• billets
    2
  • commentaire
    0
  • vues
    120

À propos de ce blog

Traité décrivant les vertus médicinales voires magiques des pierres.

Avec notes, commentaires et un appendice

sur les propriétés physiques des pierres et cristaux

à l'usage des gens du monde 

vu et corrigé par plusieurs marchands, ayant été en maintes régions,

et avec l'opinion des habitants de ces dernières

compulsé et rédigé par 

Al Ib Thysar, joaillier en Valencia.

Billets dans ce blog

Galathea

Lwhite.pnges caractères physiques des cristaux, qui servent à les déterminer, sont :

 

 

1. La cristallisation

C'est, selon toute évidence, l'Origine. Ourdie au sein des terres au long d'une temporalité qui ne nous est pas sensible, elle consiste en un processus aussi naturel que mystérieux. La cristallisation se produit en secret, loin des contraintes des hommes, loin de leurs influences, et c'est pourquoi l'on peut dire des cristaux qu'il sont une matière pure, naturellement vierge de toutes empreintes spécifiques. Cette rare forme de neutralité est particulièrement précieuse aux yeux des alchimistes, qui sont à même d'inscrire en la matière structurée mais vierge du cristal leurs propres intentions mystiques. 

Concrètement, la cristallisation est l'ouvrage de la Terre qui façonne lentement un produit solide, pur, assemblé de manière régulière, et ce à l'infini. L'on note que la plupart des cristaux sont composés de plusieurs cristaux accolés, et que tous présentent en réalité des irrégularités dans leur assemblage. Le simple joaillier aura tendance à croire que moins il y a d'irrégularités, plus la qualité du cristal est grande. Les artisans du soin ou des procédés alchimiques savent qu'il en est tout autrement, chaque type d'irrégularité pouvant s'avérer une vertu dans le cadre d'une visée précise. Ainsi, pores, précipités, macles ou inclusions peuvent être d'un grand intérêt. 

2. Les accidents de lumière

Ce sont la couleur et l'éclat du cristal, auxquels nous pouvons ajouter son éventuelle phosphorescence. Il existe une diversité proprement fascinante de couleurs cristallines, ce qui en assure certes l'attrait esthétique, mais témoigne surtout à un œil aguerri de la nature précise du cristal, et donc de ses propriétés. N'oublions pas que la couleur-même est un rayonnement, et qu'en cela, comme tout rayonnement nous impactant, elle peut produire des effets que certaines philosophies orientales ont tenté de catégoriser... [L'auteur tente ici une vague description de ces catégories, dont il est visiblement peu familier.]

[...] Le lapidaire aguerri n'oubliera pas que certaines techniques, comme le rougissement au feu, peuvent être employées pour modifier la couleur d'une pierre et la faire passer pour une autre.

3. La pesanteur spécifique

Chaque corps possède une tendance naturelle à se rapprocher de la terre, mais chaque corps exerce une pression différente sur la matière qui le soutient... [L'auteur s'embarque ici dans des considérations techniques complexes].

[...] Ainsi, une balance est indispensable à la panoplie de tout bon lapidaire, pour l'aider à déterminer la nature d'une pierre lorsque les accidents de lumière ne suffisent pas, mais aussi pour lui permettre de déceler toute supercherie à l'occasion d'un achat. 

4. La dureté

Le moins un cristal peut être rayé, par du diamant ou du verre blanc par exemple, le plus il sera dur. Ce paramètre est bien sûr déterminant pour tout travail de gravure.

5. La réfraction

Chaque cristal sollicite les rayons lumineux à la mesure de sa structure spécifique : certains ont par exemple la propriété de dédoubler les rayons et c'est ce que l'on appelle la double réfraction. Il est à noter que la réfraction peut facilement être mesurée sur une pierre brute, mais bien moins sur une pierre taillée qui répète à l'infini les images dans ses multiples facettes. Le lapidaire doit alors utiliser un dioptre.

6. Le magnétisme

Nous avons observé que certaines pierres, tel l'ambre jaune, après avoir été frictionnées, ont la faculté d'attirer des corps légers tels que brins de paille ou poussière : nous appelons cela l'attraction magnétique. Certaines autres ont la propriété inverse, et nous appelons cela répulsion magnétique. Il est peu aisé de mesurer avec précision les propriétés magnétiques d'une pierre, mais les individus sensibles à ces énergies utilisent des baguettes de cuivre à cet effet. Certains témoignent que l'association d'une pierre d'attraction et d'une pierre de répulsion produit un flux d'énergie magnétique, mais fort difficile à amplifier, manier ou maintenir... Nous conseillons cependant aux artisans souhaitant explorer ces potentialités cristallines d’œuvrer par temps sec, car l'air humide a tendance à s'emparer du fluide magnétique et l'annuler. 

Il est bien évident que c'est cette dernière propriété qui intéresse le plus les radiesthésistes qui font usage du pendule de cristal pour interroger les énergies. 

tete-de-lit-arabesque.jpg

Galathea

AVANT-PROPOS.

Traité décrivant les vertus médicinales voires magiques des pierres.

Avec notes, commentaires et un appendice

sur les propriétés physiques des pierres et cristaux

à l'usage des gens du monde 

vu et corrigé par plusieurs marchands, ayant été en maintes régions,

et avec l'opinion des habitants de ces dernières

compulsé et rédigé par 

Al Ib Thysar, joaillier en Valencia.

 

Lwhite.pnges pierres noires ont attiré, de tout temps, l'attention des amateurs, par leur beauté, leur éclat, leur rareté et surtout par la puissance qui en émane. Certains leur attribuent une vertu protectrice, et nombre d'habitants de Glish ou de Keplan portent sur eux une petite bourse de pierres noires, qui ont la vertu de les protéger contre la malchance et les aléas de la vie. D'autres peuples ont su exploiter avec brio leurs propriétés offensives, attirant l'envie et semant la crainte dans les cœurs de leurs ennemis. Ainsi, sans conteste, nous pouvons dire que la pierre noire est la Pierre des pierres, la plus précieuse d'entre toutes.

 

Mais nombre d'autres minéraux veinent les massifs rocheux de nos contrées. Nombre d'autres cristaux ont, depuis des temps immémoriaux, été utilisés comme objets non seulement de parure mais aussi de soin ou de magie. La science de la minéralogie a su depuis mettre en lumière les nombreuses qualités de ces cristaux, dont la nature et l'origine diffèrent de celles des pierres noires, mais dont le rayonnement a quelque chose de similaire en cela qu'il résonne d'une énergie magnétique vibratoire qui n'est pas sans trouver des échos dans notre propre constitution physique.

Pourtant, la science n'est pas seule parole à apporter la vérité sur les pierres. L'usage et les pratiques anciennes avaient déjà l'intuition, oserons-nous dire, pure et véritable, des propriétés intrinsèques à chaque cristal. C'est pourquoi nous avons fait le choix d'introduire chacune de nos analyses par la reproduction, traduite de l'ancien valencien, des descriptifs du plus ancien lapidaire connu et retrouvé à ce jour. 

Avant de développer notre abécédaire des minéraux, nous avons fait le choix d'introduire diverses analyses et présentations techniques, portant sur la nature physique des cristaux et sur les pratiques artisanales primaires qui permettent de les travailler en vue d'un usage ornemental, thérapeutique ou alchimique. 

 

Al Ib Thysar, joaillier en Valencia.

tete-de-lit-arabesque.jpg