• billets
    2
  • commentaire
    1
  • vues
    40

Pierre parmi les pavés

AnnelsySerosa

48 vues

2017-07-11_-2048521939.JPG

Elle se sentait intruse. Sa peau noire ne lui facilitant pas les choses elle avançait timidement dans l'allée du marché. Curieuse, elle voulait découvrir cette façon de commercer qu'on retrouvait partout dans le monde. Les gens criaient, ses yeux suivaient tantôt des bourses voler, tantôt des sacs remplis de provisions. Ce qui la fit sourire quand elle aperçu une jeune femme avec un tout jeune enfant. 

Une vieille Dame la regardait sévèrement. Les yeux couleur émeraude de la petite noire se posèrent sur ses propres pieds. Sa façon de s'habiller, de se mouvoir comme si que tout son corps dansait, à n'en pas douter, c'est une Valencienne. Valencienne que la grand-mère regardait avec dédain. 

Beryl ne voulait pas être rejetée, faisant tout pour tenter de s'intégrer elle observait dans son coin en priant pour que les gens arrêtent d'avoir peur d'elle ou qu'ils cessent de la prendre pour une voleuse. 

Une jolie mélodie parvint à son oreille, s'approchant alors elle découvrit une petite troupe de musiciens. Ils étaient drôlement vêtus. Cette musique... Elle n'avait rien à voir avec celle qu'elle connaissait dans l'Est. Elle se surprit tout de même à sourire et faire quelques pas de danses en essayant de suivre les gestes des acrobates. 

Il était ensuite temps de rentrer, regagnant une maison dans le quartier du marché, tout près. 




1 Commentaire


2017-04-10_92473046.JPG

Précieuse pour ses parents, elle a reçu une éducation qui peut dépasser les traditions des peuples nomades. La demoiselle du désert avait été envoyée à Valencia à son adolescence pour jouir d'une éducation d'une jeune Dame. Ces droits payés grâce à son père, fervent forgeron. 

Elle y apprit la calligraphie, la littérature, le chant, la danse, les règles de bienséance et surtout, la magie. Une femme s'occupait d'elle comme de sa propre fille, prenant l'enfant du désert sous son aile. 

Elle se souvient de la première fois qu'elle a vu des femmes danser ensembles, leurs gestes passionnés accordés au mouvement près. Leur chorégraphie d'une coordination sans failles. Cela lui remémorant les duels des guerriers nomades, son cœur y trouva pour la première fois un petit quelque chose qu'elle avait aimé étant enfant. 

***

 

C'est à Calpheon qu'elle se réveille désormais tous les matins. Profitant de l'aube pour aller observer les pêcheurs rentrer au port et les marchands installés leurs étals. La vie commençait à paraître petit à petit et la Valencienne fut surprise plusieurs fois à sourire devant ce spectacle. 

Installée sur le muret d'un pont elle saluait de révérences les soldats qui faisaient leurs rondes dans cette ville immense. Qu'ils soient à cheval ou à pieds, elle ne se lassait pas de les voir plongés dans leur routine. 

Peut être que sa famille lui manquait, c'est en se mêlant à cette foule qu'elle trouvait un peu de réconfort. Imaginant du sable à la place des pavés et les femmes vêtues de longues robes foncées et leurs chevelures nattées et décorées de perles de toutes couleurs et de la soie voler partout. 

***

Ceux qui pouvaient passer près de la porte Nord de la ville, auraient pu apercevoir chaque jour en fin de matinée ce petit bout de femme de couleur s'agiter près des tulipes. Dansant au gré du vent, de la pluie et de la foule. Cachée à moitié par cette verdure abondante. 

 

Modifié par AnnelsySerosa

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant