Shahrzad

Membres
  • Compteur de contenus

    20
  • Inscription

  • Dernière visite

Profile Song

À propos de Shahrzad

  • Rang
    Niveau 2
  • Date de naissance

Informations RP

  • Personnage principal
    Shahrzad_Sareh, pèlerine pacifiste.
  • Personnage secondaire
    Elvira_Rp, Garde Champêtre et forestière.
  1. Pwapavous braves gens de bonnes conditions. Je viens vers vous avec la fâcheuse nouvelle que je vais malheureusement annuler le tournois en préparation. Abattre dans l’œuf afin d'éviter tout désagrément. Je ne me sent pas de poursuivre, ni même de finaliser et de faire le tournoi pour la bonne et simple raison que mon temps libre, le soir, va de plus en plus decrescendo. Je fini le travail assez tard et quand je rentre j'ai souvent la tête comme une bombe avec juste un désir : dormir. (et mourir accessoirement). De ce fait je risque, si je fais l'event malgré tout., d'avoir une attention proche du néant sur les coups de 22h. Donc bon, je vous fais pas de dessin. Pour un orga, lire bêtement des suites de lettre sans avoir trop la force de les comprendre c'est un peu too much. Vous en conviendrez. Donc ! Je vous présente mes plus sincères excuses pour tout le fatras que ça aurait pus causer et au dérangement suscité. Je garde toutefois tout ça sous le coude en gardant le moment "bénis" du chômage ou des vacances dans ma ligne de mire pour réssuciter ça comme un Frankenstein... En attendant, mes amis, et amies, et gens que je ne connais pas, je vous pris de m'excuser une seconde fois et je vous souhaite un bon jeu et un bon Rp ! o/
  2. HRP : Attention ! Beaucoup de lecture ! Et aucune mise en forme jolie en HTML ! Qu’importe dans quelle ville vous serez, un crieur public, correctement payé, viendra se positionner place du marché, ou à la sortie de l’église, décrier ceci au milieu du fil des actualités. Agitant sa cloche pour attirer un peu plus l’attention qu’en comparaison des faits divers et autres plaintes effectuées à l’orale comme le désir que la carriole de vin placée devant chez « Vito le boucher » est prié de bien vouloir se déplacer avant la saisi de sa cargaison au crépuscule. « Oyez, oyez, damoiselles et damoiseaux, chevaliers et gens en armes ! Pour fester le retour de la belle saison, la famille Alistorio organise le tournoi du Coquelicot ! Ces festivités se tiendront pour la soirée du 24 et 25 chameau de cette nouvelle année ! Chevaliers de tout horizons venez porter vos armes et briller lors des joutes qui s’y dérouleront ! Pour les combattants plus humbles, gens en armes, va nu pieds, routiers, et autres aventuriers, de tout poils et de tout gabarit, une mêlée sera également organisée. De fortes récompenses et de la renommée seront au rendez vous ! Commerçants de tout bord, n’hésitez pas non plus ! Richesses et opportunités se présenteront à vous ! Voyez là une bonne raison de monter à la capitale et rafler de juteux contrats tout en profitant des distractions proposées ! » <----------------------------------------------------> Comme cité plus haut, le tournoi que j’organise en partenariat avec @Ceresayaria s’officialise. Ce dernier se fera le premier weekend-end du printemps soit le samedi 24 Mars et le dimanche 25 mars. Le tournoi se jouera sur trois catégorie : - La noblesse : Par une joute de chevaliers, et de Valkyrie. - Les combattants : une Mêlée générale où chevaliers, Valkyries et va nu pieds iront se mettre joyeusement sur la figure jusqu’à se qu’il n’en reste plus qu’un. - Second soir : Joute le lendemain. En RP/PvP sous la tutelle de ma comparse. La joute sera au dés. Un petit système de jeu sera présenté un peu plus loin afin de vous l’expliquer plus en détail. Il se voudra aussi réaliste et rapide que possible. Avec une résolution d’action en une emote et un jet de dés. Le plus haut sera évidemment le vainqueur. Réaliste dis tu ? Oui, tomber à cheval, rien qu’au pas, ça peut faire de base vachement mal. Alors imaginez harnaché de quarante kilos d’acier, de cuir, et de tissus, à vous prendre dans le manteau d’arme ou l’écu une lance d’un autre énergumène lancé à pleine charge. La chute risque d’être rude et votre personnage risquerait peut être de se casser quelque chose. Le Mj vous