Wendall

Membres
  • Compteur de contenus

    76
  • Inscription

  • Dernière visite

3 abonnés

À propos de Wendall

  • Rang
    Niveau 3
  • Date de naissance

Informations RP

  • Personnage principal
    Ragasac
  • Personnage secondaire
    Mechtilde Persivol

Visiteurs récents du profil

1 237 visualisations du profil
  1. Achmiadzin
  2. "  - Mes frères, repentez-vous ! Car ces gourmandises ne s'apprécient vraiment que quand on les consomme la honte au front : comptez deux fulûs pour une pute ébouriffée, cinq pour une matrone à la cuisse moite, et dix pour un jeune giton ébranché. "

    (Izz' al Din, les Quatre Fida’i, chap. III)

  3. Connaissances : Histoire : ■■□□□□□□□□ Peuples humains : ■■■■■□□□□□ Peuples elfiques : ■□□□□□□□□□ Combat : Habileté à la fronde : ■■■■□□□□□□ Adresse à l'arc : ■■□□□□□□□□ Survie : Nage : □□□□□□□□□□ Orientation : ■■■■■□□□□□ Escalade : ■■■■□□□□□□ Premiers soins : ■■■□□□□□□□ Identifier les dangers d'ordre naturel : ■■■■■■■□□□
  4. Dieu a mis en moi d'étranges ingrédients : l'attirance pour le tranquille, le paisible, et l'exigence, l'impératif de broyer ceux qui se montrent injustes, indignes de Lui. Achmiadzin Identité : Prénom : Achmiadzin Âge : 48 ans en 286 Taille : 1m82 Race : Humain Sexe : Masculin Profession : ? Alignement : Loyal - Neutre Apparence : Le statuaire exigeant trouverait à Achmiadzin des proportions discutables : s'il surpasse en hauteur la plupart des humains qu'il rencontre, il se voit que son corps manque cruellement d'exercice. Néanmoins, tout médiocre qu'il soit sous ce rapport, son port fier, son maintien naturel et sa voix bien timbrée offrent à sa stature un peu de la prestance qui lui manque. Son extraction orientale se lit sur lui : il a le teint bistré, bruni par la gravure sévère du soleil, et la peau gerçurée que laisse au pauvre homme la morsure du désert. Sa figure, elle, burinée par le sable, fouaillée par la sécheresse qui a accentué ses sillons, indique une maturation, le commencement de l'automne. Ce charme particulier, que confère l'écoulement des années, donne à sa physionomie une certaine simplicité. Cela se voit lorsqu'il rit et que deux parenthèses viennent entourer, comme le cadre d'un tableau ovale, son nez au dos accentué. Qu'on ne s'y trompe pas cependant : un regard suffit pour comprendre qu'il n'a rien de l'austérité, de la dureté de l'ascète. C'est un homme qui soigne sa posture, veille à conserver un dehors agréable, sait la force d'un sourire, l'éloquence d'une patte-d'oie bien placée ; bref, qui a le souci du décorum. Il porte les cheveux longs, qu'il plaque tout à l'arrière, et a un front large que vient découvrir sur les deux côtés une calvitie moyennement prononcée. La barbe, dépilée sur les côtés, fournie sur la lèvre supérieure, tombante enfin sur le menton, se termine en une longue barbichette : souvent il y fait rouler ses doigts et en harcèle la pointe. Ses habits froissés, aux manches sales et renouées, le rendent au mieux l'égal de l'aventurier fauché, au pire du marchand en pleine baccara. Personnalité : Moralité : Achmiadzin est un honnête homme : il respecte ses engagements et, si tant est que vous obteniez son soutien, paiera de sa personne. Pour autant, on aurait tort de penser qu'il est un dragon de vertu, car s'il se méfie des milieux interlopes, il sait néanmoins s'adapter et fréquenter l'illégalité lorsque cela s'avère nécessaire. Caractère : L'oriental est d'un commerce agréable : il sait adapter ses façons, son discours à la personne qui se tient devant lui. Il transpire la fraternité, met à l'aise, rit avec sincérité et n'a pas une parole plus haute que l'autre. En public, il se gardera de parler de lui pendant des heures, et sait se taire lorsqu'un autre prend la parole. Même s'il essaye de s'en cacher, il apprécie le renom et la flatterie. Dans l'intimité, sa nature se réveille et son caractère se fait plus authentique. Contre toute apparence, on y rencontre un individu bien moins maître de ses sentiments, au tempérament plus sanguin, à la patience plus fragile, et à l'orgueil plus manifeste, boursouflé parfois. Au reste, Achmiadzin s'investit réellement dans les relations qu'il tisse. Pour peu que la cause soit entendue par l'intéressé, on le trouvera toujours à côté de soi, résolu et déterminé. Description : Achmiadzin n'a pas eu une vie semée de fleurs. Pourtant, il ne se plaint pas, et à chaque revers, on le voit ramasser ses forces pour corriger la fortune. Il en a tiré certains enseignements : être à terre est une épreuve, une étape intermédiaire. Ne dit-on pas que Dieu relève les infortunés qu'il choisit d'assister ? En la matière, Achmiadzin est un croyant honnête et soucieux de bien faire. S'il ne dispose pas d'une connaissance livresque aboutie, il accomplit avec une grande application les rites aalans qu'il tient de son éducation. Que l'on n'aille pas trop vite en besogne cependant ; il ne tient rien du saint. Et à voir comme il fait bombance et prend du bon temps sans bouder son plaisir, pareille affirmation ne résiste pas longtemps à l'examen. On ignore d'où cela lui vient, mais le spectacle de l'injustice lui infuse une angoisse du dernier degré. C'est une véritable maladie, il s'en lève la nuit : celui qui cause du tort à quelqu'un qui n'a rien fait pour mériter son sort n'appelle d'autre châtiment que celui d'être livré aux bêtes. Il n'est pas grand clerc en matière de pardon. À son sens, ce genre de vermine ne connait pas la rédemption. Il faut donc l'écraser avant qu'elle ne prolifère. Tout le reste n'est que littérature. Vraisemblablement, c'est quelque chose qui le ronge. Il n'est pas clairvoyant, pour ne pas dire sans aucun discernement à ce sujet : c'est pourquoi même en demeurant son ami, il vaut mieux se garder de commettre pareil forfait devant ses yeux. Il ne restera pas sans rien faire. Objectifs : Le ver est dans le fruit : si la quête d'Achmiadzin n'est pas mauvaise en soi, sa haine féroce, son intransigeance face à ceux qui causent des injustices, risquent de lui mettre un bandeau devant les yeux. Ce sont ses relations qui donneront le dernier coup de marteau à ses croyances. Si d'aventure... ... son compagnon de route l'encourage dans son obstination, l'ulcère s'aggravera et il ira jusqu'aux extrémités dans ses résolutions. ... son compagnon de route lui apprend le pardon, ou tout simplement le convainc qu'il n'est pas juge, peut-être ses blessures se refermeront et sa colère s'éteindra. Pour les personnages en manque de références, Achmiadzin peut être une figure influente. Qu'on se ne leurre pas cependant : il essaiera de faire accepter ses vues à ceux qui se construisent. Fréquentations : Entourage : Achmiadzin vient de gagner l'Ouest en s'agrégeant à un groupe de voyageurs. Il n'a aucun titre sur lequel s'appuyer, et à l'exception d'une poignée de marchands habitués à écouler leurs marchandises à Shakatu, n'a aucun contact sur place.
