Dulcia

Membres
  • Compteur de contenus

    390
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Dulcia

  • Rang
    Niveau 6
  • Date de naissance

Informations RP

  • Personnage principal
    Dulcia

Visiteurs récents du profil

2 418 visualisations du profil
  1. BUDGET DÉCIDÉ POUR L’EXPÉDITION : Salaires : 6 points Dulcia, Keharqta et Onofrio pour la maison Di castelli, ne percevront pas de salaire, tablant sur un intéressement sur bénéfice : 0 point Sevrus Kropt et Athel, pour la maison Di Castelli recevrons tous deux un salaire mineur de 3 points chacun : 6 points Vittorio et Otto pour la maison Cortesi, ne percevront pas de salaire, tablant sur un intéressement sur bénéfice : 0 point Valentinna, pour l'eglise, ne demande pas de paiement : 0 point Issyah en tant que mage et médecin, ne demande pas de salaire : 0 point Narvire : 60 points Contrat avec un groupe d'homme de mains bon marché : 30 points Contrat avec une équipe de marins expérimentés : 30 points Divers : 28 points Cartes : 4 points Un type de produit (a définir) : 7 points 1 lots de potion : 5 points Pendule de Bretchen : 5 points 2 necessaires de toilette : 4 points 1 collection de livres (à définir) : 3 points TOTAL : 94 points [Le budget bon. Aucun bombardement massif possible durant l'event]
  2. REGLES DE L'EVENT Depuis le retour de l'explorateur Charles Conte, d'une île au large d'Epheria, d'où il a ramené un collier serti d'une petite pierre noire, la République se montre intéressée par les perspectives d'étude quant à ce lieu inconnu et les populations qui s'y trouvent. Le parlement a consenti à la levée de fonds pour financer une expédition avec l'espoir secret d'en tirer un avantage financier ou stratégique. Les progressistes ont sauté sur l'occasion pour chercher à répandre l'idée sacrée et universelle de la civilisation occidentale. Et l’expédition se prépare à prendre le large pour explorer cette île. Le seul problème… Charles Conte n'a pu faire qu'une description parcellaire de l'endroit où se trouve l'île. Et l'expédition aura à passer près des régions infestées de pirates. Sans parler qu'une fois sur place, nul ne sait comment les populations autochtones réagiront à la venu des étrangers. Mais il en faudrait plus pour arrêter le progrès et un navire est déjà affrété pour emmener l'expédition jusqu'à son terme. Il ne reste plus qu'a gérer l'enveloppe des deniers publics concédés, acheter les biens nécessaire, recruter les équipes et prendre la mer pour une aventure encore incertaine. LE BUDGET Budget : 100 points Les personnages joueurs vont avoir l'opportunité de gérer eux même le budget a leur disposition pour financer l'expédition. 100 points de budget leurs est concédé par le parlement, qu'ils vont pouvoir utiliser pour préparer le voyage. Engager un personnage joueur Certains personnages joueurs vont réclamer sans doute un salaire. En effet, une telle expédition et les risques encourus ne sont pas gratuits. Et il est normal que les personnages en soient rétribués. Afin d'éviter d'engager à tour de champs, en promettant des sommes faramineuses, le paiement des joueurs rentre dans le budget et chaque parti devra négocier habilement. A savoir que les prix indiqué concernant l'engagement des PJ sont là a titre d'exemple et un joueur peut parfaitement réclamer un salaire convenable à 9 point au lieu de 8 ou au contraire accepter de le baisser. Bas salaire : 3 points Un salaire tout juste convenable pour une telle mission. Pas de quoi devenir riche mais cela suffit à envoyer un peu d'argent à sa famille. Salaire convenable : 8 points Un salaire plus que confortable. Cette expédition est un bon rendement pour qui reçoit un tel paiement et permet de largement profiter à son retour à terre. Haut salaires : 20 points A ce degré de salaire, on peut presque parler de détournement d'argent public. Une somme indécente pour un travail qui n'en vaut pas autant. Mais après tout… Qui ira vérifier ? Engager un équipage : L'équipage est un coût indispensable pour manœuvrer un navire. La qualité de l'équipage est importante car un bon équipage permettra d’échapper plus facilement aux pirates en cas de course poursuite. Des marins basiques : 15 points Ces marins sont ce que l'on peut recruter dans les tavernes. Des gens attendant impatiemment auprès d'un armateur pour avoir du travail. Il savent manœuvrer un bateau et vous emmener à bon port. C'est déjà ça... Des marins expérimentés : 30 points Un groupe de marin vétéran ayant même déjà baroudé jusqu'à port Ratt. Efficaces et travailleurs, ils permettront aux navire de distancer plus facilement les pirates en cas de chasse. Engager des troupes : Les troupes constituent les soldats qui accompagneront l'expédition. Ce sont des PNJ purement secondaires mais qui, en cas de conflit, permettront de définir si l'expédition est solidement protégée ou non, octroyant des bonus aux combattants joueurs qui n'auront pas à se retrouver en sous nombre, entourés d'ennemis hostiles. Bien sur, des soldats ne sont pas indispensables si les joueurs pensent pouvoir éviter les conflits… mais ils sont toujours vivement conseillés. Petite troupe : 30 points Quelques garde du corps et gros bras constituent la troupe de défense de cette expédition. Ce sont des hommes grossiers et mal élevés et ils ont tendance a sauter à l'eau plutôt qu'affronter les pirates. En cas d'attaque pirate, les joueurs auront un malus de -1 à leur jet de combat en corps à corps. Les gros bras n'attaqueront pas l'île si les choses devaient se gâter avec les Khurutos et les joueurs, en sous nombre, auront un malus de -2 a leur jet d'attaque. Troupes moyennes : 50 points Quelques mercenaires accompagnent l'expédition. Quoi que sachant peu se tenir et prompts à donner leur avis sur tout et n'importe quoi, ils ont au moins l'avantage de savoir correctement se battre en cas de problèmes. Troupes nombreuses : 70 points Une part du budget a été déployé pour faire voyager avec l'expédition des chevalier marins de Trina. Ces derniers sont habitués à combattre les pirates et obéirons sans sourciller aux membres de l'expédition. Avec eux, il n'y a aucune chance de se faire attaquer par des pirates qui ne se risqueront pas à attaquer un navire protégé par des chevaliers marins. De plus ces soldats sont parfaitement entraînés pour des attaques sur les populations de la région. Si les choses se gâtent avec les Khurutos, les chevalier marin donneront un bonus de +2 a tous les jets d'attaque des joueurs… Autant dire un massacre. Explosifs : 15 points Des caisse d'explosif. De quoi faire exploser un navire ou des pans de roche. Cela peut toujours être utile. A savoir que la caisse d'explosif permet aussi d'envoyer un signal de détresse en cas de naufrage. Cartes : 4 points Un jeu de cartes de navigation, ce qui permettra aux joueurs le droit d'ouvrir la map du jeu (ou n'importe laquelle sur internet) pour savoir où ils sont et quel chemin prendre. Cela évite de se perdre bêtement. Vivres supplémentaires pour le groupe : 5 points De base, les vivres sont prévus pour la durée du voyage allé et retour. Mais au cas où les choses se passent mal ou que le groupe se retrouve échoué sur une île, ces caisses de vivres en plus ne seront pas une mauvaise chose. Il faut savoir tout anticiper. Un Type de Produits calphéens : 7 points Ah ! Les merveille de la civilisation et du commerce. Quoi de mieux que d'habituer les peuples au luxe de la civilisation ? L'expédition peut emmener avec elle dans une partie de ses cales, une grande quantité d'un type de denrées : Tissus, métal qui brille, tableaux ou toute autre produit que les joueurs trouveront utile de déballer pour impressionner les autochtones. On peut reprendre cet achat pour tout autre type de produit que l'on veut emporter Prostituée : 5 points Fauvette. Une fille de joie qui pour un peu d'argent, accompagnera l'expédition pour…. divertir soldats et marins. Ca fait beaucoup pour une seule femme mais la solde en vaut le coup. Elle peut danser, chanter, écouter les marins de plaindre et somme toute, permettra sans doute d'atténuer les tensions provoquées par des hommes loins de chez eux. Pendule de Bretchen : 5 points Une expérience intéressante que l'expédition peut se proposer de financer et de tester. Cet appareil est imposant et prend de la place. Mais grâce à un ingénieux système de pendule couplé à un système de pression a base de mercure, cet expérience peut détecter de la pierre noire si elle se trouve a côté d'un gisement… Enfin en théorie. Cette invention a été prétendument inventée par Bretchen mais nul ne l'a testé jusque là. Elle n'a cependant qu'une chance sur trois de marcher. Nécessaire de toilette : 2 points. Ces nécessaire permettent à un personnage joueur de ne pas puer et de rester propre durant l'expédition. Il offre en outre aux personnage joueur féminin de pouvoir s'épiler et garder des jambes parfaitement lisses, ce qui, dans un jeu coréen, n'est pas un luxe. Attention, un nécessaire de toilette ne sert que pour un seul personnage joueur. Cet article peut être acheté plusieurs fois. Jeux de potions contre les maladies des îles : 5 points Les maladies sont toujours la chose à craindre lors des voyages et tout joueur en contractant une aura un malus de -2 a tous ses jets. Un jeu de potions permet de soigner un personnage joueur. Cet article peut être acheté plusieurs fois. Alcool a volonté : 7 points Vous aurez été prévenu : Si vous voulez pouvoir faire l'emote préférée des aventurier : « Bois un verre de rhum» il vous faudra de l'alcool… et tout s'achète. Cet article permet a tous les joueurs d'avoir de l'alcool durant toute la durée de l'expédition. Les livres Lire est une occupation qui permet de tuer le temps, durant les logns trajets en bateau et l'expédition peut décider de prendre quelques volumes pour occuper les esprits. Sans compter que l'on en retire toujours quelque chose qui pourra servir plus tard. Chaque livre se compose de plusieurs ouvrages dont un connu du grand public. Ces packs permettent à un joueur de gagner un point lié à un domaine, pour toute la durée de l'event. On ne peut prendre qu'un seul pack d'un même type et il ne peut servir qu'à un seul joueur. (Le livre cité et l'auteur sont tous deux des éléments du lore de BDO et c'est toujours ça d'intégré.) Livre « l'aventure étrange de Bartali » : 3 points « Un livre écrit par Igor, le chef de Velia. L'ouvrage, qui parle de sa jeunesse, est souvent utilisé comme guide de voyage, notamment car il contient de nombreuses informations sur chaque région et sur les rêves des aventuriers. » Il permet à un joueur, durant l'expédition, de gagner un bonus +1 sur les jets de compétences faisant appel au domaine VOYAGE. Livre « Une vie de chef »par Cliff de serendia : 3 points « Un livre sur les qualités d'un chef, son rôle et ses responsabilités. Rédigé par Cliff du poste de garde Ouest. » Il permet à un joueur, durant l'expédition, de gagner un bonus de +1 sur les jets de compétence faisant appel au domaine GUERRE. Livre « Le premier pas vers une carrière de marchand » par Isobelle Encariota : 3 points « Écrit par Isobelle, membre de la Ligue des marchands de Xian, à Calpheon : Les marchands définissent généralement le « profit » comme la marge obtenue après paiement d'un prix juste, mais cette définition est insatisfaisante. Comment prétendre qu'un prix sera inexorablement juste, quand il met à profit la convoitise d'autrui ? » Il permet à un joueur, durant l'expédition, de gagner un bonus +1 sur les jets de compétences faisant appel au domaine COMMERCE. Livre « La complaisance est un péché par Thomas Carlisle » : 3 points « Produire, produire. Produisez même le plus trivial des objets à la gloire de Dieu. Si vous tenez entre vos mains un quelconque talent, exploitez ce don de toutes vos forces. » Il permet à un joueur, durant l'expédition, de gagner un bonus de +1 sur les jets de compétence faisant appel au domaine du TRAVAIL. Livre : Recueil de poésie d'Izauro : 3 points « Si j'avais un habit d'or, je l'étendrai à tes pieds. Si j'avais un habit teinté de lumière, j'en couvrirai tes épaules. Mais je n'ai qu'un rêve, un rêve à étendre à tes pieds. Où que tu ailles, mon rêve se trouve. » Il permet à un joueur, durant l'expédition, de gagner un bonus +1 sur les jets de compétences faisant appel au domaine DIPLOMATIE Bombardement massif : 10 points Cet article permet de déchaîner le feu de la technologie Calphéenne sur un ennemi où une zone grâce à cette merveilleuse invention qu'est l'artillerie. Il a ceci de particulier qu'il ne se dépense pas à l'avance mais au moment du bombardement. Une zone bombardée réduit une partie des adversaires rencontrée en plus de semer la terreur. Mais elle a un coût non négligeable et doit être utilisée avec parcimonie. Soyez certain de garder les points de budget indispensable pour recourir à la terreur d'un tel exercice, si la nécessité se présente. Point de réussite de l'expédition. L'expédition n'est pas une ballade. Elle est financée par le gouvernement et nécessite de la part des personnages, de mener a bien une série d'objectifs afin de transformer cette expédition en succès. Ils ne sont pas obligés de tous les réaliser et certains même leur poseront un problème éthique. A dire vrais, l'intérêt est précisément de confronter les joueurs en face de ces problématiques morales quant à ce qu'il est où non possible d'accepter au nom du progrès. Trouver un gisement de pierre noire : 10 points Une île de ce type ne doit pas avoir un grand gisement. Mais même petit, un gisement est toujours un gisement et la répertorisation de ces derniers reste un avantage stratégique certain. On ne va pas se leurrer… On ne vous finance pas pour vous émerveiller sur l'étude du zigouigoui de Khurutos à moitié nus. Et puis, le progrès s'exporte mieux, si il y a de la pierre noire sur place. Faire signer au Khurutos un contrat d'exploitation de leur terres par Calphéon : 5 points Les calphéens sont très procéduriers. Mais une fois qu'ils ont le droit de leur côté, rien ne peut entraver leur progression vers l'objectif qu'ils se sont fixés. Et un tel contrat permettrait légalement d'envoyer une cohorte de navires exploiter de plein droit, les bénéfices de cette île. Nettoyer l'île des Khurutos : 3 points Plus de khurutos… Plus de problèmes. C'est du moins ce que pense les plus vindicatifs des calphéens, ceux qui jugent que les trente années de guerre ont été un succès. Si cette solution n'est pas majoritaire parmi les calphéens, une fois fait, personne ne songera a poser de questions… Après tout, qui a dit que le progrès était pour les autochtones ? Détruire un navire ou un campement pirate : 2 points Cette mission secondaire n'est pas dans la droite ligne de l'objectif de cette expédition. Mais personne ne boudera son plaisir à l'idée de savoir quelques pirates morts et les chevaliers marins vous en seront sans doute reconnaissants. Planter un drapeau de Calphéon sur le point le plus haut de l'île : 1 point C'est purement symbolique… Mais avouons le ! Cela à son effet, même si personne n'est là pour le voir. Certains raillent bien sur de tels symboles. Avec pareilles idées, Calphéon finirait par aller en planter un sur la lune, si elle le pouvait. Faire signer à au moins une dizaine de Khuruto un contrat légal d'ouvrier : 2 points Il y aura toujours des vendeurs d'ouvriers pour racheter ces contrats et mettre ces Khurutos sur le marché afin de les envoyer travailler dans quelque exploitation. Après tout et à l'instar des gobelins, les Khurutos pourraient s'avérer d'excellents travailleurs. Faire la liste complète des plantes, arbres et roches exploitable in-game sur l'île : 1 point Cet objectif est purement scientifique. Le parlement ne voit pas trop ce qu'il pourrait en tirer mais quelques chercheurs et botanistes trouveront toujours de quoi exploiter avec enthousiasme ces informations. (Attention, il faut ici répertorier les éléments exploitables dans le gameplay du jeu) Faire un dessin, même moche, de l'île et de la vie des Khuturos : 1 point Avoir un souvenir a montrer est toujours intéressant et les gens sont friands de ce genre de représentation picturale, leur évoquant ces voyages lointains. Ce dessin finira sûrement sur le mur d'une riche salle a manger Calphéenne ce qui est toujours bon pour entretenir d'intéressants sujets de discussion lors d'un bon repas. Convertir les Khurutos à l'Elionisme : 5 points L’obscurantisme de quelques pratiques rétrogrades, ne saurait constituer le terreaux fertile du progrès. Seule les bases d'une religion universaliste, fondée sur l'idée d'une vérité commune à tous les êtres peut emmener les habitants de cette île à transcender leur âme. Bon… vous n'êtes pas encore scientifiquement certains qu'ils en aient une mais c'est toujours plus facile de prier le même Dieu. Rendre dépendant les Khurutos aux produits de la civilisation : 1 points Qu'est ce que les Khurutos pourraient bien faire de soupières de porcelaine fine ? Réponse : S'en faire des couvres chefs ! Certes, cette blague est de mauvais goût. Mais l'idée que les autochtones puissent échanger leur île contres des soupières en porcelaine se laisse étudier. Aussi serait il bon de créer un besoin chez les Khurutos grâce à un type de produit calphéen. Et les lois du marché, feront le reste. (pour cela, il vous faudra disposer dans votre budget d'un ou plusieurs produits calphéens) Ramener un mâle et une femelle Khurutos de l'expédition : 2 points Faire monter deux Khurutos sur un navire ne risque pas d'être une mince affaire. Mais leur étude, à Calphéon, par quelques spécialistes pourraient nous en apprendre plus sur leur mode de vie et les différences notables entre cette race insulaire et celle plus continentale. Commencer à décrypter le Khuruto insulaire : 1 points Comprendre ces Khuruto passera a terme par comprendre leur langage. Des spécialistes pourront s'en charger mais ils auront besoin que vous jetiez les bases de leur moyen de communications. Trouver la signification des dix mots suivant, permettra de considérablement avancer le travail : Tulu Nao Gamesh Sohsoh Nuta Raalar Kowek Mash Krog Kodolah Prouver que les Khurutos insulaires peuvent faire a terme de bon citoyens de la République : 2 points Cette expédition pourrait a terme, un jour, améliorer les connaissances sur les Khurutos continentaux et insulaires. SI certain des premiers sont intégrés à la société occidentale, l'agressivité de leur culture rend leur nombre encore trop rare. Ce genre d'étude sur un groupe restreint pourrait permettre de faire avancer une stratégie sur ce sujet. Si les joueurs remplissent les objectifs de convertir les Khurutos, les rendre dépendants à nos produits, ramener un mâle et une femelle et commencer a décrypter le Khuruto insulaire, les joueurs peuvent faire avancer l'idée de l'intégration des Khurutos au sein de la civilisation. MOINS DE 5 POINTS : Cette expédition est un échec. Les joueurs auront probablement à rendre des comptes sur la manière dont l'argent public a pu être dépensé pour un tel voyage d'agrément. Prendre des vacances aux frais du contribuable n'est pas acceptable dans une République digne de ce nom. Vous pourrez toujours courir pour avoir des financements public lors des prochains events et une commission sera établie pour savoir comment toute cette affaire déplorable à été gérée. 5 POINTS : Mouais… après tout il faut bien financer la recherche, même si ca ne sert a rien. Comme disait un ministre un jour : « Les chercheurs ils cherchent, c'est bien. Mais ça serait bien qu'ils trouvent. » Bref… l'honneur est sauf et si cette expédition n'aura pas eu l'effet escompté, elle aura le loisir de satisfaire quelques binoclards qui s’intéresseront aux deux trois plantes que vous avez ramené afin d'en écrire un bouquin…. C’est déjà ça, non ? 10 POINTS : L'expédition est intéressante et sans doute fera t-elle parler d'elle dans les salons. La vie trépidante d'explorateurs, les discussion sur ces Khurutos nus. De quoi enflammer la bonne société Calphéenne, avide de ces histoires. Le parlement trouvera sans doute de quoi faire un jour, avec les informations récoltées… Le temps sans doute qu'une commission se penche sur les avantages de vos recherches. Félicitations ! Vous méritez au moins votre grade d'explorateur. 15 POINTS : Voilà une expédition réussie et le parlement aime a dépenser de l'argent afin d'obtenir des résultats concrets. Vous dépassez de loin ces fichus archéologues de ruines anciennes qui dépenses des fortunes en travaux interminables pour ramener trois babioles magiques. Non ! Là il s'agit de véritables avancées dont on peut tirer partie. Et les marchands se frottent dors et déjà les mains, prêts a envoyer quelques navires pour récupérer tous les bénéfices qu'ils pourront tirer de cette île… Et tout le monde sait que le vote des marchands pèse lourd. 20 POINTS : Cette expédition est un grand succès. La civilisation est en marche et rien ne pourra l'arrêter. Par l'étendue des connaissances et de la recherche, la science prouve qu'elle est le meilleur allié du progrès et l'Or est son bras droit. Cette expédition prouve la capacité de projection de la grandeur Calphéenne et la République pourra bientôt rivaliser sans doute avec le rayonnement culturel de Valencia. A n'en pas douter, d'ici peu la République aura prouvé sa supériorité sur le monde pour le modeler à son image. Le parlement s'empressera sans doute de réclamer le récit de cette expédition et vous serez sans doute récompensés d'un intéressement non négligeable sur les bénéfices de cette affaire.
  3. ECHEC DE LA MISSION "LA MAIN DE CALPHEON"
  4. La vigilance des habitants et de la garde d'Altinova à permit de déjouer une conspiration dont les sombres toiles se tissaient dans les rues d'Altinova. La cité a réussit a mettre en fuite un groupe d'étranger qui semblait planifier une attaque contre un dénommé Madüküt et sa femme. Les scélérats ont été dénichés et mis en échec avant de pouvoir passer à l'acte. Des heurts durant leur fuite ont causé la mort d'un garde et un autre reste grièvement blessé après une nuit d'altercation dans les rues de la ville. Il semble pour l'heure impossible de savoir si les criminels se trouvent ou non encore dans la ville mais la garde d'Altinova a accentué ses patrouilles dans le but de les dénicher. La fouille de leur cache a permit de découvrir une importante quantité de drogue et une femme, qui avait été enlevée en même temps que son fils par ces malfrats de la pire espèce, à pu être récupérée en vie. Au vue de son état, elle aurait été violentée plusieurs jours durant par le groupe. Elle a été rendue à son époux reconnaissant envers la garde, mais leur fils reste toujours porté disparu, probablement entre les mains des criminels. L'enquête n'a pas encore réussit à établir de liens entre Madüküt et l’enlèvement d'honnêtes habitants de la ville mais certains déjà, à Altinova, soupçonnent la "main de Calphéon" d'être derrière cette sinistre affaire. Alfonso Cavallieri, l'un des diplomates calphéens en poste à Altinova, à assuré que la République n'avait planifié aucune attaque contre Madüküt ni donné aucun ordre dans ce sens. Calphéon continue de réclamer que Madüküt lui soit livré par la justice d'Altinova mais affirme respecter la juridiction du territoire Medien. Selon Alfonso, la nature des multiples origines quant aux criminels impliqués, l'enlèvement de femme et la drogue retrouvée, laisserait plutôt présager d'un règlement de compte entre cartels criminels, voire d'une implication de Madüküt dans un trafic d'esclave ayant mal tourné.
  5. "Oh...vous connaissez la recette impériale. Je n'avais pas songé à la faire. Mon frère m'a demandé de préparer un repas et je vous avoue que je n'avais pas d'idée... mais la recette impériale marche toujours, n'est ce pas ?" Aura répondu la femme en commandant un quartier de mouton. Après avoir soigneusement choisit son morceau, suivant les conseil de cet homme, et souriant sans doute dans ce sentiment qu'au fond, une telle façon de l'aborder ne soit en réalité qu'une tentative de lui faire la cour, ce dont elle s'en trouvait charmée, elle prit le temps de répondre, tandis que le boucher préparait la viande. "Mandalah vit dans une maison sur les hauteurs. Vous pouvez vous y rendre en prenant l'escalier de pierre qui part vers le Nord, au niveau de l'arène. Il monte vers les contreforts qui surplombent l'artère principale." La jeune femme aura discuté ensuite avec Sevrus un temps, espérant sans doute se voir gratifiée de quelques flatteries, ce qui est toujours chose agréable, avant de le laisser, non sans abandonner le plus innocemment du monde, l'information selon laquelle elle passait régulièrement au marché à cette heure."
  6. Un certain Léonard a dit un jour : "Tu dois donner à tes visages une attitude qui révèle les pensées que les personnages ont dans leur esprit, sinon ton art ne mériteras aucune louange." ...selon ses critères, je crois que tu mérites largement ces louanges.