informera simplement de la gravité de la blessure (légère, ou grave) et on vous laissera faire votre petit bonhomme de chemin. La Mort Rp, j’en vois déjà tressaillir au fond, est impossible. D’une part car il s’agit là d’un event communautaire, et de l’autre, il s’agit de votre personnage, ce genre de décision ne peut être de mon ressort. Après, si dans votre vous intérieur, vous avez pris tellement cher que vous dites « ouai, nan, c’est bon, il se relèvera pas... » Va bene, c’est votre choix. D’autre part pour plus de réalisme, le système de jeu vous aidera à peaufiner vos émotes et se voudra le plus « à votre hauteur ». Pas mal de facteurs seront pris en compte de votre « niveau d’entraînement », en passant par votre « habitude de manœuvrer votre cheval », jusqu’à la posture employée. Par exemple, Prenons Baudouin le « Sans avoir ». Quatrième garçon, née à la huitième position dans toute sa lignée. Fraîchement fait chevalier, il participe à son premier tournoi. Pour l’occasion il s’est pris un cheval, qu’il n’a encore jamais monté, ou seulement au pas et au trot, donc en soit il n’en a pas encore totalement l’habitude de lui. Lors de la charge il se lancera, dressé sur ses étriers pour charger un ennemi, et ne détournera pas la tête au moment de l’impact, quitte à prendre plus de risque. A cette émote d’exemple Baudouin aura sur son résultat final un : Malus d’inexpérience : fraîchement chevalier. Malus de monture : Tout juste acheté, pas l’habitude du tempérament. Bonus de charge et d’impact : Dressé sur ses étriers, regard fixe à l’impact. Et Important risque de blessure grave en cas de chute : plus de surface à toucher, centre de gravité moins important, risque de blessure à la tête par projection d’écharde dues à l’éclatement des lances d’arçons. En gros le système de jeu. Au bas mot, grand maximum, un face à face se jouera en cinq minutes. - Emote des deux chevaliers, dont je vous inviterai à les préparer à l’avance. Il n’y a pas de coup à parer, de posture à avoir en soit, vous vous élancez, vous chargez, vous descriptionnez joliement sur votre atitude et votre posture et c’est marre. - Lancé de dés. - Désignation du vainqueur et du perdant par émote du finale du MJ. Un rapide Rp, « oh il a chuté, il a mal… merde il est mort » et on passe à la suite o/ <----------------------------------------------------> De l’autre côté, la mêlée sera plus rapide et expéditive. En utilisant joyeusement l’arène de Calphéon, tout les compétiteurs s’y mettent et au « top »… Ce sera la fête du slip jusqu’à se qu’Elion désigne un vainqueur. En bref un chaos sans nom comme se doivent d’être les mêlée de la réalité du monde véritable. <----------------------------------------------------> Nota Bene Quand bien même les inscriptions de la mêlée pourront se faire à la dernière minutes pour les plus retardataire, une deadline d’inscription pour la joute se fera. Vous avez, pour la joute, jusqu’au 1 Mars 23h59 pour vous faire connaître auprès de @Shahrzad ou de @Ceresayaria (les deux c’est mieux) pour inscrire votre compétiteur. Evidemment en précisant dans quelle joute vous allez concourir, la Rp, la PvP, les deux, aucune restriction. Je vous invite également chevalier à vous parer de vos plus belles couleurs et de vous concevoir vos armoiries qu’un héraut d’arme se fera une joie de déclamer en votre honneur lors de votre entrée sur la lice. Les tournois sont des festivités mais se sont avant tout des vitrines pour se faire connaître et surtout reconnaître. Ne tombez pas dans le piège d’être « LE » chevalier noir, car si tout vos copains auront eu la même idée, vous passerez, même vainqueur, tout bonnement inaperçus. Alors n’hésitez pas un seul instant à partir sur des colories aussi folles qu’originales. Et pour le Blason soyez dans le simple en respectant quand même couleurs que l’armure. - Pour plus de Rp, il vous pouvez obtenir les faveurs d’une dame, et que cette dernière vous confie son mouchoir. Vous serez alors son champion et gagnerez par ce fait un bonus au jet non négligeable. (facultatif) -En guise de tutoriel, je ne peux que vous inviter à aller consulter la chaine de "La Prof" sur Youtube, et de dénicher sa vidéo sur la Héraldique.
  3. Hrp : J'aime écrire, même si j'écris mal. J'aime raconter des histoires, même si je suis un mauvais scénariste netflix. De ce fait, comme d'une envie subite et impromptue, je vais vous pondre des petits textes ici et là sur la génèse de l'organisation de cette joute. Octavian sera crée, pour démarcher ici et là les gens pour la joute. - A ce propos, une date a été fixée et le véritable post de l'évènement sera fait dans les prochains jours (samedi 24 Mars pour 21h30) En attendant, j'espère que la lecture sera bonne o/ -------------------------------------------------------------------- Il faisait rouler avec nonchalance le vin dans son verre. Millésime centenaire, passé depuis belle lurette à l’état de vinaigre. Mais, pour lui, le goût n’avait que peu d’importance, c’était surtout la rareté et le caractère onéreux du vin qui l’importait, tant à lui qu’à ses proches et amis. Il se souvint qu’un jour il avait servis un poisson venus d’Haso, pourris depuis si longtemps qu’ils avaient tous finis sur le trône et cloué sur un presque lit de mort durant des jours. Mais qu’au final, tous et toutes étaient unanime sur un point : « c’était très bon »,et surtout très cher. Le cadeau reçus pour la fête de Cron, cette centaure, capturée sur les contrées Valencienne, faisant office de maîtresse, l’avait déjà lassé. Il voulait du neuf, il voulait de t’exaltant, quelque chose qui ferait sortir ce brave Octavian de cette torpeur intellectuelle et émotionnelle. C’est avec nostalgie qu’il se souvint, selon lui, du meilleur et du plus excitant souvenir : c’était la mort de son père. Courageusement décédé de la maladie mais mort de médecins. Son père en avait fait quérir une demie douzaine, parmi les plus éminent praticiens de tout Calphéon et des environs. Saignés et autres osculations à base de trépanations et autres chirurgies. Un coût des plus prohibitifs tant pour payer leur éminent savoir que nourrir et loger ses tiques du porte feuille. Le tout pour, au terme d’un énième et interminable débat, son père achevé par la fatigue et l’anémie, rendit son dernier soupir. Toutefois, il fut oublié dans la conversation et c’est au bout de longues heures qu’ils parviennent à tous se mettre d’accord sur un point : il souffrait de « la goutte ». Le coût des médecins et des funérailles en grande pompes furent colossaux, et Octavian due alors rivaliser d’ingéniosité pour que sa famille ne fasse pas banqueroute, et offrir un spectacle des plus fabuleux aux convives invités lors de la procession. C’est avec satisfaction qu’il se rappelait à quel point le baryton qui faisait élever sa voix dans la nef frissonnante avait reçus nombres de chuchotis d’approbation et de doux sourires de femmes songeant sans doute, à ce moment là, à leur soirée à l’opéra. Il ne s’était senti insulté du fait que tout le monde se fichait éperdument du décès de feu son père. Non, il en était satisfait, il se sentait honoré. Honoré du fait d’avoir mis en branle et organisé le plus bel enterrement de l’année. A tel point qu’aujourd’hui on en discutait encore comme d’une des plus agréable et sympathique réception, non sans oublier, pour la forme, de se signer et de d’implorer la paix pour l’âme du père d’Octavian. Mais depuis cet enterrement, en dépit de toutes les réceptions et les fêtes les plus orgiaques qu’il pouvait donner, rien ne lui offrait véritablement du fil à retordre en terme d’organisation et de financement. Ses habiles placements financiers et commerciaux arrivaient sans cesse à amortir le coût avec une simplicité infantile. Lassé, une nouvelle fois, par l’horrible claque de sa réalité, son regard se posa sur un plateau possédant tout le nécessaire à absinthe, le tout porté avec vaillance par une antique armure d’apparat d’un chevalier d’antan. Comme un coup de foudre, l’illumination lui vint… Quoi de plus cher, quoi de plus horrible à organiser qu’une joute ? Juguler la populace, attirer les chevaliers de tout l’occident, les payer, les loger, les nourrir ! Et surtout rémunérer le vainqueur avec des présents digne d’un roi ! Octavian étira un sourire avant de se lever et s’emparer de sa cuillère à absinthe...
  4. Donc voilà, on va tous faire comme Fronzy ! On reste cool ! D'accord ?
  5. S'il vous plait ? Du calme ? D= *il regarde la chambre des lords s'écharper, ce jeune député ayant simplement proposé de déplacer le jour de la fête de la patate au dimanche prochain* Plus sérieusement, j'apprécie beaucoup le fait que tu veules me défendre Kaewyn. C'est super sympa de ta part. Toutefois, il n'y a pas de lézard dans l'histoire, ni besoin de s'énerver. Fin... on est des gens que diable ! On peut se poser et papoter tranquillou. Puis comme ci Cere (vous faites comme vos trucs là ?!) on s'envoit des Mp et on est aisément tombé sur un accord plus que cool entre elle/lui/on s'en fout du sexe et moi. Donc honnêtement... je le répète, c'est ultra gentil de ta part, vraiment... Mais là, je crains que ça me donne l'impression d'être une bourse de poudre à canon pour ouvrir le feu. Et pour le coup c'est pas super cool :x
  6. J'ai bien lus toutes vos réponses, et je vous remercie. J'aimerai toutefois clarifier quelque chose, afin qu'il n'y ait aucun quiproquo malentendus. Je ne désire pas voler d'idée, ou marcher sur des plats de bandes... Si l'idée est de nouveau en court de gestation.... "Va bene" on oublie ça et on passe à autre chose. J'vais pas faire un foin pour si peu... De l'autre côté, j'aimerai éviter que ce sujet devienne le théâtre d'une joute (restons dans la thématique du tournoi) verbale. L'idée était à la base plus qu'innocente et je ne désire pas attiser des rancœurs et encore moins m'attirer des foudres HrP de personnes que je ne connais malheureusement ni d’Ève ni d'Adam. Du coup... Je vous enjoins à discuter ou vous écharper (si le cœur vous en dit) autre part et/ou en MP :x
  7. Bonjour, bonjour ! Bon l'idée a déjà du être faite, attenté ou que sais je. Toutefois j'ose proposer ceci à la communauté. J'aimerai dans un futur proche ou lointain. Peut être pour fêter l'arriver du printemps, organiser un tournoi. Un truc bien médiéval. Qu'il soit tant pour la noblesse que pour le reste de la populace. Tout est encore au stade embryonnaire. Si jamais l'idée plait pas, que les retours sur le teaser sont relativement négatif ou pas spécialement enjoué, baaah on fera pas. Ce n'est pas grave. Au pire j'irai pleurer devant une comédie dramatique et m'engraisser de glace Ben&Jerry. Le tournoi se déroulerait peut être en deux soir, ou un soir en suivant deux thématiques ! - Le premier dans une thématique plus chevaleresque ! Une joute ! Avec un système de dés que je vais reprendre du JDR GoT. Qui a pas l'air dégueu, et que je simplifierai à l'excès. A ce propos, les joueurs Chevalier, si jamais la chose vient à être concrétisée. Je vous invite à imaginer votre blason en respectant au mieux les règles de la héraldique. Ou alors le dessiner, si vous n'avez pas envie de vous embêter avec tout le vocabulaire adéquat. (je m'occuperai de traduire votre blason avec de l'aide au besoin). --> il sera d'ailleurs recommandé pour chaque chevalier de demander le concours d'une Dame qui lui donnera son mouchoir. Faisant ainsi de lui son Champion ! - Le second temps qui sera bien plus nerveux, je pense, sera pour la populace. C'est simple, une bonne grosse mêlée avec le dernier debout en tant que vainqueur. Compte tenu que passé un certain nombre de joueur, un combat rp lambda devient horriblement long, et ardus à Meujeuter. Je pense que l'on se placera dans l'arène et les compétiteurs se mettront joyeusement sur la figure en PvP jusqu'à se que "mort s'en suit...et mort s'en suivra". Donc voilà, pour faire simple et concis. Le lieux sera sans doute vers Calphéon. Quoi de mieux pour la nouvelle capitale d'organiser un tournoi histoire d'unifier un peu plus ses nouveaux états vassaux sous sa bannière. Et d'amuser la HAUTE société de ce continent !
  8. Voici la version plus romancée de l'histoire qu'a narré Shahrzad à la soirée des contes du 18/11/2017. Normalement prévus pour une thématique sur Balenos, il fut improvisé une soirée d'histoires libres. La caravane suivait le fil d'eau niché au creux de l'oued. Ânes et chameaux bardés de tissus multicolores et de paniers en osiers, étaient cernés par leurs propriétaires et les quelques hommes en armes servant de sentinelle. Shahrzad les avait rejoins au détour d'une vallée, lors d'une tractation avec une famille nomades vivant de leur élevage de chèvres. A ses côtés, préposé à sa protection, et faisant office de nounou... Puisqu'il fut celui qui accepta de prendre la jeune pèlerine sous son aile le temps d'arriver à Tarif. Cette drôle de nounous était Bardai... Un colosse à la peau d'ébène, qui n'a pas les pieds en argile. Immense, massif, et ventripotent au point qu'il arrive difficilement à joindre ses mains, et ne parlons pas de son gilet qu'il n'a sans doute jamais pus boutonner. Le voyage était long et monotone, ainsi Bardai aimait abreuver la jeune fille d'innombrables histoires le mettant en valeur... dont celle ci. - "Vois tu Shahrzad, à mon grand malheur et sans doute également celui de Aal...ce n'est qu'au bout de mon cinquième pèlerinage au sanctuaire de la gourmandise que je me suis dis que ça n'en valait plus la peine..." - "Vous devriez continuer. Pourquoi vous dites que ça n'en vaut pas la peine ?" - "Pour cette histoire que je vais te raconter petite. Ouvre bien tes oreilles, car c'est du vrai de vrai..." Dit Bardai en lui faisant un clin d’œil complice. - "Aussi vrai que la fois où tu as...selon tes dires, mon ami, asséché un oued car tu étais assoiffé ?" Ricanait un caravanier non loin, juché sur son chameau, alors qu'il affûtait son sabre. - "Aussi vrai que le soleil se lève pour éclairer le postérieur de porcelaine de ses pourceaux de Calpheon oui ! " Mugissait Bardai avant de reprendre. "Donc cette histoire... C'était il y a bien longtemps..." - "Comme toutes tes histoires... Bardai... A croire que tu as vus l'époque ou le désert était une plaine." Enchérissait l'homme au sabre. - "Je l'ai vus ! Mais je ne saurais décrire la beauté dans toute sa pureté. Mais je m'égare...Donc !" Le colosse s'éclaircit la gorge. "C'était il y a bien longtemps. Quand je vivais dans la cité de Valencia avec ma première femme. Silence Fahrad ! Elle et moi nous nous étions bien trouvé... On était aussi gourmand l'un que l'autre...et il nous arrivait de ne faire qu'un repas du levé au couchant, allongé à l'ombre de notre petite cour intérieure... avec la fontaine et les divans. Bref... la vie de Vizir. Un jour, ma bonne petite maman qui faisait si bien les loukoums m'en a amené...et Aal sait que les loukoums c'est sacré. Si un loukoum n'est pas bon, je peux te jurer qu'on peut frôler la pendaison." - "Javais un cousin qui faisait de bière, il disait qu'un de ses apprentis avait gâche une production...et qu'il était coutume dans sa guilde de noyer les sots dans le fruit de leur méfait." Répliquait Fahrad. - "Ça ne m'étonne pas ! Vous n'êtes que des barbares vous qui venez de Muiquun..." - "Reprenez s'il vous plait Monsieur Bardai..." Intervint enfin Shahrzad. - "Oh... Oui...pardon. Donc ! Ma mère avait apporté un énorme plat à loukoums...capable de tenir éloigné la faim d'une famille pendant plusieurs jours ! Ma femme et moi ravis avons décidé de les manger... Alors nous mangeâmes... tout ! En une journée !" L'homme frappe sur son énorme ventre d'un air triomphant. "Mais arriva le dernier... Joueur que je suis je défia ma femme sur ses mots... Celui qui tiendra sa langue le plus longtemps possible, sera l'heureux possesseur du dernier des loukoums. Ma femme, ivre de fierté accepta... mais de toi à moi" dit il en se penchant vers la petite juchée sur son âne. "C'est l'appel du ventre qui l'a conduit à accepté. Ainsi ! Nous ne dîmes plus rien... Les yeux dans les yeux pour être certains qu'aucun de nous deux ne triche et vol le loukoum." Bardai chuchota. "Pas un bruit dans la maison..." Avant de reprendre à la normal. "A tel point qu'un voleur, passant par là, en quête de méfait. Il avait sans doute tendu l'oreille vers chez nous et entendant aucun bruit s'introduisit. Il fit la Razzia... partout, content de penser que la maison était vidée de ses occupants. Puis il nous vit dans la cour intérieur ! Stupéfait ! Mais ! Ni moi... ni ma femme ne bronchèrent...ni même lui accordèrent de l'attention... obnubilé l'un par l'autre pour gagner ce combat de patience. Ainsi, le coquin vint proche de nous et s'empara de nous bijoux... Mais il y en a qu'il n'osa pas prendre." Dit il en riant, désignant les anneaux d'or qu'il portaient aux tétons. "Pensant qu'on était muet... car nous ne protestions... et aveugles cas on le ne regardait pas. Le voleur pris ma femme par la main... Elle était aussi bien en chair que moi... une belle femme pour sûr ! Elle tenta de se défaire de lui, mais ne broncha pas de vive voix... et moi, je ne bougeais pas. Arrivé sur le seuil de l'entrée... elle s'écria ! Mais Bardai, tu ne vas pas le laisser m'enlever de la sorte sans rien faire ?!" Bardai élargit son sourire éternelle. "A ses mots, je me leva, et je m'avança, je pris le loukoum entre mon pouce et mon index pour le lever vers les cieux et je dis à ma femme ceci... Tu as parlé en première et tu as perdu. Maintenant ce loukoum est à moi." terminant sa tirade par le mime de porter de la nourriture à sa bouche. "Et c'est ainsi que j'ai perdu ma femme !" Termina t'il en éclatant d'un grand rire. Shahrzad ne savait pas trop quoi penser de cette histoire. Toutefois, elle était habituée des récits rocambolesques que Bardai lui sortait à tout bout de champs. Il y avait du vrai dans se qu'il disait, mais il y avait évidemment une immense part de faux. Crédit : Aquarelle de Fréderick Arthur Bridgman - Traversée d'un Oued. Reprise d'un conte pour enfant africain.
  9. @Neith Effectivement je comprend mieux maintenant. @Muirguen Je pensais également à cette possibilité là. Une chute une petite vague de froid surprise avec des neiges un peu précoce. Pour le truc des cerisiers je me disais pour rire que c'était encore un "putain de mage" qui a foiré quelque chose. Vous savez... il serait important en magie d'apprendre à l'utiliser pour mieux savoir comment se débrouiller sans. Mais merci pour vos réponses en tout cas o/
  10. Bon ! C'est une question très conne qui sera sans doute répondue en deux temps trois mouvements mais bon. Votre vision de la neige en Rp, c'est laquelle ? Car bon, il neige... c'est beau c'est blanc... ça s'arrête et c'est la fonte des glace à vitesse grand V. Oui, au pire lancez moi un lien si ça a déjà été répondu... Je me fouetterai moi même de ma flemme intersidérale de rechercher la réponse par moi mes propres moyens. De ce fait, que considérez vous dans votre globalité ? Vous vous dites "ouai c'est blanc tout le temps et quand il neige on commence à en avoir jusqu'aux chevilles/genoux/taille/par dessus la tête (voir taille personnage)" Ou en mode "ouai on a allumé tout les hummer et on e....cule... la couche d'ozone pour que ça fonde vite fait." Bref, c'est pour me faire une idée et pas me retrouver comme un rond de flan devant une émote "se fait bombarder de boule de neige" alors que le pavé est aussi immaculé qu'un jour d'été.
  11. On raconte que pour aller de l’avant il faut savoir regarder derrière soit, faire le point. « Le point… Oui, il était peut être temps de le faire... » se disait Shahrzad, au sommet de la petite tour qui surplombe la ferme. La nuit était calme, dégagée, un vent froid annonçait l’approche inexorable de l’hiver. Plus au nord, comme des lucioles mourantes et immobiles les quelques fenêtres de la ville d’Heidel s’éteignaient une à une. Elle avait compté, trente quatre jours qu’elle était arrivée à Heidel. Et en un laps de temps si court au milieu de l’existence, toute sa vie avait changé de manière drastique. Jamais en toutes ses jeunes années elle n’avait rencontré autant de monde, ressenti autant de sentiments, s’est mise à affectionner des gens si hauts en couleurs. Parmi toutes les personnes qu’elle avait rencontré jusqu’à présent, il y en avait une petite poignée qui lentement, mais sûrement, forgeaient son caractère, affirmaient sa maturité, la guidaient vers l’équilibre. Elle ressentait des sentiments jusqu’alors inconnu, des sensation de vide et d’incomplet. Se sentant envieuse lorsque Tantan se faisait enlacer par Muirguen. Ressentant un vide lorsqu’une personne de son âge se voyait offrir un acte d’amour d’un membre aimant de sa famille. Un manque certain de chaleur humaine, de contact amicaux qui lui pesait. Mais qui, lentement, se voyait contrebalancer par l’amitié et la profonde affection. L’orgueil lorsqu’on lui disait qu’elle n’était qu’une enfant. Qu’elle manquait de maturité et que tout cela n’était pas réellement de son âge. De la colère bouillonnait lorsqu’elle était témoin d’une injustice et réprimaient avec grand peine de se lancer corps et âme dans un débat houleux pour défendre la personne victime d’injustice. Par une chance inouïe la paresse fut la grande absente. Shahrzad aidant du mieux qu’elle peut à la ferme de Caetys, à la soupe populaire, ou tout à chacun nécessitant une assistante quelconque. L’avarice n’était également pas de la partie, donnant de bon cœur de ses propres possessions, quand bien même elle est attachée à quelques rares bien matériels en sa possession et qu’elle ne s’en séparerait sous aucun prétexte. La petite Valencienne donnait l’aumône, aidait les plus démunis du mieux qu’elle pouvait. La gourmandise quant à elle était l’un de ses pires ennemis en ses lieux. Elle se sentait sans cesse tentée de manger tel ou tel chose alors que la faim ne la tiraillait aucunement, ou qu’elle se trouvait en plein cœur d’un jeûne. Les personnes jugeant son régime tout à fait frugal (pour ne pas dire carrément austère). Le fait qu’il faut manger pour vivre… Mais de ses yeux, nombreux sont ceux qui ont l’air de vivre pour manger. La Luxure… N’en parlons pas. Ce genre de question ne lui a pas encore traversé l’esprit. Et par change se qu’on lui a inculqué était clair comme de l’eau de roche. Le rapport charnel en dehors d’un mariage c’était pêché. Elle ne comprenait également la charité dont autrui faisait preuve à son égard. Lui offrir de la nourriture, des vêtements, alors qu’il ne suffisait que de faire quelques pas dans une ruelle isolée pour trouver un sans le sous qui implorait l’aumône ou un guignon de pain. Toutefois, à force est de constater qu’une question revenait comme une arlésienne, et s’était lové dans un coin de sa tête au point d’être entêtante. « Quel âge ai je donc… ? »
  12. Je vous entend déjà crier : Oh l'naze ! y fait sa fiche perso, y squatte avec les gens et y s'présente pô ! Et je vous dirai ! Oui, vous avez raison ! En même temps... Que raconter ? Bon on va dans un premier temps présenter le prédigéré, parler brièvement du jeu et ... Je pense qu'on sera bon ! Jeux de rôle, lancés de dés, hasard. Le jeu de rôle une activité à plein temps. (Mon dieu mais qu'est se qu'il m'a pris...) Plus sérieusement ! On va poser les bases. Je fais du JdR depuis....fiouh... Je compte pas. Mais on va dire un sacré bout de temps tant que ça me donne déjà des cheveux blancs... J'ai entamé sur table avec l'éternel D&D 3.5 qu'on ne présente plus... Puis du bon AdC (qu'on ne présente plus non plus). Puis je me suis lancé dans des trucs un peu moins connus comme C.O.P.S (c'est pas mal, j'avais bien aimé le style...Si vous aimez la série S.H.I.E.L.D vous serez servis) Un tout petit peu de Exalté (que j'ai aimé ce jeu...mais trop peu joué...) Mais aussi du Warhammer 40K Rogue Trader ! Ensuite entre temps je suis tombé sur le JdR sur Meuporgue. C'était bien, parfois ça l'était moins.. Mais dans l'ensemble c'était bien. Alors pour citer... GW2, TSW, FF XIV, Wildstar... SWTOR (Touriste va !) Jamais tenté le forum...je n'ai malheureusement pas la plume pour, et la motivation... Je suis plus dans l'instant à faire réagir mes personnages à vif, les créer sans trop réfléchir... Enfin voilà, voilà ! Pour ça. Côté BDO. Fatche au départ je me disais : "BDO ?! JAMAIS !" Maintenant... en voyant le monde, sa prolifération de détails, les créateur de perso qui est quand même pas piqué des hannetons. Ca donne envie de poser ses valises un petit bout de temps. En attendant, j'installe ma queshua et je viens piquer les brochettes et la bière dans votre frigo. Vous verrez, vous allez m'aimer comme voisin. On va pas se prendre la tête. Enfin bref ! C'est sacrément brouillon non ? Un peu... A la revoyure en jeu, on se détend, on se pose et on roleplay tranquillou bilou
  13. L'histoire racontée par Shahrzad lors de la soirée de contes à Velia du 15/10/2017 Cette légende raconte qu’autrefois Valencia était une immense plaine de pâturages, zébrés de centaines de rivières.Toutes les plantes y poussaient, tout les animaux y vivaient. Les odeurs des fleurs et les chants des oiseaux n’étaient que des cascades de bien être pour l’esprit. En ce temps tout le monde était bon, franc, loyal et pur. A tel point que le mot « mensonge » n’existait pas. Mais un jour quelqu’un en a dit un…Tout petit, sans importance. Mais s’en était un quand même... Aal réunit alors tout les peuples qu’il avait crée… et dit : " à chaque fois que vous mentirez je jetterai un grain de sable sur la plaine." Parole qu’il souligna d’un geste, pour punir le tout premier mensonge. Ses fils et ses filles haussèrent les épaules avec dédain. Et l’un d’eux dit :" Juste un seul ? Mais on ne le voit même pas..." Et pourtant...de mensonge...en mensonge… qu’il soit petit ou grand… le désert noir s’est formé… Avec de ci...de là… quelques traces de l’ancienne plaine… Car certains ne mentent pas. Crédit : Aquarelle de Fernande David "Oasis et Oued à Gabès" Reprise d'une légende Touareg sur la création du désert du Sahara. Un grand merci à l'organisation de cette soirée c'était vachement cool o/
