• billets
    118
  • commentaires
    4
  • vues
    5 704

Contributeurs à ce blog

Les dieux de la vengeance exercent en silence

Nôd

120 vues

mygn.jpeg

La poussière s’élève mollement à chacun de ses pas et vient s’accrocher en une couche fine sur le bas de sa robe. Sa silhouette est frêle et légère, sans doute ne pèse-t-elle pas plus lourd qu’une feuille dans le vent tandis que, comme lui, elle semble avancer inexorablement. Sa démarche est lente, c’est le pas de ceux qui ont entamé une longue route et dont la destination est inéluctable.

Ses yeux sont clos depuis le début de son chemin, elle n’a vécu le passage de l’humidité de Serendia à la sécheresse de Mediah que par la caresse du vent sur son visage, l’odeur ambiante dans ses narines, le goût de l’air sur sa langue et le bruit du monde autour d’elle. Un pied devant l’autre, elle n’a craint ni les Hommes ni les bêtes qui se sont dressés sur son chemin, laissant à la magie le loisir de s’exprimer sans même avoir eu besoin de ciller.

Elle avance sur ce chemin car elle sait que c’est là, quelque part entre cette heure et sa dernière heure, que se dessinera enfin cette ombre déformée, cette relique d’un passé que rien n’aurait dû faire ressurgir. Elle avance car elle l’attend, car rien ne pourrait empêcher cette rencontre : la voix d’outre-monde le lui a susurré dans ses derniers songes.

Un grondement propagé par le sol la fait légèrement frémir, la terre sourd à plusieurs dizaines de mètres devant elle tandis qu’elle est martelée par les sabots des chevaux. Elle n’ouvre toujours pas les yeux, elle n’a pas besoin, et lorsque finalement le convoi se présente devant elle elle n’a qu’à laisser la magie opérer. Son corps se contracte, se dilate, elle pourrait presque sentir toutes les particules de son être se fondre dans le monde pour être éjectées plusieurs mètres en avant et, enfin, réassemblées. Un cheval hennit derrière elle, un homme jure. Elle poursuit sa route.

Rien ne semble pouvoir la sortir de cette torpeur en mouvement, elle a une mission à mener et pour cela son esprit doit explorer toutes les possibilités, toutes les réponses, tous les moyens : car aucun échec n’est acceptable. Tous les obstacles seront surmontés, contournés ou détruits. La serpentaire, à l’existence solitaire et silencieuse, ne saurait elle-même se soustraire à cette règle.

Etrange destinée que celle-ci. Ses pensées louvoient et se dispersent, sa démarche se fait chaloupée, son seul corps est désormais aux commandes : elle avance. Tant de temps dans le noir et le silence. Non. Plus que le silence, l’absence totale de vie. Plus de temps ni d’espace, plus de chaleur ni de froidure, plus de douleur ni d’apaisement. Les Hommes ont cette remarquable capacité à détruire la vie de leurs semblables qu’elle s’en trouve fascinée.

Mais la Serpentaire n’est plus humaine, elle l’a vue dans ses rêves, alors elle avance pour la rencontrer. Peut-être aura-t-elle des choses à dire ? Il y a longtemps qu’elle n’a pu discuter. Serendia n’est pas propice aux réjouissances de l’esprit et du parler, leurs pensées sont si fades et médiocres que souvent elle les imagine en train de se fondre aux murs de leur sanctuaire ; Dans son esprit ils deviennent des pierres, aussi ternes et gris que de la cendre, sans saveur et sans odeur. Ils ne sont que des ombres gesticulantes autour d’elle, grouillants et incohérents, elle voudrait ne pas avoir besoin d’eux mais elle sait que c’est impossible : cette victoire, Sa victoire, ne se fera que sur chemin pavé de sacrifices et ils en seront les pierres.

Elle perçoit le fourmillement dans ses sinus, il fait froid, la nuit s’est installée mais son pas ne faiblit pas : l’heure approche, le jour est proche. Sous ses paupières fermées elle peut presque voir la longue queue de serpent onduler sur le sable du désert, le reptile apporte les Ténèbres avec lui mais elle n’en a cure car elle ne redoute que les desseins de son Maître : le reste n’est qu’une fable pour les simples et les esseulés.




0 Commentaire


Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant