Amellia

Membres
  • Compteur de contenus

    257
  • Inscription

  • Dernière visite

Profile Song

À propos de Amellia

  • Rang
    "Fit Seti Nie Hier"_Amen
  • Date de naissance 11/09/1993

Informations RP

  • Personnage principal
    [Noblesse] Kereen

Visiteurs récents du profil

1 905 visualisations du profil
  1. L'orphelinat du quartier marchand _________________ La nuit, tous les chats sont gris. Tard dans la nuit, une épaisse fumée aura tamisé les ruelles du quartier marchand. Des va-et-viens hâtifs d'habitants tenant des sceaux d'eau dessinaient le chemin menant à l'orphelinat. La silhouette d'un grand costaud semblait s'activer devant les portes en flammes, évacuant les enfants par deux ou par trois, quitte à les jeter hors de l'établissement. L'incendie avalera en quelques heures le bâtiment malgré l'intervention des riverains. C'est au petit matin que les dégâts seront le plus visibles, laissant les propriétaires du lieu oubliés de tous, démunis. C'était sans compter leurs amis, qui tenteront de remonter leur moral... " Ehh... Ca va aller, on savait tous que cela arriverait un jour, l'établissement était devenu insalubre... Mais, dernièrement l'on a entendu dire que des nobles allaient jusqu'à donner des aides directement dans les bas-fonds ! Alors... la logique voudrait qu'ils n'oublient pas un pauvre orphelinat qui recueille les enfants dans le besoin depuis bientôt un an... Enfin... Je le crois... Car il va nous falloir de l'aide au moins pour soigner ceux dans le besoin... " Une enquête est ouverte concernant les causes réelles de l'incendie car certaines commères assurent avoir vu deux personnes suspectes rôder autour de l'établissement.
  2. F V N E R A R I V M _________________ Les nouvelles vont vite en ville. Plusieurs personnes auront remarqué un flux anormalement élevé de gardes sur le domaine du funérarium de la famille Kelvera. Il est connu que les accords entre la maison noble, la garde et le clergé sont actés depuis une année révolue. Ainsi, il n'est donc pas surprenant de voir la garde placer des réquisitions dans les locaux en attente d'une expertise d'enquête... Cependant, ces derniers temps, l'activité semble accrue. Les rumeurs vont bon train ce qui au final commence à dénouer les langues. En effet, quelques défunts ont été mutilés et en effet, pour la plupart, au visage. Certains murmures iront jusqu'à parler d'un fait isolé, d'autres d'un psychotique en liberté et pour les plus angoissés, d'une secte malfaisante. La garde semble silencieuse, elle ne nie pas, elle n'affirme pas et ne semble pas plus affolée que cela. Un fait divers parmi tant d'autres ? _________________
  3. Cénotaphe. « La vertu n'est souvent qu'un masque politique; Souvent d'un beau dehors l'ambitieux paré Cache l'ardent désir dont il est dévoré. L'indulgence affaiblit et perd la discipline... L'affront n'existe plus quand l'outrage est vengé. Plus le sort nous élève au-dessus du vulgaire, Plus il nous met en butte à ce juge sévère, Qui cherche nos défauts, et, sans respect des rangs, Console sa bassesse en médisant des grands. La loi permet souvent ce que défend l'honneur. »
  4. L ' A V E N I R E S T U N L O N G P A S S É ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯ L'autopsie d'une époque An 285 - Heidel * Le corbeau. Alors cet oiseau d’ébène, par la gravité de son maintien et la sévérité de sa physionomie, induisant ma triste imagination à sourire : « Bien que ta tête, — lui dis-je, — soit sans huppe et sans cimier, tu n’es certes pas un poltron, lugubre et ancien corbeau, voyageur parti des rivages de la nuit. Dis-moi quel est ton nom seigneurial aux rivages de la Nuit plutonienne ! » Le corbeau dit : « Jamais plus ! » Mais le corbeau, perché solitairement sur le buste placide, ne proféra que ce mot unique, comme si dans ce mot unique il répandait toute son âme. Il ne prononça rien de plus ; il ne remua pas une