  14. Autant raconter sa vie en Hrp et narrer le "process créatif" de cette fiche... C'est un personnage "timbre poste", ou "post it" (que de mot pouvant être péjoratifs). En gros, le moins de BG pour le plus d'évolution par le Rp via les rencontres, les events, etc etc. Mais aussi pour éviter les soucis d'anachronisme, de hors lore (et non connaissance du lore surtout). Shahrzah est un argile que le jeu modèlera à son gré. Comme il tient dans pas grand chose qu'un quart de feuilles A5 (véridique), autant rédiger un micro pan de son histoire et espérer avoir la foi de faire de jolie descriptions pour faire de la ligne et rendre la lecture un brin sympathique autant pour l’œil que pour l'imagination. ~~~~~~~~~~~~~~ La salle de prière était d'un austère à rendre dépressif un décorateur d'intérieur. Quelques tapis, des bougies mourantes, et une invasion lente et progressive du sable dans tout les interstices, recoins, fissures, angles possibles et inimaginables. Elle était là, petite et maigre, flottant dans ses vêtements, prosternée devant une représentation de Aal, prise dans une prière silencieuse. Le vieil homme entra, déchirant avec peine le voile du silence par le bruit de ses pieds nus sur le dallage de terre cuite, décrépit. Sa peau foncée, dénuée de toute pilosité, ridée, lui donnant presque un air d'arbre ancestrale capable de se mouvoir et de parler. C'est avec grand peine qu'il se mit à genoux aux côtés de la demoiselle pour commencer à prier avec elle, longtemps... Très longtemps. Jusqu'au moment où le faisceau de lumière, illuminant l'idole divine continua sa route sur le mur. - " Shahrzad... Tu as désormais l'Age, et il est temps." Disait le vieil homme en se redressant à grand peine pour contempler la représentation de son dieu. "Tu vas devoir entamer le voyage que tes frères et sœurs ont entamés avant toi et que Saryah commencera après toi." - " Je me sent prête" Avec calme, loin de la fougue de la jeunesse, ou de l'enfance insouciante, balayée par une éducation ecclésiastique, ou philosophique (allez savoir), mais surtout à l'écart de tout... A méditer, prier, étudier. "Je me sent prête à découvrir le monde. - " Tu te doutes bien que tu ne pars pas simplement pour marcher sur l'horizon. Tu te dois de découvrir une chose... des réponses. Cela sera peut être l'affaire d'une vie..." - " Des réponses ? Mais à quelles questions ?" - " Tu dois savoir répondre à "pourquoi" ? La base de toutes les interrogations. Tu découvriras de par le monde tant de choses qui t'amèneront à te demander "pourquoi". Et tu devras y répondre jusqu'à se que tu ais acquis la sagesse nécessaire à ton retour." Shahrzad restait silencieuse. L'idée de partir lui était effrayante, le fait qu'il se peut qu'elle n'arrive pas au terme de son pèlerinage s'ajoutait à ce stress. Mais il le fallait, ses frères et sœurs sont tous et toutes partis avant elle, c'était une fatalité que d'être enfin "libre" et de voir autre chose que les murs décrépits de la vieille bâtisse. - "Tu trouveras ton bâton de marche à l'entrée." Repris le vieil homme. "Maintenant lève toi, et va... La vie n'est qu'une longue route et tu te rendras vite compte que le crépuscule tombe rapidement… Que Aal guide tes pas." A ses derniers mots, la jeune demoiselle se leva et disposa. Effectivement, à l'entrée, le bâton de marche, servant également de fourreau à une fine lame qu'elle apprit à manier que brièvement. - "puisse ne jamais m'en servir..." Alors qu'elle prenait l'objet entre ses mains. Mais c'est avant de partir, de faire le premier pas, qu'elle prit une bourse qu'elle remplit de sable. Un peu de "chez elle" l'accompagnera jusqu'au bout du monde. Désormais il était temps, elle avait l'Age... Le premier pas comme une nouvelle naissance, un départ vers un incertains... Mais où ? Source de l'image : https://letyaquarelle.wordpress.com/2013/04/06/desert-30x40/