Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement   

  1. Aujourd’hui
  2. A new post from Black Desert takes a look at the Drieghan region. Afficher l’article complet
  3. La dernière semaine
  4. Bonjour à tous, Baptiste 23 ans dans 4 jours et rôliste depuis très longtemps sur WoW, j’ai rejoins depuis peu la communauté BDO et joue Musa en PvE pour ceux qui serait intéressé pour du gros bashage de mob ! bref, en ce qui concerne le RP je suis débutant sur le jeux, pour cela je jouerai donc un simple vagabond de Drieghan armé d’un katana qui rend service moyennant un peu d’or ou de quoi dormir, manger et boire. Si jamais des gens sont prêt à payer, ce sera sans problème que je vous rendrai service ! peut-etre à bientôt en jeu !
  5. The Find Your Oasis event is live in Black Desert until April 8. Here are the details. Afficher l’article complet
  6. For many MMO fans, jumping back into an MMO can be a daunting task. However, Black Desert is helping those players along with their anniversary event. Afficher l’article complet
  7. Avant
  8. Secrets de famille La Belle et la Bête “Pardonnez-moi, Seigneur, car j’ai péché…” Le murmure de ces aveux tombe sèchement dans l’écho plat de la chapelle privative du domaine nobiliaire, n’attendant ni réponse ni retour, si ce n’est un signe de Dieu. Car entre ces quatre cloisons austères, à l’image de leurs traîtres propriétaires, résonne encore l’éclat foudroyant des lanières brunes violant la carnation pâle d’une jeune femme agenouillée à même la pierre glaciale de l’alcôve sanctifiée. Les rotules écorchées par une posture désagréable, les omoplates érigées comme une prière à quiconque voudra interrompre le supplice qui creuse sa colonne vertébrale, le spectre blafard offert devant l’autel de marbre blanc et de dorures recrache un souffle trop longtemps réprimé. “Pardonnez-moi, Seigneur, pour avoir douté...” Le cuir lisse du flagellum fait rougir d’horreur la chair vierge de qui s’épanche en soupirs de douleur retenus, sifflant telle une bourrasque acide entre les dents serrées et les mâchoires comprimées. Une nuée de picots constelle le derme meurtri, une protestation silencieuse jetée au froid intense régnant dans la salle de culte déserte et immensément sourde. Il sévit, entre ces bancs abandonnés, une fraîcheur morbide que ne peuvent réconforter les candélabres pointant ardemment leurs mains dansantes vers le ciel, en quête de l’amour divin. Inscrites dans un mouvement inverse, les paupières du fantôme s’affaissent sur les longs cils noirs où perlent déjà les éphémères bijoux de sa peine, éclipsent l’aube glauque de ses prunelles éreintées. Elle entrevoit tout juste le liseret d’or brodé sur le velours écarlate d’un coussin originellement destiné à recevoir le poids de son fardeau de sang et d’os, et repoussé avec mépris afin de ne pas se faire l’affront de ne pas souffrir assez. Son corps, drapé d’une nuisette blanche si fine que son teint en transcende la toile, accuse la naissance d’étoiles sombres qui étirent leurs branches le long des fibres du vêtement occultant ses courbes féminines. “Pardonnez-moi, Seigneur, d’avoir été tentée…” Une goulée d’air s’infiltre dans les sinus de la pénitente, gonfle ses poumons et bloque son diaphragme lorsque d’un mouvement aussi sec que vif, les cinq queues fluides du chat s’en vont caresser son dos raidi et voûté pour mieux recevoir son infâme châtiment. Les astres désormais filants vomissent leurs filaments carminés sur la chemise pure et se font vestiges des morsures reçues. Au troisième pardon, la main juvénile retenant la garde de cuir tressée du fouet, aux phalanges exsangues de la serrer bien plus qu’il n’est préconisé, le relâche d’un geste mécanique sans souplesse ; la bête tombe et s’écrase mollement à terre, vaincue. C’est une pluie de perles iodées qui accompagne sa chute, marquant la dalle de cratères noirâtres qui ne s’effaceront qu’une fois la sécheresse revenue sur ces terres désolées. L’impie affaisse son corps vers l’avant, ses paumes abîmées par d’autres activités plus saintes allant éprouver la froideur du sol lorsque, à quatre pattes, la voilà qui cède à la brûlure intense qui lui lacère l’âme et réduit à néant le travail des tisserands et blanchisseurs en ayant imprimé le vice à même cette toile de lin. Ses sanglots torturés ne se répercutent pas contre les parois de la chapelle, ils s’y anéantissent, réduits