plume, — jusqu’à ce que je me prisse à murmurer faiblement : « D’autres amis se sont déjà envolés loin de moi ; vers le matin, lui aussi, il me quittera comme mes anciennes espérances déjà envolées. » L’oiseau dit alors : « Jamais plus ! » Edgar Allan Poe * Le cadavre invisible. Éternité de l'homme, illusion ! chimère ! Mensonge de l'amour et de l'orgueil humain ! Il n'a point eu d'hier, ce fantôme éphémère, Il lui faut un demain ! Vous dites à la Nuit qui passe dans ses voiles : « J'aime, et j'espère voir expirer tes flambeaux. » La Nuit ne répond rien, mais demain ses étoiles Luiront sur vos tombeaux. Louise Ackermann * La gorge tranchée. Quand la Mort serait là, quand l'attache invisible Soudain se délierait qui nous retient encor, Et quand je sentirais dans une angoisse horrible M'échapper mon trésor, Je ne faiblirais pas. Fort de ma douleur même, Tout entier à l'adieu qui va nous séparer, J'aurais assez d'amour en cet instant suprême Pour ne rien espérer. Louise Ackermann * ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯ An 286 - Calpheon * Votre éducation peut être considérée maintenant comme achevée, — il est grandement temps que vous vous poussiez dans le monde, — et vous n’avez rien de mieux à faire que de suivre simplement votre nez. — Ainsi — ainsi… ainsi sortez de chez moi, et que Dieu vous assiste ! * La lionnerie. Quand je mets à vos pieds un éternel hommage, Voulez-vous qu’un instant je change de visage ? Vous avez capturé les sentiments d’un coeur Que pour vous adorer forma le créateur. Je vous chéris, amour, et ma plume en délire Couche sur le papier ce que je n’ose dire. Avec soin de mes vers lisez les premiers mots, Vous saurez quel remède apporter à mes maux. Alfret de Musset * L'inhumation prématurée. Il y a des moments où, même aux yeux de la raison froide, notre triste monde peut prendre l’aspect d’un enfer. Mais l’imagination de l’homme n’est pas une Carathis pour explorer impunément tous les abîmes. Ses terreurs sépulcrales, légion redoutable, ne peuvent, hélas ! être tenues pour purement fictives. Mais comme les démons avec lesquels Afrasias descendit l’Oxus, il est nécessaire que ces effrois dorment ou qu’ils nous dévorent, qu’on les laisse sommeiller ou qu’on se résigne à périr. * Le bélier et la fleur d'équinoxe. Sacrifier l’innocence, fuir la pauvreté, Les crocheteurs, les oubliés de la morale. Dans la fierté les loups y planteront leurs crocs, L’oisiveté viendra pour vous ronger les os, Marionnette furtive dans un théâtre d’ombre, Le code d’honneur me suivra jusqu'à ma tombe. Je garde courage, un peu d’amour et d’assassinat, Dans la bataille tant que le soleil m’effleure, Dans la fierté je vis, dans la fierté je meurs. VII * Air de testament pour un basané. Rappelle-toi, le temps n'efface que les détails Tends le doigt vers le ciel tu pourras toucher les étoiles Dis-toi seulement, qu'ils sont là dans nos mémoires Déleste-toi un peu du poids du désespoir Tout s'écroule autour de toi On rebâtira demain dans le silence et le secret Un grand frère c'est sacré entre l'absence et le regret Ces mots du bout des lèvres lentement je les murmure M'arme de nos blessures, un ange est tombé de là-haut Je trébuche et me questionne, sur un spectre si pesant Dans ce funérarium on était quasiment deux cents Ce sentiment de vide, il n'avait à peine quelques ans Gamin difficile à cerner mais tellement intelligent Un peu distant, il se foutait parfois de tout Mais frissonnait en écoutant le chant des chœurs des hommes en rouge Ne repars pas à zéro, on vit avec le manque VII * Les racines d'un chêne. L’atmosphère fait penser à ces rites de destruction de la personnalité individuelle, à cet état second dans lequel l’homme devient un réceptacle vide où l’on déverse, dans l’ivresse, des sentiments édifiants La tête de mort elle-même passait pour le symbole de l'effacement de sa volonté personnelle, au service d’une mission supérieure. * Grandeurs et décadences. Pigritia est un mot terrible. Il engendre un monde, la pègre, lisez : le vol, et un enfer, la pégrenne, lisez : la faim. Ainsi la paresse est mère. Elle a un fils, le vol, etune fille, la faim. Victor Hugo * ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯ An 287 - Calpheon * To be continued... Fort de mes acquis délivré de la grisaille De mes efforts on acquit livres et représailles J’ai déduit ce message de mes goûts de mes douleurs De l’horreur, de l’or, de l’humain, Que l’aurore de demain soit splendeur pour la descendance. Ouvrez les yeux. *
  5. Belle présentation et bienvenue ! (Petite mention spéciale pour ton choulpabilis marmoratus ) Bon jeu !
  6. Au détour de l'après-midi, les conversations remonteront jusqu'aux oreilles intéressées. Au funérarium où se déroulait l'uns des nombreux départs funéraire ; à l'écart de la foule, la silhouette de la propriétaire accompagnée d'un prêtre du clergé : Le discours rapporté semblera plein de sens, la sagesse de l'érudit religieux neutre au possible détaillera les deux cas de figures que sa réaction a produit. La discrétion légendaire de l'intéressée permettant de mettre un doute sur ses intentions finales, cette dernière ne laissera entendre que quelques mots au représentant du culte. Le sage rentrera avec la revendication suivante : "Je tiens à ce que mes rues soient calmes, ainsi, depuis quand laissons-nous des personnes hurler à la possession déambuler librement au sein de notre quartier et à plus grande échelle, de notre capitale ?". La jeune femme réputée pour accompagner avec la plus grande dignité les défunts de la capitale, semblerait taper du poing sur la table concernant les conditions actuelles. Quel rapport ? Certains y verront un simple coup d'éclat, d'autres y verront peut-être une prise de position ferme quant au laxisme actuel. " Quoiqu'il en soit, peut-être qu'au final, a défaut de voir les rues calmes, on risques de se pencher sur des affaires de blé nourrissant les bas-fonds et que sans funérarium sous la protection bienveillante de l'église, ses affaires de possessions pourraient s'étendre jusqu'aux divers cimetières de la ville ! Imaginez-vous..." pensera Lisette, taillant la bavette non-loin de la fontaine. Cependant, en l'état actuel des choses, paisible comme un tombeau, la grande blonde laissera planer les doutes et les suspicions. On a toujours su où la trouver au besoin.
  7. Il semblerait que dans les hauts rangs de la société de Calphéon, plusieurs paroles soient colportées.... Ainsi, la noblesse locale commença à détourner son attention sur le noble qui aurait déclaré, d'une certaine colère, des propos à l'encontre du mouvement actuel progressiste. Il est chose courante de voir des nobles tenter de racheter leurs honneurs ou images lorsque des actes et faits sont portés jusqu'au parlement. L'évolution... Cette choses non-aisée, qui peut dépasser bien des personnes lorsque leurs intérêts n'y sont pas. Dans les jardins fleuris, les messes basses sont dites. L'hypocrisie, la lâcheté, l'orgueil et le savoir au travers des livres, seront des thèmes qui reviendront souvent. Les oreilles les plus affûtées iront jusqu'à creuser ces faits, partant d'un nom : "Snyder", allant de Vélia à Heidel et de Heidel à Calpheon au détours de faits avérés. Ainsi, la "dignité" reviendra sur le tapis... Et les gens jardins fleuris s'adonneront à une réflexion collective. Une grande silhouette blonde, ondulant dans sa robe pourpre, glissera quelques paroles afin d'éviter les messes-basses, préférant reprendre les bonnes habitudes données dans son salon littéraire. " Dans un éventuel bréviaire républicain si l'on devait réunir cent pensées, maximes ou observations qui devait être offert aux méditations des parlementaires, le nom des personnes ayant aidées à l'élaboration de celui-ci seront sans doute les premiers a être écrits et laisseront une traces dans les méandres du temps qui passe, bien trop vite. Ils viendront peut-être de l'ancienne noblesse, de celle qui aime encore ses principes ou de la nouvelle, qui cherche à évoluer. Cela causera bien des discordes, ou des débats, car au final c'est le but... Mais à trop parler dans le vent, beaucoup vont s’essouffler. Ainsi, peut-on faire confiance à des gens dirigés par leur orgueil ? D'une noblesse qui n'a encore que peu vécu. Peut-on faire confiance à un père qui manquent de propager une épidémie dont il n'annonce pas la cause dans notre capitale au lieu d'appeler des autorités compétentes et mettre en quarantaine la personne, plutôt que de faire de la politique orgueilleuse ? Entre le savoir dans les livres et le vivre réellement il y a parfois beaucoup de nuances en effet... ainsi, prôner l'ignorance de la haute caste... Abandonner ses rêves d'égocentrisme à un triste sort, c'est accepter de vivre en communauté. Et, peut-être ces paroles seront elles "vieille-calpheon" mais...C'est en parvenant à nos fins par l'effort, en étant prêt à faire le sacrifice de profits immédiats en faveur du bien-être d'autrui à long terme, que nous parviendrons au bonheur caractérisé par la paix et le contentement authentique. " Ainsi, la noble aux armoiries octopodes et à l'activité funéraire, attestera par ces paroles, le fait d'accorder un certain crédit aux Di Castelli, voire soutien à cette avancée.
  8. Je rejoins @Minho dans son énumération, rajoutant la famille Kelvera, propriétaire du funérarium de Calpheon, qui sert toujours de temps à autre pour des évents au besoin des joueurs. Il suffit juste de me contacter Bon jeu !
  9. Une agitation hâtive dans le quartier marchand laisse entrevoir un flux d'ouvriers aux portes du 3-6, 1er étage rue du marché. Selon une prise de parole des ouvriers, l'établissement en cours de rénovation est un orphelinat. Le financement des travaux est officiellement fait par une noble mécène qui semble déjà aider une bonne partie des commerçants du quartier. La direction de l'établissement, dans les registres, est attribuée à une dénommée Kheyah Kain qui semble réunir une équipe habilitée d'un orphelinat précédent, qui tombe malheureusement en ruine et qui met en danger ses occupants. Ainsi, lorsque les travaux seront terminés, les pensionnaires et leurs référents seront transférés dans l'établissement.
  10. « La victoire d'une bataille » Le jour se lève et je ne vois que le silence aux horizons. Dans le jardin de mes enfances, je crois que le pinson est mort. Sûr ça ne sera pas rose mais les écorchés voleront et écarteront le souvenir d'un pinson dans le lointain. Suivons le chant du vent des plaines qui nous mènera au printemps. Nous serons fiers, nous serons humbles et notre sang sera du vin. Les vagabonds des soleils noirs, loin des villes sans lumière. Gardez au fond un espoir, celui du loup dans les clairières. Notre étoile a le goût du souffre mais elle éclaire comme un millier de chandelles en processions, des oriflammes à l'horizon. À nos sangs littéraires. À ton parfum de spleen. Aux coups de marteau sur les nerfs. Aux armes. Lunareitic
  11. Bien le bonsoir ! Il n'y a pas de mal à prendre un peu de repos, allons. Quoiqu'il en soit, concernant la demande formulée initialement, je te retransmet un petit MP avec le résumé En espérant que cela t'aide ! Je reste à ta disposition au besoin.
  12. Visuel de l'extérieur et de la salle de cérémonie. Le laboratoire étant privé, non visible au grand public.
  13. « Doppelgänger » Le requin aux larmes qui courent sur son visage, vit dans l'eau. Ainsi, nous ne pouvons voir ses larmes. Dans les profondeurs, il est solitaire. Tant de larmes serpentent et c'est ainsi que l'eau, Dans les océans est salée. Quelque chose décontenancé, Mais irrésolu, Incompréhensible, Qui sera censuré. Nous étions anonymes, Nous avons un nom, Nous étions muettes, Les mots sont venus. Rammstein.