Erhesna

Membres
  • Compteur de contenus

    26
  • Inscription

  • Dernière visite

Profile Song

4 abonnés

À propos de Erhesna

  • Rang
    Niveau 2
  • Date de naissance 06/03/1982

Informations personnelles

  • Steam ID
    erhesna

Informations RP

  • Personnage principal
    Damanea
  • Personnage secondaire
    Serehne / Antastesia

Visiteurs récents du profil

125 visualisations du profil
  1. Parfois, certaines consultations demandent plus de temps, et d'énergie. Encore légèrement perturbée par la consultation de la veille, notre chamane couchera les runes sur parchemin afin de pouvoir envoyer celui-ci au consultant, en cas de besoin. Surtout lorsque les runes s'avèrent facétieuses... et redoutables.
  2. Bienvenue à toi, et pour la timidité: mon personnage cartomancien étant assez… peu discret, il y a de grande chose qu'elle (oui c'est une UNE) t'aborde spontanément, de ce fait. Cela collera parfaitement avec son caractère impulsif et mêle-tout. (Enfin, dès qu'elle rentre de voyage, donc pas avant mardi :p).
  3. Damanea préparait ce jour-ci un court voyage à Tarif, afin de se fournir en pierres fines brutes pour ses charmes et sortilèges, n'ayant pas encore trouvé de fournisseur plus proche. Un petit mot sera donc épinglé sur sa porte, sa colocataire étant également absente , ayant embarqué ses chiens avec elle. "L'Antre des Mystère sera fermée du 4 au 9 mois de la Clef. Pour une consultation, glissez un mot sous la porte, j'vous répondrais en revenant. Peut-être. Chamanement votre, Damanea."
  4. Lors de la soirée des talents, Damanea a présenté son nouveau spectacle, le Serpent Rouge. Voici donc un extrait de ce conte ancien valencien. "Étrangement silencieuse en rapport à sa verve habituelle, Damanea, la rousse flamboyante, fera un signe de la tête aux trois hommes l'accompagnant, les invitant à se mettre sur le côté avec leurs instruments. Peaux basanées, vêtements colorés: aucun doute, ceux-ci venaient de Valencia. Les plus observateurs pourront, en se penchant sur les instruments, en reconnaître certains. Tout d'abord une sorte de hautbois, noir avec de légers marron clair, que les gens de l'Est nomment Duduk. Vient ensuite un petit tambour à membrane sur pied, de couleur claire cette fois-ci: un Darbouka, pouvant marquer des rythmes endiablés. Et enfin, un dernier instrument tirant visiblement des percussions, dont le nom semble s'être perdu dans le temps. Les yeux fixés sur l'estrade, on pourra y voir un tabouret, sur le côté, comme placé là pour n'entraver aucun mouvement. Y posant un coquillage type abalone aux reflets moirés, notre devineresse, s'aidant d'une bougie brillant d'une flamme ardente, allumera un petit fagot d'herbes qui dégagera dans une fumée gris-argent une odeur ravissant les narines: de la sauge du désert, sans aucun doute, créant une ambiance olfactive envoûtante. Une fois la sauge fumant dans le coquillage, éclairée par la seule lueur des bougies, Damanea prendra place au milieu de la scène, tête baissée, bras croisés, sa tenue se parant de couleurs de nuit et de sang. Soufflant lentement, elle semblera rentrer dans un autre monde, tandis que comprenant le signal tacite, les trois hommes entameront d'un geste commun les premières notes d'une mélopée antique: Le Serpent Rouge, ancienne légende valencienne, pouvait sortir de l'ombre et revivre le temps d'un instant. Enveloppée de volutes de fumée, cette dernière semblant s'étirer autour de la devineresse, Damanea décroisera d'abord les bras, l'un après l'autre, dans un arrondi gracieux se maintenant jusqu'au bout des doigts. Serpentine, elle les élèvera ensuite vers le haut, yeux toujours rivés au sol, telle une supplique silencieuse adressée au ciel. Croisant ensuite ses mains envers le ciel avec grâce, ses hanches commençant à onduler lentement avec une douceur hypnotique, elle relèvera soudain la tête, telle un cobra dressant sa tête. Ses yeux aciers fixeront alors l'assistance d'un regard perçant et habité. Elle n'imitait pas le serpent, elle était le serpent. Les musiciens, semblant en totale harmonie avec cette geste animale, intensifieront alors le rythme, chantant à voix basse cette mélopée primitive, semblant invoquer dans une ancienne langue les esprits de maintes et maintes créatures. Son corps ondulant de toute part, sa cambrure se confondant avec les ondulations d'une vipère, le rythme de la danseuse s'accélère lui aussi. Sur elle, un jeu de colifichets fait de crocs de serpents et de piécettes en métal noir battra le rythme à chaque mouvement, ajoutant à cet envoûtement sonore de petits sons presque cristallins. Pendant que la sauge à l'odeur typique du désert continuera de répandre une douce fumée évoquant des paysages endiablés, le public pourra observer la lueur des bougies frétiller pour finir par ne devenir qu'une faible lueur tremblante, plongeant la salle dans une semi pénombre. Sur scène, on pourra alors voir dans les mains de la chamane un petit serpent de feu, visiblement créé par magie, commencer à onduler et à se tordre, comme naissant à la vie d'un geste de la main. Et continueront encore et encore les sonorités envoûtantes, faisant grandir le serpent, presque aussi grand maintenant que le corps de sa créatrice, la sublimant d'un jeu de clair-obscur digne d'une peinture des plus grands. Soudain, le reptile de feu paraîtra entamer en combat contre son invocatrice, devenant de plus en plus clair à chaque mouvement. Serpent rouge contre serpent blanc, leur combat sensuel marqué par de nombreux accents de la hanche et d'agiles jeux de jambes dégagera une impression de mélancolie soudain intense, comme si l'issue du combat était définie d'avance, l'histoire ne pouvant se ré-écrire. Attirée d'un geste de la main de la magicienne, la fumée de l'encens se consumant viendra alors entourer l'onirique reptile écaillé, chaque arabesque enserrant celui-ci de plus en plus, sa lueur faiblissant pour devenir argentée comme l'astre lunaire. La mélopée des trois hommes se fera alors lancinante, le serpent argenté perdant peu à peu de sa force immatérielle, glissant vers le sol, pendant que sa combattante, tenant sa victoire teintée d'écarlate, suivra le mouvement en s'agenouillant au sol, les pampilles de sa coiffe teintant en accentuant cette fois l'aspect dramatique de la scène. L'ivresse de la bataille terminée, elle regardera alors, les mains se joignant dans une grâce calculée, le serpent agonisant, et posera sa tête sur sa silhouette en train de disparaître peu à peu, semblant seulement comprendre la portée de son acte, sa tenue écarlate soulignant la douleur du serpent rouge. Elle suppliera alors encore et encore le ciel, ses mains se tendant vers la voûte étoilée, jusqu'à ce qu'une de ses larmes tombe et touche la fine brume restante à l'endroit où se trouvait la fine arabesque opalescente. Alors, la fine brume s'éleva, et se transforma en un fin croissant de lune, éclairant de sa lueur diaphane les êtres de la nuit. Le serpent rouge, lui, dans ses teintes mordorées, s'éloigna de peur de nuire encore, sa main caressant son propre visage de ses doigts longs et fin, à défaut de pouvoir dire adieu à l'astre lunaire, avant de se figer, cambré, le regard tourné vers le ciel, rougeoyant de ses soieries autour de lui. D'un claquement des doigts, la chamane rétablit la lueur des bougies, ne bougeant pas de sa position. Le chanteur au Duduk pris alors la parole, d'une voix claire et sage: "-Voici donc l'histoire du serpent blanc et du serpent rouge, Nagaya et Aluna, la femme écarlate et l'homme albinos. Ils s'aimaient autant qu'ils pouvaient, d'un amour passionnel et dévorant, tellement intense que même le monde ne pouvait y résister. Cependant, leurs joutes étaient de plus en plus intenses, ne connaissant aucunes limites. Et un jour, ne contrôlant pas sa force dévorante, Nagaya, la femme serpent rouge, fini par ôter la vie à Aluna, l'homme serpent blanc. Devant l'horreur de son crime, ayant tué son aimé, Nagaya fût saisie d'un désespoir déchirant. Priant Aal de toute son âme, elle l'implora nuit et jour, jusqu'à ce que celui-ci, touché par sa détresse, étende sa main bienfaisante sur les deux amants. Alors, il transforma le serpent blanc en lune, et le serpent rouge en soleil. Ainsi, chacun pourrait continuer à vivre, à la condition de ne plus jamais se voir... Là était le prix de leurs crimes. Ainsi naquirent les deux astres stellaires, éclairant les hommes de jour comme de nuit, mais se languissant en secret l'un de l'autre. Et autant le soleil continuera de brûler les valenciens, autant la lune leur apportera une fraîcheur sans pareille. Ainsi fini l'histoire du Serpent Rouge." Et le musicien de se taire, laissant le silence planer quelques instants. Se relevant sur scène, notre chamane reprendra avec délicatesse l'abalone entre ses mains, avant de descendre de l'estrade dans un froufrou de tissus écarlates, le visage encore dans sa danse, toujours silencieuse. "
  5. Ces jours-ci, Damanea, aussi passionnée de danse valencienne, travaillait sur un projet mélangeant contes anciens et cet art mystérieux. En avant première, elle vous présentera son nouveau spectacle ce soir à la Soirée des Talents, organisée par Lisyel au Relais, 9-4, Heidel. Venez nombreux!
  6. Bienvenue à toi sur ce forum - et en jeu, donc.
  7. Bienvenue à toi, au plaisir de te croiser IRP!
  8. Depuis quelques jours, la devineresse affichait un air assez satisfait, encore plus qu'à son habitude, semblant conclure maintes affaires et maints partenariats au sein de la ville. En effet, afin de bien s'implanter, autant se faire alliée plutôt qu'ennemie des autres commerçants, non? De plus, cela pouvait vraiment servir ses affaires. C'est ainsi qu'elle conclut un partenariat avec Icare Idoras, le célèbre et "riche en modestie" potier de la ville, afin de pouvoir être très réactive en cas de demande de charmes sur pendentifs, ceux-ci pouvant désormais être réalisés en porcelaine, mais aussi pour se fournir régulièrement en pots de grès pour y stocker herbes, ossements et autres grigris pour sa clientèle. Evidemment, il va sans dire que notre rousse flamboyante ne se sera pas arrêté là et aura commandé maints objets pour son plaisir personnel, aimant entasser le plus de curiosités possibles chez elle (même si il serait plus honnête de dire, le lieu dont elle s'est emparée pour faire son chez-elle), qu'il s'agisse d'os étranges de créatures inconnues, de porcelaines rares ou autres. Dans l'attente de sa livraison et autres informations sur ses diverses commandes, on pourra désormais l'entendre dire: "Si vous voulez bien décorer, si vous n'voulez pas être démodé, faut aller cher Icare l'potier!". Même si ses rimes ne sont pas du meilleur goût, Damanea étant bien plus douée pour danser et jeter des sorts que d'émettre un langage doux et sonnant agréablement à l'oreille, nul doute que ce potier réserve bien des surprises dans son échoppe. Comment le trouver? Rien de plus simple! Icare Idoras réside au 7-3 à Heidel, "A queq'pas en haut d'la rue!".
  9. J'aime beaucoup tes deux derniers, avec cette inspiration art nouveau qui plus est! Avec un coup de cœur pour Sharhzad, je suis fan des couleurs.
  10. Figures-toi que j'en ai déjà réalisé en plus, c'était super intéressant à faire!
  11. Penchée sur de vieux grimoires, l'esprit de Damanea errait de ci, de là. Une demande assez particulière lui était arrivée ce jour-là, qui est plus est, venant de son amie la plus proche et colocataire, Serehne. Celle-ci lui ayant fourni deux crocs de Mansha, récupérés d'on ne sait où - l'intéressée se refusant, malgré maintes tentatives, de révéler le lieu de leur acquisition - dans le but de créer deux amulettes, ceci afin de réunir et surtout de protéger deux personnes aussi différentes que peuvent l'être le jour et la nuit, afin que chacune puisse bénéficier en cas d'un danger intense et imminent, du soutien de certaines qualités, ou défauts, de l'autre. Quelle étrange demande… et surtout, qui d'autre qu'elle, amie loyale, pourrait mériter ce genre de cadeau? Soupirant, Damanea se mit à l'ouvrage, malgré une pointe de jalousie la titillant, commençant à réfléchir aux runes et autres symboles qu'elle pourrait utiliser pour ce faire. Quelques heures plus tard, de nombreux ouvrages jonchant le sol, son cabinet de voyance étant dans un état plus que lamentable, les crocs étaient prêts, gravés, et mieux: montés en colliers, l'un étant orné de turquoises, l'autre de cornalines. Les symboliques élémentales se croisaient donc comme il le fallait, chacune ayant le collier qualifiant une partie de l'autre personne. Ainsi, Le croc orné de Fehu, le feu, la puissance brute, totalement imprévisible, mais aussi d'une énergie incomparable, échouerait à Serehne. Quand à l'autre collier, orné de Laguz, l'eau, liée au sentiments, les émotions, la sensibilité qui des fois pourrait être trop intense, mêlée d'intuition, irait à l'autre personne. "Cette" personne, que Damanea n'aimait pas avant de la connaître. C'est que même en amitié, elle était possessive. De plus, elle aurait bien gardé ces crocs pour elle, qui auraient été du plus bel effet dans sa collection d'ossements et autres grigris animaux. Levant les yeux vers Crow, son fidèle - et insupportable - corbeau, étrangement muet pour le moment, elle soupira une fois de plus, avant d'emballer chaque talisman dans un papier, espérant que son travail conviendrait, y ayant mis, une fois de plus, tout son savoir-faire. Après tout, n'est pas chamane qui veut, et ça, c'était son domaine, mieux que quiconque.
  12. @Leendrill Merci beaucoup! Je ne saurais vivre sans la création, je dois bien l'avouer, et j'ai eu la chance de rencontrer des photographes ayant su mettre mon travail en valeur - même si je prend aussi l'appareil régulièrement. Du coup lorsque je me remettrais à la couture, hop hop, je vous remettrais des petits morceaux ici. @Diane Anaelle Tu sais, faire un ourlet n'est pas non plus ce que je préfère
  13. Je te remercie de ton "poce bleu"
  14. Je vous remercie beaucoup pour cette soirée, à laquelle je me suis beaucoup amusée, et mon personnage aussi. J'ai tout aimé, le rythme, la bande son qui pour moi, ajoutait un plus non négligeable. Je me suis beaucoup amusée à être justement présente avec ma "troupe" alias le reste du marécage, mais aussi à pouvoir découvrir un peu indirectement d'autres rolistes. De voir certains personnages en action, les photos ajoutées ici, d'autres descriptions… ça titille mon imagination. J'adore avoir des tas de documents et autres comme ça à coté, ce qui nourrit considérablement le RP. Et mention spéciale à la légiste, j'ai bien aimé aussi sa dégaine! Voici mes quelques photos souvenirs. L'arrivée des trois compères. Départ pour un lieu mystérieux... Les enchères. "Personne ne pourra me reconnaître, non, ce n'est pas comme si même ma capuche portait mes couleurs…"
  15. Bienvenue parmi nous!