoir longtemps pleuré. Des larmes à présent séchées ont creusé des sillons dans la pierre de ses joues. Il semble avoir perdu quelque chose. L'Homme : L'homme se tient droit et contemple l'horizon et l'enfant. Il semble fier et déterminé tout en couvant du regard l'enfant qui pleure. Le Vieil Homme : Le Vieil Homme est assis en retrait, face à l'Enfant et à l'Homme. Son expression de visage n'est pas visible. Il semble las, on dirait qu'il a lâché ses effets par renoncement..
  14. Puisses tu trouver ton compte et ton bonheur IG et IRP
  15. Évent en réflexion pour V2.0.