La Vie au Domaine.

  • billets
    3
  • commentaire
    0
  • vues
    228

Contributeurs à ce blog

La malédiction de Pied-Boueux.

Ceresayaria

104 vues

Hiver 288.

Pied-Boueux, gobelin au service du Haras Mirabela est chargé de nettoyer les stalles et aide à l'entretien des infrastructures, il fut pendant longtemps, au service de Monsieur Severro Loggia, son ancien employeur, qui a précédé la propriété de la ferme.

Il fait un froid de canard dehors, le temps se gâte et seuls les plus courageux sont de sorties pour aider dans les vignes. Pied-Boueux n'y connaît rien à la vigne mais d'après les Humains connaisseurs, ça se prépare tout au long de l'année pour que le fruit délivre le meilleur de ses nectars. Le problème c'est le temps. Il faut qu'il fasse soleil. Et ça,  ça arrange le gobelin aux oreilles de chauve-souris quand il fait soleil, il n'a pas à frotter sans arrêt ses pieds dégoutants de boue. Mais l'hiver...il pleut, il neige...et voilà qu'il est tout crotté.

Et aujourd'hui, pour compléter ce froid glacial, il a neigé durant toute la nuit, laissant une couche monstrueuse devant la porte que lorsqu'il l'a ouverte, le monticule de neige l'a enseveli sur le perron. A noté que le malheureux gobelin ne mesure qu'un mètre vingt. Seule sa tête dépassait du manteau blanc envahissant.

Lio qui a eut la riche idée de se confectionner des grands chaussons à l'aide de filet de pêche et de planches de bois marchait en canard dans la cour couverte de neige. Il avait l'air ridicule...mais avec classe. Lui ne s'enfonçait pas bêtement dans la poudreuse malgré sa petite taille de loutre.

"T'as besoin d'aide ?" s'écria Lio depuis le puits.

"Non....", ronchonnait le gobelin.

"Couic ! Je vais aider Bertrand et Sarah à déblayer la cour, c'est fou ce qui est tombé cette nuit !"

Pied-Boueux ne répondit pas, il en avait marre de l'hiver. La saison la plus dégoutante de l'année. Il détestait la neige, la pluie... le crottin...tout ce qui pouvait le rendre sale. A force notre gobelin développait une forme hypocondrie de la saleté.

 

Un peu plus tard dans l'après-midi, quand la cour était enfin débarrassée de la neige, les employés pouvaient enfin circuler sans difficulté, surtout Lio...qui pouvait ranger son équipement ridicule mais pratique.

Mais ce que craignait Pied-Boueux arriva. A l'instar que la neige avait enfin disparu, elle laissa derrière elle un souvenir inoubliable d'horreur pour le gobelin. La cour était un marécage. Des flaques d'eau grises et noires ici et là ! Les trois poils de cheveux qui lui restaient sur la tête s'hérissèrent lorsque le gobelin tira sur ses oreilles de chauve-souris vers le bas, dépité. Une promesse d'un nettoyage très....long.

Plusieurs heures passèrent, la cour devenait enfin impeccable. Tout est relatif entre les yeux d'un gobelin atteint d'hypocondrie de l'hygiène et un humain ...normal. Pied-Boueux put passer à l'infrastructure principale du Domaine. Là où la nouvelle employée Mademoiselle Aquilla vendait le vin, secondée de Crâne-Bleu. Ce sobriquet lui allait comme un gant selon Pied-Boueux. Il n'a jamais vu d'humain avec des cheveux bleus.

La porte s'ouvrit sur la petite stature du gobelin, transportant serpillère et seau. Profitant de l'absence de Mlle Aquilla, le gobelin entreprit de nettoyer le sol carrelé poussant la serpillère devant lui, lui marchant derrière...de ses pieds crottés. Au bout de plusieurs minutes, il essuya la sueur sur son front et admira son travail avant de jurer et pester ! Cet idiot avait oublié de se laver les pieds et surtout, il aurait du nettoyer en reculant afin de nettoyer ses empreintes de pieds dégoutantes, laissée un peu partout dans le magasin. Il reprit sa serpillère, la trempa dans le seau pour l'esserer et recommença. Cette fois...il pouvait enfin rentrer. Son travail était terminé. Il sourit. Le patron pourra être content.

Lorsqu'il reprit son seau et son balai enroulé d'un torchon (serpillère), il put se diriger vers la sortie. Le comble du sort...lorsqu'il saisit la poignée pour se rendre dehors...une pluie fine venait de tomber, se métamorphosant en un gros déluge... Les oreilles du gobelin chavirèrent d'une profonde tristesse...

Demain...serait un jour très très long.

 

 




0 Commentaire


Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant