• billets
    118
  • commentaires
    4
  • vues
    5 973

Contributeurs à ce blog

Crâne filant

Galathea

124 vues

Quitter la forêt de Tungrad aurait presque été un soulagement si chaque projection galopée de sa monture n’intensifiait pas l’étau qui, progressivement, enserrait le crâne de Galathéa. Les lèvres pincées, elle laissa l’animal la ramener à Tarif, obnubilée par cette impression angoissante que ses veines se rétrécissaient dans sa tête et que l’afflux d’un sang entêté y forçait son chemin à coups de pulsations sourdes et puissantes. Sa boîte crânienne devenait la chambre d’écho d’un tambourinement sauvage qu’une soufflerie bruyante ne cessait d’encourager.

 

Une fois sur place, il était hors de question d’adresser la parole à quiconque, sa mâchoire crispée ne le lui aurait de toute manière pas permis. Elle rentra chez Menetios sans avoir aucune conscience de son éventuelle présence et fila dans le recoin le plus sombre de la pièce la moins éclairée comme un pèlerin du désert vers son oasis. Attrapant la première couverture venue, elle s’assit en tailleur face à un coin de mur et rejeta l’épais édredon par dessus sa tête. Sous cette tente de ténèbres improvisée, elle ferma les yeux, laissa aller son front molletonné contre la paroi la plus proche, et ne bougea plus d’un pouce, toute à sa souffrance.

 

Elle savait que c’était le prix à payer. Comme une compensation : s’accrocher aux fils du passé privait parfois de la conscience du présent. Elle s’était entêtée à suivre une poussière depuis longtemps balayée par les flots du temps, jusqu’en des terres lointaines, s’était littéralement étouffée à la localiser d’une manière trop précise. Une traque qui n’avait sans doute duré que le temps d’un battement de cils, durant laquelle son esprit s’était étiré dans l’espace et dans le temps comme la pâte à sucre d’un extravagant confiseur. Le bonbon multicolore et difforme  qui en ressortait, et qui s’explosait maintenant contre ses paupières closes dans un feu d’artifice d’incohérences, aurait sûrement plu à Léolina.

 

La nuit, le jour passèrent ainsi, et au milieu du chaos une inquiétude froide s’imposa à elle : plongée dans les bribes éclatées du fin-fond de sa vision, elle n’avait plus senti aucun besoin de revenir. Envolée si loin, qu’elle s’était perdue, et la gorge enserrée d’une squelettique main noire n’était plus la sienne.




0 Commentaire


Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant