Gloubi

Membres
  • Compteur de contenus

    186
  • Inscription

  • Dernière visite

Profile Song

3 abonnés

À propos de Gloubi

  • Rang
    Fripé-cas
  • Date de naissance

Informations RP

  • Personnage principal
    Fabio_Deltin
  • Personnage secondaire
    Fenhrild

Visiteurs récents du profil

1 200 visualisations du profil
  1. Bjr ASV Et bienvenue. On s'est déja croisé et je stalk tous tes RP quand je suis afk à l'HV !
  2. Bienvenue !
  3. La Compagnie du Sel

    - Origine - Fondée il y a "Quelques temps", peut-être à partir d'un membre qui s'est échappé d'un échec de l'ancienne Compagnie du Seigle, La Compagnie du Sel, officiellement, comme son nom l'indique, est chargée de transport de Sel entre Calphéon et Altinova, sur les deux axes routiers principaux, celui qui longe le fleuve Demi, et celui qui surplombe les côtes de Balenos et d'Epheria. Les marchands, venant de tout horizon, lorsqu'ils n'ont plus de "missions" ou "moins de sel" ou alors qu'ils viennent simplement se rendre en ville afin de dépenser leur butin et "vivre comme chacun" se présentent parfois comme étant des marchands se reconvertissant dans la cueillette de champignons. Et pas n'importe lesquels, il s'agit des TRUFFES. Officieusement, c'est juste le nom d'une joyeuse bande de larrons. - Hiérarchie - (Privé.) - Lieu de Vie - (Privé.) - Valeurs - Il y a plusieurs types de valeurs représentées. Certains apprécieront Voler aux riches pour donner aux pauvres. D'autres, voler aux riches et aux pauvres. Et d'autres encore : Voler aux riches pour donner aux pauvres et voler aux pauvres pour donner à eux-même. Note HRP : Plusieurs types de recrutements sont possibles : Par exemple, dans le cadre où vous vous faites détrousser, rien ne vous empêche d'être recruté à ce moment-là. Ou alors, il est possible de faire "DÉJÀ" parti de ce BG, si vous avez un reroll ou autre. Pour l'instant, en "PJ réels" nous sommes 8 (joueurs RP réguliers et occasionnels). COMBAT : Nous pratiquons le noble art ancestral du "RP-PVP", nous considérons qu'en "zone safe" il y aura toujours un garde à côté qui nous empêchera de nous battre. Polémique : Il arrive parfois que nous insistons fortement. Améliorations : Nous sommes de bonne pattes (ou pâtes al dente) et dans l'objectif de nous améliorer nous souhaitons intégrer des rôlistes qui, pourquoi pas, ne pratiquent pas le PVP, et ne se gênent pas pour y aller en "fair-play" et aux "jets de dés". Après vous n'êtes pas obligés de combattre, on n'est pas la team de Russell Crowe non plus. Faut-il guilder chez Gloubi : NON. La Compagnie du Sel n'a RIEN A VOIR avec Gloubi. Gloubi ce sont juste de sales trolls sans irl. Ainsi votre honneur de rôliste sera sauf. SERVICES :Si vous souhaitez "animer" un voyage pour vous et vos amis, ou dans le cadre d'une trame, ou si vous souhaitez même mettre des bandits en déroute pour frimer devant votre donzelle, n'hésitez pas à me contacter pour les modalités. Sur ces belles paroles, bienvenue !
  4. Bienvenue ! Au plaisir de se croiser !
  5. « Plus vite Mauriceponpon ! On va tout rater ! » criait un gamin des rues en courant à toute allure, suivit de près par un petit, vieux chien borgne aux poils emmêlés, sentant fort le crépuscule de la vie, bref, une carne. Les immeubles se dressaient de part et d'autre comme de vieux géants bienveillants, protégeant la population du Soleil mordant de l'été. C'est ainsi que Calphéon préservait l'insouciance et les faux-problèmes de sa population ; A l'aide de gigantesques murs, érigés de telle sorte que jeunes gens et voyageurs s'y sentaient enfermés dans le plus sombre des enclos. L'on dit que certaines bâtisses étaient si hautes que si l'on s'y perchait l'on pouvait toucher les visages des étoiles. L'on y remplaçait les herbes et la terre par des pavés, l'on y remplaçait les arbres par des blocs de granit, et l'on y remplaçait même le Soleil par un Dieu. Le gamin s'arrêta net, dérapant sur une flaque d'urine de cheval faisant hurler deux commerçants qui manquèrent d'être éclaboussés, et se fraya un chemin dans la foule de grandes personnes ; Chose aisée lorsqu'on a sept ans. Et toutes ces dames aux ombrelles regardèrent en riant, s'éventant, et en jacassant, la célèbre troupe de théâtre qui tenait là, une prestation de grande rareté ; Rare car gratuite. « Ennnn Gâââârde ! » tonnait un acteur dans un claquement de cape, au centre d'une placette, pointant un adversaire d'un fleuret, main libre haute levée derrière-lui, dans une position martiale tout à fait exagérée. « Malandrin, tu n'auras point mon or ! Car la gââârde est déjà en chemin séance tenant ! » répliquait l'adversaire richement vêtu de soieries et de bijoux jaunes qui ne sauraient être appelés « or ». « La gârde clames-tu ?! Ce n'est point de l'or qu'il me sied, mais la main de ta fille, baron ! Bats-toi si tu le refuse ! » tonna le premier acteur en remettant en place sa fausse moustache. « Dieu que c'est mauvais... » laissa filer entre ses dents un garde circonspect, bras croisés. Des ricanements se firent entendre dans la foule, et l'on vit même une projection de tomate qui vint s'éclater sur les pavés aux pieds de l'acteur qui tenait un fleuret. La pièce de théâtre se poursuivait sous le regard émerveillé du gamin et de son chien, perdus dans la foule, lorsque plusieurs voix se firent entendre : «Eh là, on m'a bousculé ! » - « Vous pourriez dire pardon ! » - « Mais... Ma bourse ?! » - « Au voleur ! » La foule se dispersa, se rendant compte du traquenard dans lequel elle s'était égarée. La troupe salua rapidement ce Monde qui l'ignorait à présent, trop occupé à vérifier ses affaires personnelles, et se retira prestement. Les gardes, croulants sous les multiples réclamations de vol se rassemblèrent pour mettre la main basse sur les pickpockets et perdirent de vue les acteurs. Ce qui n'était pas le cas du gamin et de Mauriceponpon qui les suivirent. Ils s'éparpillèrent pour se retrouver à la sortie de la ville, épiés par deux yeux admiratifs, quatre si on comptait le chien. Il émanait d'eux beaucoup de joie et de bonne humeur, de rires, et d'avantage encore lorsque des gamins les rejoignirent plus tard en soirée autour d'un feu de camp à l'extérieur de la ville et ses remparts, à l'orée des bois. Ils partagèrent pain, soupes, et l'on ne revit plus la troupe le lendemain. Ni le gamin et son chien qui les avaient suivi d'ailleurs.
  6. Prénom : Fabio Nom : Deltin ( se prénonce Del Tine ) Surnoms : Se fait appeler « Martigan le Prince des Grands Chemins ». Appelé par ses acolytes : « L'homme-buisson ». Il en a probablement d'autres. Taille : Grand. Âge : dans les 27 Particularités : Gros tatouage au bras gauche. Aime les chiens. Reste à venir.
  7. J'voulais faire une ****àclic pour le concours off
  8. Très bon ! Vivement la suite !
  9. Gretha semble être la première informée, et passera le message pour ceux qui lui poseraient la question, ou à ceux que ça pourrait intéresser : Le docteur Cambiaso ne travaille plus au dispensaire. Et il est fort peu probable de le croiser à nouveau à Heidel. L'énorme bonne femme à la mèche violette semble tout à fait enchantée par cette nouvelle-ci et le fait savoir en fredonnant et en astiquant son dispensaire de fond en comble. Et si on lui demande où il peut bien être allé, elle répondra simplement qu'il devait rentrer en urgence.... à son monastère !
  10. Un courrier arrivé dans la boite aux lettres de l'Université, dans une écriture de singe médicale.
  11. Merci pour la soirée, c'était dynamique et des rencontres sympatoches. GG à l'orga et à Jacob qui va parler comme un présentateur de bandes annonces des années 90 pendant 4 mois IRP suite à ceci !
  12. Le Noroît maritime faisait claquer les volets de la maison Cambiaso. A tel point que l'Intendant et la matriarche entendirent à peine les claquements du heurtoir annonçant l'arrivée de ce fameux héritier. Lorsque le quarantenaire à la lassitude marquée par de sourcils hauts placés vint ouvrir la porte afin de permettre à l'ancien moine de rejoindre ses quartiers, il le prévint que cette fois-ci, madame sa mère souhaitait lui parler. Voilà depuis certains temps, même si l'église se réjouit des innombrables dons fournis par la famille Cambiaso, que l'on se demande dans le quartier, si depuis la mort du patriarche, Giovanni, cette famille ne s'était pas éteinte avec lui. Giovanni était serviable. Toujours présent aux mondanités. Reconnu parmi la noblesse. Et son fils aîné, Roberto, chevalier mort sur le front saunil, également. Sa sœur aînée était toujours dans ses études à l'Académie où ses talents n'étaient pas à contester. Réputations grandiloquentes que l'on ne pouvait louer au fils Cadet ; Luca. Depuis son retour, l'on s'était interrogé sur l'héritier restant : L'on dit qu'il était discret, comme s'il dissimulait quelques hontes. L'on dit qu'il travaillait de façon libérale, allant jusqu'à souiller ses mains dans les campagnes, provoquant risée et hilarité dans le voisinage. L'on dit également qu'il se spécialise dans les soins apportés aux enfants, ces bruyants petits animaux dépourvus d'âme. Et pire encore, l'on dit qu'il tenta de se marier à une femme issue de famille de commerçants, dépourvue de noblesse et qu'il fut traîné dans la boue. Qu'il fricotait un peu trop avec la rebelle Heidel, qui malgré le tord-nez de Calphéon enroulé autour de sa fierté, continuait, dit-on, à se débattre en prônant l’athéisme, le blasphème et la débauche. Qu'il traînait avec un oiseau de mauvaise augure ; un enfant de la Lune. L'on dit aussi que malgré l'enquête allant en la faveur de son innocence quant à l'assassinat de son père, l'on ne pouvait s'empêcher de songer aux coïncidences, et pire ; Au complot. Les rumeurs affirmaient également que les nobles eux-même peinaient à le reconnaître en tant que tel allant jusqu'à manifester doute et mépris lorsqu'ils l'apprenaient. Après-tout : Si l'on ôtait cette affaire de noblesse, était-il encore Calphéonien ? Pour la vieille matriarche, l'affaire était grave ; Que fallait-il faire et que se passerait-il ? Désœuvrée, elle ne savait plus. Et espérait que chaque don exercé, dilapidant fortune accumulée par le défunt Giovanni, suffirait à réduire en cendres chaque rumeur. Or, elles prenaient de l'ampleur. Pourtant elle croyait. Pourtant elle priait. « Et bien Luca, as-tu une idée ? » lui demanda-t'elle d'une petite voix parsemée de tremolos, tassée dans un vieux fauteuil en velours. L'ancien moine éprouva un immense mal être soudain ; Comment résoudre un problème dont on se fiche éperdument ?
  13. Genre ton chef c'est mon jumeau en beau tavu Jolis screens
  14. Très bonne idée et bon projet ! Bonne chance si tu te lance et j'ai hâte de voir la suite. Sinon y'a l'Arche qui cherche toujours un gérant il me semble