• billets
    32
  • commentaires
    31
  • vues
    1 408

Chapître XXXI : Deux minutes moins le quart avant de mourir..?

Drelnas

32 vues

Côtes Terrmian...

 

 

 

 

 

Ça pue la mort. Et j'dis pas ça uniquement à cause des mecs qui jonchent le pont de mon navire les tripes à l'air. Là ça pue vraiment pour mon cul... Par où commencer ? Déjà par la base ; les héros et les bon samaritains ne vivent pas vieux. Mais qu'est ce qui m'a pris de vouloir m'attaquer à cet Amiral Pirate..? L'orgueil ? La rancune ? Va savoir. Et puis au point où j'en suis je m'en fous.. J'aurais beau geindre et dire que c'est lui qui a commencé en voulant nous braquer notre chargement lors d'une course, voir qu'il a remis ça en voulant nous couler dans les eaux de Mediah, qu'est ce que ça changerait ? Ce mec est venu jusqu'à Ephéria récupérer les mecs qu'on avait choppé lors de leur tentative d'abordage. J'ai tenté de négocier avec ce type. La négociation j'adore ça, et puis là je me suis fait mousser t'imagine même pas. Si j'avais réussi, si j'avais trouvé une solution pacifique mais tu m'aurais entendu me pavaner pendant des années après un coup pareil.

Mais on négocie pas avec les types qu 'ont plus rien à perdre. Ce mec, Montagues, c'était jadis mon héro quand j'étais soldat. Ce type était une légende, un amiral de Trina qui s'est sacrifié pour sauver ses gars. J 'aurais tué à l'époque pour avoir un chef comme ça. Mais à présent c'est plus le même homme. Ce type est prêt à s'allier et à fédérer des pirates pour servir ses intérêts. Et ses intérêts vont contre les miens.

 

 

C'est pour ça qu'après des semaines de boulot et de préparation, on a enfin lancé l'offensive. L'objectif était de briser le blocus que cet enfoiré a instauré autour de la côte Terrmian. Mais c'était plus facile à dire qu'à faire car Montagues tient en respect la flotte de Trina depuis quelques temps déjà. Alors on est partis en fanfare d'Ephéria, comme si on allait pas en revenir. Et ça a pas loupé, à peine sortis des îles on est tombés sur sa flottille qui nous charge toute voiles dehors. Et la poudre a parlé. Et l'acier aussi. J'ai vu de bons gars, de bons marins finir au fond de l'eau ou les boyaux éparpillés sur le pont des navires qui composaient jadis ma flotte. Partout j'entends brailler, hurler... ou agoniser. Ce putain de bruit du bois qui craquelle, qui casse quand un boulet perfore la coque, quand l'un éperonne l'autre. Mais on a pas le temps de pleurer les morts, si on veut pas finir comme eux rapidement, et salement.

Mon navire est abordé, isolé. Le commandant ennemi est sur moi, mon équipage gît blessé ou mort. Nous sommes seuls avec ma sœur Ilya à tenir bon. Bientôt la corvette ennemie nous montrera son flanc et lancera une salve de mort sur mon navire. Ou alors les fils de putes qui l'ont abordé viendront nous prendre. Qu'ils viennent donc, on vendra notre vie chèrement.. mais ça fait chier. Tout prend un autre tournant à présent que ma vie se résume à quelques secondes. J'ai pas envie de crever, même si ça fera une belle mort héroïque, à condition qu'on la chante.. Mais à quoi bon au final, je serai pas là pour l'entendre...

 

Tâchons de savourer ces secondes et faire en sorte qu'on se rappelle encore longtemps de la dernière canonnade du Paon de la D.T.C...

 

 

 




0 Commentaire


Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant