Perroquet

Membres
  • Compteur de contenus

    14
  • Inscription

  • Dernière visite

Profile Song

Réputation sur la communauté

25 Bon

3 abonnés

À propos de Perroquet

  • Rang
    Niveau 2
  • Date de naissance

Informations RP

  • Personnage principal
    Pierre

Visiteurs récents du profil

190 visualisations du profil
  1. Une tête de cul avec des poils Une tête de cul sans poil.
  2. Ce que dira Pierre: C'est qui? C'est qui Angélique D’Arkier ? Elle est gentille? Elle est belle? Elle est mariée? Elle vie où? *Regarde les autres* Ah! Elle est gentille, bon bah! Si elle est gentille! *Souriant niaisement*
  3. Pour le mien, fait maison un petit T7 Mâle. Qui s'appelle Shabada! (oui... non mais... au bout de 20 chevaux... Je marque nawak)
  4. Première sortie. Sans un bruit, Pierre sort de son lit en se dirigeant lentement, mais sûrement, à pas de velours jusqu’à la fenêtre. Du haut de ses 16 ans, il arrive encore à être impressionné par la beauté du lever de soleil. Jetant un œil derrière lui, il aperçoit sa bonne/nourrice encore endormie. Ses yeux reviennent vers ce soleil qui pointe le bout de son nez en sortant de la mer. Émerveillé, il attend que celui-ci sorte complètement avant de retourner discrètement comme à l’aller sous sa couverture. Ce qu’il ne savait pas, c’était qu’au même moment, son père mourrait sur un navire pirate. La nourrice a pour habitude de se lever la première. Du moins, c’est ce qu’elle pense chaque matin. Elle ne se doute pas le moins du monde que le gamin ne dort pas. Chaque matin la bonne prépare le petit déjeuner. Surtout que Pierre est réglé comme une pendule. Le ventre de l’affamé grogne jusqu’à ce qu’il se décide de sortir de son lit. Généralement, il ne faut pas attendre longtemps, avant que l’ogre de cette maison apparaisse dans l’encadrement de la porte du salon. C’est à se demander où il arrive à mettre toute la nourriture. Lui qui est fin comme une brindille. Pour sûr, son estomac parle à sa place et, temps qu’il n’est pas rassasié, il torture Pierre, provoquant parfois quelques larmes de crocodile. Pierre ne perd pas de temps à table, il est impatient de mettre son nez dans les livres de son père. Pleins de bouquins tournent autour de la chevalerie, la piraterie, l’honneur et, l’amour gnian-gnian qui pousse à aimer éternellement et qui finit toujours par un mariage heureux. Les rares livres qui concernent la magie, les plantes médicinales, l’anatomie et, d’autres dans le même style, avaient été revendus au marché noir à cause de la curiosité de l’enfant. Une fois le nez dans un livre, il est difficile de l’en sortir. C’est dans ses moments de repos, que la nourrice peut profiter d’aller faire les quelques courses pour la maison, en enfermant Pierre à double tour chez lui. Quand elle rentre, Pierre a encore le truffe dans le manuscrit. Refermant la porte à clé, elle garde l’adolescent dans sa tour d’ivoire. Marchant jusqu’à sa chambre, ses yeux regardent les traits de l’enfant s’exprimer quand il lit un passage drôle, entendant même le son de sa voix pendant qu’il glousse, les joues rosies. Leurs regards se croisèrent, mais aucune parole ne fût échangée. Cela fait longtemps que Pierre et sa bonne ont pris leurs distances l’un envers l’autre. Certainement à cause du Père de celui-ci. Pierre ne considère pas sa bonne comme sa mère et, la bonne pas câline ne le voit pas non plus comme un fils. Pierre ne fait pas que de lire durant ses journées. Il prend le temps d’écrire la vie des personnes qu’il voit par la fenêtre, sur un petit cahier, leurs imaginant de fabuleuses aventures. Et souvent il se perd dans ses pensées, où c’est lui qui voyagerait à travers le monde, pour trouver sa belle et, la demander en mariage. Le plus drôle, c’est que dans ses livres, le héro est beau, musclé, d’une élégance rare à faire pâlir les demoiselles d’envies et de jalousies. Quand il prend le temps de se regarder dans un miroir, il rechigne souvent, qu’il est loin du résultat de son héros favori. Gonflant le torse et les joues de façon ridicule, il se pavane et offre le meilleur de lui, afin de se séduire. Levant les yeux au ciel , il se décourage très vite. Il finit même par s’accepter. Le petit maigrichon qu’il était. L’une de ses manies, est de mettre des draps sur les miroirs quand il ne les utilisait pas. Trois jours plus tard, un homme vient frapper à la porte, sous la pluie. Jamais personne ne frappe chez lui. Son père entre directement avec sa clé, la bonne fait de même. Ils ne reçoivent jamais de courrier, ni même de colis et encore moins d'invité. Qui cela pouvait bien être ? C’est la bonne, qui en ouvrant la porte voit cet homme sur le palier de sa porte. Brun, la peau bronzée, mal habillé et trempé, un gros nez, des yeux marron cernés, fort à la carrure marquée par la vie. Le gamin est caché dans sa chambre en faisant le moins de bruits possibles. Mais il tend l’oreille, écoutant ce qui se dit dans le salon. « Téo Auquet est mort. Je suis le seul à avoir survécu. » L’homme n’a pas grand-chose d’autres à dire. Il part assez vite, alerté les autres familles de leur défunt mari, Grand-père ou fils. Par chance, toutes les familles ne vivent pas à Ephéria. Sinon cela aurait fait un petit trou d’une dizaine de personnes en moins dans le paysage. Même si pour la plupart, on ne les voyait pas trop, étant toujours en mer à chasser les navires marchands. C’est le regard perdu, que le gamin fixe bêtement le mur. Jusqu’à ce que sa nourrice vient à le prévenir du drame qui lui avait été annoncé. Aucune larme ne coule sur son visage d’adolescent. Pourtant, lui qui était capable de chialer quand son estomac rouspétait . Là, rien. Dans sa tête, c’était le vide, avec l’incapacité de réfléchir dans l’immédiat. Durant l’après-midi, la nourrice prépare ses affaires. N’aillant plus de supérieur, elle se prépare au pire. Recommencer sa vie de zéro, baluchon en main prête à foutre le camp. Le gamin qui se tient dans l’encadrement de la porte de sa chambre, l’interpelle. « Hey ! » Puis d’une voix plus petite et timide : « Vous pouvez rester. C’est aussi votre maison. » La pluie bat son plein, avant de se calmer peu à peu. Le gamin ne pense qu’à une chose, depuis bientôt une trentaine de minutes. Sortir ! Il marche en direction de la porte, tourne la poignée et ouvre la porte vers l’intérieur. Il regarde la pluie tomber par terre, sans carreau entre lui et l’événement extérieur. C’est la première fois que la bonne a oublié de fermer la porte à clé. Il lève la tête pour regarder le ciel gris pleins de nuages, avant de rabattre son regard sur celui de La bonne. Pierre sourit niaisement. Ses prunelles grises se misent de nouveau à regarder dehors. Un pied après l’autre, il sort sous la pluie. Levant les yeux au ciel, il se prend de l’eau en pleine figure. Les paumes des mains vers le haut, il essaie d’attraper l’eau de pluie. Quand la pluie reprit de plus belle avec force. Il court un peu partout dans la ville, avant de chercher et de trouver le chemin qui l’emmène chez lui. Souriant, mouillé jusqu’aux os. Il est heureux comme jamais il ne l’avait été auparavant.
  5. Spoile : Tout ceci est une description HRP, qui vous permettra de plus facilement l’imaginer en jeu. Identité : Nom : … Truc ? Machin ? (Il ne l’a jamais dit à personne.) Prénom : Pierre ! Oui ! Pierre! Moi ! C’est Pierre. Surnom : Jeune homme ? Freluquet ? Le maigre là ?! Gamin, l' p'tiot, Puceau, CLétin !(Et pleins d’autres) Sexe : Jamais ! Ça ne va pas ! Je suis trop jeune pour ça ! (Homme, jusqu’à preuve du contraire) Lieu de naissance : Epheria, chez lui, dans un lit. Profession : Rendre heureux les autres ! Dépensier ! Physique : Pierre n’est pas fort comme un roc, de carrure plutôt fine et petite. Il représente l’adolescent fini à l’urine. Poilu, il possède déjà une belle barbe, qu’il entretient, malgré que sa moustache, peine à se montrer. Parfois, les gens qui le croisent à la va vite, voit en lui en jeune homme. Jusqu’à ce qu’il ouvre la bouche. Un sourire niais, les joues creuses, un œil qui louche légèrement, les yeux bleus gris, un cicatrice toute petite sous l’œil gauche, un regard filou et enfantin quand il s’adresse à d’autres personnes. Les cheveux noirs, épais, mi-long, souvent propre, mais pas toujours. C’est un petit blanc qui ne paie pas de mine, et qui ne semble pas exceptionnel. Porte des vêtements amples en général, et un chapeau trois fois trop grand pour sa tête.
  6. Un jeune garçon essayait d'expliquer aux quelques personnes, qui parlaient de l'histoire d'un vieux et du docteur, pendant que papi était loin devant : -Mais non! Vous ne savez pas vous! Elle voulait juste qu'il dorme! Pour le mettre dans l'eau. Certain des passants auront compris qu'elle voulait le noyer, d'autres qu'il s'endorme pour toujours, mais parfois, quelques personnes intelligentes comprirent, ce que le gamin essayait de dire. Qu'elle voulait le faire dormir, afin de le laver.
  7. Une escorte de marchand a été vue sauvant la vie d'un naufragé originaire d'Haso. Le pauvre semblait dans un piteux état. Ils ont été vue pour la dernière fois à Epheria. Les propos incohérent d'un jeune garçon dans la taverne ne font d'ailleurs que valider cette version.
  8. Dans les grandes villes, on y trouve pleins de personnes de toutes sortes. Des femmes en tenues légère, d'autres en rose bonbon, des ivrognes, et parfois même une femme qui ne sait pas parler d'elle à la première personne. Dire d'un gamin: -Je te le dis, elle n'a plus toute sa tête la dame. Ce ci;.. celle là... Celui ci... blabla.. bla... Elle est toc toc...
  9. Un gamin a éclaboussé les chaussures du marchant en vomissant, juste après être descendu d'une charrette. Le gamin tout pâle a marché jusqu'à une auberge en ronchonnant, comme le vieux grippe-sous qui l'accompagnait. Le marchant s'en tire avec des pièces sales et un chariot légèrement barbouillé de bille.
  10. Un gentil homme accompagne un vieux et un jeune en direction d'Heidel, Le duo infernale change de ville, Ce qui n'est pas plus mal pour les habitants de Vélia.
  11. Une dame légèrement vêtu et hospitalière à guider deux hommes dans une des chambres de l'auberge de Vélia. Quelques minutes plus tard, des petits "aie" se fient entendre. Peut être quelqu'un fût puni.
  12. Un vieux pervers aurait essayé de mater sous la jupe d'une jeune femme et d'en tripoter une autre.
  13. *Un jeune homme bourré, parle fort en allant vers une auberge.* Tu as entendu la rouquine, elle cherche deux femmes. Des Valkyrie.. ou de la vanille... Je ne comprends rien... mais elle fait une enquête... Faut faire attention... *Met son doigt sur sa bouche, son nez et presque dans son œil. En regardant le vieux shnok qui sent le coq au vin.*
  14. Durant la nuit, une ombre se baladait sur les toits de la ville.