  7. Hier, un homme aurait traversé les rues en hurlant pour se présenter devant un casernement de soldats, en pleine ville d'Altinova, le cuir chevelu ouvert et dans un état déplorable. Et ses cris porcins, presque déchirants et à fendre le cœur, auraient alerté le voisinage, attirant les uns et les autres à la contemplation de la scène, qui depuis les venelles étroites, qui depuis les toits plats des maisons, pour observer l'homme, braillant à genoux devant les portes closes du cantonnement, sous le regard des soldats retranchés. "Ils ont pris ma femme !!" S'arrachait-il d'une voix brisée, en pleurant et en griffant le sol, tandis que le sang de son visage se mêlait à la boue de la venelles en terre battue. "Ils m'ont enlevé ma femme et mon fils !" Ce à quoi un soldat aurait répondu : "Tu n'as qu'a t'en acheter d'autres", provoquant l'hilarité générale de ses condisciples. Tous auront rit devant le malheur de ce pauvre homme, sans se soucier plus de ces choses, dans une ville où somme toute, la violence frappait si aveuglément qu'on s'en trouvait heureux qu'elle ait toqué à la porte d'un autre. La vielle Najett le dit souvent de sa voix chevrotante, assise sur un vieux banc de bois qui borde sa maison, témoin immobile du monde qui passe : "Altinova est devenu un grand marché ou tout s'achète et tout se vend. Même le malheur...... même le bonheur."
  8. Trois hommes seraient à la recherche d'un certain "perroquet". Ils seraient envoyé par le "chacal" un concurrent de celui qu'on nomme "le rat". Derrière ces noms d'animaux, aussi exotique les uns que les autres, se cacheraient selon les habitants, des vendeurs de drogue et autres joyeuseries propre à l'évasion, quoique personne ne puisse encore expliquer l'amour inconditionnels des criminels pour la zoologie. L'homme recherché est décrit comme étant un homme de l'Ouest se faisant passer pour un valencien, vêtu de haillons et portant une barbe sale. Il est soupçonné d'avoir vendu de la drogue dans quelques établissements, dont l'un se trouvant sur le territoire de vente du "chacal" et de sa bande. "Non d'un chien*", les hommes du "chacal" l'assurent, ils veulent avoir une bonne discussion avec lui et leur chef promet de se montrer généreux envers tout individu qui leur donnerait des informations utiles sur ce "perroquet". * "Chien" n'est pas ici le nom d'un énième chef de cartel mais simplement une expression fortuite.
  9. @Zokroz Sevrus aura pu cueillir quelques informations en cuisinant les gens de la taverne. « C'est étrange. Tu n'est pas le premier a poser des questions sur ce Madükut. J'ai croisé un homme d'Haso hier qui s'intéressait à ce type, lui aussi. » Atinn Sandroghal, musicien itinérant. « … les gens aiment bien Kaysha ! Tu parles ! Alors quoi… à présent qu'elle est sortie de la boue de cette ville, elle se ballade en belles tenues de soie ? Tout ça parce qu'elle a marié son joli petit cul à un étranger ? Elle peut bien se la garder sa générosité ! Et ben quoi ?! Elle nous prend pour des mendigotes et en plus elle joue les filles d'Aal. Elle peut y aller en pèlerinage, il lui faudra pas mal de voyages si elle veut effacer sa vie d'avant. Avant de rencontrer son étranger, crois moi, elle a fait comme nous autres pour pouvoir manger. Y a qu'un ouestrien pour penser qu'il puisse exister dans cette ville de dégénérés, une seule fille aussi belle qui soit encore pure… les ouestriens et leur naïveté ! » Kaldana, prostituée. « Madükut, n'existe pas mon garçon. Tout ça c'est des conneries. A mon avis, ils cachent dans leur foutue maison une arme secrète qu'ont mis au point les gouvernements pour contrôler la population. Tu as déjà entendu parler de la grande nuit qui a frappé Altinova… et bien crois moi, ce n'était que la première phase d'un projet secret. Quoi, leur projet ? A ton avis ?… Nous contrôler jusqu'au dernier pour engraisser les élites et leurs sociétés secrètes. » Kermal, ancien éleveur de bétail. « Je rêve de manger une de ces Speç Litteh Imperalah. Comment ça tu n'en a jamais goûté. C'est un pat typique de Mediah, l'ami. C'est une sorte de salade de viande épicée que l'on peut préparer marinée… bœuf, mouton, chien… A cela tu ajoute une avoine raffinée, croustillante à souhait. Le tout agrémenté de saucisse fumée et de boudin noir sanglant. Servi avec un petit vin corsé aux herbes, c'est un vrais régal, l'ami !… Sinon qui disais-tu ? Madüküt ?... » Fenredh Müttil, tanneur. « Madüküt ? Oui, j'en ai entendu parler. Madüküt n'est pas son véritable nom. Mais c'est ainsi qu'on le nomme dans le coin. A ce qu'il paraît, les ouestriens en auraient après lui. Je ne sais pas quels crime il a commis là bas, ni ce qu'il fuit. Mais il a trouvé la protection de Telbrünah Kotalah… et il faut que cet homme pèse son pesant d'or pour que Telbrünah l'aide. Bien sûr, tout le monde ne voit pas cette protection d'un bon œil. Kaliç Mandalah, par exemple… Lui aussi c'est un riche marchand. Et si ca ne tenait qu'à lui, il renverrait Madüküt vers l'Ouest. Selon lui, ce gars ne vaut pas le coup de risquer de tendre les relations entre Mediah et ses partenaires commerciaux. Quant à Neruda Shen ? Je ne sais pas ce qu'il en pense et entre nous, je n'ai pas envie de le lui demander. Tu devrais rester loin de tout ça l'ami. Ce genre d'histoire ne peut qu'apporter des malheurs. » Barral Gotem, convoyeur de bien spéciaux par bateau. « Je te reconnais. Arh ! T'es l'un de ceux qui est parti avec Shoona, hier soir. Arh ! Tu en as eu pour ton argent ?! Shoona n'est pas la meilleure. Si tu veux t'amuser, va voir Tisha ! Elle traîne de l'autre coté du port. » Podek, mineur. « Arrête de poser des question, Kalphëan et monte avec moi ou un autre va prendre ta place ! » Yadëe, prostituée.
  10. LA MAIN DE CALPHEON [Event Annexe] Matteo Conti, un ancien diplomate de Calphéon s'est réfugié à Altinova après avoir trahit la République et sa tête est désormais mise à prix par la cité de l'Ouest, bien décidée à lui faire payer sa trahison. Matteo, déjà condamné à mort par contumace ainsi qu'a "mille sévices", comme l'aurait définit un juge calphéen, ne compte nullement rendre des comptes à la République. Il profiterait d'un train de vie dispendieux [Rétribution de sa honteuse trahison] et de largesses grassement accordées par Mediah, convaincu qu'il est, d'être hors d'atteinte de la main de Calphéon au sein de la cité medhienne. Certains disent même qu'il se serait même converti à l'Aalisme. Les joueurs auront l'opportunité de tenter d'exfiltrer de force Matteo ou de l'exécuter, afin de porter la justice Calphéenne hors de sa juridiction tout en faisant attention de ne pas éveiller l'attention de Mediah, partenaire économique incontournable de la République. INFORMATIONS A DISPOSITION DES JOUEURS POUR CEUX ENQUÊTANT PARMI : Attention ! Les participants auront besoin d'une fiche de personnages dans les trame courtisanes. Voici un résumé de comment faire votre fiche et des règles de combat. (En vérité c'est assez simple, ne paniquez pas.)
  11. « Il est une obsession certaine chez Dulcia Da Monti. C'est celle de la damnation. Et quoi qu'elle eut pu nous faire oublier ses origines, marchant au soleil, semblable à l'une des nôtres, nonobstant la souffrance d'un tel mensonge, elle est toujours restée une des leurs. Une de ces créatures vomies par les abysses jusqu'aux grèves du monde d'en haut. De ces âmes damnées que quelques hommes en naufrage aperçoivent parfois, pareilles à ces apparitions émergées des profondeurs insondables de la misère, et dont le chant vous ensorcelle, avant qu'elles ne disparaissent pour toujours vers l'obscurité du monde. Pauvres courtisanes, folles épouses éphémères de marins en escales ! A quel pacte maudit avez vous vendu vôtre âme pour arriver jusqu'ici ? Est ce l'espoir d'Amour de quelques princes qui vous porte jusqu'à nous ? Celui de sentir la lumière du jour, pour quelques temps du moins, avant que les flots d'une nuit sans fin ne vous avale à nouveau. Quelle étrange destin que le votre, vous dont nous aimons la femme et dont nous maudissons le monstre. » Poète anonyme de Calphéon, III eme siècle
  12. LES "CONQUÊTES" DE LA CIVILISATION « ...Sitôt la tempête terminée, je me retrouvais à dériver sur l'immensité de la mer avec les étoiles pour seul guide... » Assis à une table garnie, dans la demeure du ministre Armando Cavalieri et de sa femme Ludivina, Charles Conte, un explorateur à peine revenu de voyage, régalait de son récit les invités présents. Entres deux huîtres dont les plateaux ornaient la tables et dans la douceur calfeutrée des bougies qu'égayait une douce musique, il relatait les détails de sa dernière exploration sous l'air émerveillé des convives. « Au petit matin, ma frêle embarcation longeait les côtes d'une île que je ne reconnaissais pas. Elle ressemblait à un mont rocheux sorti des eaux et par quelque effet dont j'ignorais le secret, la lumière du jour faisait briller un œil sur l'une de ses parois dont l'éclat semblait me contempler. J'approchais mon frêle esquif d'une de ses plages par le Sud lorsque je vis, jouant sur le sable une mère et son enfant. Ils ressemblaient à des Kurutos à l'exception du fait que leur corps totalement nu était peint de couleurs et bardé de colifichets et de pendentifs. » Les quelques femmes présentes, à la description de cette nudité offerte au regard de l'explorateur, s'exclamèrent de sons qui oscillaient entre le choc de cette annonce et l’émerveillement de l'exotisme qui en découlait. Charles adorait l'effet de ses récits sur la bonne société Calphéenne et en un sens, cette bonne société aimait elle même se trouver dépaysée des descriptions de l'explorateur. « Mais… est ce que l'on voyait… la poitrine nue de cette…..femme ? » Questionna une jeune patricienne, dont les grands yeux clairs, semblaient ne pas concevoir que l'on puisse ainsi exposer de telles rondeurs aux regard des autres, ce qui provoqua le rire contenu des hommes présents « Absolument, mademoiselle, répondit d'un sourire goguenard l'aventurier. Mais la chose était loin de s'en trouver vulgaire, bien au contraire. Il y avait dans ce spectacle d'êtres aussi simples, jouant sur ce lieu baigné de lumière dans la plus innocente conception dont la nature les avait faite, une forme de sérénité heureuse, une image du paradis perdu. » Tous hochèrent la tête, touchés par l'idée que décrivait ainsi l'explorateur et ce dernier poursuivit : « Approchant ma barque je leur fis de grands signes pour montrer que je n'étais pas hostile. La mère m’apercevant, s'enfuit aussitôt, paniquée sans doute par la complexité de ma tenue civilisée et je me décidai à débarquer sur le sable. Outre un collier que les autochtones avait abandonné au sol, j'y vis deux embarcations de fortunes, sortes de radeaux sans voiles fait de troncs et de feuillages réunis. Quelques offrandes à la mer avaient été délaissées, fruits appétissants qui me permirent de refaire le plein de vivres. Je jugeai que la population de cette île devait se monter au maximum, à une cinquantaine d'individus vivant quelque part, bien que je n'en eusse aucune confirmation. Ne voulant pas m'attarder, je ramassai le collier pour le garder avec moi et quittai ce petit coin de paradis. Et ainsi parvins-je à retrouver la route de la civilisation. » Le riche Antonio se mit a rire de bonne grâce en posant sa serviette sur un coin de table, non sans s'être essuyé les lèvres. « Par Elion, Charles. Votre histoire est passionnante et je vous envie presque des merveilles que vous avez contemplé. Cet endroit, émergé hors des âges de la civilisation, à dû être un enchantement pour vos yeux. – Nul spectacle ne fut plus beau que cette scène, je vous l'assure. » Répondit l'explorateur en hochant la tête dans une approbation heureuse. Ludivina Cavalieri, touchée par l'innocence du récit, souriait dans la tendresse induite par la description de ce coin perdu. « Il est incroyable de se dire que certains mondes ont si peu été touchés par la civilisation. – Et espérons que cela demeure ainsi, ajouta le ministre en posant une main sur celle de sa femme. Ces peuples sont peut-être plus heureux dans la simplicité de leur existence, loin de nous. – Au moins avez vous gardé de ce monde perdu un souvenir des plus charmant, renchérit l'épouse du ministre. Avez vous encore ce petit collier ? – Pour sûr ! » Fit Charles en sortant de sa chemise un mouchoir brodé. Ouvrant celui-ci, il en sorti la breloque, cordelette végétale qui soutenait une seule et unique pierre percée, qu'il déposa sur la table à la vue de tous. Le silence qui s'en suivit fut édifiant. Chacun contemplait le bijoux, le regard fixé sur ce cailloux lisse que d'aucun auraient trouvé, beau mais anodin… d'aucun mais pas les gens autour de cette table. Lentement, le ministre porta ses doigts autour de la pierre pour la lever près de son regard et l'éclat noir qui en brillait semblait danser dans les yeux du ministre. Alors, en observant l'objet soudainement si précieux, le ministre murmura doucement : « Charles… je crois que ces autochtones viennent soudainement de gagner un intérêt tout particulier aux yeux du Parlement. » Et l'explorateur de répondre par un sourire entendu. « Pour un bon prix, mes cartes sont à disposition de Calphéon... » EVENT A VENIR...
  13. "Certains considèrent que les Di Castelli furent un exemple de progressisme et d'Humanisme, protecteurs des Lettres et des Arts, fervents défenseurs des principes Républicains et d'une plus juste égalité entre les Hommes. D'autre les accusent d'avoir été une famille autocratique, ambitieuse, concentrant divers pouvoir entre ses mains pour écraser dans la soumission ceux qui s'opposaient à leurs intérêts. Sans doute la vérité historique se trouve-elle entre les deux et les Di Castelli ont soufflé le chaud et le froid, promouvant la lumière d'idées nouvelles tout en se confrontant aux passions et aux faiblesses humaines, engendrées par la luxure, la politique, le pouvoir et l'argent. En cela les Di Castelli représentent toutes les ambivalences de l'Aristocratie calphéene de cette époque. Mais selon le chroniqueur Verotti, si les Di castelli pouvaient se trouver soumis à toutes les tentations de leur position, ils s'en protégeaient également en vouant une fidélité sans faille aux membres de leurs familles et à leurs amis et cette forme de bienveillance envers les leurs, héritée de la tradition Volderone, a de loin préservé les membres de cette maison de la folie complète à laquelle les destinaient les passions du pouvoir. Ainsi ont ils en permanence opposé l'Amour à la violence voulue par leur condition, amour qui fut très certainement le véritable ciment de la dynastie Volderone, dans les moment difficiles." Franck Verdi, "La part d'ombre des Républicains"
  14. @Ikhlas @Shah @Néron @Valentinna @Hergonn @Amellia @Minho