  5. Je vois qu'il y en a que ça intéresse. Le truc compliqué avec l'Histoire, c'est qu'il s'agit d'une science relative : total, il y a des contre-arguments à presque tout ce que tu échafaudes, selon le point de vue. Par exemple, pour chipoter, je pourrais te parler d'Irène l'Athénienne... basileus (et non basilissa) de l'empire byzantin, fin IXème. Cela dit, je suis d'accord pour dire que c'était pas accueilli avec confettis et bouquets de fleurs. Il y en a un qui en a profité pour se faire couronner empereur par le pape, arguant que ça ne faisait pas très sérieux d'avoir une femme à la tête de l'Empire romain (lequel - c'est mon avis - ne s'est pas "effondré" en 476, date à laquelle il ne s'est quasiment rien passé, mais un peu moins de mille ans plus tard). Je partage aussi l'idée d'une présence féminine influente dans l'état major (entendre "l'ensemble des conseillers") des rois. Ça se voit et se fait surtout par les épouses chez les Francs au VIème (y'a qu'à voir Brunehilde, Frédégonde). Intéressant et à creuser mais à titre personnel je parlerais pas de misogynie. Je pense que de manière générale la façon de voir la femme vient surtout de l'héritage patriarcal romain, grec et probablement des sociétés proto-hellènes. Bien sûr ça n'exclue pas l'existence de misogynes pur jus : faut voir Juvénal et ce qu'il t'enchaîne sur la gente féminine. Et c'est là que j'en appelle à @Dulcia pour la condition féminine, qui a l'air bien plus rodée que moi à ce sujet : somme toute, qu'est-ce qui selon toi différencie la condition de la femme grecque du IVè av J.C à celle de la Renaissance ? L'acceptation des mœurs courtisanes, leur accès à une certaine éducation ? Les hétaïres en Grèce disposaient elles aussi d'un haut niveau de culture, et on les voit parfois financer des travaux publics... Leur place dans la société ? On dit que Léontion au IIIè av J.C a créé sa propre école de philosophie. C'est d'ailleurs marrant de voir que la Renaissance emprunte parfois plus à la Grèce qu'aux Romains pour ce qui est de la femme en général. ... Pour ce qui est de la femme "de base", en toute franchise j'ignore son traitement en ce qui concerne la Renaissance, et ça pose problème car la comparaison pourrait en dire long. Peut-être en as-tu une idée ? Bref, c'est un casse-tête de nuances, et c'est pour ça que je me demande si on peut vraiment coller le mot "avancée" à côté de Renaissance. A priori oui dans la mesure où on assiste à des changements... Mais d'un autre côté non, du fait qu'il s'agit seulement d'une réappropriation de mécanismes déjà vus par le passé. Y'a pas de réponse en soi, juste des interprétations . Dans dix ans on rira peut être de mon tissu de conneries ! Amen.
  6. Coal Barrici, ramoneuse calphéonienne aux idées fixes.
  7. @Néron Faudrait déjà tomber d'accord sur ce qu'est un celte avant ça... Et de quelle période il s'agit. M'enfin, je peux soutenir que le droit franc est plus "permissif" que le droit romain, à titre comparatif, vis-à-vis du droit des femmes. Mais c'était pas le propos principal du message, à la base.
  8. [DSO]
  9. Et un Ragasac protéiné pour la table 12.
  10. " Et levant son dodu derrière,
    Dont la taille est d'on ne sait dire, 
    Elle imprime un vaste cratère, 
    Nulle couchette n'a vu pire. "

    (Versipoche ; Livre I, poème 15)

  11. @Edern <Tente un vade retro>
  12. À moi un peu de jouer les mannequins ! Une petite dose de Ragasac : Odilo, après son chouette relooking (grandement rattrapé par les doigts de fée de l'affectionné @Ikhlas). Et enfin ... Une jolie découverte faite en se baladant dans les confins de Keplan. (Grmbl, il faut se l'avouer, même si ce jeu n'a pas de togglewalk, il a quand même une sacrée carrosserie ...)
  13. " C'est un giton, un presque femme, un sodomite qu'il ne vaut mieux pas avoir à côté de soi quand les bougies sont éteintes ! " (Jov. ; CHAP XIII)

    1. Wendall

      Wendall

      Avec les guillemets qu'il faut pour le propos, s'entend... Chouette petite ciselure, tout de même !

  14. Ce qui est, qu'on se le dise, un comble pour un musicien ! Plaisanterie mise de côté, je n'ai pas eu le temps de tout écouter, mais il y en a déjà quelques-unes que j'aime bien. Poursuis !