1476657449-santagodiva.png

 

1476657213-s.pnges yeux n'ont pas cillé quand la flèche a effleuré sa joue. Ses oreilles ont entendu les grondements du canon, les mots d'amours murmurés. Sa peau moirée a connu la fournaise de l'été, la froidure de l'hiver. Ses sabots ont tracé de nouveaux chemins sur des terres inexplorées. Son cœur a battu plus vite, au rythme des désirs de son maître. D'une infatigable vigueur il n'a reculé devant aucune exigence. Il a partagé les rêves et les espoirs des hommes de fer, tandis qu'à ses pieds glorieux se couchaient les nations conquises. Il vit toujours. Demande et il jettera un sort pour éclairer les ténèbres de ton âme, tissant autour de toi une résille de légers délices. Il sera le compagnon de jeu de tes enfants, enfant lui-même il ne fera pas de mal.  Il te pardonnera comme nul autre tes oublis, tes erreurs, ta brusquerie.  Son dos, un trône de plume, te portera en douceur au trot et au galop. Il ira là où d'autres n'osent pas aller, il ne faiblira pas là où d'autres s'enfuient terrifiés. Tu découvriras que la pirouette est facile, que le reculé peut durer des siècle, qu'il ne faut pas être grand cavalier pour que s'élèvent des mélodies au-dessus de la terre. Au léger toucher de l'éperon il s'envolera avec le vent et te portera sans danger dans l'air chargé de parfum oubliés. Avec lui la lointaine montagne sera plus proche, plus brillante la clarté des étoiles, plus joyeux le chant du rossignol, plus doux le glouglou des rivières. Et enfin tu comprendras : il fut de tout temps le cheval des rois.  

Juan Llamas Perdigo

 

1476710512-447e8f8e19b05072fcdf9ee03148e   1476710513-447e8f8e19b05072fcdf9ee03148eFondé il y a de cela vingt ans, le haras Di Grisone, du nom de son ancien propriétaire l'écuyer Federico Grisone, fut pendant un temps le fleuron de l'élevage des grands palefrois de guerre et de pavane. Au décès de son fondateur l'écurie et nombre de ses juments et étalons furent rachetés par un autre écuyer et grand défenseur de la tradition équestre calphéonienne, le chevalier Onofrio Cortesi. 

Reprenant le haras et ses chevaux, il fait renommer l'endroit en "haras Santa Godiva" et promet, comme son prédécesseur, la préservation de la plus rustique race de chevaux calphéonienne et de l'art du dressage calphéonien.

Situé tout près de la capitale, à l'ombre de sa muraille et de sa cathédrale, le haras trouve une deuxième jeunesse sous l'impulsion du jeune écuyer. Il veille à garder la rusticité de l'élevage de Grisone en laissant le troupeau de ses juments paître en semi liberté dans la montagne nord de Kaia. Chaque cheval se trouve marqué de l'emblème du haras, un c dans un g couronné de la croix d'Elion.

Son ambition est de faire prospérer cette race aussi noble que rustique et d'offrir aux connaisseurs des montures d'exception, tant par leurs caractéristiques esthétiques que par l'intelligence de leur dressage.

Déterminé à hisser son art au plus haut niveau mais également à ouvrir l'apprentissage à des cavaliers volontaires et rigoureux, il offre parfois des leçons de monte classique aux plus décidés et aux cavaliers les plus expérimentés l'apprentissage des airs issus du dressage martial.

 

 

1476706752-t.png

e souviens-tu? Ses oreilles dansent dans les chaudes nuits d'août, quand le ciel pleure des étoiles et que ton seul remède contre la solitude est la guitare... Regarde-le. Le printemps a déroulé pour lui un tapis d'herbes et de fleurs sauvages. Il mâche et dans sa bouche bat le pouls du pays. La brise tremble dans sa crinière comme un signe de Dieu. Apaise ton âme dans ses yeux emplis de voyage, ces yeux dont la rétine porte la mémoire de taureaux sauvages, de dos arqués dans les ruades et de la silhouette lointaine de filles aux cheveux noirs roulant doucement des hanches.

Émerveille-toi de sa bouche frémissante comme un pétale juste ouvert, comme les lèvres d'une femme juste après son premier baiser, qui éveille à l'aube l'étang de cristal assoupi et exulte le soir dans la lamentation bleue des rivières. Découvre la liberté qui jaillit de ses flancs et vois le miracle, le tourbillon et la quiétude, calme et pourtant tourbillon. Et enfin, quand ton heure viendra, courage : si pénible est le passage, la mort n'est pas vraiment la mort si un homme a son cheval à ses côtés.

 

Juan Llamas Perdigo

foeq.png

  1. Haras

    1. Office

      [Montagne Nord de Kaia. Capitale de Calphéon RDC N°2, Porte Sud de Calphéon]

      5
      messages
    2. Écuries

      « C’est déjà montés sur de tels chevaux qu’on représente les dieux et les héros, et les hommes habiles à les manier ont tout à fait grand air. Et en effet un cheval qui s’enlève est un spectacle si beau, si étonnant, si merveilleux qu’il retient les regards de ceux qui le voient. » Xénophon

      5
      messages
  1. Blogs

    1. Brèves d'écurie

      ...ou la vie quotidienne au Haras.

      1
      message