• billets
    2
  • commentaire
    0
  • vues
    367

Billets dans ce blog

Moxley

Thanatopraxie

Les Passions Étranglées

Thanatopraxie

 

280px-Frankenstein's_monster_(Boris_Karloff).jpg

 

 

Point par point, rupture après rupture, nous recollerons les morceaux.

Nous les recollerons jusqu'à ce qu'ils suppurent, nous les recollerons  en lambeaux.

Je garde en moi ces images de toi, là, tout au fond de mes orbites vides,

Qui goutte à goutte me lacèrent les joues, qui me rongent à l'acide.

Et nos amours cousus au scalpel saignent encore de nous voir séparés.

De nos baisers chauffés à blanc nous en cautériserons les plaies.

Alors levons nos verres et buvons la tasse.

À nos espoirs fanés, au putain de temps qui passe.

Aux histoires damnées et à nos cicatrices sur la peau.

À nos feux éteints, à nos amours qui prennent l'eau.

À nos passions étranglées, à la tasse de trop.

Et buvons encore, oh oui ! Buvons-nous une dernière foi.

Le foie percé, la tête vide qui s'étiole.

Je m'envole loin, le cerveau nu dans du formol.

Je t'ingère, mon antidote, ô mon poison à moi.

Reviens-moi petite idiote, déchirons-nous encore une fois.

Et même si tu l'ignores ou bien que tu le chasses, il reviendra au galop,

Battant plus fort, toujours pugnace.

Je ne suis que chiffons, je ne suis que coutures,

Mais c'est à toi que je l'offre, ce point de suture.

À toi mon amour, mon cœur.

À toi, rien qu'à toi, mon thanatopracteur.

 

 

Benvolio Mercuri

Moxley

Échec et Mat

Les Passions Étranglées

Échec et mat

 

2-squelettes1.jpg

" Vous avez peur de quelque chose peut-être ? "

Oui...de nous.

 

 

 

Je voudrais pouvoir m'abandonner à toi sans éprouver de remords, car oui, des remords j'en ai.

Je m'en veux tellement d'avoir été faible...de t'avoir ouvert les portes de mon âme et de t'avoir servi de guide.

Je m'en veux de ne pas avoir su te repousser et d'avoir rendu les armes sans batailler.

Je m'en veux de t'avoir offert mon cœur en otage.

Je m'en veux de m'enchaîner à toi, et de me garder dans cette cage.

Je m'en veux tellement de m'en vouloir de te céder et pourtant...

Pourtant j'en suis heureux et pleinement conscient.

Je suis conscient de n'être qu'un futur au passé car je le sais, toi et moi n'y survivrons pas.

Le parfum de cette passion naissante dégage une odeur nauséabonde, toxique et enivrante.

Elle me paralyse et me hante.

Le désir fleurit, la possession flétrit, et nous flétrirons ensemble si tu le veux. Et nous mourrons toujours un peu plus...à chacun de nos pétales fanés nous mourrons un peu plus toi et moi.

Je ne suis peut-être qu'un pion sur ton échiquier de bois, mais je rêve, oh oui je rêve, d'en devenir le roi.

Et toi ma reine, tu pourrais aussi bien me sacrifier et conserver ta couronne, mais si tu me laisses seulement assez de force je pourrais avancer, avancer un peu plus loin de toi pour mieux te revenir.

Je les placerai tous en échec devant toi pour mieux t'appartenir.

Je me placerai en échec devant toi pour mieux te survivre,

Car oui, c'est de nos flétrissures que nous fleurirons à nouveau.

Mon âme sœur, nos âmes seules se noient et s'étranglent. Elles s'étranglent déjà de l'ivresse de nos passions,

Mais nous nous sommes égarés...nous sommes fous. Non...nous ne sommes que des pions.

Échec et Mat.