au silence aussitôt prononcés et pesant désormais entre les épaules de l’hère en peine jusqu’à en labourer l’échine lorsque sa nuque chute d’épuisement. Aux larmes se mêlent la sueur de l’effort, des flammes de l’Enfer tout juste entrevues lorsque l’instrument diabolique pourlécha sa peau, follement, vainement dissimulée par instinct de survie, pour lui apposer leur sceau cuisant. La silhouette abdique, épuisée, comprimée par la charge pondérale de sa faute, son péché, elle se recroqueville et touche front à terre. “... et de n’avoir pas su résister.” Susurre-t-elle à l’oreille de la dalle hostile, dans la prière contradictoire que les murs n’aient pas d’oreilles mais que la terre bavarde puisse transmettre sa confession aux nuées nocturnes pesant sur le territoire de l’illustre Famiglia. Un verrou que l’on débloque retentit dans le couloir étroit menant au sanctuaire et surprend la pénitente qui, dans un élan paniqué, récupère l’outil punitif et renferme tendrement ses filins sanguinolents entre ses doigts crispés. D’une impulsion vive, investie par l’adrénaline d’être surprise dans son instant le plus vulnérable, voilà qu’elle se jette derrière l’autel marbré, dans l’ombre dense des bougies n’étendant pas leurs griffes lumineuses jusqu’à elle. Le cœur tambourinant dans sa poitrine lui arrache une grimace spontanée, ou peut-être est-ce son dos lacéré appuyé contre la roche gelée, prêt à y fusionner pour mieux se rendre invisible aux yeux de son visiteur impromptu, qui lui cause la plus vive des douleurs. Le battant du temple s’entrouvre dans un grincement menaçant, et le froissement d’un tissu se mêle au pas ample et lourd de ce qu’elle devine être un homme. Un choc aussi bref qu’étouffé devine un genou posé à même le coussin précédemment boudé, et un soupir, rauque, celui d’une bête sauvage sans doute, fleurète avec les oreilles terrifiées de la jeune vierge. Ses poumons condensés par une apnée soudaine l’exhortent à respirer enfin, à les déployer comme les ailes d’un ange, mais rien n’y fait, sa frayeur est plus persuasive et garde jalousement ses expirations désespérées. Le silence de plomb qui impose sa chape sur l’intrus et son espionne est aussi lourd que sirupeux. Car rares sont ceux à pouvoir fouler impunément la pierre sanctifiée, rares sont ceux à en avoir l’accès et parmi ces rares et précieux, seulement la fratrie de l’impudente fureteuse, dont les membres disséminés aux quatre vents ont tôt fait de lui faire déduire des évidences. Son puîné s’était trouvé sur la voie de Dieu et, exilé dans un monastère, y étudiait les Saintes Écritures. Le troisième né, Elion lui-même ne saurait avouer où il s’était terré depuis son dernier coup d’éclat et ses dernières menaces. Quant à ses deux premiers aînés, elle savait leur mésentente, savait que le second, tenant de hautes responsabilités au sein des ordres militaires, ne prenait plus la peine de se présenter plus de quelques heures sur le domaine familial. Ainsi, elle apprenait à deviner l’allure du prédateur venu interrompre ses prières. Sans doute une longue crinière noirâtre comme elle en arborait, encadrant un faciès osseux, viril, dans la continuité d’une barbe drue. Deux billes acérées, teinte céladon, serties dans des orbites profonds et rendus sévères par des sourcils broussailleux et froncés d’austérité. Et une stature effrayante, bien trop large, trop haute pour être celle d’un homme plutôt que celle d’un ours ou d’un loup bien nourri. Le sang s’accumule dans ses tempes à mesure que l’image cruelle de celui qu’elle songe, sent, sait être son frère revient au devant de son esprit embrumé, et bat la chamade près de ses yeux luisants. Elle recrache un peu d’air, dans une lenteur prudente, pour mieux en ravaler une goulée, l’oreille tendue comme une enfant barricadée dans un placard lorsque les monstres oniriques sont à sa recherche. Des sentiments contraires la harcèlent aussitôt et la prennent à la gorge : d’une part l’excitation de l’interdit, la soif d’apprendre, d’entendre des prières inavouées, devenant par là même un apprenti Dieu venu recueillir les craintes et doutes de son aîné si inaccessible, si inexpugnable… Et de l’autre, l’angoisse d’être prise la main dans le sac, d’être accusée d’avoir violé son intimité si ardemment sauvegardée, si sauvagement gardée par un cerbère aux crocs sanguinolents. Comme une enfant. Ces moments épiés n’assouvissent pourtant pas cette curiosité macabre pour les révélations indicibles du premier-né qui, contre toute attente, se trouve bien silencieux devant l’autel de leur divinité révérée. Son souffle incandescent retentit pourtant comme le moteur d’une infâme machine, au point où la peau de la jeune sœur se hérisse sous le courant d’air qui se glisse dans sa nuque chaste pour l’y mordre avidement, un prolongement de cette respiration sinistre l’ayant aussi sûrement agressée qu’un coup porté au thorax. De longues minutes s’égrènent dans un mutisme anxiogène, où l’un se recueille lorsque l’autre prie qu’on ne l’y prenne pas. L’étoffe fraternelle se froisse au terme des psaumes tacites qu’il aura récités, horripilant aussitôt la cadette rendue à trembler de froid dans l’angle où elle avait trouvé refuge en catastrophe. Elle remarquait, sans avoir à trahir sa couverture, l’ombre dangereuse de l’aîné projetée par les bougies embrasées sur le fond de la chapelle, où se tenait un confessionnal de fortune qu’ils étaient, faut-il l’admettre, fort peu à utiliser. Le pas fuyant de la bête carnassière s’éloigne, regagnant l’entrée du temple familial. Dans la précipitation enthousiaste d’enfin sortir de sa tanière, son coude heurte le caisson de l’autel dans un son creux et interrompt aussitôt le départ du cerbère, dont l’expression se fige dans la contrariété, ou la circonspection désagréable. D’aussi loin, elle perçoit pourtant les deux éclats de jade de la mire qu’il porte dans sa direction, sans avoir pour autant l’air de l’apercevoir, l’âme vierge s’en voit transpercée, sondée jusqu’à la moëlle. Statique, la respiration coupée, le poil dressé sur la tête, elle patiente encore plusieurs secondes semblables à des éternités, pour qu’enfin l’œillade réprobatrice se lève et que le battant se referme sur l’épaisse toison noirâtre de la cape du patriarche. Un soupir, longtemps contenu, filtre entre les lèvres charnues de l’affidée en une buée rappelant le froid lugubre de la chapelle tandis qu’elle se redresse non sans mal, les membres ankylosés par son recroquevillement. Au souvenir vif du regard sondant l’abîme de son esprit, tout son être frémit dès l’instant où sa figure spectrale passe dans le rayon des candélabres dansants, pour constater, à sa plus grande frayeur, qu’une coupe de raisin noir avait été déposée devant la sainte pyrée. Il savait.
  9. Black Desert Online is four years old this year and the team celebrated the milestone with a video collaboration with Carbot Animations. Afficher l’article complet
  10. Black Desert has started a wildlife charity drive, and are gifting you epic gear. Afficher l’article complet
  11. Black Desert on PS4 and Xbox One can now play as Maehwa, the latest character class to arrive on console. Afficher l’article complet
  12. ~"Contes et Récits d'une Femme de l'Est" ~ ~ Chapitre 2 : La Vie à Heidel, et ses alentours ~ ______________________ | | [Mention Spéciale à Gagie, Pour cette très jolie image.] ______________________ Voici un bon moment que j'habite la ville d'Heidel, mon bon Journal. Voila un bon moment que je côtoie un bon nombre de personne. Je ne trouve toujours pas de danseur pour mon école,à Heidel. Dois-je faire une annonce dans un lieu publique? Je ne sais. J'ai fais un tour dans la Ferme Costa aujourd’hui. J'y ais même danser, pour une petite fille, Gagie, Une amie d'harmony, qui serra d'ailleurs, ma première étudiante, à domicile. Je pense que, Heidel est une ville avec du potentiel pour mon travail, je pense que avec le temps, tout ira pour le mieux. J'ai encore tellement de projet en tête, tellement de chose à accomplir... J'espère avoir le temps... Le temps... Une idée stupide, mais tellement précieux. Je danse après le temps, je danse... avec le temps. Peut être qu'un jour, je serais célèbre dans cette ville. ~ Fin Du chapitre 2 ~
  13. Black Desert recently launched its cross play feature, giving console players the ability to join each other and quest regardless of platform. How easy is it to join your console friends, however? Afficher l’article complet
  14. Discord du relais des voyageurs (pour rencontrer quelques rôlistes et multi guildes) : https://discord.gg/SrMU4vr Discord BDO France, il y a une section Roleplay. https://discord.gg/bdofr Après il existe tout autant de discords que de cercles ou de micro communautés à toi de tous les attraper voir et choisir ce qui t'intéresse.
  15. Il a des guildes que je pourrai contacter ? Histoire de pas avoir à chercher ingame.
  16. La communauté n'est plus ce qu'elle était il y a quelques années. Les raisons sont variées et je ne détiens pas toutes les réponses à ce déclin.Il subsiste quelques poches de joueurs RP çà et là qui cohabitent plus ou moins pour le meilleur ou pour le pire.
  17. Quelques rôlistes ? Vous n'êtes plus très nombreux ? Vous êtes combien à peu près ? C'est dommage, je trouve que BDO est un bon jeu pour RP niveau animation etc.
  18. Salut à toi. Pour répondre à ta question, il y a toujours quelques rôlistes sur le serveur Balenos 4.
  19. Salutation ! Ça fait maintenant plus de deux ans que je n'ai pas lancé BDO, donc je suis un peu largué niveau actualité, et lorsque je regarde les messages sur ce forum qui sont si vieux, certains de 2017.. Je me pose cette question suivante : Est-ce que la communauté rôleplay française de Black Desert Online est toujours vivante ? Si oui, sur quel serveur se situe t-elle ? Je compte reprendre BDO pour jouer avec un ami qui découvre, donc pourquoi pas se tourner vers le rôleplay, une fois un bon level atteint. C'est à peu près tout !
  20. Bonjour j ai créé un deuxième personnage mais je ne arrive pas à louer un mousquet d entraînement donc mon niveau de chasse ne monte
  21. ~"Contes et Récits d'une Femme de l'Est" ~ ~ Chapitre 1 : L'arrivée ~ Si un jour on m'avait dit que j'écrirais un journal, ne n'y aurait jamais crû. Pourtant, nous voilà, mon fidèle journal. Tu dois bien être l'une des uniques personnes à qui je peux écrire ouvertement sans barrière, et toi, au moins... Tu n'as pas à subir mes phrases interminables à l'oral... Pauvres habitants de cette nouvelle ville D'heidel... Même s'ils font des efforts. Crois moi... C'est pas facile tout les jours, mais je dois faire avec... j'ai rencontré des gens très appréciables, mon bon Journal. D'autres Valencien, enfin, je crois, des gens que je commence même à considérer comme des amis... Va savoir si c'est réciproque.... La salle de danse à ouvert à Heidel, d'ailleurs. Le Barde à été d'une sacrée aide, tu sais, Jonathan Bakara... Il ouvre une boutique de vêtements sous notre maison... Avec l'absence de Daba, c'est difficile de tout faire dans la maison... Entre Harmony qui fait ses crises d'adolescente et moi qui doit tout faire pour qu'elle grandisse dans les meilleurs conditions... Sacré gosses... Je continue à croire que venir à Heidel est sûrement l'un des meilleurs choix... Pour moi, Harmony, et mon mari... Je prie tout les jours pour que Aal veille sur notre famille. Fin du Chapitre premier.
  22. C'est comme les chasseurs.
  23. Bienvenue ! Alors des discord y'en a plein ^^
  24. Today, Pearl Abyss released an update to Black Desert on console allowing cross play between the two platforms. Afficher l’article complet
  25. A new free update called O?dyllita is hitting Black Desert Online later this year. Afficher l’article complet
  26. Archer Ascension is here for Black Desert PS4 as part of the latest update. Afficher l’article complet
  27. Salut à tous ! Je me présente, Julien, 21 ans, joueur "très novice" de BDO désireux de me mettre au RP sur ce jeu dont j'avais entendu parler de la communauté RP sans jamais pouvoir la voir. J'ai déjà pratiqué le rôleplay sur d'autres jeux mais je préfères garder ça pour moi. J'avais d'autres personnages que je ne comptes plus jouer aujourd'hui, Je joue une guerrière créer il y a peu de temps dont je suis encore en phase de quête pour le moment. Je n'ai aucune idée de ce qu'il m'attend concernant le RP sur BDO, sa façon d'être fait ni même si la communauté est plutôt vaste. J'attends de voir aussi quand je peux avoir le Discord communautaire pour pouvoir mieux communiquer ! A bientôt en jeu ! ^-^
  28. À en croire les comptes trimestriels des exploitants de jeux en ligne, les « MMO modernes » et les « MMO classic » trouvent chacun leur propre public. De quoi envisager, à terme, une scission du marché du MMORPG ? Afficher l’article complet
  1. Charger plus d’activité