• billets
    4
  • commentaires
    5
  • vues
    186

À propos de ce blog

Les pensées et aventures de deux personnages secondaires, créés durant l'été 2016 (Barbara) et aux débuts de BDO (Joanna) et peut-être connaîtront-t-ils de chouettes aventures RP.

the_lost_world_by_mikkolagerstedt-d9e67rf.jpg

Billets dans ce blog

AnnelsySerosa

2017-04-19_184197596.JPG

Je sens mes paupières lourdes, on dit que la nuit porte conseil mais me voilà maudite. Maudite par ma bêtise et mon entêtement. Je ne me sens plus moi-même et je regrette d'avoir un jour laissé des mortels lire en moi. Mon père est mort, ma mère a disparu, et j'ai bu une fiole entière de poison pour tuer cette petite vie qui grandissait en moi. Pourquoi l'ai-je fait ? Par égoïsme. Je compte bien repartir sur les routes et un enfant serait un énorme poids et je n'ai pas neuf mois à perdre à attendre qu'il soit pondu pour le faire adopter. Ma jument équipée, mon armure apprêtée, ma lame affûtée... j'ai quelques choses à faire. 

 

***

 

2017-06-16_10328380.JPG

Je n'arrive pas à m'endormir, j'ai beau essayer de fermer les yeux mais me voilà obsédée par l'idée de ma vengeance. Je n'ai besoin ni d'hommes, ni d'alliés. J'ai des serviteurs et ils sont là pour ça. Mon esprit est depuis un moment rongé par les remords et la haine. Le remord de ne pas avoir frappé quand j'en ai eu l'occasion. Son père a tué ma mère, j'ai tué son père. J'aurais ainsi sa tête... mon propre père ? J'ignore où il est. Tout comme mon demi-frère. Ma famille est décimée certes, mais pas assez à mon goût. J'aurais chaque tête de chaque personne, mais surtout celle de ma chère et tendre cousine. La mort lui irait si bien... ses anciens amis seraient soulagés autant que moi de la voir six pieds sous terre !

AnnelsySerosa
Révélation

 

 

Je me réveille au milieu d'une clairière, allongée sur un rocher à la surface douce et chaude. Mes doigts parcourent un moment l'étoffe de pierre avant que je n'ouvre les yeux. Le temps clair, magnifique, le soleil tape contre ma peau nue tandis que mon armure de cuir enferme mes formes. Je ne sais plus où je suis, ni ce que je fais là... Lorsque je me lève, une petite brise vient soulever mes cheveux et faire courir mon parfum autour de cette vision. Je tourne la tête lorsqu'un bruit me sort de ma torpeur. Une voix... je m'avance alors vers cet édifice de pierre visible. Un long tunnel. L'air frais s’engouffre à l'intérieur, je me retourne en sursaut. Je cherche et là... rien ! Mais il est là, je le sens. Il ne dit rien et pourtant il me regarde. Je me retourne à nouveau plus calmement, faisant quelques pas en arrière pour l'observer... de dégoût ou d'admiration ? Je l'ignore. Peut-être les deux. 

Le voilà qu'il me tend ses mains, je ne sais que faire. Il insiste... je pose alors les miennes sur les siennes. Et là tout devient flou.

~

Je ne savais plus quoi penser après cela, je ne sais toujours pas. Son visage me hante, ses mains sur mon visage... sur mes hanches ? Ce serpent qui glisse sur moi dans une langueur incessante. J'ai envie de crier, mais rien ne vient. Mes lèvres restent closes et je n'entends plus que le son de son souffle et la chaleur de ce dernier sur ma joue. Je ne sais plus. Je le trouvais fou, il était... angoissant. Ma peur revenait alors depuis ce temps qu'elle n'avait pas été présente. J'ai peur mais en même temps, je suis fascinée par tant de complexité. J'aimerai pourtant me réveiller et penser librement. Mais je ne peux pas. Je suis enchaînée à cet homme et je ne sais comment me défaire de lui.

Je ne me sens plus moi-même. Mes émotions vont et viennent au rythme des fracas des vagues contre une vieille chaloupe. Quand je ferme les yeux... c'est son visage que je vois, que je peux observer... mais que je ne peux toucher. Il est si loin... mais en même temps je le sens près de moi. 

 

2017-02-27_280291174.JPG

AnnelsySerosa

Touchée.

C'est rare que l'on se souvienne de la première conversation avec quelqu'un. Mais pas seulement ce qui se disait, mais plutôt de chaque détail de ce moment précis. Le temps qu'il fait, quel oiseau chantait et quel vin étions nous en train de boire. C'était une froide journée, il neigeait dehors et je me souviens que les voyageurs se plaignaient des bourrasques de vent qui leurs glaçaient le sang. Pour la boisson ce n'est pas compliqué je l'avoue, j'avais encore un verre de grog dans les mains. Quoi de mieux qu'un rhum chaud avec du citron et du miel ? J'ai tenu bon tout l'hiver grâce à ce breuvage magique. Toutes ces petites choses ont fait partie de cette soirée où je l'ai croisé pour la première fois. On a tenté de discuter, en vain, on ne s'entendait pas du tout sur le sujet. Qui n'était autre que le sourire, le miens. 

Non je ne souris pas beaucoup. Pour ne pas dire jamais, en public. Je viens d'un milieu très exigeant et d'une famille au summum du bizarre. Chez nous, la moindre joie était un prétexte à mieux détruire l'autre, n'ayant jamais été fan de ce genre de pratiques, je laissais le soins aux autres de manier ce talent. Ils étaient tous fous. J'ai eu néanmoins la chance d'être envoyée au Saint Collège, à l'âge de dix ans, pour y apprendre l'art de la guerre par la foi. Mais ça ne m'a pas donnée le sourire.

Quand je vois son sourire, je ressens comme du baume au cœur. Une impression de sécurité et de bienveillance. Je tente de lutter mais parfois mes rictus s'étirent tous seuls. Une lueur d'espoir ? Pour l'instant je dois trouver des idées pour pimenter notre partie de jeu "Chat et Souris". 

 

AnnelsySerosa

Mon corps se fait lourd, mes yeux me brûlent et je sens les battements de mon cœur sur le point de faire imploser mon crâne. Je crois que je deviens vivante, enfin. L'alcool m'a faite plongée dans un état second, j'ai dépassé les limites de ce que je pouvais supporter et maintenant j'ai bien du mal à me sortir du lit. Le moindre muscle de mon corps me désobéit, la lueur du jour s'est infiltrée à travers la fenêtre et elle se cogne désespérément à mes paupières. Je me sens replonger...

" Je te l'avais dit, un jour tu finirais par craquer. La perfection... ce n'est pas pour toi. On a le même sang grande sœur, c'est dans notre génétique.

- Je ne suis pas ta soeur.

- C'est tout comme. En tous cas tu me dois obéissance maintenant. Sinon tu peux dire adieu à ton titre et ton grade. 

- Pourquoi tu fais tout ceci ?

- Parce que c'est dans ma nature, dans notre nature. Un jour tu te rendras comptes que toi aussi tu aimes torturer les gens. Prendre la pièce dans la main de l'orphelin, manger une succulente tarte aux fruits rares sous le nez d'une veuve éplorée ruinée. C'est la vie, chérie. 

- Tu es une garce. "

Oui c'est ce qu'elle est, mais pourquoi apparaît-elle dans mon demi sommeil ? Elle me hante. Sa personnalité toute entière me répugne. Je ne veux PAS devenir comme elle. Je ne suis peut-être pas bien ambitieuse mais je resterai généreuse et humble toute ma vie. J'ai passé la moitié de ma vie à la supporter à la Sainte Faculté, et l'autre moitié à la voir être chouchoutée et protéger par mon père et sa mère. Personne n'aurait misé sur moi, et pourtant, c'était la meilleure chose à faire. Pour notre famille, pour la survie de notre nom et de notre héritage. Je n'en ai que faire de l'or. Mais nos ancêtres se sont battus pour obtenir ce qui a été gâché aujourd'hui. Quand je pense qu'ils ont travaillé toute leur vie pour bâtir ce Domaine qui tombe en ruines en ce moment même. Les ouvriers et le personnel de maison menacent de démissionner. Les quelques chevaux qu'il reste se battent pour avoir de quoi manger. Le foin se fait rare sur notre propriété et bientôt les prés seront rasés. Pour leur bien, pour nos ancêtres, je dois honorer la promesse de réussir à remonter la pente et je participerai à ces courses. Supra va m'aider.

 

dark_horse_by_meihua.jpg