Moxley

Les Loups de Serendia

3 messages dans ce sujet

 

Les Loups de Serendia.

 

En cette douce matinée du 5 du mois du Bouclier, l'astre lunaire, pâle et fatigué, vient céder sa place à un timide soleil qui vient parcourir du bout des doigts la crinière ondulante de la belle Serendia.

Alors que le vent tourne en faveur d'une région plus prospère, d'étranges carillons viennent attirer l'attention des corbeaux curieux et des plus frileux.

Ces instruments de fortune carillonnent, ballottent et dansent au gré des vents sur des airs macabres. Tels des pendules bien réglés, ils vont et viennent, d'avant en arrière, annonçant le glas de terribles tempêtes à venir.

 

Révélation

24373040240_1cbdf01cc4_o.jpg

 

Perchés au sommet des plus chantants, les corbeaux croassent la nouvelle suivante :

 

« Voyez braves gens ! Voyez ce qu'il advient des traîtres à la nation !

De ceux qui pactisent avec l'ennemi, la putain de Calpheon !

Voyez ce qui est arrivé à ce père, ce mauvais berger ;

Qui n'a point su retenir ses fils de paître dans le champ d'à côté !

Qu'ils en paient le prix, ces vauriens, ces chiens de Mercuri !

Et vous autres prenez garde à qui vous choisissez pour amis et pour patrie;

Car les loups veillent et connaissent le chemin de la bergerie.

 

Aux vrais fils de Serendia, rejoignez-nous ! Ne restez pas à bêler comme des moutons, soyez des loups ! »

 

Le vent hurle et les carillons résonnent.

Ils résonnent et font écho de ce message à travers toute la campagne que les voilà bien avertis, par feu le patriarche Mercuri,

qu'il ne fait pas bon de tenir ses enfants sans laisse, enfants qui désormais ont retourné leur veste.

 

Révélation

Si besoin de plus amples informations n'hésitez pas à me mp !

 

9 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n'est que très tôt dans la matinée du 8 du mois du Bouclier que les carillons qui sonnaient jusque-ici se sont tus, laissant la campagne Serendienne retrouver le calme qui lui sied tant.

Les obscurs messagers enfin chassés s'envolèrent en quelques derniers avertissements tandis que les corps des « traîtres » furent enfin retirés de l'arbre maudit sur lequel ils dansaient pour être conviés à un dernier voyage menant au giron de la République.

Proprement installés dans un chariot arborant plusieurs couleurs, dont celles de Calpheon, les corps viennent se soustraire aux regards des uns, l'attention des cultivateurs se portant désormais sur cet étendard bleu dont le chêne qui y est cousu ne peut être déraciné par les vents.

Celui-ci, dont les doigts griffus s'agitent au gré des courants, disparaît au loin en direction de l'ouest, saluant les curieux sur son passage.

6 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Révélation

 

___________________

2018-01-11_345788377.JPG

Dans la nuit fraîche du 10 du Bouclier, la clarté de la lune à peine voilée vient révéler la campagne Serendienne qui s'étant à perte de vue aux pieds des voyageurs. Seul, au milieu des champs, se dresse un petit manoir entouré de trois moulins dont les pales avaient pour habitude de fendre l'air mais qui désormais sont figées dans le temps. Alors que les cavaliers venant de Calpheon s'approchent, le manoir des Mercuri s'érige de terre pour enfin se dresser devant eux sur toute sa hauteur. Une immense bâtisse faite de pierres et de poutres en bois, simple, rustique, au goût de ce qu'il se fait de mieux en Serendia. Celle-ci est haute de deux étages et semble n'être entretenue que sur certains versants, comme l'en témoigne le lierre qui se répand d'une aile à l'autre.

Le manoir semble endormi quand enfin une lueur vient éclairer l'un des nombreux globes oculaires qui scrutaient passivement l'horizon.

Le groupe de voyageurs trouvera refuge dans le manoir, tandis que plus tard dans la nuit un fiacre noir aux armoiries octopodes, prendra place dans le domaine pour y passer la nuit. Veillé par les gardes.

 

___________________

2018-01-11_344230278.JPG

Le 11 du mois du Bouclier, en Serendia, le soleil se faisait timide et préférait se rendormir sous une couverture épaisse et cotonneuse. Il fera quelques brèves apparition pour mieux pouvoir retourner dans son lit quelques minutes plus tard. Un vent capricieux soufflait et venait ébouriffer les cheveux les plus rebelles, tandis que les os griffus des arbres morts venaient à faire grincer leurs cartilages.
Le petit cimetière, un espace isolé et délimité par quelques clapiers branlants, repose non loin du manoir Mercuri, sur son versant sud. 

L'étendard des Mercuri, un champ vert sur lequel repose une grappe de raisin et un moulin surplombés de cinq fleurs d'azalée, flotte et claque sous des vents impétueux signalant par-là la zone où il convient de se recueillir en silence.

Silence qui, étrangement, n'est pas respecté malgré le funeste événement. Au contraire, l'on peut ostensiblement entendre que les endeuillés venus nombreux aujourd'hui, sont en proie au doute et que les questions ne manquent pas d'être posées.

Soudain, quand le groupe arrive enfin, l'assemblée et son brouhaha se mue en un léger murmure qui vient accompagner le chant d'Éole.

Les familles Farzetti et Giordano sont les premières devant le reste de la foule. Ces derniers lancent des regards assassins en direction des nouveaux arrivants, le plus jeune d'entre eux, un certain Rinaldo Farzetti, se permettant même de souiller le sol d'un glaviot jaunâtre.

D'autres familles amies de celle des Mercuri, elles, auront rejoint le cortège. Il s'agit-là des familles Arbino, Renzacci et Tosetto.

La foule qui semblait indiscipliné sera vite calmée par le service de sécurité assuré de diverses personnes émanant de l'entourage de la grande blonde qui officiait, ainsi que d'une Valhyrie dépêchée expressément pour l’événement. La cérémonie funéraire se déroulera avec le plus grand professionnalisme possible. Une équipe de 12 porteurs aux cotés des trois cercueils en acajou massif vêtues d'un travail d’ébénisterie haut de gamme, mèneront la danse funèbre jusqu'à l'inhumation dans les caveaux familiaux. 

L'Héritier Mercuri, dans toute sa fierté, aura rendu un dernier hommage à son père, ainsi qu'à ses deux gardes, tombés sous les représailles des rebelles suite à son allégeance à Calpheon. Certains se souviendront encore de ses paroles à voix portées au travers de la foule :

 

" Ne pas s'incliner devant ce qu'on appelle le destin.

Prendre dans l’événement qui nous frappe ce qui est une poussée de force pour nous, pour les autres.

Ne pas subir ce qui paraît nous écraser. Mais au contraire tenir, a pleines mains, cette dalle qui est pour nous : la soulever à bout de bras.

Vouloir le faire.

Vouloir rejeter cette lourde dalle pour vois enfin le ciel. Et chacun de nous peut voir son ciel.

La vie : chacun de nous en fait une expérience nouvelle, personnelle.

Et de toutes expérience, dure ou douce, l'homme doit tirer du bien? Il n'y a d’événement qui soit vain dans la vie.

Pas de jour, pas d'épreuves qui soient inutiles.

A condition qu'on ne les contemple pas, fascinés, immobiles comme l'est une proue d'un serpent, mais qu'on se serve d'eux comme un appui pour aller plus avant. "

Il n'y a pas d'événement vain dans la vie. (Martin Gray)

 

La cérémonie ayant duré une bonne heure, se clôturera par la dernière danse des cercueils glissant dans les caveaux et par les fossoyeurs refermant les édifices. Ainsi, la troupe repartira... Sous les insultes et les félicitations. Quelques projectiles boueux se mélangeront avec les roses blanches. Le service de sécurité présent et hautement qualifié apaisera la situation, après avoir mis les nobles à l'abri. 

Calpheoniens d'malheurs, retournez chez vous ! Qu'on veut pas d'vos sales trognes dans l'coin !

___________________

Révélation

@Moxley (Texte & évent)

Merci aux participants ! :)

 

Modifié par Amellia
6 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant