Thengeld

Membres
  • Compteur de contenus

    9
  • Inscription

  • Dernière visite

Profile Song

2 abonnés

À propos de Thengeld

  • Rang
    Niveau 1
  • Date de naissance 05/09/1994

Informations RP

  • Personnage principal
    Thengeld
  1. L'homme semble toujours à la recherche de paire de bras, encore deux ou trois d'après les dernières rumeurs en taverne.
  2. Une annonce aura été posé dans les tavernes de Calphéon, en particulier dans celle que l'on peut trouver dans les quartiers marchands ou les bas quartiers. Un message fort simple écrit sur un bout de parchemin rugueux aux bords irréguliers : "Recherche Mercenaires non affiliés à une compagnie. Pour plus de détails prendre contact avec Thengeld Harmod. Vous pouvez laisser un message sous la porte de cette adresse : 2e étage, N°1-4, bas-fonds." Rien de plus, rien de moins. ( Personnage : Thengeld - Nom de famille : Harmod ; pour m'ajouter si jamais, n'hésitez pas à prendre contact en rp, ou hrp !)
  3. Hoy ! Alors de mon côté, pour faire tourner le jeu à 50 ips en moyenne, avec souvent un autre jeu lancé à côté. Deux écrans : 22" CG : Nvidia geforce GTX 760 ti Processeur : Intel core i7-4820k 3.7ghz 8 go de ram Et windows 10 familiale. Personnellement, je préfère, et de loin, les tours aux pc portable, je ne suis pas capable de te dire pour la carte graphique ce qu'elle vaut, le "M" derrière stipulant donc que c'est un modèle réduit, je sais qu'avant ils avaient tendance à être moins performant que le modèle normal, ( ce qui semble logique en soi) pour le processeur, je pense qu'un I5 suffit largement aujourd'hui, les 8go de ram aussi bien que pour un achat d'aujourd'hui j'aurais peut être privilégié 16 vue qu'ils nous pondent des jeux qui demandent de plus en plus.
  4. Satanés orcs...

    Ouest de Serendia, quelque part au sud du château de Delphe. Il y a trois ans. "T'es sûr que c'est une bonne idée ?" Le jeune homme qui venait de dire cela tremblait comme une feuille, sa voix tressautant. Il portait des braies usagées, et une vieille chemise de lin, mais par dessus cet accoutrement, un plastron de cuir de bonne qualité, et fait sur mesure, une paire de botte de cavalier en cuir elles aussi, et visiblement encore neuve. Un carquois était sanglé dans son dos, comportant une dizaine de flèche, un couteau était passé à son ceinturon, vieux certes, mais aiguisé, enfin il tenait en main droite un arc de facture assez simple, mais semblant robuste. Il cessa de trembler lorsqu'une main gantée vint se poser sur son épaule. "Fais ce que je t'ai dis de faire, et tout devrait aller pour le mieux Horace" Thengeld offrait alors au jeune homme un sourire franc l'espace d'une seconde ou deux, et se tourna de nouveau vers l'ouest. En contrebas de leur position, les deux hommes étant grimpés sur un genre de perchoir fait de pierres et de roches, se dressait un camp. Un œil avertit et habitué aurait tôt fait de remarquer qu'il s'agissait d'un camp d'orc, petit certes, tout au plus une dizaine d'individus. Thengeld leva une main, faisant signe à Horace de se rapprocher du bord, lui intimant ensuite de rester ici. Il descendit de son promontoire, par là où il était grimpé, soit à l'opposé du camp. En bas deux montures étaient attachés à un arbre. "Une dizaine, tout au plus, il y a un chaman parmi eux, et deux grands orcs." Fit-il en s'approchant des chevaux. "Rien d'insurmontable, alors. En route." A peine cette phrase fut finit qu'un géant se redressa du rocher sur lequel il était assis, se dirigeant à grandes enjambées vers ce campement orc, prenant aussitôt ses deux haches en main. N'attendant pas son reste Thengeld se mit à sa poursuite, dégainant lui aussi son épée, vérifiant les sangles de son bouclier, accroché à son bras gauche. Leur manœuvre audacieuse prit part surprise les orcs qui désorganisés n'eurent pas le temps de réagir lorsque les deux haches du géant se plantèrent dans les épaules de l'un d'eux. Le combat fit rage l'espace de quelques minutes, emplissant l'air des grognements des orcs, des jurons de Thengeld, et des exclamations du géant. Les armes s'entrechoquaient, le bruit du métal tintait, et l'air s'emplit rapidement de l’odeur du sang. Le chaman avait été abattu d'une flèche entre les deux yeux, un beau tir. Le jeune Horace était adroit avec un arc... Etait... Heidel de nos jours, un peu avant le crépuscule. Thengeld se tenait devant une sépulture des plus simples, sans signes ostentatoires, un nom gravé brièvement dans la pierre "Horace" et deux dates. "Vingt trois ans, tu aurais pu toucher un moustique à deux cent mètre avec ton arc, et tu as glissé sur un rocher. L'homme secoua la tête, dépité. La vie est parfois bien capricieuse." La mine renfrognée, il observa une dernière fois la pierre tombale, avant de s'éloigner, regagnant une bâtisse situé dans la partie Sud ouest de la ville. Il entra, refermant derrière lui, la lueur d'une ou plutôt plusieurs bougies, filtra au travers des fenêtres. Une lueur plus vive se fit voir l'espace d'un instant ? Un feu de cheminée peut être, mais la maison n'en était pas pourvus. Un four, certainement. On entendait quelqu'un sifflait à l'intérieur, s'affairant avec des ustensiles en métal, puis le bois qui tape contre le bois, le bruit d'une chaise qu'on déplace, puis le silence. En observant par la fenêtre, il était simple de deviner que le mercenaire était confortablement installé dans sa chaise à bascule, profitant d'un repas sommaire, en regardant par la fenêtre.
  5. Identité : Nom : Harmod Prénom : Thengeld Âge : La quarantaine Sexe : Homme Lieu de naissance : Glish, Serendia Profession : Homme d'arme, Mercenaire Guilde : Aucune Allégeance : Royaume de Serendia Physique : Thengeld est un homme fièrement bâtis. Les épaules carrés suite à de longues années de maniement de l'arme, il a tendance à porter fréquemment son armure. Il se déplace toujours le dos droit, d'un pas assuré, témoignant de la confiance qu'il a en lui même. Son regard est inquisiteur, bleuté, semblant jauger chaque personnes qu'il croise, cependant il n'en est pas pour autant froid ou malhonnête. Semblant plutôt aimable et bon vivant, c'est souvent un sourire qui orne son visage, tout du moins lorsqu'il n'est pas plongé dans ses pensées en train de gratter la barbe qui lui orne le menton et les joues. Barbe entretenue certes, mais certainement pas tous les jours. Hormis ces quelques détails, on peut noter la présence de rides autours des yeux des l'hommes, témoin direct de l'âge qu'il peut avoir. Histoire : Glish, une vingtaine d’années plus tôt… La pluie s’abattait avec violence sur les toits de tuiles ou de chaume, battant les pavés des chemins. Le vent soufflait, tout aussi violement entre les bâtisses. Chacun avait rejoint un abri, les plus courageux eux continuaient leur activité affrontant de ce fait le vent et la pluie. La lourde porte de la bâtisse s’ouvrit, laissant loisir au vent et à la pluie de s’engouffrer à l’intérieur l’espace de quelques secondes. La porte fut refermée par celui qui l’avait ouvert, un homme portant des braies usées, des bottes de cuirs tâchées de boue et trempées, un plastron de métal à peine entretenue, et un chapel de fer. L’eau ruisselait donc sur le métal, d’un geste de la main il se sépara de son casque, et claqua ses bottes contre le sol à l’entrée. Son visage fut alors éclairé par les quelques lueurs émanant des bougies de la pièce, pièce qui se composait d’ailleurs d’une table de bois semblant solide, de six chaises, et d’un genre et d’un foyer utilisé pour la cuisine. C’est donc le visage d’un jeune homme qui fit son apparition, aux cheveux courts et quasiment imberbe, les traits marqués par la fatigue. Mais plus que tout, c’est son regard qui attirait l’émotion, ses yeux, rougis comme s’il avait pleuré, étaient à présent dénué de toute émotion. Une vieille femme au dos courbé se tenait devant lui, le fixant en souriant, trahissant l’affection qu’elle portait à son égard. Mais ce sourire disparu aussitôt lorsqu’elle l’observa attentivement, et s’approchant, déposa une main sur son épaule. « Père est là ? » - Fit l’homme en retirant la main de la vieille femme. « Il range ses outils à l’arrière. » - répondit-elle avec douceur. « Fais le venir, alors. Je vous attends ici. » … Quelque part en Serendia, de nos jours. La pluie s’abattait avec violence sur la cime des arbres, ruisselant sur les feuilles de ces derniers, et terminant leur course sur l’herbe. Thengeld observait les alentours, au travers de la visière de son heaume de métal, son épée en main. Grimpé sur le dos d’un cheval couleur baie, il leva les yeux au ciel, pestant sur la pluie et le vent. Ses étriers virent rencontrer les flancs de sa monture, qui partit alors au galop dans la direction que lui imposait son cavalier. Après une chevauchée à travers champs et forêts, l’homme mit pieds à terre, confiance son cheval au palefrenier du coin, et se dirigeant d’un pas assuré vers la taverne. Poussant la porte, il laissa la pluie et le vent s’engouffrer quelques instants dans l’établissement, puis claquant ses bottes à l’entrée, il retira son heaume et referma la porte. Son armure entière ruisselait suite à la pluie, mais cela ne semblait pas le gêner plus que cela. Au premier coup d’œil, il était facile de voir que l’armure était entretenue, tout comme l’arme qui siégeait dans son dos. Thengeld laissa son regard bleuté observer les alentours, et souriant, interpella le tavernier pour lui demander une chope de bière brune. « V’là mon gars, une chope, une fraiche » - Fit le tavernier en déposant la chope devant l’homme qui lui sourit en retour, et déposa donc le prix demandé. Il s’adossa au comptoir, soupirant d’aise en portant sa chope à ses lèvres… Une barbe taillé, certainement pas tous les jours ceci dit en passant, des cheveux longs, en partie attaché. Quelques rides au coin des yeux trahissant l’âge de l’homme, nous sommes alors bien loin de ce jeune garçon d’un peu moins de vingt ans, il y a une vingtaine d’années. ...
  6. Plutôt à l'époque moderne, donc XVe - XVIe puisque c'est aussi à ces époques là qu'on avait des systèmes monétaires "fiables". Et comme il est toujours difficile de dater un jeu médiéval fantastique, je pense que ça peut se faire, les genre de coupons de banques.
  7. Et pourquoi ne pas payer autrement qu'en pièces ou en billet ? Très tôt dans nos systèmes monétaire en Europe on a vue l'utilisation de banque, avec des personnes qui au lieu de se trimbaler des montagnes de pièces se baladaient avec un bout de papier avec lequel ils pouvaient retirer de l'argent dans une banque, un compte, un dépôt etc etc ? Ca éviterait qu'on se trimballe avec 100K pièces, pour les gros trucs à payer. On donnerait un papier, et le joueur irait dans un dépôt retirer une partie de la somme s'il le désire.