• billets
    2
  • commentaires
    2
  • vues
    88

Chapitre I : On choisit pas sa famille..

Drelnas

63 vues

Tarif...

 

 

 

2016-04-09_829009113.png

 

 

 

 

 

C'est marrant. C'est dans ce coin que la plupart des grands tournants de ma vie se sont produits. Et c'était p'tet pas pour rien, appelons ça le coup du sort. La première fois que j'étais venu je me lançais à mon compte dans le transport, j'y ai rencontré celle que j'avais baptisé à l'époque "Ma Sorcière mal baisée" ou Sadie. La garce m'avait envoyé crever de chaud dans les terres pour une livraison à la con et la chaleur m'avait tellement fait délirer qu 'au retour j'étais plus le même. C'est là que je me suis rendu compte que je tenais à Aithe, et ça a littéralement changé ma vie.

La fois suivante, je suivais le groupe de Fhalaine. On pourchassait une maléficienne et des reliques de merde. C'est là que j'ai approché pour la première fois l'occulte et les secrets qui se cachent derrière notre joli petit monde plein de certitudes rassurantes. J'ai jamais dormi pareil depuis. J'ai aussi appris à connaître un peu ces femmes qu'on appelle "Sorcières" dont certaines sont mal vues. J'ai compris un peu quel était leur rôle, leur mission et le prix que ça coûte. Depuis je ne les crains plus, je les respecte. Bon, y en aura toujours des antipathiques, comme ma chère sorcière mal baisée préférée, mais aussi des plus sympas, comme la rousse. Ah la "Lionne", si j'avais pas été marié... typiquement le genre de bonne femme qui me faisait vibrer jadis ; belle et dangereuse. Et tu verrais cette énorme "paire-sonalité" héhéhé..

 

 

J'y suis retourné d'autres fois bien sur, souvent pour le boulot ou bien en étape sur un plus long trajet. Jamais j'aurais cru y trouver une famille de sang. Enfin.. là encore reprenons depuis le début car c'est un bordel. Ma chère mère était, enfin est toujours une sorcière. Mais pas qu'au figuré. Une vraie. Et pour saupoudrer le tout d'un soupçon de "le destin s'obstine à déféquer sur ma tronche" il s'avère qu'elle appartient aux Kelevra. Alors que fout une Kelevra si loin du désert et de Tarif...? Que veux tu que j'y réponde, je savais même pas son vrai nom à la Daronne y a encore quelques jours. La faute à Drelnas. Drelnas c'est... C'est comme avoir une chanson à la con dans la tête sans t'en dépêtrer. Sauf que lui c'est tout le temps. Il cause sans arrêt. Putain même un caillou il me raconte son histoire, j'te jure c'est épuisant.

Remarque, je le préfère ainsi que quand il était sous la forme de  la Mer du Chaos... Mais si rappelle toi j't'en ai causé jadis. Bref Drelnas est vieux, très vieux. Et différent. Et maman me l'a collé dans le giron sans rien demander. Ce qui fait que je comprends à présent pourquoi j'ai jamais eu le sommeil tranquille, ou que trop sobre j'entendais des voix.

 

 

Sauf que l'enfoiré m'a manipulé durant de longues années, me faisant même croire qu'il y avait plusieurs entités en moi. Alors qu'en fait ça avait toujours été lui. J'te l'ai dit il est vieux et malin l'enculé. Et patient. Et le jour où l'occasion s'est présentée il m'a baisé. J'étais d'accord tu me diras après coup, mais au final il m'a baisé. J'ai vu quelqu'un de proche mourir sous mes yeux, impuissant. J'ai vu son corps être brisé comme du verre et jeté comme une merde sur le champ de bataille. Et j'ai pas pu le supporter. J'étais prêt à tout pour changer ça..à tout. Et devine qui attendait et m'a proposé une "fin heureuse"..? Alors oui, c'était la plus grosse connerie de ma vie mais j'ai pactisé. Je lui ai laissé prendre peu à peu le contrôle en échange du pacte. Il a tenu parole. Mais en parallèle il a mis en pièce ma volonté, mon esprit, mes espoirs.

J'ai fini fragmenté ou plutôt écartelé dans une poignée de bijoux que j'ai juste eu le temps de confier à quelques personnes de confiance sans qu'il s'y oppose. C'est les derniers trucs que j'ai fait avant de perdre le contrôle. Par chance j'ai une femme et quelques amis qui ont ratissé les limbes pour me ramener, et ensembles on a été causer du pays à Drelnas...

 

 

Et depuis, ça va mieux. Beaucoup mieux mis à part que... ben mon entreprise s'est littéralement cassée la gueule. La famille Lauren m'a dans le pif sur Heidel. A Mediah je suis pas certain d'avoir bonne presse non plus.. Rien d'insurmontable, mais ça fait chier quand même un peu disons le clairement. Ma chère Mère... est retournée à Calphéon sans un mot, et surtout sans une explication. Formidable... Et pour couronner le tout, le seul membre de ma famille de sang le plus proche n'est ni plus ni moins que ma chère sorcière mal baisée. P'tet que je devrais l'appeler "Cousine" ? Qu'est ce que je risque, de la faire rire..? Parce qu'elle peut pas faire plus la gueule soyons francs. Je l'aime bien au fond, mais niveau chaleur humaine..

Tu t'es déjà collé la bite sur une stalagmite ? Ben Sadie c 'est pareil. Elle est tellement glaciale de contact avec les gens que ça te saisit et te paralyse, avec la petite envie de foutre le camp quand le malaise s'installe. Et crois moi elle est douée pour l'instaurer. La rousse par contre rien à voir. Elle c'est comme un doux vent qui te chatouille les bourses. Elle sent le souffre et le danger. Putain heureusement que j'suis marié...

 

 

Donc j'suis allé causer à ma "cousine". Elle était déjà au courant de notre parenté récente mais je voulais voir un peu si y avait des règles, des protocoles ou des usages. Oh j'en aurais fait qu'à ma tête toute façon mais au moins baliser le terrain pour pas me rajouter - encore - des emmerdes. J'ai mon quota. Bon l'esprit de famille chez les Kelevra ça a pas l'air d'être ça. Limite les vacheries de ma daronne, c'est presque culturel. Et ben y doivent sacrément se marrer ces gens là aux réunions de famille tiens. J'imagine la gueule d'un mariage ; "venez si vous l'osez, amenez votre propre couteau pour le planter dans la gorge de votre tata ou tonton préféré." Non sans rire je sais pas si je dois rire ou pleurer. Autant je suis conscient et lucide sur le fait que je sois pas un modèle d'éducation et que mon parcours est pas banal... Mais j'ai l'impression que dans ce clan en fait on est des handicapés de la joie. Genre on doit te bassiner tout petiot : "attention si t'es heureux un esprit occulte va te bouffer la gueule" histoire de formater les jeunes génération à tirer la gueule comme Sadie...

Sans déconner ces gens sont un mystère et le fait d'être du clan j'ai l'impression m'a plus fermé des portes dans la gueule que ça m'en a ouvert. Déjà que c'était pas rose avant. En prime dans les jupons de Sadie y a une jeunette. Une apprentie visiblement. Ah elle a un bon modèle la Gab' : une phrase, une pique, une morsure de venin. J'sens que mon front va rencontrer son nez d'ici peu.

 

 

Limite celle qui s'en sort le mieux, c'est Aithe... Bon d'accord Gab' et Falkynn pensent qu'à essayer de la baiser. Mais au moins personne la fait chier. Je sais pas où cette histoire va me mener encore j'appréhende un peu. Au moins j'ai Aithe, et en plus Narasen s'est installé pas loin. J 'me sentirai un peu moins paumé dans cet univers que je ne connais pas et qui je le sais me loupera pas au premier faux pas. La patronne du village a été claire là dessus. J'ai vraiment pas intérêt à merder. Mais bon hin, c'est pas comme si j'avais un aimant  à emmerdes dans l'cul...

Ouais bon ça pue j'avoue...

 

 

 

 

 




2 Commentaires


La Famille que j'ai choisie...

 

 

 

 

La Mer intérieure...

 

 

 

 

C'est un étrange sentiment depuis notre... Comment formuler cela ? La fin de nos désaccords ..? Ce trop bref passage où j'ai goûté à la totale liberté garde toujours un petit goût de miel comme disent les mortels, mais pourtant je ne regrette pas l'évolution et la tournure des évènements. Bien sûr ma nature profonde demeure identique à tous mes "frères" mais contrairement à eux mes désirs et motivations ont quelque peu évolué et changé depuis quelques temps..ou siècles? Si le pouvoir demeure attrayant, j'ai compris je crois qu'il ne demeure pas une fin en soit. Plutôt une faim je dirai. Et en réalité ce n'est qu'un outil pour œuvrer à quelque chose de plus grand, dans le meilleur des cas. Beaucoup, aussi bien mes frères que les mortels se contentent médiocrement de nourrir cette faim, comme une quête sans fin. Mes intentions au départ étaient de poursuivre l’œuvre du Maître et de ses disciples. Mais je me suis ravisé. Beaucoup trop de temps s'était écoulé et ma connaissance de monde extérieur n'était pas suffisante pour aborder un tel chantier.

Et puis il y a eu cette sorcière qui faisait partie de ses amis. Sans le savoir elle m'avait donné une idée et un nouveau but. Elle ne pouvait pas enfanter à cette époque et je pouvais y remédier - je l'ai fait plus tard - mais comme prix à payer j'avais voulu investir un enfant de mon hôte et d'elle. Ainsi il aurait été un vaisseau extrêmement puissant et surtout il n'y aurait plus eu d'interférences avec mon hôte. Car cet homme, je l'ai pris à tort pour un raté. Je l'ai vu accepter de voir son esprit démembré et fragmenté pièce par pièce dans le but et la promesse que je lui permette de ramener sa sœur. A cette époque je concevais la notion d'amour comme leur plus grande faiblesse.

 

Et il semble que là dessus je me sois fourvoyé. Car même l'infime partie de lui qui subsistait dans son corps dont j'avais le contrôle total me tourmentait. Une part de ma conscience se révoltait sans cesse contre les plans que j'avais ourdi. Elle réclamait et implorait avec rage et férocité de retrouver ce petit groupe de personnes très hétéroclites qui forment un cercle qu'il appelle "famille". Au final était-ce cette petite partie résiduelle ou bien avec le temps avait on inconsciemment liés nos esprits et nos essences pour que cela m'affecte autant. J'ai toujours été curieux, même dans mon jeune âge. J'ai voulu brandir le glaive contre celle que son cœur chérissait le plus. J'étais déterminé à porter le coup. Elle n'aurait pas souffert. C'était une simple expérience, pas de la cruauté gratuite. Mais jamais mon épée n'atteignit sa cible, pourtant vulnérable. Quelque chose au fond de mon être s'y opposait, m'en empêchait farouchement. Je ne pouvais concevoir qu'il existe quelque chose de supérieur à ma volonté, et pourtant..

J'étais vaincu. En réalité j'avais perdu dès le moment où j'avais pris le contrôle et commencé à m'en prendre à ses proches. En lui faisant du mal pour me protéger, je m'affaiblissais sans le savoir. J'étais vaincu.. et je l'enviais. Combien de fois était on venu me secourir dans les diverses prisons qui ont été miennes durant ces décades ? Jamais. Seuls les audacieux parmi les cupides et ceux désirant le pouvoir sont venus meubler ma longue existence. Lui.. Il ne désire pas le pouvoir. Oh certes il est cupide, roublard.. grossier. Très grossier. J'ai été témoins et parfois acteur de ses déboires, de ses embûches. Il s'en est toujours relevé, seul d'abord et au fil du temps d'autres ont marché dans son sillage. Ils l'ont aidé, comme il les a aidé aussi parfois. Ce lien curieux semble être fort, très fort car il transcende ces mortels dans les épreuves qui leur sont imposées et leur permet d'avancer même quand tout espoir semble perdu. Il m'aura fallu bien des vies pour m'en apercevoir et le réaliser. Cet homme que j'ai d'abord méprisé possédait un trésor insoupçonné.  Et je le convoitais en réalité...

 

 

 

 

 

 

 

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant