Nyel

Membres
  • Compteur de contenus

    46
  • Inscription

  • Dernière visite

Profile Song

À propos de Nyel

  • Rang
    Niveau 2
  • Date de naissance 17/11/1994

Informations RP

  • Personnage principal
    Ambroisine Foloi, pétrousquine enthousiaste
  • Personnage secondaire
    Tancrède Leufroy, paladin serendien / Petronille, gamine casse-pieds

Visiteurs récents du profil

259 visualisations du profil
  1. Hello à toi o/ Et mignonne l'image de profil ! Puisses tu te plaire sur BDO !
  2. La bienvenue o/
  3. *Souffle sur le sujet* J'ai eu l'occasion de faire beauuucoup de dessins depuis et pas mal de gribouilles, essais divers et variés. J'ai eu une petite reprise d'aquarelle pour revenir aux feutres et depuis quelques temps, c'est retour du multi-technique (Les crayons, bonnes gens ! Les crayons de couleur, c'est la vie o/) Du coup, je vais passer sur pas mal de trucs parce que ça ferait trop de choses à présenter, mais je vais m'attarder sur quelques petits trucs. Enfin, petits, du gros en fait, surtout, on a pas le temps pour le petit è_é
  4. *Agite une mimine* Je me lançouille gentiment, mais mon personnage, Ambroisine, est une jeune sorcière en devenir, qui est loin d'avoir terminé les prémices de son apprentissage, et aurait sans doute besoin d'un coup de mimine/conseil magique à l'avenir. Donc si y'a moyen o/
  5. La rougeur au nez, ce qui fait tout chez Ambroisine quand même ! Mine de rien, le maquillage participe franchement à son charme, avec ses yeux beaucoup plus intenses du coup. On voit bien la jeune pégue de la campagne sans le maquillage (Même avec, tu me diras)
  6. Dah bisous aussi et des fesses !
  7. Si je peux me permettre une critique, les cheveux sont trop "mat", ça aplatit un peu par rapport au reste. J'aurais mis des reflets, plus de reflets pour les cheveux \o/ Sinon, cet Onofrio, quelle classe, quelle prestance ! Et tout le reste, la texture du drapé, de la peau, du métal *o* Je tuerai pour avoir ton talent en peinture pâteuse !
  8. Ajout pour ma part d'un commerce ! Merci encore \o/
  9. De petits prospectus, transformés en affichettes à l'occasion, se mettront à fleurir ici et là dans la jolie ville d'Heidel...
  10. <br> <br> C'est au rez-de-chaussée du 8-2, dans les hauteurs plus paisibles d'Heidel, que se serait ouverte une petite boutique pleine de bocaux et remèdes, l'antre d'Ambroisine, la pétrousquine de Balenos, connue dans les campagnes environnantes comme guérisseuse de la paysannerie. Que nul ne s'effraie des lieux ou du caractère de son habitante, la rouquine saura proposer à qui veut tous les bienfaits de ses baumes, tisanes, et décoctions, puisant dans ses stocks et ses connaissances pour trouver ce qui saurait convenir. Et si elle est capable de guérir la maladie du corps, certains chuchotent qu'elle pourrait aussi guérir celle de l'âme, et venir en aide à ceux qui le souhaiteraient par sa connaissance des arts occultes d'antan. Mais chut, parait-il que c'est un secret, mais le murmure est facile, et la rumeur, elle, file... Baume Cicatrisant au Souci officinal (Cire d'abeille, macérat de souci à l'huile de lin, essence de souci officinal) A appliquer directement sur la plaie à cicatriser. Baume Anti-douleur au Genévrier (Cire d'abeille, macérat de millepertuis à l'huile de noisette, essence de genévrier) A appliquer en massage sur la surface douloureuse. Baume contre l'Agitation à la Lavande (Cire d'abeille, macérat de camomille romaine à l'huile de lin, essence de lavande officinale) A appliquer sur le torax, poignets, mains. Sève de bouleau. A boire en cure. Herbes médicinales séchées diverses à vendre (Ordinaires), cueillies à la main par Ambroisine Plantes particulières pouvant être cueillies à la demande ou importées Décoctions, tisanes, baumes préparés à la demande Remise en place de membres démis Services "spéciaux" sous le manteau : Sortilèges, rituels divers, fabrication d'amulettes, à la demande, sous réserve de discrétion.
  11. Avenir-Mystère Hiver blanc et sables brûlants laissent ainsi place à la verdure d'un printemps neuf, saison de toutes les nouveautés, de toutes les oisivetés avant le labeur le plus grand, celui de l'été et ses récoltes. Mais de d'adolescente de la paysannerie au visage bouffie, l'Ambroisine voulait aussi sortir nouvelle de sa cosse d'hiver. Laisser à jamais ces années plus noires derrière elle, devenir autre et elle même. Cela était, après tout, ce qu'avait vu Shahrzad dans les lignes de l'avenir. Un tourbillonnement, un chaos, puis une évolution qui s'amenait, pour trouver la stabilité, la force pour dompter, son propre pouvoir et soi même. Ses pas, elle en avait le sentiment, la menaient sur cette voie. Et il fallait dire, elle en avait accomplit, du chemin, depuis tout ce temps, et depuis la triste fin de celle qui l'avait élevée. Aurait-elle été fière d'elle ? Elle l'espérait, après tout, elle s'apprêtait à suivre ses pas, écoutait encore les souvenirs qui lui revenaient de ses enseignements, essayait encore et toujours de vivre selon ses dogmes, ceux qui lui paraissaient le plus acceptables. Parfois, elle espérait voir apparaître son regard parmi la foule, comme une blessure fantôme qui revenait encore et toujours. Et ainsi les visages autour d'elle, devenaient autant de bandages. Le calme ambiant de la ferme détonnait alors avec l'agitation de son âme et celle qui animait ses habitants, tant actuels qu'anciens. Shahrzad revenue aussitôt repartie, Chaîne et Vaddarm qui avaient suivis, Aurora qui s'en allait aussi, et elle, Ambroisine, qui se retrouvait presque seule, mais pour peu de temps. Voilà que prenaient forme ses envies, et qu'une bourgeoise, ou noble, elle ne savait point, vivant de ses rentes lui avait proposé un local avec chambre, certes coûteux, mais qui lui permettrait de développer sa propre affaire. L'endroit, propret mais vieillot, situé sur les hauteurs de la cité, loin des agitations des quartiers plus marchands, et donc mieux exposés, était inespéré, et la précipitation des choses faisait qu'elle savait qu'elle devait se lancer aussi vite que possible, malgré les risques de voir son commerce à l'eau. Préparer les stocks, faire les aménagements, emmener ses affaires avec elle... Partir... Elle devait l'avouer, l'Ambroisine, elle avait peur, de tout ça, de l'avenir, mais butée comme elle était, elle poursuivait son but, insensible, ou presque, à ce qui se tramait autour d'elle. Presque...
  12. On commencera à entendre parler au sein de la basse populace et du commun des charmes et des mystères des sciences orientales. Du moins, plus que de science, l'on parle de magie, de mysticisme et de prédictions, administrées par une jeune valencienne "aux yeux de biche". "Ouais, bah, l'm'a dit l'bonne fortune pour l'récolte d'l'année, ma fouè, eh ! Mais qu'je d'vais pas m'reposer sur m'lauriers, et 'vestir dans l'orge p'tôt que l'froment, hé ! D'puis l'temps que j'rabache ça à m'femme, m'voyez, hein !" - Exploitant de Balenos "Dame, l'étrangère, là, l'a sauvée notre bonne Pommeline ! Un coup de roue, pouf, elle a dit, quelqu'un nous complotait par derrière ! Il faut dire que le vilain, là, le Jeannot, il en voulait à sa vertu, alors qu'elle est fiancée au frère de la femme du cousin de mon mari, là ! Mais oui, je vous dis !" - Habitante du Bourg
  13. <br> Brule-Sable Loin du gel blanc et ses nuages de buée, loin des cristaux de froid qui scintillent et tintent sous les claquements précipités des portes, le bleuté laissait place au rougeoiement d'un soleil trop dur, trop âpre, qui rappait la peau jusqu'à la laisser à vif, vidant la pauvre carcasse de toute l'eau. Perdue là dedans, qu'elle était, l'Ambroisine, perdue au milieu des dunes, des rocs, et des vautours au dessus des têtes, venus piquer les corps des malheureux. Une épreuve, encore une autre, qui la laissait fourbue, agrippée aux rênes du Perceval, son fidèle, dont les pas la menaient loin d'un désert rude, dont les souvenirs la hantaient, loin encore, fort après, dans ses rêves les plus agités. L'un après l'autre, le pas du sabot, rythmant le voyage, les crissements de la cariole, les mots échangés, chants à l'aller, murmures au retour, les traits creusés, le cœur serré, l'estomac relevé. Et dans l'esprit, un corps rigide, cireux, un autre s'écrasant au sol, une trahison, et une fuite, éperdue, vers Altinova, ses jardins, ses esclaves, ses merveilles, sa misère. Et perdue là dedans, l'Ambroisine à l'esprit chamboulé, l'esprit qui brule même revenu des sables, même revenue au gel hivernal et sa monotonie, au milieu des tourmentes des autres, au milieu des siennes. Ses questions sur le monde, sur cette enfance qui la quitte pour une vie d'adulte qui se profile au loin, mais que ses doigts n'arrivent à atteindre. Sur ce qu'elle est, en tant que femme, que paysanne, que bâtarde, que future sorcière...? Après tout cela, après son deuil, après avoir revu la mort d'aussi près, ne s'en sentir le courage de l'affronter, n'avoir la bravoure d'affronter la sienne ou celle d'autres, qu'en penser ? Elle ne se sentait que si peu capable de protéger les siens, des autres, d'elle même. Apprendre, encore, toujours, cela était tout ce qu'il lui restait, comme elle avait appris, compris, auprès de la matronne d'Altinova, que sa vie ne pouvait se limiter à ses préceptes d'enfance, de jeune fille mariable et aimable, celle qu'elle n'avait jamais été, et ne serait jamais. Une femme mariée, une mère... Tout cela, cela ne lui correspondait pas, ne lui correspondrait jamais. Une femme sûre d'elle même, capable de vivre pour et par elle même, voilà à quoi elle aspirait. Le reste ? Cela lui semblait si loin, si flou, qu'elle ne savait ce qu'elle deviendrait. Mais apprendre, sur elle même, sur ses dons, apprendre des autres, voilà qu'elle était son besoin, son envie. Et que plus jamais, la brûlure du sable ne lui fasse peur.
  14. J'assume ce titre *Tousse* Toujours est-il, bien qu'irp mon personnage ne recherche pas activement ses origines pour le moment, elle se trouve être vraisemblablement un enfant illégitime. Si la mère est connue (paysanne mariée de la campagne de Balenos), le père lui... On parle juste d'un etranger de passage. Et c'est là que vous intervenez ! Je ne recherche pas forcement un lien proposant des heures approfondies de rp mais quelque chose qui rajoute un petit pan de BG secret, qui pourrait etre dévoilé ou non. Un secret honteux et surprise dans le RP de votre vieux baroudeur /noble bon pere de famille/bon gars de la campagne/autre. Du coup mes critères pour cela : Homme d'age mûr, plus de trente/quarante ans environ pour avoir pu avoir un rejeton de 16 ans, de type plutôt occidental (Calpheon, Balenos ou Serendia donc) et qui a pu se balader dans sa jeunesse dans les campagnes de Balenos. Pnj peut être accepté si cela vous parait interessant une batarde dans votre fratrie et si le co.cept me tente bien, mais PJ plus bienvenue. Mp moi si intéressé !