Néron

Membres
  • Compteur de contenus

    399
  • Inscription

  • Dernière visite

Profile Song

5 abonnés

À propos de Néron

Informations RP

  • Personnage principal
    Onofrio Cortesi
  • Personnage secondaire
    Giulia Fiaschi, Cosimo Ghiberti

Visiteurs récents du profil

1 397 visualisations du profil
  1. "Nisi Dominus ædificaverit domum In vanum laboraverunt Qui ædificant eam. Nisi Dominus custodierit civitatem Frustra vigilat qui custodit eam. Vanum est vobis Ante lucem surger : Surgite postquam sederitis Qui manducatis panem doloris. Cum dederit dilectis suis somnum : Ecce hæreditas Domini filii : Merces fructus ventris. Sicut sagittæ in manu potentis : Ita filii excussorum. Beatus vir qui implevit Desiderium suum ex ipsis : Non confundetur cum loquetur Inimicis suis in porta."
  2. *se promène avec son tambour* ratata ratata ratatatata
  3. Les coréens et les pantalons :
  4. ... 29 Gobelin 288 Aux premières lueurs du jours une partie de la troupe composant le premier corps de chevaux léger de l'ordre des Saint Chevalier de Delphe, au ordre du capitaine Cortesi, a quitté la forteresse pour se rendre au pont qui, il y a quelque jour encore, faisait la liaison entre la capitale calphéonienne à la ville principale du territoire serendien. Avec l'aide des soldats serendiens stationné dans la zone, les environs du pont ont pu être sécurisé et la cinquantaine de travailleurs réquisitionnés pour l'occasion ont pu commencer les travaux de reconstruction dans une sécurité relative. Sous la direction du brillant maître d'oeuvre Villard de Honnecourt in Serendia, l'ouvrage à l'allure toute militaire imaginé par les ingénieurs Guido da Vigevano et maître Francesco Sanese in Calpheon, commencera à prendre forme dans le courant de la journée au milieu d'une fourmillement de charpentiers, menuisiers, sapeurs et autre bûcherons appeler en renfort. A cette allure nul doute que l'édifice sera ouvert à la circulation des charrettes et chariots d'ici la fin du trentième jours du mois du Gobelin, annonçant un retour à la normal dans le trafic marchant et marque là, la volonté de Calphéon de rester proche de son voisin et vassal de l'est. ...
  5. La missive sera confiée à la mère Valentinna ainsi que trois cavaliers pour escorte. Le capitaine Cortesi laissant à la discrétion de la prêtresse de prendre ou non connaissance du contenu et, bien évidement, la liberté de donner d'autres indications pour la suite de cette affaire. "Au début du mois du Gobelin 287 288, le jeune docteur Jack Cambiaso et la jeune Luaine Greywolf m'ont rapporté un étrange incident qui eu lieu au dispensaire d'Heidel, où l'apprenti médecin J.Cambiaso travail. Il s'agit là d'un nouveau cas de possession, spectaculaire, mais à mon sens relativement moins dangereux que ne le fut le démon Valken. Cependant je vous encourage à vous pencher sur l'affaire et, le cas échant, nous faire par des vos découvertes et si elles nécessite l'usage de la force de l'Ordre des Saints Chevaliers de Delphe. Je vous joins le témoignage que le docteur a rédigé à mon intention, il relate les faits, je l'espère sans omettre de détails. Onofrio Cortesi, Capitaine du Premier corps de chevaux-légers de l'Ordre des Saints Chevaliers de Delphe."
  6. Liste des ventes, année 288 Juments : Rosseli, jument grise de quatre ans. Minerva, jument grise de cinq ans. Étalons : Forli, étalon gris de six ans. Diomède, étalon gris de six ans. Calixte, étalon baie de quatre ans. Veillantin, étalon palomino de sept ans. Molino, étalon palomino de quatre ans.
  7. • • • 26 chariot 288 Calphéon... Les hautes cloches de la cathédrale de Calphéon carillonnaient, leur écho profond et plaintif se répercutait sur les toitures et les mansardes des maisons du quartier, résonnant au milieu des ruelles. Les rues étaient remplit d'une foule dense qui rendait hommage à l'été en étalant sur le marché les fruit et les légumes colorés de la saison. Quand, s'ajoutant au son des cloches, le bruit vibrant d'un clairon se fit entendre surprenant la foule qui commença à s'écarter au passage d'un puissant destrier blanc couvert d'un caparaçon sable portant les couleurs des Saints Chevaliers de Delphe. Le gonfalonier ouvrait la marche, fendant la foule. Devant lui pendait à sa lance le gonfanon du premier corps de chevaux-légers de l'Ordre des Saints Chevaliers de Delphe, "de sable à la croix Dieu d'argent accostée de deux chevaux cabrés d'argent affrontés". Derrière lui vingt neuf autre cavalier. Le premier sur un étalon perle à la robe moirée caparaçonné de blanc portant plastron. Et sur se plastron on lisait si bien les armoiries de son cavalier qu'il n'était pas nécessaire de lever les yeux d'avantage pour le reconnaître; "parti de cinople et d'argent à une épée haute d'or mise en pal, accostée d'un cheval cabré d'argent et d'un loup ravissant de gueule affrontés". Au devant de vingt huit autre cavalier en armure, trottait le capitaine Onofrio Cortesi, qui, avec aisance guidait ses hommes dans la rue bondée du marché. La tête libre de tout casque, il scrutait la foule du bon peuple de son regard sombre et sévère. "Réjouis toi bon peuple de Calphéon ! Voici qu'on apporte de bonnes nouvelles ! Oyez donc, citoyens ! La sorcière est tombé, que roule dans l'écume de l'oublie sa tête et les soucis !!" Devant, le chevalier Alberto "Maximus" Borghese, qui avait eu l'honneur de porter l'étendard, apostrophait la foule sans cacher son plaisir, il savait fort bien donner de la voix, si bien que quelque poupons se mirent à pleurer sur son passage. "Place !! Faite place ! Mirez ceux qui ont défait la sorcière et sauvez la paix, protégeant vos corps et vos âmes ! Place !" Seul le gonfalonier entendit ce que son capitaine siffla entre ses dents et il reprit de plus belle. "Calphéon victorieuse !" Brandissant haut son étendard la foule se mit à saluer l'avancée des cavaliers avec des "hourras" "Vivent les chevaliers de Delphe ! "Lança quelqu'un "Vive Sa sainteté ! Vive Calphéon !" "Vive le capitaine Cortesi !" beugla un vil flatteur. Seul une troupe de centaure aurait pu rivaliser à cet instant avec l'adresse des cavaliers de Delphe remontant la grand rue sans bousculer les passants. Portant tous une garrocha pavoiser d'un oriflamme blanc brodé d'or et tous dans leur armure de chevalier de Delphe les trente faisaient avancer leurs montures comme un seul homme sur le pont enjambant le fleuve, remontant alors la rue marchande sous d'autre "hourras". • • • 26 chariot 288 Forteresse de Delphe... Margaret, seconde du commandant suprême, Brego Williar, donna un coup de cravache impatient sur la tige de sa botte. Le chevalier Dioneo "Décurion" Dioné pris la parole, établissant la liste des crimes du condamné. Il s'appelait Marcello Raviel, il fut le compagnon de Teudosia et ne semblait pas entendre le chevalier de Delphe, il gardait le visage baissé. Le bourreau passa la corde autour du cou du condamné, puis recula. Margaret donna un coup de cravache sur la tige de sa botte. Le soleil, aveuglant comme de l'or fondu, brillait haut au-dessus des remparts du fort de Delphe. L'ombre des poteaux des gibets s'étiraient sur le sol. Une nouvelle belle journée se levait sur Calphéon. Brego Williar, le commandeur Suprême des Chevaliers de Delphe, leva le bras puis l'abaissa. Le billot fut basculé à coup de pied. • • • 26 chariot 288 Calphéon... Les cloches de Calphéon carillonnaient, effarouchant les mouettes. Le parvis de la cathédrale était encore occupé par les nombreux croyants qui sortaient à peine de la messe de ce jour, les cavaliers déboulèrent sur la grande place, en ordre, au trot et sous les vivats des citoyens qui les avaient suivit jusqu'ici. Devant flottait toujours le gonfanon et le chevalier dit "Maximus" hurlait toujours. A l'ordre simple de leur capitaine les chevaliers stoppèrent leurs montures en parfait arc de cercle aux pieds de l'escalier menant à la salle du conseil. C'est alors que le capitaine talonna sa fringuante monture à la robe dorée et se retrouva en deux bonds puissants au sommet, sur le parvis du conseil de Kalis. Le gonfanon du premier corps de chevaux léger flottait au vent de ce début de journée estival, les cloches de Calphéon carillonnaient dans toute la cité. Partout résonnait leur écho solennel, profond et digne. Quand le capitaine pris la parole il était toujours en selle, passant le haut portique de la salle du conseil il laissa tomber sur la table en cercle un lourd paquet, un sac poisseux d'où s'échappait une odeur atroce de viande rance. En percutant le tablier de marbre quelque grain de sel et des rognures d'argent s'en échappèrent, ce qui devait être une chevelure grisonnante déroula quelque boucles sèches à la vue des conseillés. "Voici la tête de notre ennemie, la sorcière Teudosia qui menaça Calphéon. Que le conseil prendre acte; les chevaliers de Delphe ont écarté la menace qui planait sur notre république." Faisant volte face le chevalier revint se présenter à la foule sur la grande place. "PEUPLE DE CALPHÉON ! Moi, Onofrio Cortesi, je vous offre la tête de l'abominable et terrible monstre ! La tête de la nécromancienne ! Vous n'avez plus rien à craindre !" Les vivats redoublèrent quand le chevalier tira son épée, pointant le ciel de sa lame d'argent. "Peuple de Calphéon ! Rendez hommages aux soldat qui sont tombé en protégeant notre République ! Gloire à eux ! Gloire à Calphéon ! Gloire à la République ! Gloire à Dieu ! " Les cloches continuaient de sonner, sur le parvis la foule s'agitait autours des chevaliers. En deux nouveaux bond, le capitaine de Delphe retrouva ses hommes en contre bas et dans un même mouvement la troupe repris sa route, s'en retournant protéger la République sur d'autres fronts. • • •
  8. Et paf! Ça fait des chocapics:
  9. Comment faire une croûte:
  10. @Nyel
  11. Mirci, mirci. Sinon j'ai pas fait de reflet dans les cheveux: -Parce que c'est super chiant. -Qu'ils sont noir charbon de toute façon. -Que ça accentue le contraste peau/cheveux et dirige l’œil sur la chose la plus important: le visage. -Et que j'aime bien comme ça. - dah bisous.